Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2010/2592(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B7-0174/2010

Débats :

PV 10/03/2010 - 12
CRE 10/03/2010 - 12

Votes :

PV 11/03/2010 - 8.1

Textes adoptés :

P7_TA(2010)0063

Débats
Mercredi 10 mars 2010 - Strasbourg Edition JO

12. Cuba (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  La Présidente. – L’ordre du jour appelle les déclarations du Conseil et de la Commission sur Cuba.

 
  
MPphoto
 

  Diego López Garrido, président en exercice du Conseil.(ES) Madame la Présidente, la mort d’Orlando Zapata a été un événement extrêmement négatif, qui n’aurait jamais dû se produire, et nous ne voulons pas qu’il se reproduise à Cuba ou ailleurs.

L’Union européenne et ses institutions doivent s’engager à condamner les faits qui constituent des violations des droits de l’homme et à tout faire pour qu’une telle chose ne se reproduise plus jamais. Tel doit être l’engagement de l’Union européenne.

Les droits de l’homme représentent le symbole absolu de l’identité de l’Union européenne, parce que nous croyons aux valeurs de la liberté, de la tolérance et du pluralisme. Cela constitue dès lors notre personnalité, notre personnalité la plus authentique. Là où des violations de ces droits universels se produisent, l’Union européenne les condamne publiquement, et nous l’avons fait avec Cuba. Nous l’avons fait quand nous avons fait part de notre pessimisme et de notre inquiétude concernant l’absence de progrès dans le domaine des droits de l’homme à Cuba, et nous l’avons fait quand nous avons exigé la libération des prisonniers d’opinion incarcérés dans les prisons cubaines. Il y a actuellement quelque 200 prisonniers d’opinion, dont certains se trouvent dans une situation très critique eu égard à leur santé, et l’un d’entre eux est Guillermo Fariñas, qui est dans une situation très grave et également en grève de la faim.

Nous l’avons fait également quand nous avons dit que les défenseurs des droits de l’homme à Cuba devaient être protégés, et nous l’avons fait quand nous avons dit que le gouvernement cubain, qui a un certain nombre de prisonniers sous sa juridiction, devrait rendre des comptes sur la mort d’Orlando Zapata.

Cependant, la politique de l’Union européenne par rapport à Cuba va plus loin. La politique de l’Union européenne par rapport à Cuba est articulée autour de certains éléments, et je souhaiterais mettre l’accent sur certains d’entre eux.

Premièrement, il y a le dialogue politique. Le dialogue politique avec les institutions cubaines, avec les autorités et avec l’ensemble de la société civile, qui s’étend bien sûr également aux droits de l’homme. Deuxièmement, il y a la coopération au développement avec Cuba, c’est la solidarité avec le peuple cubain, ni plus ni moins. Cela implique également de promouvoir le progrès en termes de culture et de pratiques démocratiques à Cuba.

Voilà les éléments fondamentaux d’une politique qui n’a essentiellement qu’un seul objectif: le peuple cubain, son bien-être, ses progrès, ses conditions de vie et le respect de ses droits de l’homme.

 
  
MPphoto
 

  Andris Piebalgs, membre de la Commission.(EN) Madame la Présidente, la Commission regrette profondément la mort de M. Orlando Zapata et ses circonstances. Je tiens également à exprimer ma sérieuse préoccupation quant aux autres prisonniers politiques à Cuba. Nous partageons tous, ici dans cette salle, le même sentiment de colère et de frustration face à la mort de M. Zapata, et nous devrions faire de notre mieux pour nous assurer que de tels événements ne se reproduisent plus à Cuba, ni dans n’importe quel autre pays.

L’Union européenne tire ses racines dans les valeurs de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés fondamentales, que nous nous efforçons de protéger et de promouvoir après avoir subi, jusqu’à très récemment, des violations des droits de l’homme fondamentaux sur notre propre continent. Les droits de l’homme sont universels et ne connaissent pas de frontières. Ce principe fait partie intégrante de notre dialogue avec tous les partenaires en Europe et en dehors.

Un engagement constructif, pas une politique de coercition et de sanctions, reste la base de notre politique à l’égard de Cuba, comme cela a été souligné dans la position commune adoptée en 1996. Cette réflexion a conduit le Conseil a décidé en juin 2008 de lever les mesures diplomatiques prises en 2003, afin de faciliter le processus du dialogue politique et d’exploiter pleinement les instruments découlant de la position commune de 1996. C’est également la raison qui a poussé de nombreux États membres à reprendre leur coopération au développement avec Cuba au cours de ces quelques derniers mois, traduisant ainsi l’avis de divers partis politiques représentés au Parlement européen et reflétant, dès lors, l’opinion partagée sur l’importance du rôle de la coopération au développement à Cuba.

En un pareil moment pour Cuba, l’inaction serait la pire option possible pour la crédibilité de l’Union européenne en tant que protagoniste mondiale. Cette crédibilité n’est pas la seule à être en jeu, il y a aussi notre capacité à être présents à Cuba. Par conséquent, je crois fermement que la voie à suivre consiste à poursuivre et à approfondir le dialogue politique en cours et à continuer la coopération avec Cuba comme moyen d’action pour d’améliorer la vie du peuple cubain.

La coopération avec Cuba n’a jamais été suspendue par l’Union européenne, car le développement n’est pas tant une question de soutenir le gouvernement, mais bien la population. Notre opinion a toujours été que la coopération au développement représente un élément important de nos relations avec Cuba. Les projets en cours à Cuba viennent directement en aide à la population en répondant à leurs besoins essentiels, au moyen de la réhabilitation et de la reconstruction après les ouragans, la sécurité alimentaire et l’adaptation au changement climatique. Des projets sont également menés pour soutenir les actions d’acteurs non étatiques.

Je voudrais être très clair sur le fait qu’il n’y a pas de fonds de la CE acheminés par l’intermédiaire du gouvernement ou des entités publiques. L’argent est acheminé par l’intermédiaire d’agences des Nations unies et d’ONG européennes, qui saluent la présence de la Commission et de l’Union européenne à Cuba.

Il est important que l’Union européenne continue à répondre aux besoins essentiels de la population cubaine tout en intervenant dans des secteurs stratégiques grâce aux instruments thématiques ou géographiques disponibles. La tâche à laquelle l’UE doit faire face avec détermination consiste à trouver le juste équilibre entre 3 éléments: faire preuve d’ouverture au dialogue, soutenir la population cubaine à travers la coopération au développement et réaffirmer nos principes.

 
  
MPphoto
 

  José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, au nom du groupe PPE.(ES) Madame la Présidente, quand mon groupe a demandé d’inclure ce sujet à l’ordre du jour, il ne l’a pas fait pour mettre en évidence les erreurs, parfois irréparables, des politiques complaisantes envers les ennemis de la liberté. Il ne l’a pas fait non plus pour tirer un intérêt politique de cette condamnation.

Il l’a fait afin que le Parlement, qui est l’institution au cœur démocratique de l’Union européenne, puisse condamner haut et fort la mort d’un innocent, et surtout, exprimer sa solidarité avec ceux qui à Cuba luttent, vivent et meurent, comme Orlando Zapata, pour leur liberté et leur dignité.

Comme l’a dit la Commission européenne, la position commune du Conseil est toujours valable, et il s’agit d’une position honorable, car elle demande la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers politiques. Il s’agit aussi d’une position cohérence, car elle demande le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, pour que Cuba s’inscrive dans notre système de valeurs et pas dans des systèmes étrangers comme ceux de la Chine ou du Vietnam.

Madame la Présidente, les mots d’un homme courageux, Oswaldo Paya, lauréat du prix Sakharov en 2002, résonnent toujours dans cette Assemblée. Il a déclaré que la première victoire à proclamer était le fait qu’il n’y avait pas de haine dans son cœur. Il a déclaré à ceux qui l’opprimaient, qui étaient ses frères, qu’il ne les haïssait pas, mais qu’ils n’allaient pas imposer leur volonté par la peur.

Il a déclaré qu’Andreï Sakharov a laissé un héritage de dignité et de travail en faveur de la cohabitation pacifique des peuples, et que souvent les voix qui comptent le plus sont les voix qui ne sont pas écoutées.

Dans cette Assemblée, nous n’avons pas pu écouter les voix des «Dames en blanc», auxquelles le Parlement a également décerné le prix Sakharov. À présent, nous ne pourrons malheureusement plus écouter la voix d’Orlando Zapata, mais bientôt nous pourrons écouter les voix de beaucoup d’autres Cubains.

