Index 
 Înapoi 
 Înainte 
 Text integral 
Stadiile documentului în şedinţă
Stadii ale documentelor :

Texte depuse :

O-0077/2010 (B7-0312/2010)

Dezbateri :

PV 15/06/2010 - 12
CRE 15/06/2010 - 12

Voturi :

Texte adoptate :


Dezbateri
Marţi, 15 iunie 2010 - Strasbourg Ediţie revizuită

12. Agenţiile de rating de credit (dezbatere)
Înregistrare video a intervenţiilor
PV
MPphoto
 

  President. − The next item is the debate on:

– the oral question to the Commission on credit rating agencies by Nikolaos Chountis and Jürgen Klute, on behalf of the GUE/NGL Group (O-0051/2010 – B7-0302/2010),

– the oral question to the Commission on credit rating agencies by Udo Bullmann, on behalf of the S&D Group (O-0072/2010 – B7-0309/2010),

– the oral question to the Commission on credit rating agencies by Jean-Paul Gauzès, on behalf of the PPE Group (O-0077/2010 – B7-0312/2010), and

– the oral question to the Commission on credit rating agencies by Sylvie Goulard, on behalf of the ALDE Group (O-0078/2010 – B7-0313/2010).

 
  
MPphoto
 

  Νικόλαος Χουντής, Συντάκτης. − Κύριε Πρόεδρε, η σημερινή συζήτηση στο Ευρωπαϊκό Κοινοβούλιο αφορά τη δραστηριότητα των οίκων αξιολόγησης και τις επιπτώσεις που έχουν στην παγκόσμια και στην ευρωπαϊκή οικονομία. Η Ευρωπαϊκή Ένωση και η Ευρωπαϊκή Κεντρική Τράπεζα έχουν εκχωρήσει με κανονισμούς στους οίκους αξιολόγησης, Moody's, SnP, Fitch, το δικαίωμα να αξιολογούν όχι μόνο επιχειρήσεις αλλά και τα ίδια κράτη μέλη της Ευρωπαϊκής Ένωσης.

Με το ξέσπασμα της κρίσης τα ίδια θεσμικά όργανα της Ευρωπαϊκής Ένωσης αναγνώρισαν τον πολύ αρνητικό ρόλο που έπαιξαν οι οίκοι αξιολόγησης. Ενώ λοιπόν θα ανέμενε κάποιος από την Ευρωπαϊκή Επιτροπή να περιορίσει το ρόλο αυτών των οίκων, αντίθετα, με νεώτερο κανονισμό το Νοέμβρη του 2009, ο ρόλος τους αναβαθμίζεται και επισημοποιείται.

Ήδη από τις αρχές του 2009 οι οίκοι αξιολόγησης είχαν αρχίσει να υποβαθμίζουν την πιστοληπτική ικανότητα της Ελλάδας με αποτέλεσμα να πληρώνει διπλάσιο επιτόκιο από ό,τι πριν και να έχει εισέλθει σε ένα φαύλο κύκλο απαξίωσης και κερδοσκοπικού δανεισμού. Τα τελικά αποτελέσματα είναι γνωστά σε όλους μας. Mάλιστα χθες ο οίκος αξιολόγησης Moody’s προσπάθησε να δημιουργήσει ξανά αρνητικό κλίμα για την ελληνική οικονομία και το ευρώ με μια ωμή κερδοσκοπική παρέμβαση υποβαθμίζοντας χωρίς ουσιαστική αιτιολόγηση την κατάσταση της ελληνικής οικονομίας κατά 4 βαθμίδες.

Η Moody's είναι μια από τις τρεις αμερικάνικες ιδιωτικές εταιρείες τις οποίες η Ευρωπαϊκή Ένωση αναγνωρίζει επίσημα ως τους αξιολογητές των οικονομιών των κρατών μελών παρά το γεγονός ότι καταγγέλλεται από όλους τους οικονομικούς, πολιτικούς και θεσμικούς παράγοντες σε Ευρώπη και Αμερική ότι έχει τεράστιες ευθύνες για την πρόσφατη κρίση.

Πιο συγκεκριμένα, είναι αυτή η εταιρεία που καταγγέλθηκε από πρώην αναλυτές της στο Αμερικάνικο Κογκρέσο ότι εξαναγκάστηκαν από τους προϊσταμένους τους να κάνουν θετικές εκτιμήσεις για τοξικά χρεόγραφα. Είναι αυτή η εταιρεία που καταγγέλλεται από δεκάδες επιχειρήσεις ότι εκβίαζε μέσω των αξιολογήσεων με σκοπό την καταβολή αμοιβών. Είναι αυτή η εταιρεία που δέχθηκε μαζί με την υπόλοιπη ‘αγία τριάδα’ των οίκων αξιολόγησης SnP και Fitch δεκάδες μηνύσεις από δήμους, περιφέρειες και πολιτείες των Ηνωμένων Πολιτειών που παραπλανήθηκαν και υποχρεώθηκαν να επενδύσουν και να χάσουν εκατομμύρια δολάρια. Είναι αυτή η εταιρεία που καταγγέλλεται από πολλά ασφαλιστικά ταμεία ότι έχασαν τις επενδύσεις λόγω εσφαλμένων αξιολογήσεων. Μόνο στην περίπτωση του Ασφαλιστικού Ταμείου της Πολιτείας του Οχάιο χάθηκαν 450 εκατομμύρια δολάρια.

Επειδή όλα αυτά είναι γνωστά, κύριε Πρόεδρε και κύριοι συνάδελφοι, επειδή δεν είναι δυνατόν να αξιολογούν τις ευρωπαϊκές οικονομίες αμερικάνικες ιδιωτικές και ιδιοτελείς εταιρείες, θα έπρεπε αυτό το έργο να το έχει αναλάβει ένας δημόσιος δημοκρατικά ελεγχόμενος φορέας ο οποίος να μην έχει καμία σύνδεση με ιδιωτικά συμφέροντα. Αντί όμως για αυτά, κ. Barnier, βλέπουμε ακόμα και σήμερα την Επιτροπή να κωλυσιεργεί, με συνέπεια η μαφία των κερδοσκόπων να συνεχίζει να εκβιάζει και να κατευθύνει την οικονομική πολιτική σε βάρος των εργαζομένων και των πολιτών των χωρών της Ευρωπαϊκής Ένωσης.

