Index 
 Înapoi 
 Înainte 
 Text integral 
Procedură : 2008/0078(CNS)
Stadiile documentului în şedinţă
Stadii ale documentelor :

Texte depuse :

A6-0352/2008

Dezbateri :

PV 23/09/2008 - 14
CRE 23/09/2008 - 14

Voturi :

PV 24/09/2008 - 6.3
Explicaţii privind voturile
Explicaţii privind voturile

Texte adoptate :

P6_TA(2008)0442

Dezbateri
Marţi, 23 septembrie 2008 - Bruxelles Ediţie revizuită

14. Migrarea la Sistemul de Informaţii Schengen din a doua generaţie (SIS II) - Migrarea la Sistemul de Informaţii Schengen din a doua generaţie (SIS II) (dezbatere)
Înregistrare video a intervenţiilor
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. – L'ordre du jour appelle la discussion commune sur:

– le rapport de Carlos Coelho, au nom de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, sur le système d'information Schengen de deuxième génération (décision) (12059/1/2008 – C6-0188/2008 – 2008/0077(INI)) (A6-0351/2008), et

– le rapport de Carlos Coelho, au nom de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, sur le système d'information Schengen de deuxième génération (règlement) (11925/2/2008 – C6-0189/2008 – 2008/0078(CNS)) (A6-0352/2008).

 
  
MPphoto
 

  Carlos Coelho (PPE-DE). – Senhor Presidente, Senhor Presidente em exercício do Conselho, Senhor Vice-Presidente da Comissão Europeia, Senhoras e Senhores deputados, analisamos dois instrumentos: um regulamento e uma decisão sobre a migração do SISone4all para o SIS II, incluindo a realização de um teste global que avalie se o nível de desempenho do SIS II é equivalente ao do actual sistema. Estas propostas resultam de uma mudança na estratégia de migração.

Quatro pontos: primeiro, o plano inicial era de efectuar a migração de 15 Estados-Membros num processo que deveria demorar cerca de 8 horas, entretanto houve um aumento para 25 Estados-Membros, o que tornou o processo muito mais complexo e difícil; segundo, deverá ser criada uma arquitectura técnica provisória que permita que o SIS1+ e o SIS II possam funcionar em paralelo durante um período transitório limitado. É uma solução prudente que merece a nossa concordância e que nos permite ter uma retaguarda no caso de algo correr mal; terceiro, durante esse período provisório será disponibilizada uma ferramenta técnica, um conversor, que liga o sistema central do Sistema I ao sistema central do SIS II, permitindo-lhes processar a mesma informação e garantindo que todos os Estados-Membros permaneçam no mesmo nível. Por fim, o mandato atribuído à Comissão em 2001 caduca no final deste ano, em 2008.

Foram quatro as preocupações que suscitámos. Primeira: a necessidade de a Comissão Europeia continuar a dispor de um mandato para desenvolver o SIS II até que este esteja operacional. Opomo-nos à ideia, que chegou a ser ponderada, de que o mandato da Comissão poderia cessar com a conclusão dos trabalhos do sistema central do C-SIS. Segunda, que exista uma definição clara das competências que recaem sobre a Comissão Europeia e sobre os Estados-Membros. Terceira, que todas as condições previstas no n° 2 que estabelece a base jurídica do SIS sejam cumpridas antes que a migração de dados ocorra. E, quarta, que essa migração seja feita numa única etapa, one shot, a processar por todos os Estados-Membros.

As propostas que recebemos no dia 3 de Setembro, no mesmo dia em que foram aprovadas no Coreper, traduzem grandes alterações face às propostas iniciais. Normalmente, como os textos apresentados implicam mudanças substanciais, o Parlamento deveria ser reconsultado. Uma vez mais, porém, estamos perante um calendário apertado, o mandato da Comissão termina no final de 2008 e é imprescindível que o Conselho aprove estas propostas no final de Outubro. O Parlamento, uma vez mais, dá provas de responsabilidade, não é por nossa causa que o processo está atrasado, as mudanças introduzidas dão, aliás, resposta à maior parte das preocupações salientadas nos meus projectos de relatório, sobretudo vejo que existe uma clarificação de responsabilidades da Comissão e dos Estados-Membros e que a Comissão irá continuar a ter um mandato para o desenvolvimento do SIS II até que este esteja operacional.