Entretemps, Madame la Présidente, fort de sa légitimité en représentant les 500 millions de citoyens des 27 États membres de l’Union, le Parlement doit faire résonner clairement et fortement le cri de liberté irrépressible que nous entendons de la chère île de Cuba.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Luis Yáñez-Barnuevo García, au nom du groupe S&D.(ES) Madame la Présidente, Monsieur López Garrido, Monsieur le Commissaire, ne permettons plus jamais que notre silence se transforme en complicité avec les liberticides. Ne permettons plus jamais qu’une personne qui a lutté pour ses droits et les droits de tous meure dans une prison à Cuba, ou ailleurs, sans exiger haut et fort qu’elle soit sauvée.

M. Orlando Zapata Tamayo, un maçon noir âgé de 42 ans, qui demandait seulement l’amélioration de ses conditions de détention, est mort après 86 jours de grève de la faim et sept ans d’emprisonnement pour avoir réclamé le respect des droits de l’homme. Durant ces sept ans, il a été maltraité, humilié et harcelé par ses gardiens, durant tout ce temps – ne l’oublions pas – il n’y avait que le silence de la part de la communauté internationale.

D’autres prisonniers et activistes des droits de l’homme à Cuba font actuellement une grève de la faim, comme le psychologue et journaliste Guillermo Fariñas. Mesdames et Messieurs, la résolution que nous déposons et dont nous débattons aujourd’hui, et soumise au vote de demain, que je représente au nom du groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, exige la libération de tous les prisonniers d’opinion à Cuba. À nouveau, elle est en faveur d’une transition démocratique et du respect strict des droits de l’homme fondamentaux.

Pour l’instant, n’entrons pas dans un sujet qui nous divise: la question de savoir s’il faut maintenir ou non la position commune. Attachons-nous aujourd’hui à sauver des vies et concentrons-nous sur les droits de l’homme. Entamons également une période de réflexion sereine au cours de laquelle nous chercherons des points de convergence sur la future politique concernant Cuba.

Ce texte possède, néanmoins, une valeur ajoutée considérable. Le fait qu’il soit déposé par six groupes politiques traduit une nouvelle ère de vaste consensus sur le thème des droits de l’homme dans cette Assemblée.

Que l’on ne dise plus jamais que le droit démocratique européen se plie aux ordres – entre guillemets – de l’impérialisme yankee. Toutefois, que l’on ne dise jamais plus non plus que les socialistes et les démocrates sont complaisants ou complices avec les dictatures communistes. Je le dis tout simplement parce que ces deux affirmations sont fausses, et les victimes de liberticide, où qu’elles soient, doivent savoir que nous sommes unis dans la défense inconditionnelle de leur cause.

Madame la Présidente, pour finir, je souhaiterais remercier M. Salafranca, qui a négocié ce texte au nom du groupe Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), Mme Weber, du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, M. Romeva i Rueda, au nom du groupe Verts/ Alliance libre européenne, M. Kožušník des Conservateurs et Réformistes européens, et d’autres collègues qui ont pris part à cette tâche, difficile et compliquée, mais qui j’espère portera ses fruits demain.

Enfin, je voudrais également remercier le Premier ministre espagnol et actuel président de l’Union européenne, M. Rodríguez Zapatero, pour ses encouragements et son appui pour faire avancer cette résolution dont nous débattons aujourd’hui.

 
  
MPphoto
 

  Renate Weber, au nom du groupe ALDE.(EN) Madame la Présidente, au nom de mon groupe politique, je voudrais tout d’abord exprimer mes condoléances à la famille de M. Orlando Zapata Tamayo, qui a payé le prix fort pour ses convictions.

Au fil des années, son activisme en faveur de la défense des droits de l’homme a été une source d’inspiration pour de nombreux autres défenseurs des droits de l’homme, dans et en dehors de Cuba.

La résolution proposée par plusieurs groupes politiques exprime notre profonde inquiétude quant aux conditions des droits de l’homme à Cuba. Soyons honnêtes. La situation ne s’est pas améliorée et beaucoup de journalistes indépendants, de dissidents pacifiques et de défenseurs des droits de l’homme sont maintenus en prison simplement parce qu’ils veulent exercer leurs libertés fondamentales d’expression et d’association et leur droit de réunion.

Parallèlement, les ONG indépendantes cubaines n’ont pas la possibilité de faire leur travail, car elles font l’objet d’un contrôle draconien de la part du gouvernement.

À l’heure de ce débat, plusieurs défenseurs des droits de l’homme sont en grève de la faim. C’est inquiétant, car tout indique que la santé de M. Guillermo Fariñas, notamment, se détériore rapidement.

Il est dommage que, jusqu’à présent, les autorités cubaines n’aient tenu aucun compte des appels répétés de l’UE pour la libération inconditionnelle de tous les prisonniers politiques. C’est pourquoi je crois fermement que ce Parlement doit demander à l’UE de continuer à recourir à tous les mécanismes possibles pour garantir le travail, et les vies, de ceux qui aspirent à un Cuba pluraliste et démocratique.

 
  
MPphoto
 

  Raül Romeva i Rueda, au nom du groupe Verts/ALE.(ES) Madame la Présidente, je tiens également à me joindre personnellement et au nom de mon groupe à ceux qui ont exprimé leurs condoléances pour la mort d’Orlando Zapata.

Quelle que soit l’opinion de chaque personne sur Cuba, il s’agit évidemment d’un regrettable incident en soi, qui mérite notre condamnation et certainement plus qu’une réflexion et un hommage. Cet événement mérite la formulation cohérente de la demande que nous faisons dans cette résolution, qui est de libérer ceux qui sont détenus pour leurs intentions ou convictions politiques à Cuba et partout ailleurs dans le monde.

Je pense que ce que nous faisons est cohérent, je pense que cela doit être fait, et je pense qu’il est important que nous le fassions également – et j’insiste –quelles qu’en soient les motivations cachées. Cela fait partie de l’accord.

Nous devons également demander la libération immédiate de ces personnes, dans le cas de Cuba, et, surtout, rappeler la situation délicate – comme cela a été mentionné - de certaines personnes qui, en suivant l’exemple d’Orlando Zapata, ont entamé une grève de la faim, en particulier le cas de Guillermo Fariñas.

Cependant, je voudrais également mettre en garde contre le risque de récupération et d’exploitation politique de ce cas pour d’autres questions qui, comme l’a dit M. Yáñez-Barnuevo, pourraient être dangereuses. Je pense qu’il est important de rappeler qu’il y a beaucoup de processus en cours qui sont utiles, qui fonctionnent, et que nous ne devrions, en aucun cas, succomber à la tentation – comme certains semblent le vouloir – de revenir à des événements passés, à des temps révolus; de revenir à l’échec politique de l’embargo, car nous en connaissons les conséquences.

Par conséquent, si nous sommes d’accord sur le fait que nous ne voulons pas que des situations comme celle d’Orlando Zapata se reproduisent, je crois qu’il est important de savoir comment nous pouvons avancer ensemble pour éviter que cela se reproduise, en commençant par faciliter le processus de démocratisation et de normalisation de l’île.

 
  
MPphoto
 

  Edvard Kožušník, au nom du groupe ECR. (CS) J’ai été personnellement très bouleversé par la mort d’Orlando Zapata et je voudrais dès lors, au nom de l’ensemble du groupe ECR, exprimer mes condoléances à toute sa famille. Je suis moi-même né en 1971, au sommet de ce qu’on appelle la normalisation communiste dans mon pays, qui a été l’une des périodes de terreur communiste les plus dures que mon pays a connues. L’expérience de mon pays avec l’idéologie criminelle du communisme explique la grande solidarité des citoyens tchèques avec le peuple cubain, et nous sommes dès lors très sensibles aux tristes nouvelles qui nous sont parvenues récemment de Cuba.

Vu que le régime totalitaire à Cuba défend toujours le slogan «le socialisme ou la mort», quarante ans après la révolution cubaine, il ne mérite pas la moindre tolérance. Je crois que la mort d’Orlando Zapata n’a pas été vaine et qu’elle incitera le peuple cubain à s’opposer en masse contre le régime communiste. Quand Pavel Wonka fut la dernière victime de la terreur communiste dans mon pays à mourir dans une prison communiste, le régime s’est effondré un an et demi plus tard. J’espère qu’Orlando Zapata sera le Pavel Wonka cubain, autrement dit, la dernière victime du despotisme communiste. Cuba se dégagera peut-être bientôt de l’emprise de l’ancienne garde révolutionnaire et deviendra vraiment une île libre.