Κύριοι συνάδελφοι, κύριε Πρόεδρε νομίζω ότι το Ευρωπαϊκό Κοινοβούλιο επιτέλους πρέπει να αναλάβει τις δικές του ευθύνες, να παρέμβει, να απαιτήσει από την Ευρωπαϊκή Επιτροπή και το Συμβούλιο, αφού λάβουν υπόψη το Ευρωπαϊκό Κοινοβούλιο, να νομοθετήσουν άμεσα ώστε να θέσουν τέρμα σε αυτή την απαράδεκτη κατάσταση.

 
  
MPphoto
 

  Gianni Pittella, Autore supplente. − Signor Presidente, onorevoli colleghi, signor Commissario, con questa interrogazione orale il Gruppo socialista e democratico vuole portare l'attenzione sulle problematiche relative alle agenzie di rating, con l'intento di conoscere dalla Commissione europea quali saranno le prossime mosse, a partire dall'opportunità che noi sosteniamo di creare un'agenzia di rating europea, opportunità che ci sembra prender corpo anche dopo le dichiarazioni in merito dello stesso Presidente Barroso.

Dobbiamo riconoscere – onore al merito – che le agenzie di rating sono riuscite in una mission quasi impossibile: sono riuscite ad essere protagoniste decisive sia nella primissima fase della crisi finanziaria nel 2008 lungo il fallimento di Lehman Brothers, sia in questa seconda fase iniziata con la crisi dei conti in Grecia.

Nel 2008 hanno omesso, e in alcuni casi hanno addirittura favorito, i rischi dei prodotti tossici e ora hanno ritenuto di dare il loro contributo alla stabilità dei mercati tagliando i rating di Grecia, Portogallo e Spagna proprio nello stesso momento in cui erano in corso le trattative tra Unione europea, Fondo monetario e governo greco. Non c'è che dire! Eroine malefiche, Presidente Buzek.

Ora, non è che voglio dare tutta la colpa di quello che è successo nel mondo e in Europa alle agenzie di rating. Tuttavia, il fatto di trovarle sempre presenti sulla scena del delitto – e mi riferisco al caso Parmalat, al caso Enron, al caso Lehman Brothers – dovrebbe indurci a una reazione più adeguata e concreta rispetto all'immobilismo attuale.

Signor Commissario, quando si farà un'inchiesta su questa vicenda, su questo settore? Ce ne siamo occupati col collega Gauzès qualche tempo fa, quando facemmo il regolamento delle agenzie di rating. Ora serve un'inchiesta di settore per far luce sulla scandalosa, inammissibile situazione di concentrazione, di oligopolio creatasi in questo settore.

Prendiamo la situazione in mano prima che le cose peggiorino ulteriormente e passiamo dalle parole ai fatti. Oltre alla necessità di creare un'agenzia pubblica europea si rifletta anche sul ruolo che possono avere le Corti dei conti indipendenti nel fornire una valutazione dei debiti sovrani, togliendone la competenza alle agenzie private.

Sarkozy e Merkel – e concludo – hanno ufficialmente chiesto alla Commissione europea di formulare proposte per rafforzare la concorrenza sul mercato del rating del credito. Peccato che in sede di Consiglio europeo, in cui siedono Sarkozy e Merkel, siano proprio i governi a rallentare l'approvazione del pacchetto di supervisione finanziaria, impedendo così l'istituzione dell'ESMA, l'autorità europea che sarà competente sulla vigilanza.

Quindi, caro Nicolas e cara e gentile Angela, la lettera, prima di farla a Barroso, fatela a voi stessi.

 
  
MPphoto
 

  Jean-Paul Gauzès, auteur. − Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues, le sujet des agences de notation a préoccupé ce Parlement à la fin du mandat précédent et je voudrais indiquer à ce propos la réactivité à la fois de la Commission et du Parlement, qui a adopté un règlement relatif aux agences de notation.

Aujourd'hui, nous nous posons à nouveau la question en raison des constatations qui ont pu être faites sur le rôle des agences pendant la crise. On peut leur reprocher de ne pas avoir vu venir la crise, on peut leur reprocher la volatilité de leurs notes et des décisions intempestives dans l'annonce, notamment lorsqu'il s'agit des notes des dettes souveraines.

Ceci étant, je crois qu'il faut examiner cette question avec lucidité. En premier lieu, le fait que des agences notent des produits qu'ils ont soumis à des investisseurs n'est pas en soi quelque chose de choquant. Les investisseurs qui investissent, qui apportent de l'argent, sont en droit d'essayer de connaître les risques ou les difficultés qui peuvent arriver, de même que les bonnes notes.

Là où la situation devient un peu plus ambiguë, c'est lorsque ces notes servent, dans la réglementation bancaire, à déterminer les montants de fonds propres que doivent avoir les banques en contrepartie de certains de leurs investissements. De ce point de vue, le règlement de 2009 n'apporte pas véritablement de réponse puisqu'il s'agissait d'organiser à la fois l'agrément et la supervision des agences de notation. Donc, légitimité d'une note, mais est-ce légitime de les diffuser comme les agences les diffusent?

Je pense que les textes que vous proposerez – je tiens à souligner que vous venez, Monsieur le Commissaire, de déposer le texte relatif à la mise en vigueur de la supervision européenne des agences dans le cadre de la nouvelle régulation financière – doivent permettre de répondre à ces questions, premièrement sur la concurrence dans le domaine des agences. De mon point de vue, je ne pense pas que la simple affirmation de la création d'une agence européenne, fût-elle publique, soit une solution qui règle les problèmes. S'il s'agit d'une agence qui doit noter plus gentiment, plus généreusement que les autres, cela ne sert pas à grand chose.

Il faut s'interroger davantage, me semble-t-il, sur les conditions dans lesquelles les agences diffusent leurs notes. Il y a les notes sur les entreprises privées, il y a les notes sur la dette souveraine. J'insisterai sur la notation des dettes souveraines. L'autorité qui va être chargée – parce que le Parlement l'a voulu – de la surveillance et de la supervision des agences qui interviendront en Europe est l'ESMA, la nouvelle autorité des services financiers. Et je pense qu'il faut, dans les attributions conférées à l'ESMA, lui donner la possibilité non seulement de superviser efficacement les agences, mais aussi, s'agissant des dettes souveraines, de prévoir un dispositif qui permette de contrôler, sans censurer, la manière dont les agences de notation diffusent les notes relatives à la dette souveraine.