Concluindo, gostaria de cumprimentar a Presidência francesa pelo excelente trabalho que levou a cabo para alcançar um bom acordo, que se afigurava difícil, entre a Comissão e os Estados-Membros. O Parlamento Europeu quer contribuir para que não haja mais atrasos e que o SIS II possa estar operacional na nova data fixada: 30 de Setembro de 2009. Estamos preocupados porque diversos técnicos têm dito informalmente que o mais provável é que esta data, uma vez mais, venha a não ser respeitada.

Existem dois pontos essenciais que o Parlamento Europeu considera fundamentais e que todos os grupos políticos apoiam. Primeiro, que o Parlamento Europeu seja mantido informado semestralmente sobre a evolução do projecto; segundo, que o mandato atribuído à nova Comissão não seja um mandato sem prazo, que seja incluída uma norma que obrigue à reconsulta do Parlamento Europeu se houver um atraso superior a um ano. Esperamos sinceramente que seja desta vez que o projecto chegue atempadamente a bom porto e que o SIS II possa iniciar funções na data prevista.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Nous allons maintenant écouter le Conseil. Monsieur Jouyet, je vous félicite au nom du Parlement, pour votre présence ici tout au long de la journée. Je crois que votre assiduité devant cette Assemblée est à la mesure de votre engagement européen.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Pierre Jouyet, président en exercice du Conseil. − Monsieur le Président, merci de vos très aimables paroles, je vous retourne bien évidemment le compliment en ce qui concerne l'engagement européen ainsi qu'à M. le vice-président de la Commission, Jacques Barrot.

Monsieur le Ministre Carlos Coelho, Mesdames et Messieurs les parlementaires, le développement d'un nouveau système pour la zone Schengen est nécessaire pour développer les nouvelles fonctionnalités qu'exigeront demain la lutte contre la criminalité et le contrôle du franchissement des frontières. Le système SIS I for all, développé à la suite de l'initiative de la Présidence portugaise, Monsieur le Ministre, est un très heureux compromis qui a permis de raccorder les États membres qui ont adhéré en 2004 et surtout de lever le contrôle aux frontières intérieures terrestres, en décembre dernier, puis aériennes, en mars.

Et c'est pour tous ici une grande émotion d'avoir vu s'abattre le dernier rideau de fer, d'avoir vu les premiers ministres slovaque et autrichien scier symboliquement la barrière en bois du poste de frontière de Berg-Petrzalka à l'est de Vienne. Je pense que c'est une immense fierté pour tout Européen convaincu de constater que nous disposons d'un espace de libre circulation de 3,6 millions de kilomètres carrés. C'est le plus vaste au monde mais – comme vous le savez – la contrepartie nécessaire de cette grande liberté, c'est la mise en place d'un système électronique qui permette d'identifier les personnes recherchées qui ont commis une infraction et de suivre la trace des faux documents, des passeports volés, tout en appliquant des règles de protection des données rigoureuses, garantes des libertés des citoyens – et j'insiste sur ce point.

Or – vous l'avez bien indiqué – le système actuel ne permet pas d'utiliser les technologies modernes même si elles respectent les grands principes de protection des données et notamment le principe de proportionnalité. Comment les services de police peuvent-ils effectuer un travail efficace alors que la base centrale ne permet pas, actuellement, de consulter les photographies numériques des personnes recherchées, de les identifier de façon certaine? C'est la raison pour laquelle l'objectif de mise en place du système d'information Schengen II ou SIS II doit être maintenu et c'est l'enjeu – vous l'avez très bien expliqué – de notre débat. Je tiens ici, Monsieur le Président, au nom du Conseil, à adresser tous mes remerciements au vice-président, Jacques Barrot, qui a accepté, sur la base d'un nouveau mandat, de continuer à piloter le développement de la base centrale du nouveau SIS ainsi que les interconnexions avec les bases nationales et je le remercie de s'être personnellement engagé dans cette mission.

Les projets de texte sur lesquels vous serez appelés à voter demain établissent un partage plus clair des responsabilités entre les États membres et la Commission à toutes les phases, qu'il s'agisse du développement du projet, des tests finaux, de la phase intermédiaire, avec le convertisseur, ou de la migration finale d'un système à un autre, dans un souci d'équilibre d'ensemble entre ce que sont les obligations des États membres et ce que sont les responsabilités de la Commission européenne.