Je vous lance donc un appel. L’ouverture de pourparlers sur une réévaluation de la position commune de l’UE est impossible à envisager tant qu’il n’y a pas de progrès fondamentaux et irréversibles pour la libération des prisonniers politiques, tant qu’aucun progrès menant au fonctionnement démocratique de la société cubaine et à la tenue d’élections libres n’est visible, et tant qu’il n’y a pas d’amorce au processus de réformes structurelles conduisant, entre autres, à de meilleures conditions de vie pour tous les citoyens cubains.

 
  
MPphoto
 

  Willy Meyer, au nom du groupe GUE/NGL.(ES) Madame la Présidente, mon groupe déplore profondément la mort du prisonnier Orlando Zapata. Comme c’est le cas pour chaque prisonnier, l’État était responsable de sa sécurité et de sa vie. En l’occurrence, c’est Cuba qui est responsable, et nous déplorons par conséquent profondément sa mort.

Nous ne sommes pas d’accord avec la manière dont cette Assemblée instrumentalise la question des droits de l’homme. Aujourd’hui, nous débattons de cette question et demain nous voterons. Nous ne l’avons pas fait pour le putsch militaire au Honduras. Cette Assemblée est peut-être le seul parlement au monde qui n’a pas condamné ou voté contre le putsch au Honduras, avec ses assassinats et ses tortures.

Par conséquent, nous ne sommes pas d’accord avec la philosophie qui se prononce ou se tait selon le lieu où les faits se produisent, selon le droit de l’homme qui est violé et la situation.

Il y a une semaine, le plus grand charnier d’Amérique latine a été découvert en Colombie. Les autorités elles-mêmes parlent de quelque 2 500 cadavres, et ce nombre pourrait grimper jusqu’à 50 000. Cela est-il condamné? Cela fait-il l’objet d’un débat, d’un vote et d’une condamnation? Que se passe-t-il avec les victimes civiles en Afghanistan? Que se passe-t-il avec la persécution dans le Sahara occidental? Non! Nous ne participerons pas à cette hypocrisie.

Je crois que ce qui est fondamental est que nous établissions une relation égalitaire avec la République de Cuba en vue d’aborder tous les programmes: les programmes politiques, les préoccupations des droits de l’homme, la situation pénitentiaire, mais sur un pied d’égalité, car l’Union européenne a encore une position commune avec la République de Cuba, ce qui est l’exception à la règle. Il n’y a pas d’autre pays au monde à l’égard duquel elle a une position commune. Elle n’en a pas avec la République populaire de Chine, qui a été citée, ni avec le Vietnam. Pourquoi? Pourquoi en a-t-elle une avec Cuba et pas avec la République populaire de Chine?

J’invite le Conseil, le président du Conseil, à soulever clairement la question suivante: un terme sera-t-il mis à la position commune? Il s’agit, selon moi, de l’un des obstacles les plus évidents à l’avancée vers un dialogue franc entre l’Union européenne et la République de Cuba, avec des agendas communs et partagés d’intérêt mutuel.

 
  
MPphoto
 

  Andreas Mölzer (NI).(DE) Madame la Présidente, la mort du dissident Orlando Zapata à la suite d’une grève de la faim et l’arrestation de la blogeuse Yoani Sánchez, qui a fait connaître au monde la vie quotidienne dans un Cuba socialiste, montrent clairement que nous devons poursuivre le lien établi par notre politique envers Cuba en 1996 avec les progrès dans le domaine de la démocratisation et des droits de l’homme. Les espoirs de progrès sous Raúl Castro se sont, bien sûr, envolés depuis longtemps.

La situation des prisonniers politiques, par exemple, ne s’est pas réellement améliorée. Ils ne jouissent toujours pas des libertés dont les frères Castro eux-mêmes jouissaient durant leur emprisonnement sous la dictature de Batista. Avec son adhésion acharnée à l’économie planifiée, Cuba n’est même plus capable de répondre aux besoins les plus élémentaires de sa population. À Cuba, la prospérité et l’esprit d’initiative sont clairement considérés comme des critiques du régime. À cet égard, même les habitants de la Chine communiste ont plus de facilité puisqu’ils peuvent au moins améliorer leur sort grâce à leurs efforts.

L’assouplissement de l’embargo économique américain par rapport aux services d’ordinateurs et de logiciels ne pourra pas combler entièrement les attentes que le public des promesses du président Obama, mais il permettra peut-être à l’opposition de mieux s’organiser. Notamment, ce sera également plus dur pour le régime cubain, avec la diversité des choix, de réprimer la libre expression d’opinion. Rien que pour cette raison, nous devrions soutenir les initiatives de l’Europe du mieux que nous pouvons et pousser pour un plus grand assouplissement du système communiste.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE MME ISABELLE DURANT
Vice-présidente

 
  
MPphoto
 

  Jarosław Leszek Wałęsa (PPE).(PL) La mort tragique du prisonnier d’opinion cubain, Orlando Zapata, est une énième preuve que le régime des frères Castro ignore les appels lancés par la communauté internationale demandant de mettre fin aux violations des droits de l’homme, en se débarrassant discrètement de ceux qui réclament la liberté et la démocratie. Aujourd’hui, cette tragédie, cette mort tragique, revêt une importance symbolique. C’est un appel désespéré à l’aide et à une action efficace, provenant principalement de responsables politiques et de décideurs internationaux, qui, tout en nouant des relations avec les autorités cubaines, ne veulent pas discuter avec les personnes de l’opposition, et font la sourde oreille aux représentants de la société civile à Cuba.

Nous devons agir au plus vite, de manière concertée, en vue de faire pression sur le régime castriste et d’exiger la libération immédiate de ceux qui ont été condamnés à plusieurs années d’emprisonnement à cause de leurs opinions.

Ces dernières années, l’Union européenne a essayé d’assouplir sa position et a même levé les sanctions diplomatiques à l’encontre de Cuba, dans l’espoir d’encourager ainsi les autorités à respecter les principes démocratiques. Malheureusement, la mort tragique d’Orlando Zapata montre que cette politique est naïve, inefficace et ne devrait très clairement pas être poursuivie.

Demain, nous allons voter sur la résolution pour clore le débat d’aujourd’hui. Cela devrait constituer un signal clair de notre opposition aux violations des droits de l’homme, au traitement inhumain des prisonniers politiques et au manque de respect des libertés civiles fondamentales à Cuba. Nous devons montrer que nous sommes solidaires avec le peuple cubain. Nous devons être la voix de ceux qui n’en ont pas à Cuba.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Emine Bozkurt (S&D).(NL) Madame la Présidente, le sort tragique d’Orlando Zapata Tamayo a entraîné une profonde indignation dans le monde entier. Dans sa situation désespérée, Zapata a senti que sa seule option était de se suicider en entamant une grève de la faim. Il a dû payer de sa vie ses protestations contre son emprisonnement et les conditions épouvantables dans sa prison cubaine. Et pourquoi? Quel crime Zapata a-t-il commis pour échouer dans cette prison? Exprimer et propager de manière non violente un avis autre que celui du gouvernement n’est pas un délit. Cela ne fait pas de vous un criminel ou un traître.

La mort de Zapata n’est pas un incident isolé. Le psychologue et journaliste, Guillermo Fariñas, a également entamé une grève de la faim, car il veut amener la libération de 26 prisonniers politiques malades. Quel est le sort qui l’attend? Paiera-t-il bientôt de sa vie, lui aussi, pour sa campagne de respect des droits de l’homme? Quand le gouvernement cubain changera-t-il d’avis? On estime qu’il y a quelque 200 autres prisonniers politiques à Cuba. Détenir des gens à cause de leurs idéaux va totalement à l’encontre de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Nous enjoignons Cuba à libérer sur-le-champ et sans condition ces prisonniers d’opinion et à mettre fin à cette flagrante violation des droits de l’homme. Aucun gouvernement ne peut contrôler ni régir la pensée de ses citoyens. Même si vous emprisonnez des personnes entre quatre murs ou les mettez derrière les barreaux, leurs idées persisteront. Toute tentative pour anéantir ces pensées et ces idées sera toujours vaine. Cuba n’en fait-il pas déjà l’expérience depuis des années?

Le gouvernement devra simplement entamer le dialogue avec les personnes qui pensent autrement. Le dialogue politique constitue le seul instrument pour avancer. C’est ce que Cuba doit à ses citoyens, car le peuple cubain mérite la démocratie et le respect de ses libertés fondamentales. La mort de Zapata ne peut pas être considérée comme insignifiante par l’histoire, elle doit marquer la fin de la situation actuelle en matière des droits de l’homme à Cuba.