On ne peut pas admettre que, comme cela a été le cas, quinze minutes avant la fin des marchés, une agence dégrade un pays induisant évidemment des conséquences tout à fait fâcheuses. En fait, ce qu'il faut, c'est mettre en place un dispositif préventif qui contraigne les agences de notation à faire connaître au superviseur, dans des délais éventuellement très courts, les conditions dans lesquelles elles envisagent de diffuser des notes pour que celui-ci puisse vérifier à la fois que les procédures normales ont été respectées et surtout que les conditions de la diffusion ne perturberont pas la situation, notamment des dettes souveraines. Les dettes des entreprises ne sont pas comme celles des États, elles méritent d'être traitées différemment. Ceci étant, certains avaient évoqué les Cours des comptes mais il n'existe pas de Cour des comptes dans chaque pays européen et toutes les Cours des comptes ne bénéficient pas de l'indépendance.

Voilà, Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, le sens de nos questions. Comment améliorer le fonctionnement des agences et surtout la diffusion des informations, et comment améliorer la concurrence?

 
  
  

PŘEDSEDNICTVÍ: PAN LIBOR ROUČEK
místopředseda

 
  
MPphoto
 

  Sylvie Goulard, auteur. − Monsieur le Président, bonjour Monsieur le Commissaire, vous venez d'un pays dans lequel la notation donne toujours lieu à une certaine émotion, c'est celle du guide Michelin, s'agissant des meilleurs restaurants. Nous n'allons donc pas dire que nous sommes contre la notation qui, après tout, permet aussi une saine émulation et la récompense de performances différentes.

Donc, je rejoins tout à fait ce qui vient d'être dit par Jean-Paul Gauzès. Il ne s'agit pas de diaboliser le notateur. Il s'agit vraiment de regarder dans quelles conditions il agit. En l'occurrence, ce sont des institutions qui ont des pouvoirs tout à fait considérables, et c'est pour cela que nous devons regarder de près de quelle manière elles travaillent.

Jean-Paul Gauzès vient de rappeler ce que je comptais dire, c'est-à-dire qu'il y a une différence entre la notation des entreprises privées et celle de la dette souveraine, mais, dans les deux cas, il y a la même problématique, c'est-à-dire: la méthodologie est-elle la bonne? Se fonde-t-on sur les bons critères pour apprécier ce que fait l'entreprise ou la manière dont un État gère sa dette? Deuxièmement, y a-t-il suffisamment de transparence sur les liens qui peuvent exister entre le notateur et le noté?

Tout cela mérite effectivement d'être regardé de près et d'être encadré, et nous vous remercions de continuer sur la lancée de ce que le Parlement lui-même avait proposé lors de la dernière législature au rapport de Jean-Paul Gauzès.

À cet égard, je crois qu'il est très important que nous creusions le sillon qui a déjà été ouvert par le Parlement. Je partage l'avis qu'une agence de notation européenne, aujourd'hui, ne soit pas forcément la priorité des priorités. Ce qui est important, c'est que nous veillions à ce que le contrôle, tel qu'il se présente aujourd'hui, tel qu'il est effectué, soit encadré.

Et cela m'amène à dire un point également de ESMA, cette autorité qui devrait voir le jour prochainement. Je suis un des rapporteurs du paquet sur la supervision financière, avec Sven Giegold, qui est ici présent et qui est le rapporteur de ESMA. Je voudrais lancer un appel aux États membres – la Présidence n'est pas là, mais je sais à quel point vous êtes en mesure de leur passer des messages, Monsieur le Commissaire, et à quel point nous apprécions d'ailleurs ce que vous faites pour que ce dossier avance. Je crois que les États membres doivent être sérieux.

On ne peut pas faire des grandes déclarations devant les médias en étant, à juste titre, ému des conséquences de certaines décisions des agences et, par ailleurs, lorsqu'il s'agit de la création de ESMA, mettre des bâtons dans les roues de cette nouvelle autorité. Nous souhaitons vraiment que cette autorité soit clairement identifiée, qu'elle soit dotée de pouvoirs forts au niveau européen, et que, notamment, elle soit capable de contrôler les agences de notation. Ce sera l'une de ses tâches, et pas la moindre.

Cela rejoint également le désir que nous avons, par exemple, de voir supervisées, par une autorité européenne, des infrastructures de marché, des chambres de compensation. Il y a un manque de transparence sur le marché qui nous préoccupe. Nous ne sommes pas hostiles à la concurrence, loin de là. Nous ne sommes pas hostiles à une compétition entre les acteurs, loin de là. Simplement, la manière dont leurs prestations sont évaluées doit obéir aux règles de transparence et de sérieux qui sont la caractéristique des marchés dignes de ce nom.

Encore une fois donc, nous vous encourageons à aller de l'avant et nous appelons les États à ne pas entraver le processus de création d'ESMA, à ne pas vider de son contenu le paquet de supervision car, à force de mettre des vetos, nous pourrions finalement nous retrouver à ne pas pouvoir contrôler ce que nous voulons tous, ici et dans les capitales, placer sous un contrôle plus rigoureux.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les députés, je voudrais d'abord remercier très sincèrement les groupes politiques qui ont pris l'initiative de cette série de questions sur un sujet extrêmement important, M. Chountis, M. Pittella, M. Gauzès, à l'instant, Mme Goulard, et d'autres parlementaires qui vont s'exprimer.

Je voudrais franchement vous donner mon sentiment et que vous mesuriez bien ma détermination sur ce sujet, comme sur d'autres qui touchent aux leçons de la crise et à la transparence à laquelle les citoyens et les entreprises ont droit. J'avais d'ailleurs eu l'occasion, le 20 avril dernier, d'évoquer devant vous cette question des agences de notation, leur importance pour le fonctionnement de l'économie et des marchés financiers.

Quand il s'agit de vérifier la bonne santé ou la fièvre d'un produit, d'une entreprise, le cas échéant d'un État – j'y reviendrai –, s'agissant des risques souverains, Madame Goulard, Mesdames et Messieurs, vous m'accorderez que ce n'est pas en cassant le thermomètre que l'on supprime la fièvre. La question est de savoir si le thermomètre fonctionne correctement et, le cas échéant, si nous pouvons utiliser plusieurs thermomètres pour faire les validations et les vérifications.