Je voudrais tout particulièrement remercier Carlos Coelho, qui a su mener rapidement un travail important, efficace et imaginatif aussi avec ses collègues de la commission des libertés. Je voudrais qu'il transmette également mes remerciements au président Deprez. M. Coelho a favorisé l'inscription des textes nécessaires à la plénière d'aujourd'hui et ces textes intègrent les propositions que vous avez faites, Monsieur le rapporteur. Ce soutien de votre Assemblée nous permet aujourd'hui de franchir une nouvelle étape dans la transition vers le SIS II en temps utile, avant que le mandat actuel de la Commission n'expire, mandat qui vient à échéance – mandat ad hoc, je le précise – le 31 décembre prochain, je rassure tout de suite le vice-président.

Certes, le défi technologique que représente la mise en place du nouveau système est important et a sans doute été sous-estimé dans les premiers temps. En effet, le transfert de 22 millions de données, impliquant plus de 24 parties dont les bases nationales sont de formats disparates n'est, comme vous pouvez l'imaginer à ce simple énoncé, pas une tâche facile. Mais les efforts qui ont été investis dans ce projet sont, je crois, à la hauteur de l'enjeu. Ces efforts techniques et financiers méritent que le Parlement européen soit pleinement informé des progrès et des difficultés qui existent dans la transition vers le nouveau système et qu'il soit fixé une date limite – vous l'avez indiqué, Monsieur le rapporteur – pour tester le nouveau système et vérifier qu'il sera pleinement opérationnel – nous l'espérons – en septembre de l'année prochaine, comme cela a été convenu lors du Conseil des ministres de la justice et des affaires intérieures du 6 juin dernier.

L'échéance que nous nous sommes fixée, nous le savons, est exigeante. Les techniciens le savent et nous ne pourrons l'atteindre que si chacun s'engage sans réserve dans le projet SIS II et assume les responsabilités qui lui incombent. Le Parlement européen nous donne, à travers votre rapport, un signal favorable ce soir en présentant des demandes qui sont parfaitement légitimes. C'est la raison pour laquelle le Conseil se propose d'approuver sans réserve les amendements présentés qui ont reçu – je le souligne – le soutien de tous les groupes politiques de votre Assemblée. Je vous remercie véritablement du travail ainsi accompli.

 
  
MPphoto
 

  Jacques Barrot, vice-président de la Commission. − Monsieur le Président, à mon tour je voudrais remercier la Présidence et Jean-Pierre Jouyet pour l'accord qu'il vient de donner au rapport de Carlos Coelho car je crois en effet que, dans ce domaine majeur, il faut que nous avancions sans retard, sans délai. Et je voudrais dire merci aussi à Carlos Coelho pour son rapport et pour son engagement personnel dans la réussite de SIS II. Si SIS II voit le jour, eh bien il vous devra beaucoup, cher Monsieur Coehlo.

Votre rapport met à nouveau en évidence l'intérêt fort et le soutien continu de la part du Parlement en faveur du projet de développement du système d'information Schengen de deuxième génération. Évidemment, le SIS II sera un outil clé de l'espace commun de sécurité, de liberté et de justice et à cette fin, évidemment, il est primordial que ce système soit opérationnel dès que possible.

Je me félicite donc qu'un accord ait été trouvé sur les instruments juridiques relatifs à la migration du SIS 1 vers le SYS II. Cet accord est acceptable parce qu'il maintient les trois principes clés suivants:

– une claire délimitation des tâches et des responsabilités des acteurs: États membres, Commission, Conseil;

– les processus décisionnels efficaces et dépourvus de toute ambiguïté;

– la définition d'échéances contraignantes;

L'adoption de ce cadre juridique d'ici octobre nous permettra d'assurer la continuité des travaux nécessaires en 2009 pour le SIS II. C'est vrai, comme l'a souligné Jean-Pierre Jouyet, Monsieur le Ministre, vous l'avez souligné, la date du 30 septembre 2009, inscrite aujourd'hui dans les projets d'instruments juridiques sur la migration, est une date ambitieuse et, même cet été, nous avons dû effectivement, après avoir consulté de façon informelle les experts des États membres, suspendre certains tests en cours avec les États membres.

Le contractant dispose à présent d'une période de 20 jours pour remédier aux problèmes existants. Mais il est certain qu'il faut faire très attention à toutes ces difficultés qui peuvent survenir et faire obstacle au respect du calendrier complet du SIS II. Nous discutons actuellement avec les États membres de la meilleure approche à adopter pour achever les travaux SIS II. Il nous faut par ailleurs trouver un bon équilibre entre la priorité politique qui est attachée à ce système et, en même temps, l'assurance d'une qualité optimale du service qu'il rendra aux autorités nationales qui l'utiliseront.