L’Union européenne doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider à améliorer la situation des droits de l’homme à Cuba. Il ne s’agit pas seulement d’une question de prisonniers politiques comme Zapata; il s’agit également de laisser les défenseurs des droits de l’homme faire librement leur travail. Le gouvernement cubain doit prendre soin du peuple cubain. Il ne peut pas simplement emprisonner les gens et les traiter comme des criminels, sous l’effet de la peur. Priver les citoyens de leur liberté est un délit.

 
  
MPphoto
 

  Izaskun Bilbao Barandica (ALDE).(ES) Madame la Présidente, défendre les droits de l’homme signifie condamner la mort évitable, cruelle et injuste d’Orlando Zapata et exiger la libération de ceux qui sont toujours en prison. J’espère que cela fera réfléchir les autorités cubaines, dont le régime doit faire des progrès pour que leurs citoyens puissent jouir d’une vraie démocratie.

À Cuba, il y a une dictature parce qu’il y a des prisonniers d’opinion, parce qu’il y a la peur du débat, du libre échange d’idées et de projets, parce qu’il y a la peur de la liberté. Ce n’est pas un crime d’avoir des idées; elles peuvent provoquer, surprendre et choquer, mais elles doivent toujours être argumentées et débattues. Elles ne nécessitent jamais l’emprisonnement.

Les sociétés pensent et sentent, tout comme les prisonniers, et il est impossible d’interdire aux gens de penser et de sentir. Cela signifie que les idées et sentiments que les gens veulent réprimer finissent par s’insinuer dans la conscience de toute la société, à l’instar de l’eau. Cela vaut également pour la société cubaine et les protagonistes de la révolution qui ont mis un terme au régime de Fulgencio Batista devraient le savoir mieux que personne

J’espère que cette résolution les aidera à faire la transition dont ils ont besoin! Cependant, les droits de l’homme ne sont pas négociables. Le Parlement gagne en crédibilité quand il réagit avec la même vigueur à toutes les violations des droits de l’homme dans tous les pays: en Afghanistan, en Palestine, au Pays basque – mon petit pays –, au Honduras et en Colombie. Tel devrait être notre engagement. Naturellement, c’est le même engagement.

 
  
MPphoto
 

  Tomasz Piotr Poręba (ECR).(PL) Je pense que nous sommes tous d’accord dans cette Assemblée pour dire que la dictature communiste corrompue rend impossible tout type de changement positif à Cuba. L’État policier des frères Castro ruine l’économie de l’île, détruit la liberté civile et prive de nombreux Cubains de l’espoir d’une vie valant la peine d’être vécue.

L’avenir de Cuba se trouve, bien sûr, entre les mains des Cubains eux-mêmes, mais l’Union européenne peut y jouer un rôle actif. Nous devons exiger la libération de tous les prisonniers politiques. En fait, cela devrait être la première condition à tout dialogue avec Cuba. Nous devons soutenir l’action des organisations non gouvernementales, soutenir le respect des droits de l’homme et promouvoir l’accès aux médias indépendants, y compris l’internet.

La promotion du changement démocratique est un domaine dans lequel les liens transatlantiques peuvent jouer un rôle très important. C’est pourquoi nous devrions coopérer étroitement avec Washington. En combinant nos efforts, nous pouvons développer une stratégie à long terme concernant Cuba, qui ne démarrera pas avec une acceptation inconditionnelle du statu quo, mais avec une vision ambitieuse de reconstruction démocratique et économique.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 

  Ilda Figueiredo (GUE/NGL).(PT) Madame la Présidente, ce débat démontre à nouveau l’hypocrisie de la majorité de ce Parlement. La même majorité qui a refusé de condamner le putsch militaire au Honduras, ignorant qu’il a conduit à l’emprisonnement et à la mort d’innombrables personnes, est prête aujourd’hui à négocier des accords d’association avec un gouvernement issu d’élections truquées par ceux qui ont fait le putsch.

Bien sûr, nous regrettons tous la mort du citoyen cubain, M. Orlando Zapata Tamayo, à la suite d’une grève de la faim dans un hôpital cubain. Cependant, nous devons déplorer les conditions de ce débat et sa position inacceptable contre Cuba, mettant de côté les graves conséquences de l’embargo économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba et la détention dans des prisons américaines de cinq citoyens cubains qui voulaient simplement défendre leur pays.

Nous ne pouvons continuer avec cette position commune inacceptable qui empêche l’Union européenne de maintenir des relations ouvertes et entières avec le gouvernement cubain sur la base d’intérêts bilatéraux. Il est temps de mettre fin à la position commune en vue de commencer à normaliser les relations entre l’Union européenne et Cuba. C’est ce que nous attendons de la Présidence espagnole.

 
  
MPphoto
 

  Bogusław Sonik (PPE).(PL) Madame la Présidente, nous nous souvenons du fameux slogan de Fidel Castro: «le socialisme ou la mort». Aujourd’hui, nous pouvons affirmer, sans risque de nous tromper, que, de ce slogan, seule la mort subsiste. Pour preuve, les circonstances qui ont mené à la mort du prisonnier et patriote cubain, Orlando Zapata. Le régime castriste dictatorial fait honte à l’idée du socialisme démocratique.

Ce qui se passe à Cuba déshonore tous les politiques qui défendent les valeurs de la gauche. J’ai eu honte de l’Union européenne, également, lorsque le commissaire de l’époque, M. Michel, s’est rendu à Cuba avec une proposition de coopération au développement, mais a soigneusement évité tout contact avec l’opposition démocratique.

Nous devons mettre un terme à ce genre de politique, à fermer les yeux sur la réalité d’un pays dans lequel il ne s’est jamais tenu d’élections libres et dans lequel les prisonniers d’opinion purgent des peines de prison de plusieurs années dans des conditions scandaleuses. La Présidence espagnole propose aujourd’hui de mettre en œuvre une politique ouverte vis-à-vis de La Havane, mais cette politique doit être impérativement conditionnée par la démocratisation du régime cubain, la libération des prisonniers politiques, l’amorce du dialogue avec la société, la levée de la censure et la restauration des libertés civiles. Cela devrait être dit clairement, ouvertement et fermement au gouvernement à Cuba. En outre, cela est dans leur intérêt.

Nous savons qu’il y a divers chemins vers la liberté pour les peuples opprimés par des dictateurs. Il y a le chemin emprunté par la Pologne et l’Afrique du Sud – le chemin du dialogue et de la compréhension. Cependant, il y a également le chemin sur lequel s’est engagée la Roumanie dans son renversement sanglant du régime. Il est dans l’intérêt de chacun d’éviter un tel scénario. Quel chemin choisira La Havane? La clé doit être trouvée à Cuba. La politique de l’Union européenne doit contribuer activement à mener Cuba vers la voie de la liberté et de la démocratie. Telle doit également être la position du Parlement européen.

 
  
MPphoto
 

  Richard Howitt (S&D).(EN) Madame la Présidente, avant tout, je tiens à exprimer mes sincères condoléances pour la mort d’Orlando Zapata Tamayo et ma profonde préoccupation à l’égard des quatre autres prisonniers cubains et d’un activiste de l’opposition qui ont entamé eux aussi une grève de la faim en signe de protestation.

Le Parlement européen devrait réaffirmer notre appel à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers d’opinion à Cuba – 55 selon Amnesty International, 200 selon la commission des droits de l’homme de Cuba –et nous devrions faire part de notre inquiétude particulière aujourd’hui quant à la récente détention et au passage à tabac de Darsi Ferrer, directeur d’un centre pour la santé et les droits de l’homme à La Havane. Amnesty International n’a plus été invitée à se rendre à Cuba depuis 19 ans et devrait être autorisée à le faire. Nous devrions demander au gouvernement cubain de convenir de dates pour la visite proposée de Manfred Nowak, rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, que nous avons l’intention de rencontrer à Genève la semaine prochaine.

Vu que je fais partie des personnes dans cette Assemblée qui se sont toujours opposées à l’embargo imposé par les États-Unis sur le commerce depuis 1962, j’ai salué le fait que, sous la présidence de Barack Obama, des mesures ont été approuvées pour permettre aux Américano-Cubains de voyager plus librement et d’envoyer plus d’argent chez eux. J’ai salué la révision en 2008 de notre position commune européenne menant à l’instauration d’un dialogue politique entre Cuba et l’UE et le rétablissement de la coopération au développement de la CE, et je salue le fait que la BBC ait récemment pu se rendre à Cuba. Cependant, je suis déçu du fait que, au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Cuba n’a pas accepté les recommandations consistant à ratifier les deux principales conventions des droits de l’homme – le PIDCP (pacte international relatif aux droits civils et politiques) et l’ICESCR (pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels) – et à autoriser des inspecteurs indépendants visitent ses prisons.