Et mon sentiment, c'est qu'il y a beaucoup à dire sur le fonctionnement du thermomètre, et donc sur le fonctionnement des agences de notation qui jouent un rôle de premier plan dans l'évaluation des risques de la situation des entreprises comme des États. La crise a montré, elle montre, Monsieur Chountis, vous avez raison, que leur fonctionnement n'a pas toujours été exemplaire, avec des conséquences parfois très lourdes.

Il s'agit d'un domaine, Mesdames et Messieurs les députés, dans lequel le G20 a pris, comme sur d'autres sujets, des décisions fortes, en l'occurrence de mettre en place une supervision et des règles de gouvernance. Et je veux rappeler qu'au moment de la crise, plusieurs d'entre vous l'ont rappelé, M. Gauzès, Mme Goulard, la Commission a rapidement pris ses responsabilités et a fait de la réglementation des activités des agences de notation une priorité des deux dernières années.

Dès septembre 2009, soit un an après la faillite de Lehman, le règlement sur les agences de notation a été adopté, avec le soutien très fort, le concours et les améliorations du Parlement – je remercie à nouveau M. Gauzès –, pour répondre aux problèmes que le mode de fonctionnement de ces agences soulevait et qui ont contribué, d'une certaine manière, à la crise financière.

Le règlement a introduit un régime d'enregistrement obligatoire pour toutes les agences établies dans l'Union et imposé une série d'exigences rigoureuses pour assurer qu'il soit mis fin, autant que faire se peut, aux possibles conflits d'intérêts, pour voir renforcées la qualité des notations et la méthodologie de cette notation et, enfin, s'assurer que les agences agissent de manière plus transparente.

Mesdames et Messieurs, je suis confiant que ces nouvelles règles amélioreront, de manière sensible, l'indépendance, l'intégrité du processus de notation, la transparence de ces activités de notation et la qualité des notations elles-mêmes, y compris la notation de la dette souveraine des pays de l'Union européenne et des institutions financières de l'Union.

Il y a deux semaines, c'est la deuxième étape, le 2 juin, la Commission, sur ma proposition, a adopté une proposition de modification du règlement sur les agences de notation pour confier à ESMA, la future autorité européenne des marchés financiers, une compétence exclusive pour l'enregistrement et la surveillance continus des agences de notation de crédits.

Encore faut-il qu'ESMA existe, et je suis entièrement d'accord avec ce qui a été dit à l'instant par Mme Goulard et que vous tous pensez, il faut aboutir – nous en parlions récemment avec les rapporteurs du paquet supervision, du paquet Larosière – à un compromis dynamique, crédible, entre le Parlement et le Conseil pour mettre en œuvre ce qui a été proposé, c'est-à-dire la mise en place de ces trois autorités indépendantes au 1er janvier prochain. Nous n'y sommes pas encore.

Il faut faire un effort, et j'appelle à nouveau, ici, de cette tribune, et le Conseil et le Parlement à rapprocher leurs points de vue. Et je redis, Monsieur le Président, la disponibilité de la Commission, ma disponibilité en particulier, pour favoriser ce compromis dynamique.

En outre, pour améliorer l'avantage de la transparence et augmenter la concurrence parmi les agences de notation, une disposition a été introduite pour faciliter l'accès à l'information sur les instruments financiers structurés de toute agence de notation intéressée à publier une notation non sollicitée.

En d'autres termes, quand une agence sur des produits structurés recevra des informations pour élaborer sa notation, les autres agences auront le droit d'utiliser ces informations pour élaborer elles-mêmes leur propre notation.

Voilà où nous en sommes. Cela ne suffit pas. Il est de plus en plus largement reconnu, en Europe et partout dans le monde, que les défaillances affectant actuellement les procédures de notation, qui ont été mises en lumière par la crise, n'ont pas reçu de réponse suffisante, et je veux donner mon accord sur cette analyse à M. Chountis.

Voilà pourquoi j'ai demandé à mes services d'engager un travail nouveau de réflexion sur toute l'architecture et le rôle des agences de notation. C'est dans ce cadre, Monsieur Pittella, que s'inscrira, dans les mois qui viennent – vous disiez enquête – en tout cas l'analyse, l'examen objectif, très précis, du fonctionnement de ces agences au regard de la nouvelle réglementation et en en tenant compte, même si elle n'est pas complètement mise en œuvre, il faudra attendre pour cela le début du mois de décembre.

Je pense comme vous tous, Mesdames et Messieurs les députés, qu'il y a un problème tout simplement de diversité de ce marché. Ce marché est trop concentré, en trop peu de mains. Il n'y a pas assez de concurrence dans ce secteur, et cela nous préoccupe. Sans privilégier, pour l'instant encore, une option particulière, Monsieur Pittella, la Commission réfléchit à des mesures structurelles, parmi lesquelles la création d'une agence de notation européenne indépendante qui a, pour certains d'entre nous, je le dis à cet instant à titre personnel, plutôt ma faveur, s'agissant notamment de la notation des risques souverains qu'évoquait M. Gauzès tout à l'heure, comme Mme Goulard ou M. Pittella.

Autre mesure structurelle à laquelle nous réfléchissons, la participation accrue d'entités publiques indépendantes dans le processus de notation. La dette souveraine, puisqu'il s'agit de cela quand on parle de la Grèce et, le cas échéant, d'autres États doit faire l'objet d'une attention spécifique afin de s'assurer que les méthodes employées sont bien les bonnes et qu'elles sont appropriées.

Le manque de diligence raisonnable de la part des banques et des autres établissements financiers, le manque de critères alternatifs pour évaluer la fiabilité d'un investissement méritent aussi une attention particulière. La réglementation financière actuelle qui prévoit expressément le recours aux notations exige elle aussi un réexamen approfondi.

Voilà tous les sujets, et nous n'éviterons aucune des questions difficiles auxquelles la Commission travaille. Nous serons en mesure de faire part de nos premières orientations au mois de septembre, en même temps que nous traiterons d'autres sujets importants qui touchent à la transparence et au contrôle, s'agissant de la régulation des produits dérivés et des ventes à découvert.