En toute hypothèse, les mécanismes d'adaptation prévus nous offrent la flexibilité et nous obligent à la transparence nécessaires en ce qui concerne le plan de développement. Alors, Monsieur Coehlo, nous sommes totalement d'accord avec vos amendements, cela va de soi.

D'une part, la fixation d'une date d'expiration des actes législatifs relative à la migration fin juin 2010 va nous offrir une marge de manœuvre suffisante en cas de difficultés pour finaliser le développement du SIS II ou pour la migration, et cette date nous garantit que le SIS II sera pleinement opérationnel à la mi-2010.

D'autre part, la présentation par la Commission, deux fois par an, de rapports relatifs au développement et à la migration du SIS 1 vers le SIS II garantira la transparence des travaux relatifs au SIS II vis-à-vis du Parlement.

Je voudrais pour ma part, Monsieur le Président, vraiment souligner, après la Présidence qui s'est exprimée au travers de M. le ministre Jean-Pierre Jouyet, que pour que Schengen soit vraiment une réussite complète – ce qu'il est déjà –, nous avons besoin du SIS II. C'est véritablement une prouesse technologique qui illustre d'ailleurs toutes les potentialités de l'Europe lorsqu'elle se met vraiment à utiliser les nouvelles technologies, mais c'est tout à fait essentiel.

C'est pourquoi je remercie beaucoup le Parlement qui, pratiquement sans opposition, accepte toutes ces perspectives et a approuvé le rapport de M. Coehlo.

 
  
MPphoto
 

  Marian-Jean Marinescu, în numele grupului PPE-DE. – Sprijin propunerea raportorului de a preciza data limită de expirare a acestui nou pachet legislativ, respectiv 30 iunie 2010, care este importantă pentru a nu lăsa o poartă deschisă eventualelor amânări în ceea ce priveşte funcţionalitatea celei de-a doua generaţii a Sistemului de Informaţii Schengen.

Suprimarea controlului la frontierele terestre şi maritime, începută pe 21 decembrie 2007, respectiv în martie 2008 pentru frontierele aeriene, este un pas relevant pentru cele nouă din zece noi state membre. Consiliul a decis că suprimarea controlului în cele trei state membre restante, respectiv Cipru, Romania şi Bulgaria, va avea loc în momentul în care, în urma evaluării Sistemului Schengen, va putea fi garantată operativitatea acestuia. Dar operabilitatea Sistemului Schengen în aceste trei state membre restante depinde, evident, de operabilitatea lui SIS II din statele membre care aparţin în prezent spaţiului Schengen. După cum se ştie, funcţionarea lui SIS II a fost iniţial programată pentru mai 2007, apoi reprogramată pentru decembrie 2008, iar în cele din urmă este din nou reprogramată pentru septembrie 2009. Această reprogramare poate avea un efect de întârziere pentru cele trei state membre restante. Să nu uităm că toate aceste trei state membre sunt ţări de frontieră pentru Uniunea Europeană şi prezintă atât frontiere terestre, cât şi maritime.

Primele două principale măsuri din acquis-ul Schengen sunt abolirea controlului la frontierele comune şi deplasarea acestuia la frontierele exterioare şi definirea unor condiţii şi modalităţi comune de control al persoanelor la frontierele externe. Aceste măsuri din acquis sunt subminate de faptul că ţări precum România, Bulgaria şi Cipru sunt dependente de procesul întârziat de aplicare a lui SIS II în ţările care fac parte din spaţiul Schengen. De aceea, solicit Comisiei şi Preşedinţiei franceze să rezolve problema administrării proiectului SIS II şi a negocierilor cu firma contractantă, astfel încât să se evite impunerea unui nou calendar al operaţionalizării SIS II.

 
  
MPphoto
 

  Roselyne Lefrançois, au nom du groupe PSE. – Monsieur le Président, je voudrais vous dire que Martine Roure est rapporteure fictive sur ce rapport. Elle ne peut être là et je m'exprime donc en son nom et au nom du PSE.

Je partage les remarques du rapporteur que je remercie pour son travail. En effet, cette situation est tout à fait inacceptable. La mise en place du SIS II a pris un retard considérable. Nous avons déjà dû prolonger une première fois le mandat de la Commission jusqu'à fin décembre 2008 pour effectuer cette migration. Or la Commission a pris un nouveau retard important et elle demande aujourd'hui une extension illimitée dans le temps de son mandat pour effectuer la migration. Ceci me semble inacceptable, car alors toute future consultation du Parlement européen serait exclue sur cette question.