Cet après-midi, je dis à la Commission et à la Présidence que vous – et tous ceux d’entre nous qui visitent Cuba – devriez rester fermes et obtenir la garantie que nous rencontrerons des membres de la société civile cubaine. La vice-secrétaire d’État adjointe américaine, Bisa Williams, a pu entreprendre une visite libre l’année passée et nous devrions insister – chacun d’entre nous allant à Cuba – pour que nous fassions de même.

 
  
MPphoto
 

  Louis Michel (ALDE). - Madame la Présidente, Monsieur le Commissaire, Monsieur le Ministre, la mort d’Orlando Zapata est le témoignage dramatique du désespoir auquel le manque ou l’absence de liberté peut conduire.

Comme le ministre l’a dit, cela ne devrait évidemment pas arriver. Nous devons dénoncer le maintien en prison de prisonniers d’opinion et exiger leur libération. Nous ne pouvons cautionner l’arbitraire d’un pouvoir qui refuse avec obstination de s’ouvrir à l’exercice des libertés les plus fondamentales, mais ma conviction est que nous ne pouvons pas nous priver des vertus et des perspectives d’un dialogue politique qui reste, plus que jamais, l’expression la plus tangible de nos valeurs européennes.

Les relations entre Cuba et l’Union européenne sont complexes depuis très longtemps, souvent fondées sur des aveuglements et des incompréhensions qui ont conduit à des raidissements graves et qui minent régulièrement les avancées ou les perspectives du dialogue politique. Nous savons tous que Cuba est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Je reste plus que jamais persuadé que nous aurions tort de ne pas préserver les avantages et les avancées, même modestes, d’un dialogue nourri par des liens historiques, culturels et linguistiques particuliers.

L’Union européenne est sans doute la seule puissance politique capable de convaincre les Cubains que l’isolement dans lequel ils se confinent est suicidaire et ne peut les conduire, tôt ou tard, qu’à un destin dramatique. Nous ne pouvons nous soustraire à cette responsabilité que nous avons de poursuivre le dialogue sans en écarter aucun des sujets difficiles, mais sans pratiquer – ce qui me semble trop souvent le cas – deux poids et deux mesures.

 
  
MPphoto
 

  Marek Henryk Migalski (ECR).(PL) La liberté triomphera à Cuba. Il y aura la démocratie et il y aura le libre-échange.

L’Union européenne ne peut aider à faire tomber le régime et, je suppose, ne le désire pas, mais elle devrait vouloir et pouvoir aider les Cubains après le changement de régime. Les expériences de pays tels que la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie montrent que cela est possible et peut aboutir. Nous pouvons les aider par notre expérience, et après le renversement de Castro, l’Union européenne devrait les aider par son expérience et ses moyens financiers, pour que Cuba ne connaisse jamais la situation, décrite par l’observateur polonais, Marek Magierowski, où dans le futur, les descendants d’Orlando Zapata, fréquemment cité dans cette Assemblée, servent du rhum sur les promenades et les boulevards de La Havane aux descendants de Castro.

 
  
MPphoto
 

  Jiří Maštálka (GUE/NGL). (CS) À l’origine, je suis médecin et je sais à quel point il est difficile de sauver une vie humaine. Je regrette sincèrement la perte d’une vie humaine et je partage votre chagrin à propos de la mort d’Orlando Zapata. J’ai examiné soigneusement toutes les résolutions proposées par les groupes politiques. Je crains de devoir répéter ce que j’ai dit lorsque nous débattions récemment du rapport sur la situation des droits de l’homme dans les républiques d’Asie centrale. J’ai dit alors que nous commettions une erreur en nous positionnant comme des mentors n’ayant rien de bon à dire et ne témoignant d’aucun respect pour les traditions historiques et culturelles spécifiques de ces pays, pas même pour les résultats positifs que ces pays ont atteints. La même chose s’applique à Cuba. Je crois fermement que la seule façon d’améliorer la situation à Cuba est au moyen d’un dialogue égalitaire, ce à quoi les fonctionnaires cubains sont disposés. Ainsi, nous pouvons également contribuer à améliorer les droits sociaux et économiques à Cuba. Nous ne devons pas oublier que Cuba, malgré sa situation économique difficile, fait toujours partie des premiers pays à apporter son assistance aux autres, par exemple, dans la catastrophe en Haïti. Il est vrai que celui qui condamne vite aime condamner. Nous ne devrions vraiment pas prendre cette voie.

 
  
MPphoto
 

  Mario Mauro (PPE). - (IT) Madame la Présidente, chers collègues, je crois vraiment pouvoir affirmer qu’aujourd’hui nous écrirons une page digne de l’histoire de ce Parlement et encore plus demain lorsque nous voterons. Nous l’écrivons parce que pour une fois, mettant de côté nos préjugés mutuels du fait de notre appartenance à différents groupes, nous nous inclinons devant le mystère suprême de la mort d’un homme et reconnaissons la vérité.

Qu’écrirons-nous en fait dans cette résolution? Nous écrirons des choses pouvant sembler simples et évidentes, mais qui sont en fait très importantes. Nous écrirons qu’à Cuba, il n’y a pas de liberté, nous écrirons qu’à Cuba, il n’y a pas de démocratie, nous écrirons qu’une vie est une vie et que les gens ne devraient pas être tués. Nous pouvons tenir cela pour quasiment acquis, mais il nous a fallu de nombreuses années pour surmonter nos préjugés mutuels et pour reconnaître un fait qui n’offense aucune de nos convictions politiques, mais nous pousse simplement à reconnaître ma moindre parcelle de vérité qui est la seule base pour la discussion.

Nous ne devons pas éviter les discussions avec Cuba, mais nous devons plutôt insister pour que chaque vraie discussion découle de la vérité, autrement dit, de son échec à reconnaître l’importance capitale de l’individu. Ce dont nous avons plus besoin que des poignées de main et des gestes amicaux, sont des mesures appropriées, amenant le gouvernement de Castro à abandonner tout espoir d’atteindre des compromis qui n’attacheraient aucune importance, ou du moins, qu’une importance secondaire, à la question des droits de l’homme.

Le Parlement a fort justement saisi cette occasion, contrairement à la haute représentante, à qui je rappellerai à nouveau, comme je l’ai fait ce matin, que Cuba libre n’est pas le nom d’un cocktail: c’est un cri de ralliement que nous portons dans nos cœurs, car nous voulons la démocratie et nous voulons que Cuba soit libre.

 
  
MPphoto
 

  María Muñiz De Urquiza (S&D).(ES) Madame la Présidente, les membres espagnols du groupe Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen regrettent profondément la mort d’Orlando Zapata, et la situation des prisonniers d’opinion, et nous réclamons très fermement leur liberté.

La mort d’Orlando Zapata est regrettable, mais peut également nous servir de détonateur pour arrêter de parler des droits de l’homme à Cuba et commencer à œuvrer pour les droits de l’homme avec les autorités cubaines, afin de promouvoir les droits de l’homme à Cuba. À cette fin, nous devons commencer par penser à modifier la position commune qui nous empêche d’avoir un dialogue avec les autorités cubaines, qui ont la capacité de changer la situation des droits de l’homme sur l’île.

La position commune – qui, soit dit en passant, n’est pas si commune étant donné qu’une grande partie des États membres de l’Union européenne ont des relations bilatérales avec Cuba – constitue un obstacle à toute possibilité de dialogue politique. Elle empêche l’Union européenne de mettre en œuvre les principes sous-jacents à son action extérieure, qui incluent la promotion de la démocratie et des droits de l’homme dans le monde.

La position commune est un instrument démodé, dépassé adopté au siècle dernier par 15 États membres de l’Union européenne. Aujourd’hui, nous sommes 27 États membres. La situation mondiale a évolué. Les États-Unis maintiennent un dialogue avec Cuba sur des sujets aussi sensibles que l’immigration. L’Organisation des États américains a admis Cuba en son sein, sur la base du dialogue dans le contexte du respect des principes sous-tendant l’Organisation.

Dans cette nouvelle ère pour l’Union européenne, nous avons besoin d’un instrument négocié bilatéralement qui nous permettra d’être efficaces là où l’Union européenne peut l’être, à savoir promouvoir la démocratie et les droits de l’homme. Il est curieux que l’Union européenne bloque le dialogue avec Cuba vu que, dans ses relations extérieures, elle a négocié et met en œuvre des accords avec des pays qui n’atteignent pas les normes minimales pour les droits civils et politiques et, bien sûr, pas non plus en termes de droits sociaux, contrairement à Cuba.