Et nous ferons des propositions législatives à la fin de cette année ou au tout début de l'année 2011, non seulement, Madame Goulard, pour continuer – je reprends vos propres mots – ce qui a été engagé par mon prédécesseur avec votre soutien, qui se met en place et qui n'est pas suffisant, mais aussi pour amplifier, aller plus loin vers la transparence pour éviter les conflits d'intérêts, et pour que ces notations soient plus nombreuses, plus diversifiées et, s'agissant des risques souverains, incontestées.

 
  
MPphoto
 

  Antolín Sánchez Presedo, en nombre del Grupo S&D. – Señor Presidente, señor Comisario Barnier, las agencias de calificación no fueron capaces de anticipar la crisis de las hipotecas subprime, el riesgo de los productos financieros estructurados ni el colapso de Lehman Brothers.

El Reglamento adoptado en abril de 2009 promueve su transparencia, somete a supervisión europea a las propias agencias e inicia el tratamiento de las cuestiones relativas a su responsabilidad y calidad, abordando algunos conflictos de intereses en sus operaciones. La nueva propuesta de la Comisión prosigue en esta dirección.

Estoy convencido de que en el Parlamento vamos a contribuir a que exista supervisión a partir del 1 de enero del año 2011 y, además, a cooperar en sus proyectos, para que exista un nuevo marco regulatorio más estricto.

El papel que ahora están jugando en la crisis de la deuda y del déficit público las agencias regulatorias, poniendo de manifiesto la discrecionalidad de sus calificaciones con relación a los métodos, la elaboración y la comunicación, el elevado impacto procíclico de sus calificaciones –en algunas ocasiones se ha dicho que son bomberos pirómanos, que lo que hacen es avivar todavía los incendios–, su colisión con las posiciones de las principales instituciones financieras internacionales y europeas –hasta el punto de que el Banco Central Europeo ha decidido prescindir de sus calificaciones en operaciones con deuda soberana– exigen replantear más a fondo su papel y confrontarlas con los intereses generales.

Hoy se duda abiertamente si las agencias de calificación están en condiciones de realizar una valoración objetiva y responsable, en particular, del riesgo soberano, y las preguntas que se plantean tienen un carácter más profundo –como usted dijo, un carácter estructural– y afectan a su compatibilidad con los principios democráticos, porque inciden en los esfuerzos que los pensionistas, los trabajadores y la población vulnerable están realizando y que no quieren ver malogrados y pisoteados por la irresponsabilidad en el funcionamiento de los mercados.

Son preguntas que afectan a la independencia. ¿Es compatible la calificación pública con la titularidad privada? ¿Se puede ser juez y parte? ¿Es posible la calificación como un modelo de negocio basado en retribuciones a cargo de los propios actores que hay que examinar? ¿Son los actores los que pueden elegir al examinador?

El Senado de los Estados Unidos ya está abordando estas cuestiones y sería necesario que aquí también las abordáramos. Son cuestiones que afectan a la responsabilidad y sostenibilidad.

¿Puede asegurarse una gobernanza responsable que evite perspectivas a corto plazo y asegure la sostenibilidad? ¿Pueden las agencias permanecer indiferentes a los compromisos de las autoridades europeas y a los esfuerzos de los principales actores públicos internacionales? ¿Van a responder de sus efectos en el mercado, sobre todo de sus consecuencias, que, coincidiendo con usted, pueden calificarse como perniciosas? ¿Van a mantener los privilegios regulatorios y una dependencia regulatoria de las normas que apelan a la utilización de sus calificaciones? ¿Va a continuar la falta de competencia?

Y, en el aspecto de la legitimidad, ¿pueden las agencias mantener tanta influencia sobre nuestras economías con tan escaso control? ¿Es necesario ir más allá del control de supervisión e ir al propio control interno de la estructura de gobernanza e incluso de la propia estructura de negocio?

Debería establecerse un sistema europeo público de calificación, forzar un nuevo papel para las agencias europeas existentes, promover otras nuevas e incluso plantear la necesidad de una calificación global, de acuerdo con nuevos principios.

Ésas son las preguntas a las que hay que responder, señor Comisario.

 
  
MPphoto
 

  Sharon Bowles, on behalf of the ALDE Group. – Mr President, not so long ago, voices were raised to say that rating agencies should not have downgraded Greek and other bonds. ‘Look at what it has done to the euro,’ they said.

Now I was going to say whether any more needed to be said to prove the huge conflict of interest that there would be if countries effectively rated their own debt. Then this morning, in the debate on statistics, Commissioner Rehn said yesterday’s downgrade by Moody’s was not ‘conveniently timed’ and that that would influence Commission thinking on credit rating agency regulation.

I am sorry, I do understand frustration, but my thoughts were: have you gone mad? I do not want ratings that are ‘convenient’, whether that be ‘convenient’ for investment banks or ‘convenient’ for central banks. Indeed, ratings have been a bit too ‘convenient’ for regulators to lean on too, driving out proper due diligence.

Now a public agency for non-sovereign assets has some attractions, but how do we get over the implied guarantee? How do we get over political interference if bank capital is at risk with the macroeconomic consequences of that?

We have some way to go in the search for capacity, independence and integrity, but of one thing I am sure, and that is that corporate governance principles play a part, be it in the public or private sector and that should apply to ESMA and the other ESAs too.

 
  
MPphoto
 

  Sven Giegold, im Namen der Verts/ALE-Fraktion. – Herr Präsident! Herr Barnier, vielen Dank für die Benutzung der deutschen Sprache!

Zunächst würde ich sagen, dass die Krisen, die wir jetzt wieder erlebt haben, noch einmal einige der zentralen Probleme aufzeigen. Neben dem, was schon gesagt wurde, würde ich gerne noch einmal auf einige Aspekte besonderes Gewicht legen. Das eine ist, dass sich die Rating-Agenturen häufig als Rateagenturen herausgestellt haben, d.h. als Agenturen, die Risiken auch nicht besser einschätzen können als alle anderen. Daraus folgt, dass man das Gewicht der Urteile dieser Rating-Agenturen im Vergleich zu anderen Urteilen am Markt deutlich reduzieren muss.