Nous ne souhaitons cependant pas que la migration du SIS vers le SIS II soit faite à la va-vite, car ce serait au détriment de la qualité et de la sécurité des données et du système dans son ensemble. Il convient par conséquent que toutes les précautions soient prises pour assurer la protection des données et la sécurité du système. C'est pourquoi nous pourrions consentir à prolonger à nouveau les délais et le mandat de la Commission pour mener cette migration à bon port.

Cependant, la poursuite de ce processus ne peut en aucun cas se faire sans aucun contrôle démocratique du Parlement européen. C'est pourquoi le groupe PSE soutiendra le rapporteur dans sa démarche, afin d'assurer les pouvoirs du Parlement européen.

 
  
MPphoto
 

  Henrik Lax, on behalf of the ALDE Group. – Mr President, I would also like to extend my recognition to the rapporteur of his very good work.

The Schengen Information System is the largest common European database which operates as a joint information system for the Member States. This information can be used by the police and the judiciary when cooperating on criminal matters, as well as for checking individuals at external frontiers or on national territories, and also for issuing visas and residence permits.

The decision to create the second generation of the SIS SIS II took account of the need to introduce biometric data and new types of alerts, for instance because of the European arrest warrant. SIS II is also needed to bring on board the new Member States, as we have heard.

The new system was originally scheduled to begin operating in March 2007. We know there have been many delays, and a new timetable was announced providing for it to become operational by the end of this year. And, thanks to the transitional solution presented by the Portuguese Government and also mentioned here by Minister Jouyet, the so-called ‘SIS One 4 All’, it is now fully operational and it has allowed nine of the new Member Sates to be connected to the SIS. Nevertheless, as underlined by Commissioner Barrot, in this enlarged Schengen area, the reinforcement of security requirements has become even more urgent and can only be fully achieved by a full transition to the next generation of a system.

A must for this transition is that SIS II meets all the legally-defined technical and functional requirements, as well as other requirements such as robustness, response capacity and performance. Parliament is now asked to give its opinion on the two current proposals aiming to establish the legal framework governing the transition. As the ALDE shadow rapporteur, I fully support the line taken by the rapporteur, notably that the Commission shall submit by the end of June 2009, and then by the end of every six-month period, a progress report to the Council and to Parliament concerning the development of SIS II and also concerning the migration from the Schengen Information System to the SIS I+ to the second generation SIS II.

It has been extremely disappointing to face the fact that SIS II is not yet operational. With this new mandate and the rigorous testing that will take place, I hope that SIS II is finally on track to a successful launch by September 2009.

 
  
MPphoto
 

  Tatjana Ždanoka, on behalf of the Verts/ALE Group. – Mr President, I would like first of all to thank Mr Coelho for his customary productive work on the reports concerning transition to SIS II. The reports cover mainly technical things, but I would like to look at SIS II from a broader perspective.

Firstly, I would like to acknowledge the fact that the Portuguese presidency provided an opportunity for the 10 new Member States to join the old version of SIS. Otherwise, the new Member States, including my own, would have had to wait at least until September 2009 – in other words, almost two more years.

On the other hand, ‘late’ does not necessarily mean ‘bad’. SIS II will operate under two pillars. Nevertheless, we still do not have a legally binding framework decision on data protection within the third pillar. As SIS II introduces the processing of biometric data, the issue of data protection remains largely unresolved.

I would like to stress that my political group is extremely cautious where biometrics is concerned. Maybe we really have to wait for a solid legal background for data protection before we start using SIS II.

Another field where the operation of SIS might be useful is the entry bans introduced by the Member States for third-country nationals. According to the Schengen Convention, national law is applicable when a person seeks the deletion of an alert concerning him or her. In this respect, the regulation on SIS II provides for better procedural guarantees at European level.

To sum up, in some fields SIS II gives us a better Europe. Nevertheless, we will have to continue working on various significant flaws. If we have to wait in order to get more guarantees, perhaps we should be prepared to wait.