Seuls le dialogue, les mécanismes de coopération et le compromis par le biais d’un traité international permettront à l’Union européenne d’exiger quelque chose de Cuba, et ceux qui refusent le dialogue font obstacle à la recherche d’une issue digne pour ceux qu’ils prétendent défendre.

En revanche, la politique étrangère du gouvernement espagnol constitue un bon exemple, car grâce à un dialogue constructif et exigeant, un nombre considérable de prisonniers d’opinion ont été libérés.

Comme disait Don Quichotte, celui qui est puni par des faits, il ne faut pas le punir par des mots. Nous allons par conséquent arrêter de parler et commencer à travailler pour les droits de l’homme à Cuba, en coopération avec les autorités cubaines, les prisonniers d’opinion en ont plus besoin, que des condamnations de cette Assemblée.

 
  
MPphoto
 

  Ramon Tremosa i Balcells (ALDE).(ES) Madame la Présidente, chers collègues, dans les raids du printemps noir cubain en 2003, 75 dissidents avaient été emprisonnés, accusés d’être des espions à la solde des États-Unis. Orlando Zapata a été arrêté à la même période pour irrespect, troubles de l’ordre public et désobéissance.

Les femmes de ces 75 dissidents se sont rassemblées pour former le groupe des «Dames en blanc», qui a reçu le prix Sakharov pour la liberté de pensée décerné par le Parlement en 2005. Entre parenthèses, je voudrais signaler que le régime castriste n’a pas délivré les visas aux «Dames en blanc» pour qu’elles puissent venir ici au Parlement recevoir leur prix.

La commission des droits de l’homme de Cuba reconnaît qu’il y a là-bas quelque 200 prisonniers politiques, dont 22 sont des journalistes. Cuba occupe la troisième place de l’affligeant classement mondial des journalistes emprisonnés, derrière l’Iran qui en compte 52 et la Chine 24.

Orlando Zapata, âgé de 42 ans, a été déclaré prisonnier d’opinion par Amnesty International. Il a entamé une grève de la faim le 3 décembre 2009 en raison des coups répétés qu’il a reçus et d’autres mauvais traitements, et il est mort le 23 février, après 85 jours de grève de la faim.

Le Parlement devrait exprimer sa solidarité avec la famille et les amis de M. Zapata et faire part de sa grande préoccupation au sujet de l’état des droits de l’homme à Cuba. Cette Assemblée devrait envoyer un message clair au régime castriste, surtout dans le contexte de la Présidence espagnole. La Présidence espagnole devrait, soit dit en passant, être beaucoup plus active dans la défense des droits fondamentaux à Cuba.

Enfin, chers collègues, je voudrais profiter de l’occasion pour demander la libération immédiate de tous les prisonniers politiques à Cuba.

 
  
MPphoto
 

  Francisco José Millán Mon (PPE).(ES) Madame la Présidente, la démocratie et la défense des droits de l’homme ont une place importante parmi les principes et objectifs de l’action extérieure de l’Union – je fais référence à l’article 21 du traité sur l’Union européenne. Cet article s’applique également aux relations avec Cuba et avec le peuple cubain, qui nous est très cher.

Malheureusement, au cours de ces cinq dernières années, les actions du Conseil s’avèrent avoir été essentiellement régies par le désir de corriger la ligne adoptée les années précédentes, en particulier en 2003 quand il y a eu une vague de répression extrêmement dure à Cuba. En 2005, le Conseil a suspendu les mesures de 2003.

Par la suite, des ministres des affaires étrangères et des commissaires se sont rendus sur l’île. En juin 2008, les mesures de 2003 ont été levées et un dialogue politique général a été établi – comme nous l’a rappelé M. López Garrido – et des réunions de haut niveau ont eu lieu régulièrement. Un chef d’État d’un État membre a même visité La Havane récemment. Malheureusement, les responsables politiques européens qui se sont rendus sur l’île n’ont pas eu un seul moment pour rencontrer les représentants des dissidents, qui se sont dès lors sentis marginalisés.

Pendant tout ce temps, la répression à Cuba a continué. Il n’y a ni changements ni réformes. Néanmoins, le dialogue politique a été maintenu. Aujourd’hui, nous sommes tous bouleversés par la mort du prisonnier politique, Orlando Zapata.

Comme tout le monde le sait, chers collègues, certains gouvernements, comme le gouvernement espagnol, ont déclaré à plusieurs reprises souhaiter l’annulation de la position commune. Celle-ci dit quelque chose de très logique: le soutien de la transition démocratique, essentiellement la même chose qu’exigent les principes et objectifs de l’article 21 du Traité.

Je terminerai par deux points. La position commune n’a pas entravé le dialogue. C’est évident. Qui plus est, elle a été reconfirmée récemment par les 27 ministres en juin 2009. Deuxièmement, la priorité ne peut pas être le changement de la position commune – ce serait le comble! La priorité aujourd’hui est de demander la libération immédiate, totale et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques.

Je considère Cuba et l’Amérique latine comme faisant partie de l’Occident et les symboles qui identifient l’Occident sont la dignité des êtres humains et le respect de leurs droits fondamentaux. J’ai une réflexion finale: je voudrais rappeler au Conseil que, dans ses propres conclusions de juin 2009, il disait que l’avenir du dialogue politique avec les autorités cubaines dépendait des progrès réalisés, en particulier, dans le domaine des droits de l’homme. Quelqu’un peut-il affirmer que ces progrès ont lieu aujourd’hui? Quelqu’un peut-il réellement l’affirmer?

 
  
MPphoto
 

  Antonio Masip Hidalgo (S&D).(ES) «L’histoire m’absoudra» était la fameuse déclaration d’un jeune avocat qui a ému son peuple. L’histoire l’absout pour sa rébellion contre la tyrannie et ensuite contre l’embargo américain.

Cependant, c’est avec le même jugement inflexible, que le Parlement, qui représente le plus grand espace de liberté et de démocratie dans le monde, condamne la dictature subie par le peuple de Cuba, la violation des droits de l’homme sur l’île, la cruauté envers les prisonniers politiques et le mépris pour ses ressortissants en exil. Le jugement de l’histoire est clair.

Avec cette résolution, les membres de toutes les idéologies se rangent du côté du peuple cubain dans sa lutte. Nous devons faire tout ce qui est possible pour empêcher la répression brutale dont ils sont victimes, ce qui implique l’annulation de la position commune paralysante.

Je rendrai hommage à Raúl Rivero dont les derniers vers qu’il a écrits dans sa ville, La Havane, disent qu’ils ne taxent pas l’affection, le vide, l’asphyxie ou l’amertume. Les ruines de la patrie sont sûres. Ne vous inquiétez pas mes camarades. Nous partons maintenant.

 
  
MPphoto
 

  Fiorello Provera (EFD). - (IT) Madame la Présidente, chers collègues, à nouveau, les choix et la conduite du régime communiste cubain met notre Parlement face à un dilemme: est-il possible de continuer à dialoguer avec ce régime? Depuis des années maintenant, le Parlement européen demande aux autorités cubaines des réformes démocratiques qui respectent les droits de l’homme. Cependant, la passation de pouvoir de Fidel Castro à son frère, Raúl, n’a conduit ni aux réformes démocratiques ni à la libération des prisonniers politiques.

La mort d’Orlando Zapata en prison, après 85 jours de grève de la faim, démontre la nature idéologique et oppressive du régime. En 10 ans, l’Union européenne a financé des mesures d’aide envers Cuba à hauteur de 145 millions d’euros: les résultats sont loin d’être brillants. En fait, ce financement a contribué à entretenir la tyrannie. Si nous voulons être crédibles, nous devons exiger que les relations avec La Havane, y compris l’aide au développement, soient liées à des améliorations concrètes et vérifiables de la situation des droits de l’homme pour tous les citoyens cubains, en commençant par la libération immédiate des prisonniers politiques et d’opinion.

Il ne s’agit pas de lancer un ultimatum, mais d’exiger un changement de la part de l’un des régimes les plus oppressifs de la planète, une pâle imitation d’une idéologie dépassée par l’histoire et en voie d’extinction.

 
  
MPphoto
 

  Michael Gahler (PPE).(DE) Madame la Présidente, nous devrions faire une proposition tangible au peuple cubain ainsi qu’au régime de l’île: au lieu du statu quo politique, nous financerons une transition vers la démocratie à Cuba. La première étape doit être la libération de tous les prisonniers politiques. Parallèlement, les États-Unis devraient mettre fin à leurs sanctions, qui ont contribué à cimenter le régime plutôt qu’à le vaincre. L’étape suivante devrait être l’organisation d’une table ronde composée des représentants du régime et du mouvement des droits civils basé à Cuba afin d’élaborer un calendrier pour la transition vers la démocratie et pour des élections démocratiques.