Ein zweites zentrales Problem, das sich gezeigt hat, ist die Oligopolisierung dieses Marktes. Es gibt nur wenige seriöse Anbieter. Daraus folgt, dass es Sinn macht, die Zahl der Anbieter und auch deren Hintergründe zu erweitern. Insofern sind die Bemerkungen von Ihnen, Herr Barnier, die hier ja auch von anderen geteilt wurden, nämlich mehr Akteure in den Markt zu bringen, sinnvoll.

Drittens haben wir das zentrale Problem des Anreizes, und darauf ist bisher in dieser Diskussion zu wenig Wert gelegt worden. Was haben wir denn im Bereich der Rating-Agenturen? Eigentlich eine Situation, in der derjenige, der Noten vergibt, von seinen Schülern unter einer Zahl weniger Anbieter ausgewählt und dafür bezahlt wird. Das ist so, als wenn sich Studierende an der Universität ihren Professor vor der Prüfung aussuchen und mit ihm über die Bezahlung verhandeln können und man sich hinterher wundert, wenn die Noten systematisch zu gut ausfallen. Diese Situation des Anreizproblems sollten wir beobachten.

Ich weiß, dass in der Kommission auch darüber nachgedacht wird, wie man dafür sorgen kann, dass sich diejenigen, die ein Finanzprodukt herausgeben, die Rating-Agentur nicht mehr sozusagen aussuchen können. Da kommen wir jetzt in das Zentrum der notwendigen Reformen, zumindest in den Bereichen außerhalb der Staatsanleihen, da, wo es eher um private Anbieter geht, die einem Rating unterzogen werden. Wir sollten dieses falsche Anreizsystem auflösen. Wir sollten vielmehr sicherstellen, dass nicht etwa ein privates Oligopol durch ein öffentliches Monopol ersetzt wird, wie es zum Teil von der Linken vorgeschlagen wird, sondern dass eine öffentliche Agentur dafür sorgt, dass immer wieder andere Akteure ausgewählt werden, um Ratings zu erstellen, und dass die Qualität der Ratings veröffentlicht und systematisch überprüft wird.

Herr Barnier, ich freue mich auf Ihre Vorschläge. Ich hoffe, dass diese Vorschläge dazu führen werden, dass wir in diesem Bereich die Probleme, die nach den dankenswerten Bemühungen – auch von Herrn Gauzès und der Kommission davor und des Rates – noch verblieben sind, systematisch lösen können, und zwar ohne ein neues Monopol zu schaffen, sondern indem wir die Anreizprobleme und die Regulierungsprobleme in diesem Bereich konsequent angehen und in den Griff bekommen.

 
  
MPphoto
 

  Kay Swinburne, on behalf of the ECR Group. – Mr President, it was clear very early in the financial crisis that there had been huge failings on the part of credit rating agencies. Hence it was one of the first things addressed by the EU last year. Updating the directive to cast responsibility for the EU activities of the predominantly US-based agencies is to be welcomed as a move to monitor their activity more closely here in Europe.

Credit rating agencies are extremely powerful organisations and have the ability to move the markets with a change of rating. Their independence needs, therefore, to be ascertained and maintained at all times. However, any rating decisions that trigger a flow of billions of euros should not come as a surprise to the market. For example credit rating agencies should publish their ongoing stress tests and scenario analyses so as to improve market transparency and minimise shocks.

However we must remember what it is credit rating agencies are set up to do: to assess the risk of default of an entity, be it a product or a corporation, especially a publicly listed company including financial institutions or even sovereign states. In the same way that we should not blame credit rating agencies for responding to legitimate information on the state of our banks, we should not use them as an excuse for the market’s reaction to the dire state of our public finances.

Although monitoring their activity more closely is to be supported, a more critical proposal needs to be framed around a different question, namely: why have the markets, investors, corporations and sovereign states relied so heavily on credit rating agencies rather than conducting adequate due diligence and collecting information for themselves? In particular, why is the credit rating market dominated by three names when there are many more available to the marketplace? When we have answered these broader questions then the way credit rating agencies are held to account will become more meaningful. With their great power and influence in the markets there should also be significant responsibility.

 
  
MPphoto
 

  Jürgen Klute, im Namen der GUE/NGL-Fraktion. – Herr Präsident! Ich möchte einfach nur einmal daran erinnern, dass Griechenland gestern Abend von der Rating-Agentur Moody erneut heruntergestuft worden ist. Wir alle wissen, dass die griechische Regierung in den letzten Wochen enormen Druck auf die eigene Bevölkerung ausgeübt hat, um die Krise in den Griff zu kriegen. Wir alle wissen, dass innerhalb der Europäischen Union ein Paket von 750 Milliarden Euro geschnürt worden ist, um die Länder, die in eine Krise geraten sind, zu unterstützen und sie dort herauszubringen. Trotzdem ist Griechenland heruntergestuft worden. Ähnliches ist letztlich auch mit Spanien passiert. Nachdem Spanien Sparpakete aufgelegt hat, ist auch Spanien heruntergestuft worden.

Herr Barnier, Sie haben eben das Bild des Fieberthermometers benutzt und haben gesagt, dass man das nicht zerbrechen darf. Hier muss man aber doch fragen, ob das Fieberthermometer als Bild für die Rating-Agenturen wirklich geeignet ist. Offensichtlich trägt es doch dazu bei, dass die Klienten, dass der Patient, um den es geht, nicht in eine bessere Lage kommt – das kann er sowieso nicht. Es ist zwar kein Medikament, aber offensichtlich trägt dieses Fieberthermometer dazu bei, dass die Patienten in eine noch wesentlich schlimmere Lage kommen. Es kann doch nicht sein, dass Staaten, die diese Anstrengungen unternehmen, trotz alledem weiter abgestuft werden.

Da stellt sich dann die Frage: Was leisten denn diese Rating-Agenturen? Es ist eben schon gesagt worden: Sie haben nicht im Vorfeld erkennen können, wo es zu Krisen kommt. Es hat also keinen Beitrag der Rating-Agenturen zur Krisenprognose, zur Krisendiagnose gegeben. Lehman Brothers ist kurz bevor es zusammengebrochen ist, nochmals durchaus positiv bewertet worden. Man hat also mit dieser Methodik, mit der sie arbeiten, überhaupt nicht erkennen können und wollen, was da auf uns zukommt. Insofern ein völliges Versagen dieses Instruments.