 
  
MPphoto
 

  Pedro Guerreiro, em nome do Grupo GUE/NGL. – Como é sublinhado por diferentes organizações que seguem o processo de comunitarização da justiça e dos assuntos internos, áreas que estão no cerne da soberania dos Estados, com a denominada migração do sistema de informação Schengen para a sua segunda versão ampliam-se, para além do seu propósito original, as características desse sistema de informações e base de dados, integrando-se novos tipos de alertas, como o mandato de captura europeu, adicionando-se novas categorias de dados, como os biométricos, alargando-se o seu acesso a novas entidades, desenvolvendo-se novas características e funcionalidades com interligação de alertas e a sua ligação com o sistema de informação de vistos. Refira-se ainda a preocupante possibilidade de que os registos possam vir a ser mantidos, se necessário, por um longo período de tempo, perguntando-se quem define tal necessidade, estando igualmente por clarificar o campo demasiadamente vago da possibilitada partilha de dados com países terceiros.

Consideramos que esta extensão em relação ao sistema anterior comporta riscos para a salvaguarda de direitos, liberdades e garantias dos cidadãos, por acrescentar novos elementos a uma base de dados que será mais partilhada e acessível. No fundo, muito para além da resposta ao alargamento a novos países, procura-se adequar o SIS à perigosa deriva securitária enquadrada na crescente comunitarização dos assuntos internos na União Europeia, o que rejeitamos.

 
  
MPphoto
 

  Hélène Goudin, för IND/DEM-gruppen. – Herr talman! Det ämne vi nu debatterar är av mycket större vikt än andra ämnen som brukar avhandlas i denna kammare. Vi talar om något så grundläggande som människors rörlighet inom det så kallade Schengenområdet. Det råder inget tvivel om att detta system underlättar resandet för många individer, men systemets baksida måste sägas överskugga de positiva aspekterna.

Jag syftar på det faktum att Schengen också leder till att oerhört många människors rörlighet inskränks på grund av samhällssystem. Schengen är ytterligare ett steg i riktningen att skapa en superstat, ett Fort Europa. Ett skapande av ett kontrollsamhälle av enorma proportioner. Detta vill jag inte medverka till.

Det råder förvisso inga tvivel om att gränsöverskridande brottslighet är ett av de största problem vi står inför idag. Det behövs således gränsöverskridande lösningar. Jag tror emellertid inte att Schengen, eller EU för den delen, är rätt forum för ändamålet. Idag existerar redan Interpol, ett förnämligt och väl fungerande internationellt polisorgan där suveräna stater från hela världen deltar. Istället för att bygga upp parallella system borde mer göras för att stärka Interpol. Brottligheten är som bekant inte begränsad till vår kontinent utan består av världsomspännande nätverk. Detta var några synpunkter på ett allmänt plan, nu till de mer specifika.

En aspekt som i min mening hanteras alldeles för lättvindigt när det gäller Schengens informationssystem är integritetsfrågan. De personuppgifter som kommer att behandlas och lagras är av mycket känslig karaktär. En av de viktigaste uppgifterna för en stat är att kunna ge sina medborgare ett fullgott skydd mot obehörig tillgång till personuppgifter. Jag ser alltså detta som en nationell angelägenhet eftersom det är min bestämda uppfattning att EU under inga omständigheter kan tillgodose det skydd av personuppgifter som krävs. Dessutom anser jag det vara onödigt och kostsamt att bygga upp nya strukturer. Det handlar trots allt om skattemedel som ska finansiera detta system.

Jag har länge varit av den uppfattningen att EU:s utveckling, eller integration som somliga väljer att kalla den, kan liknas vid de små stegens tyranni. Skrämmande nog är inte stegen särskilt små längre. Istället rör det sig om stora bestämda och taktfasta kliv mot skapande av en EU-stat. Detta borde ingen sann Europavän acceptera.

 
  
MPphoto
 

  Zita Pleštinská (PPE-DE). – Vážení kolegovia, opäť diskutujeme o Schengenskom informačnom systéme, ktorý je hlavným nástrojom na uplatňovanie schengenských zásad. Je bez pochýb základným pilierom Európy „bez hraníc“ a priestoru slobody, bezpečnosti a spravodlivosti, preto je potrebné, aby SIS II začal fungovať.

V súčasnosti je v plnej prevádzke systém SISone4ALL, ktorý ako prechodné technické riešenie umožnil deviatim novým členským štátom pripojenie do SIS a samozrejme vstupom do Schengenského priestoru stať sa plnoprávnymi členmi Únie. 21.december 2007 bol veľkým dňom v histórii mojej krajiny,  Slovenska, a celej EÚ. Bol skutočným pádom železnej opony.