Soit dit en passant, l’Europe centrale montre qu’il y a toujours un avenir pour l’ancien parti d’État –même pour ce parti, il y a une vie après la mort de l’ancien régime. Nous devrions, en tant que l’UE et États membres, appuyer ce processus comme nous l’avons fait en Europe centrale. Nous aiderions ainsi le peuple cubain, stabiliserions la région et ouvririons la voie à un nouveau type de relations avec les États-Unis qui ne représenterait pas une répétition de l’ère pré-Castro.

 
  
MPphoto
 

  João Ferreira (GUE/NGL).(PT) Madame la Présidente, indépendamment des raisons qui nous motivent, la mort de M. Orlando Zapata Tamayo est regrettable; il est déplorable qu’il ait été au bout de sa protestation. Cependant, nous ne pouvons accepter toute intensification de campagnes politiques et idéologiques inacceptables contre Cuba et son peuple qui se servent de ce triste et regrettable événement comme prétexte.

Indépendamment du point de vue de chaque personne par rapport aux choix du peuple cubain, ces choix et son droit souverain de décider de son destin et de la forme d’organisation politique de l’État doivent être respectés.

Pour ces raisons, nous condamnons toutes les formes d’ingérence ou d’attaque, y compris le blocus criminel auquel Cuba est soumis depuis près d’un demi-siècle.

Pour ces raisons, nous estimons également que la position logique de l’Union européenne et la voie à suivre doivent consister à normaliser pleinement les relations avec Cuba par le retrait de la position commune contre Cuba, qui représente une forme de discrimination inacceptable exercée contre Cuba et son peuple.

Par-dessus tout, nous n’acceptons pas l’immense hypocrisie de beaucoup de personnes au sein de ce Parlement et nous dénonçons vigoureusement la politique de deux poids, deux mesures de l’Union européenne.

 
  
MPphoto
 

  Antonio López-Istúriz White (PPE).(ES) Madame la Présidente, j’adresse mon allocution à la mère d’Orlando Zapata et à ceux qui souffrent comme lui dans la lutte pour la liberté à Cuba: ils ne sont pas seuls.

Aujourd’hui, à travers cette résolution – pour laquelle, en ma qualité de secrétaire général de mon parti, je voudrais remercier les auteurs, et en particulier tous les partis qui l’ont signée – le Parlement parle d’une seule voix contre cette dictature isolée et délabrée. Aujourd’hui, nous signons le début de la sentence de mort internationale de ce régime.

Je suis convaincu, sur la base de la plupart des interventions que j’ai entendues, que nous sommes tous unis pour condamner fermement et clairement la mort de votre fils. Bon nombre d’entre nous, cependant, vont plus loin que cette déclaration: vous pouvez être certaine que nous resterons vigilants en vue d’obtenir la libération inconditionnelle de tous les prisonniers politiques sur l’île.

Nous resterons vigilants eu égard à la situation des violations des droits de l’homme sur l’île. Le groupe Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) se battra, bien sûr, pour maintenir la position commune de l’Union européenne, et je suis sûr d’après ce que j’ai entendu, que beaucoup d’autres feront pareil.

Nous n’enverrons pas des signaux confus, mais une indication claire pour réaliser notre rêve de voir une Cuba démocratique. Le sacrifice suprême d’Orlando a trouvé écho dans les consciences du bien du monde entier. Assurons-nous que le sacrifice silencieux de milliers de Cubains soit célébré bientôt dans un Cuba libre.

 
  
MPphoto
 

  Gesine Meissner (ALDE).(DE) Madame la Présidente, pour nous, il est relativement facile de parler, quand des violations des droits de l’homme se produisent ailleurs et que des gens meurent également pour leurs convictions. Il est important de clarifier cela. M. Zapata a effectivement perdu la vie à la suite de sa grève de la faim, et il y a également d’autres prisonniers qui sont maintenant poussés à faire la grève de la faim.

Nous devons, par conséquent, réfléchir spécifiquement à la manière dont nous pouvons avancer de manière ciblée. Certains ont dit que nous ne devrions absolument pas parler avec Cuba parce que le régime en place est inacceptable pour nous. D’autres – et je ne pense pas que cette possible soit la bonne, Monsieur Ferreira – ont exprimé leur avis selon lequel il y a une hypocrisie ici et que le peuple de Cuba devrait avoir la liberté de prendre ses propres décisions politiques. Je pense que la liberté de prendre des décisions politiques s’arrête effectivement là où les droits de l’homme sont violés et où des gens meurent. Dans ces circonstances, nous, le Parlement européen, devons faire quelque chose.

En toile de fond, c’est définitivement une bonne chose que les propositions spécifiques qui ont été mises sur la table – incluant notamment quelques nouvelles suggestions de M. Gahler – soient discutées en détail et que nous réfléchissions à ce que nous pouvons faire pour intervenir contre les violations des droits de l’homme partout dans le monde et pour aider les gens du monde entier.

 
  
MPphoto
 

  Franz Obermayr (NI).(DE) Madame la Présidente, alors que nous discutons de nos relations avec Cuba ici aujourd’hui dans l’ombre de la mort tragique d’Orlando Zapata, nous devons admettre que l’avis que nous avons eu sur Cuba remonte à une époque où nos pensées étaient définies par un cadre ami-ennemi. Nous avions, d’une part, les méchants Cubains qui étaient les vassaux de l’intention de l’Union soviétique de conduire la révolution internationale et, d’autre part, les gentils Cubains, qui ont sauvé le pays de l’emprise des barons du sucre, de la mafia, de la CIA et de l’impérialisme américain. D’un côté, il y avait les méchants Cubains, les oppresseurs communistes du peuple, et de l’autre ceux qui ont apporté à la population l’éducation, les soins médicaux et qui ont mis un terme à leur faim. Aujourd’hui, si la mort d’Orlando Zapata doit avoir un sens – si, du reste, la mort peut avoir un sens – nous devrions, en tout cas, prendre cet héritage très au sérieux. Cette mort ne doit pas être vaine.

L’autre chose qui doit arriver est que l’UE doit poursuivre des voies claires, des voies politiques sérieuses, et ne doit pas permettre que nous tombions sous le joug des États; nous devons être libres des anciens fardeaux idéologiques et nous devons être sur un pied d’égalité dans le dialogue politique et pousser à ce qu’il y ait des améliorations claires dans la situation des droits de l’homme de sorte que nous pourrons bientôt parler d’un Cuba libre et que les gens sur l’île pourront vivre en démocratie.

 
  
MPphoto
 

  Alf Svensson (PPE).(SV) Madame la Présidente, l’embargo commercial américain est en place depuis près de 50 ans. L’embargo a apporté la pauvreté et l’oppression au peuple de Cuba, comme l’ont souligné divers orateurs.

Beaucoup de personnes connaissent bien le rapport rédigé par Human Rights Watch en novembre 2009 intitulé «Un nouveau Castro, le même Cuba», qui a proposé de lever l’embargo et de laisser six mois aux dictateurs de Cuba pour libérer les prisonniers politiques. S’ils étaient incapables de le faire, un embargo plus intelligent devrait alors être introduit. Il serait du type qui a été utilisé récemment à plusieurs occasions et qui implique de geler les biens et les investissements étrangers et de mettre en place une interdiction de voyage. Les plus grands États démocratiques et l’UE devraient, bien sûr, soutenir cette proposition. Il serait intéressant de connaître ce que le président en exercice du Conseil pense de cette proposition formulée par Human Rights Watch.

 
  
MPphoto
 

  Anna Záborská (PPE). (SK) Notre engagement contre les violations des droits de l’homme doit être une priorité pour l’Union européenne en toute circonstance.

Orlando Zapata, un prisonnier politique cubain, est mort après avoir entamé une grève de la faim. Un autre prisonnier cubain fait une grève de la faim en signe de protestation au nom de 25 prisonniers en très mauvaise santé et dont la vie est menacée. Ce n’est pas une solution de faire ce que le gouvernement espagnol a suggéré en offrant l’asile au prisonnier gréviste de la faim. Je pense au gouvernement espagnol, qui préside l’Union européenne en ce moment, car leur proposition ne répond pas à la situation. La libération immédiate des prisonniers politiques est assez difficile. C’est pourquoi je demande au commissaire Piebalgs que la Commission européenne entame les négociations avec le gouvernement cubain pour permettre à la Croix-Rouge internationale de visiter les prisonniers politiques cubains. Cela permettrait ainsi d’évaluer objectivement leurs conditions et contribuerait aux futures négociations. La Croix-Rouge a été autorisée à le faire à la prison de Guantánamo.