Zur Krisenbewältigung haben sie auch nicht beigetragen. Ich habe es eben zitiert: Die Krisensituation, das Rating ist durch die Anstrengungen nicht verbessert worden, sondern man macht sich Sorgen – so heißt es in den Medien –, dass man die Pakete, die man geschnürt hat, doch nicht packen kann. Dann wird weiter heruntergedrückt, weiter herabgestuft.

Ich möchte noch mit einem Satz darauf hinweisen, dass Staaten und Unternehmen nicht vergleichbar sind. Das Rating muss man noch einmal genauer angucken. Es reicht nicht aus, einfach nur ein bisschen auf der Make-up-Ebene zu arbeiten, sondern es ist notwendig, die Grundlagen des Rating-Systems grundlegend zu verändern.

 
  
MPphoto
 

  Godfrey Bloom, on behalf of the EFD Group. – Mr President, credit rating agencies sold their souls to the devil some years ago when they started to rely on those companies whose bonds needed grading for payment. He who pays the piper calls the tune.

It inevitably led to misgrading. Most credit rating agencies employ children who can barely read a balance sheet. They only change their gradings when a disaster is apparent to all. Paradoxically, it is usually the hedge funds who find out the truth behind the numbers. They exposed Enron for example. But the truth about numbers can be unpopular, especially here, which is why we hate them.

However, even the coke-sniffing youngsters at the credit agencies know that Ireland, Greece, Spain, Italy, the United Kingdom and Portugal are broke. Kaput is kaput in any language!

So what does this House propose? Our own credit rating agency paid for by us, guaranteed to dance to our tune. It can stick AAA rating to junk bonds issued by the eurozone’s failed economies. The question is, who would these fool? I suggest, with the exception of some English county councils and the BBC economics correspondents, virtually nobody. When the people of Europe realise that they have been the guinea pigs in a gigantic failed currency experiment, they will burn this place down and guillotine the lot of us, and who could blame them?

 
  
MPphoto
 

  Marine Le Pen (NI). - Monsieur le Président, chers collègues, Monsieur le Commissaire, la nuisance des agences de notation n'est plus à démontrer. La crise des dettes souveraines vient confirmer leur nature procyclique. Aveugles avant l'incendie, les agences de notation agissent comme de véritables incendiaires dans le feu de la crise. Le règlement de la Commission de septembre 2009 est comme d'habitude resté lettre morte. Une fois de plus, les instances européennes sont contraintes d'agir dans l'urgence, imprévoyantes qu'elles sont, par nature.

Les propositions qui nous sont soumises s'étalent du maintien de la loi du marché, pervertie par les conflits d'intérêt évidents, à l'hyperréglementation de type soviétique, chère à la Commission européenne. Nous errons de Charybde en Scylla. La volonté récemment exprimée par M. Barroso de placer les agences de notation sous supervision de la Banque centrale européenne et de la Commission est purement illusoire, surtout depuis la déclaration stupéfiante de M. Jean-Claude Trichet de février 2010, je le cite: "Les efforts de consolidation du bilan des banques exigent une confidentialité élevée". En d'autres termes, opacité et secret.

De toute évidence, on s'attaque aux effets et non aux causes du problème. Savoir si ce sont les investisseurs ou les émetteurs qui doivent payer les agences, si celles-ci doivent être privées ou publiques, indépendantes ou supervisées, ne règle rien. Tant que ne sera pas mis fin à la possibilité, par le crédit ex nihilo, d'acheter sans avoir et de vendre sans détenir, comme l'affirme Maurice Allais, le capitalisme errera de bulles en cracks, toujours plus dévastateurs pour les peuples et les économies.

Il faut donc, avant toute chose, interdire toute création de monnaie et de promesses à payer sans contrepartie réelle et effective. Il sera ainsi mis fin à la spéculation frénétique et irrationnelle des marchés. Alors, les agences de notation n'auront plus d'utilité.

 
  
MPphoto
 

  Edward Scicluna (S&D). - Mr President, the recent attack by European leaders on credit rating agencies, regarding the timing and degree of downgrades being meted out to countries’ sovereign debts, may be seen by some as somewhat exaggerated.

However, the failures of credit rating agencies are now well known – I think there is general agreement from all sides of Parliament on this. They have given high ratings to bonds that subsequently defaulted. Now that the tide has turned, and the economic outlook across Europe remains bleak, they are guilty of overreacting in the opposite direction. Not even an impressive and unprecedented EUR 750 billion package seemed to convince them. Having said that, we have to be careful when reacting to this, and not appearing to shoot the messenger just because he brings bad news.

One thing is for sure: whether they overrate or underrate a financial product, the influence of the rating agencies on global financial markets is enormous. In effect, they can and do hold a country and its people to ransom, including workers and pensioners. This cannot but have political implications, which need to be addressed.

We need to understand how rating agencies create and sell their ratings. The arrangement between the security issuer and the agencies is an obvious problem. Secondly, there is the question of the number of agencies themselves and the degree of effective competition between them. If banks and financial institutions are to be regulated, as they must be, why should rating agencies be treated any differently, especially given the oligopolistic structure of the rating agency market?

The causes of the problem, including the conflicts of interest, are therefore clear. The solutions, however, appear less straightforward, so let us keep level-headed and find the right solution, being careful not to overreact with serious consequences.

 
  
MPphoto
 

  Wolf Klinz (ALDE). - Herr Präsident, Herr Kommissar! Die Rating-Agenturen haben bei der globalen Finanzkrise und auch bei den Turbulenzen des Euro eine unsägliche Rolle gespielt und sich nicht gerade mit Ruhm bekleckert. Intransparenz, Interessenkonflikte, Finanzierung durch Auftraggeber und Abgabe von Bewertungen zu fragwürdigen Zeitpunkten mit prozyklischer Wirkung oder dann, wenn das Kind schon in den Brunnen gefallen war, sprechen für sich. Dabei bleiben und sind die Rating-Agenturen uneinsichtig und sehen diese Probleme nicht.