Z tohto dôvodu by som sa chcela poďakovať pánovi spravodajcovi Carlosovi Coelhovi za vypracovanie aj tejto správy a za jeho pracovného nasadenie. Som presvedčená, že nebyť jeho, dnes by Schengenský priestor nemal 9 nových členov. Verím, že rovnako rýchlo a bez problémov sa podarí sfunkčniť aj SIS novej generácie.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Pierre Jouyet, président en exercice du Conseil. − Merci beaucoup à tous les intervenants pour la qualité de ce débat et le large soutien au principe du nouveau mandat, ainsi qu'à la position du rapporteur, qui a été exprimé par les différents intervenants.

Monsieur Marinescu, j'ai salué l'excellent travail qui avait été effectué par la Présidence portugaise, qui a permis le raccordement de nouveaux États membres. J'ai pris note du désir de la Roumanie de rejoindre dès que possible le système sous le contrôle de la Commission, avec les ajustements techniques qui pourront être faits à cet égard.

Par rapport aux observations qui ont été présentées par Mme Lefrançois et par M. Lax, le Conseil ne peut que regretter le retard qui a été apporté, mais nous constatons tous les efforts qui ont été entrepris par la Commission, l'engagement personnel du vice-président Jacques Barrot pour redresser le cours des choses et l'action forte qu'il a rappelée à l'égard du prestataire. Le Conseil restera vigilant également aux côtés de la Commission et de tous les États membres et ces derniers resteront fortement engagés pour mener à bien le projet tel qu'il est prévu, en veillant à la fois à sa fiabilité technique et à son efficacité, ainsi qu'à la garantie, bien évidemment, des libertés des citoyens.

Pour répondre à Mme Ždanoka et à M. Guerreiro, je comprends – et Mme Lefrançois l'a souligné – que plusieurs d'entre vous et le Parlement souhaitent une discussion supplémentaire pour inclure dans le système de nouvelles fonctionnalités, mais il est indispensable de faire aboutir le SIS II pour permettre ces fonctionnalités. Donc, qu'il y ait un débat politique, sur ce que doivent être ces nouvelles fonctionnalités, cela me paraît normal, comme plusieurs d'entre vous l'ont souligné, cela ne doit pas entraver la marche vers la mise en place de ce nouveau système. En effet, il ne serait pas acceptable de renoncer à ces fonctionnalités seulement parce qu'un système trop ancien, en l'occurrence le SIS 1, ne le permet pas. Il faut d'abord, avant de tenir ce débat, que l'on dispose du système et que la mise au point technologique soit faite.

Par rapport aux autres interventions qui ont porté, pour la plupart, sur la protection des données, je souhaite indiquer – comme le Président l'a souligné, et nous participions avec M. Barrot ce matin au débat sur la protection des données individuelles – que nous souhaitons effectivement continuer l'action qui est entreprise au niveau européen, que nous pensons que les garanties nécessaires que vous avez demandées doivent être apportées quant à la protection de ces données et quant aux échanges avec les États tiers. Sans revenir sur le débat général que nous avons tenu ce matin, je souhaite préciser qu'il a été convenu également, en ce qui concerne la protection de ces données, de s'en remettre aux recommandations du contrôleur européen des systèmes d'information, de façon à ce que ces préoccupations soient prises en compte.

 
  
MPphoto
 

  Jacques Barrot, vice-président de la Commission. − Monsieur le Président, je remercie aussi tous les intervenants et une fois de plus notre rapporteur. Je voudrais rappeler à mon tour, à la suite de ce qu'a dit M. le ministre Jean-Pierre Jouyet, que nous sommes très attentifs au respect des règles de protection des données. Les services sont en contact régulier, vous l'avez souligné, Monsieur le Ministre, avec les services du contrôleur européen de la protection des données pour assurer la bonne intégration de ces règles dans le cadre du développement et de la gestion du SIS II. Une visite du contrôleur européen de la protection des données est prévue au premier semestre 2009 sur le site de Strasbourg, avant que la migration ait lieu, afin de s'assurer que la sécurité de la protection des données est respectée.

Le convertisseur qui est en train d'être développé permettra aussi un transfert sécurisé de données du SIS 1 vers le SIS II. Madame Lefrançois a évoqué, à juste titre, cette migration en disant qu'elle ne devait pas se faire à la va-vite, et elle a raison. Il faudra que nous fassions très attention.