 
  
MPphoto
 

  Angelika Werthmann (NI).(DE) Madame la Présidente, chers collègues, moi aussi je recommande le respect des droits de l’homme en Europe, ainsi que dans les autres parties du monde. La mort de M. Zapata est un appel à l’aide d’une personne qui attire l’attention de manière très tragique sur ce qui était – du moins pour lui – une situation totalement insupportable. Je voudrais qu’en tant qu’Européens, nous prenions clairement position en faveur du respect des droits de l’homme sauvegardé dans la charte des Nations unies, quelle que soit la situation politique.

 
  
MPphoto
 

  Diego López Garrido, président en exercice du Conseil.(ES) Madame la Présidente, je crois que le débat que nous avons eu sur la situation des prisonniers d’opinion à Cuba, à la suite de la mort de l’un d’entre eux, Orlando Zapata, démontre le haut niveau d’entente entre les députés et les groupes politiques. Je suis certain que cela se reflétera demain lors du vote qui doit avoir lieu sur les résolutions résultant de ce débat, qui sont fondamentalement conformes à la position du Conseil, de la Commission et de toutes les institutions européennes. Cela renforce sans aucun doute l’Union européenne dans ce dialogue essentiel avec Cuba et dans l’objectif de faire progresser et d’améliorer le sort du peuple cubain.

Je crois que nous sommes d’accord pour dire qu’il est nécessaire de dénoncer immédiatement toute violation des droits de l’homme où qu’elle se produise. Je pense qu’il s’agit d’un principe fondamental qui a été mis en avant, et il devrait toujours être mesuré avec les mêmes critères.

L’Union européenne doit se manifester dès qu’il y a une violation des droits de l’homme, car cela fait partie de sa personnalité même. Dans ce cas, nous le faisons à l’égard de Cuba, en disant et en exigeant que tous les prisonniers d’opinion qui restent à Cuba soient libérés et que les droits de l’homme y soient respectés.

Ce n’est pas tout cependant: devons travailler utilement et être efficaces, atteindre des résultats qui améliorent le bien-être et les conditions de vie des prisonniers d’opinion et qui permettent même leur libération.

Dans certains cas, nous avons réussi, et dans d’autres cas, des progrès ont été réalisés. C’est entre autres parce que le dialogue politique est un élément fondamental de la politique de l’Union européenne à l’égard de Cuba. Ce dialogue a été repris récemment – ce qui est une bonne chose selon moi – et, en mettant fin aux sanctions dénuées de tout bon sens qui faisaient partie de la position de l’Union européenne et en renouant ce dialogue politique, il a été possible de faire quelque chose qui ne l’était plus depuis 2003: parler aux autorités cubaines des prisonniers d’opinion.

Naturellement, cette évaluation que certains d’entre vous ont mentionnée, l’évaluation du résultat de ce dialogue, devra avoir lieu périodiquement, et il y devra y avoir une évaluation de ce processus cette année. Nombre d’entre vous je fais référence, par exemple, aux allocutions de M. Mauro, de M. Yáñez-Barnuevo ou de M. Michel – ont souligné l’importance de ce dialogue, de cette coopération, et de l’autorité morale de l’Union européenne pour pouvoir parler à Cuba et enregistrer des progrès, qui est l’objectif premier.

Nous saluons dès lors l’accord majoritaire dans cette Assemblée concernant la situation des droits de l’homme à Cuba, qui, je pense, peut se résumer en un message: bien que nous restions ouverts au dialogue avec Cuba, l’Union européenne continuera à exiger la libération de tous les prisonniers politiques là-bas et le respect des droits civils et politiques des citoyens cubains.

 
  
MPphoto
 

  Andris Piebalgs, membre de la Commission.(EN) Madame la Présidente, je crois que ce débat a prouvé à nouveau que, en ce qui concerne les questions des droits de l’homme et de la démocratie, le Parlement est un phare.

La Commission ne tolèrera jamais non plus la violation des droits de l’homme et de la démocratie. Cela restera une pierre angulaire de notre politique, pas seulement à cause de sa force, mais nous croyons également que quand on a des opinions fortes, il faut le faire savoir.

Comme vous le savez également, notre travail avec Cuba se basera sur le maintien de la position commune de 1996. Elle fournit la base et il est très clair que quelques changements élémentaires au niveau des droits de l’homme devront être effectués à Cuba.

Parallèlement, des dialogues constructifs qui ont démarré en 2008 donnent également des signes positifs. Je ne dirais pas que nous avons atteint des percées majeures, mais sur un certain nombre de questions, il y a eu des progrès.

Je pense que nous devons poursuivre dans cette voie. De plus, nous devrions également continuer à rencontrer la société civile. La Commission suivra la conclusion du Conseil qui dit que, lorsque cela est opportun, des réunions avec l’opposition démocratique feront partie des visites de haut niveau et nous les recherchons activement.

 
  
MPphoto
 

  La Présidente. - J’ai reçu, conformément à l’article 110, paragraphe 2, du règlement, sept propositions de résolution.

Le débat est clos.

Le vote aura lieu demain.

Déclarations écrites (article 149)

 
  
MPphoto
 
 

  Krzysztof Lisek (PPE), par écrit. (PL) Orlando Zapata Tamayo, arrêté en 2003 avec un groupe de 75 autres dissidents lors de la répression dirigée par les autorités contre des groupes de l’opposition, est mort après deux mois de grève de la faim dans une prison cubaine. J’espère que la mort tragique de l’un des prisonniers politiques cubains les plus connus a rappelé à chacun que la question des droits de l’homme à Cuba n’a pas été réglée.

J’adhère pleinement aux exigences du groupe Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens) et de nombreuses organisations des droits de l’homme qui encourage les gouvernements des États européens à faire pression sur les autorités cubaines pour la libération sans condition des prisonniers politiques, sous la menace de bloquer toute tentative d’améliorer les relations entre l’UE et Cuba. Je suis d’avis que la levée totale des sanctions contre Cuba par l’Union européenne, sans négocier la libération effective de tous les prisonniers politiques, était prématurée. Parallèlement, je voudrais souligner que les citoyens de Cuba ne devraient pas payer pour les erreurs de ceux qui ont pris de telles décisions. Il est grand temps que le pays prenne des mesures spécifiques tendant vers la démocratisation, la construction de la société civile et le respect des droits de l’homme, en particulier, la liberté de parole et d’association.

Je voudrais répéter les mots de l’ancien Premier ministre d’Espagne, José María Aznar, et dire qu’il est inacceptable que, lors des visites à Cuba, les responsables politiques européens aient refusé de rencontrer les représentants de l’opposition. Nous devons trouver des outils pour soutenir le développement d’un système démocratique à Cuba, et transmettre à la nation cubaine les valeurs universelles associées à la construction de la démocratie et à une société démocratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Tunne Kelam (PPE), par écrit.(EN) La mort prématurée d’Orlando Zapata Tamayo, après sept ans d’emprisonnement illégal contre lequel il ne lui restait plus qu’un seul moyen de protestation, doit être considérée comme relevant de la responsabilité du régime répressif de Cuba. Il est de notre responsabilité de garder à l’esprit les mots de la mère d’Orlando Zapata: «On ne devrait pas subir ce que mon fils a enduré». Pendant les quatre dernières années du régime de Raúl Castro, la dictature communiste n’a pas répondu aux attentes et n’est pas devenue plus humaine à Cuba. Les gens là-bas continuent à risquer leur vie en exprimant leur opinion. Il y a encore quelque 200 prisonniers politiques à Cuba. Tant les États-Unis que les États membres de l’UE ont condamné la mort de M. Zapata, toutefois cette protestation n’a pas été suffisamment forte ou opportune. Dans des cas comme celui-ci, il ne faut pas tarder à réagir, comme l’a fait la Présidence espagnole. La morale du cas de Zapata est que l’on ne peut ignorer les dures réalités de la dictature cubaine. Notre politique envers Cuba doit rester conditionnée par de réels changements là-bas. L’UE doit se ranger aux côtés du peuple cubain au lieu de nourrir l’espoir de pouvoir faire confiance aux assassins de Zapata.

 
  
 

(La séance, suspendue à 17 h 25, est reprise à 18 heures)

 
  
  

PRÉSIDENCE DE MME DIANA WALLIS
Vice-présidente

 
Dernière mise à jour: 4 juin 2010Avis juridique