Par ailleurs, les instruments juridiques contiennent des dispositions spécifiques visant à garantir le respect des principes de protection des données. Voilà ce que je peux dire sur la protection des données en sachant qu'en effet, nous devons faire extrêmement attention à ce que ce système soit cohérent avec ce que, par ailleurs, nous essayons de promouvoir en Europe en matière de protection des données.

Je reviens sur le retard. Je comprends bien M. Marinescu, M. Lax et Mme Lefrançois, qui ont souligné évidemment l'inquiétude qui est née de ces retards successifs. En ce qui concerne les préparations SIS II au niveau central, nous suivons de très près le développement, nous avons mis en place des moyens qui permettent d'assurer un suivi très rapproché et les services de la Commission veillent tout particulièrement à ce qu'il y ait suffisamment de ressources pour assurer le suivi des travaux des contractants.

Évidemment, nous pouvons avoir recours, le cas échéant, aux pénalités prévues dans les contrats, comme mon prédécesseur l'avait fait, en imposant plus d'un million d'euros de pénalité à l'un des contractants. Mais, Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les députés, plutôt que de créer des pénalités, je veux surtout m'assurer que les cocontractants sont vraiment efficaces et suivent bien notre calendrier.

Toutefois, la mise en œuvre du SIS II ne concerne pas seulement le SIS II central. Il faut aussi – et je suis heureux que la Présidence française soit là car je sais combien elle est engagée dans cette voie – évidemment des efforts importants de la part des États membres.

Pour assister les États membres dans leurs préparatifs au niveau national, le groupe des amis du SIS II, qui a été établi par la Présidence slovène et confirmé par la Présidence française, est extrêmement utile. Ce groupe à haut niveau, auquel participe activement la Commission, a pour objectif de suivre la mise en œuvre du SIS II dans les États membres. C'est en effet par une excellente coopération que nous parviendrons à résoudre le problème.

Je veux simplement dire que nous ne bâtissons pas avec SIS II une Europe forteresse, nous nous assurons simplement que la suppression des frontières intérieures ne signifie pas, pour l'Union européenne, pour la communauté des citoyens européens, un risque accru d'insécurité, de violence, de terrorisme. Je ne peux donc pas vous laisser dire qu'en créant SIS II, nous fermons les portes de l'Europe. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit simplement de faire en sorte qu'ayant aboli nos frontières intérieures, nous puissions offrir aux citoyens européens un espace – eh oui, je le dis – un espace de sécurité et de liberté.

Voilà Monsieur le Président. En tout cas merci au Parlement et à M. Coehlo, personnellement, de s'investir autant dans cette construction du SIS II qui est, encore une fois, la clé de la réussite de Schengen.

 
  
MPphoto
 

  Carlos Coelho, rapporteur. − Monsieur le Président, je prends le risque de faire mes commentaires finaux en français pour répondre à la courtoisie des remarques du ministre Jouyet et du vice-président Barrot. Je m'exprimerai donc maintenant dans votre langue pour vous féliciter. Ça n'a pas été un travail facile de bâtir un consensus au sein du Conseil, mais vous avez réussi. Pour nous, deux choses sont vraiment importantes: la clarté de la répartition des compétences entre la Commission européenne et les États membres, et le problème du mandat de la Commission.

Le mandat de la Commission ne pourra prendre fin que quand le système SIS II fonctionnera parfaitement. Je veux aussi remercier le Conseil, la Commission et tous les groupes politiques de la commission LIBE pour le travail accompli ensemble pour la rédaction des amendements que nous irons voter demain. Pour nous, la clause de transparence est très importante: les citoyens ont le droit d'être informés au sujet du système Schengen et du SIS II. Quant au problème de la durée du mandat de la Commission, un mandat à durée illimitée n'est pas acceptable et nous avons réussi à résoudre ce problème-là.

Pour finir, Monsieur le Président, je voudrais expliquer à ceux qui se sont exprimés de façon peu optimiste sur le système pourquoi nous aimons le SIS II. Nous aimons le SIS II parce que nous aimons la liberté de circulation en Europe. Or, pour avoir la libre circulation en Europe, nous devons être sûrs que nos frontières externes sont sûres. La sûreté des frontières externes est une condition de liberté des citoyens européens et c'est pourquoi on a besoin très rapidement du SIS II.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – Le débat est clos.

Le vote aura lieu demain mercredi.

 
Ultima actualizare: 18 noiembrie 2008Notă juridică