Ich persönlich habe vorgeschlagen, dass die EU jetzt handeln soll, und ich freue mich, dass Sie auch so denken. Wir sollten eine europäische Rating-Agentur auf der Basis eines Stiftungsmodells schaffen. Dieses Stiftungsmodell muss natürlich finanziell unabhängig sein. Es darf keinerlei politischem Einfluss unterworfen sein, weder von der EZB noch von der Kommission noch von irgendwelchen Mitgliedstaaten. Als unabhängige Stiftung kann diese europäische Agentur dem Oligopol – um nicht zu sagen: dem Monopol – der drei Rating-Agenturen, mit denen wir es jetzt zu tun haben, durchaus Konkurrenz machen. Es sollte so sein, dass jedes Produkt, das in Europa angeboten wird, und alle Emittenten, die in Europa arbeiten, gezwungen sein sollten, zwei Ratings vorzuschlagen, und eines davon muss von dieser europäischen Agentur kommen.

Um unabhängig zu sein, muss sie auch finanziell unabhängig sein. Das heißt, dass wir eine Startfinanzierung brauchen, die könnte von der Europäischen Investitionsbank oder vielleicht auch von der Kommission kommen, und danach muss sich diese europäische Stiftung selber finanzieren. Die Frage, ob durch Auftraggeber oder durch Nutzer, müssen wir noch klären. Das ist vorhin von Herrn Giegold angesprochen worden. Hier müssen wir auch zu einer Lösung kommen.

Generell sollten wir uns auch überlegen, ob wir die Nutzung von Rating-Agenturen nicht etwas einschränken können. Mir scheint, dass wir im Moment etwas zu viel des Guten tun.

 
  
MPphoto
 

  Vicky Ford (ECR). - Mr President, I welcome the debate on rating agencies. We do need to look at the reliance on ratings and how to encourage more agencies so that there is more competition, as well as the issue of conflict of interest with respect to borrower-paid ratings. However, I would say that it has always been well known to every investor that this potential for conflict existed and that credit ratings are themselves not a recommendation to buy or sell.

We should also remember that, to achieve our 2020 goals, the EU needs investment and that needs market confidence, and rating agencies are a vital part of market confidence. When ratings work, they increase capital markets’ access for borrowers, lower interest rates and thus, for sovereign issuers, save taxpayers’ money. They also serve to give investors some guidance but, as I said, not buy- and sell-decisions.

Please remember that in Europe no AAA-rated sovereign or corporate issuer has ever defaulted. Even in this crisis, the level of AAA defaults in structured credits in Europe is less than 0.3%, which means that 99.9% of AAAs have not defaulted. We do need this investor confidence. We do need to look at our rating agencies, but please remember that they have not got everything wrong.

 
  
MPphoto
 

  Claudio Morganti (EFD). - Signor Presidente, onorevoli colleghi, sono convinto che si debbano migliorare trasparenza e accountability delle agenzie di rating, ma non condivido il pensiero di quanti ne vorrebbero limitare il campo d'azione e le funzioni. Le mancanze delle agenzie di rating nel prevedere rischi avvertendone il mercato sono solo l'eco di fallimenti ben più fragorosi delle esistenti istituzioni e autorità finanziarie pubbliche e di tutto il sistema bancario.

Credo nel mercato libero e ritengo auspicabili apertura e concorrenza maggiori anche nel settore del rating, ma la creazione di un'agenzia pubblica europea di rating sarebbe un ossimoro, uno sciagurato rischio dirigista di estendere la mano pubblica sul mercato.

Infine, sarebbe riduttivo fermare l'analisi al tema delle responsabilità delle agenzie di rating per l'attuale crisi finanziaria, quando essa è prima di tutto economica. I dati e le politiche adottate dimostrano come in Europa e in molti paesi si è creduto di poter sostituire la finanza all'economia reale, abbandonando di fatto tutto il settore manifatturiero.

 
  
MPphoto
 

  Άννυ Ποδηματά (S&D). - Κύριε Πρόεδρε, κύριε Επίτροπε, η σημερινή συζήτηση για το πλαίσιο εποπτείας και ελέγχου της λειτουργίας των οργανισμών αξιολόγησης πιστοληπτικής ικανότητας καθίσταται δυστυχώς ακόμη περισσότερο επίκαιρη μετά τη χθεσινή απόφαση του Οίκου Moody’s να υποβιβάσει κατά 4 ολόκληρες μονάδες την πιστοληπτική ικανότητα της Ελλάδας. Δεν είναι βεβαίως η πρώτη φορά στην περίοδο των τελευταίων μηνών που η πιστοληπτική ικανότητα της Ελλάδας υποβαθμίζεται σημαντικά. Η χθεσινή όμως υποβάθμιση είναι εξόφθαλμα προκλητική και αναιτιολόγητη καθώς δεν λαμβάνει υπόψη ούτε την πρόοδο που έχει σημειωθεί στην εφαρμογή του προγράμματος δημοσιονομικής εξυγίανσης, την οποία χαιρέτησαν οι εκπρόσωποι της τρόικας που βρίσκονται από χθες στην Αθήνα, ούτε τη δημιουργία του Ταμείου Χρηματοπιστωτικής Σταθερότητας ούτε καν το γεγονός ότι έχουν δεσμευτεί 110 δισεκατομμύρια ευρώ για τη χρηματοδότηση των αναγκών της ελληνικής οικονομίας.

Είναι λογικό, κύριε Επίτροπε, την ώρα που ο Πρόεδρος της Ευρωπαϊκής Κεντρικής Τράπεζας, ο επικεφαλής της Deutsche Bank, αλλά και ο εκπρόσωπος της Ευρωπαϊκής Επιτροπής συγχαίρουν την ελληνική κυβέρνηση για την πορεία υλοποίησης του μνημονίου συμβάλλοντας έτσι στην ανάκαμψη του ευρώ έναντι του δολαρίου αλλά και στην ανάκαμψη των ευρωπαϊκών χρηματαγορών, η Moody's να υποβαθμίζει περαιτέρω την Ελλάδα προβαίνοντας στην εντελώς αντίθετη εκτίμηση; Είναι προφανές νομίζω ότι αυτή η κίνηση αναδεικνύει ακριβώς τη σύγκρουση συμφερόντων καθώς δεν υπονομεύει απλώς τις προσπάθειες της Ελλάδας για δημοσιονομική εξυγίανση, αλλά δίνει το έναυσμα για να συνεχιστούν οι κερδοσκοπικές επιθέσεις των αγορών σε βάρος της ελληνικής οικονομίας αλλά και συνολικά της ζώνης του ευρώ.

Επιβεβαιώνεται έτσι για άλλη μια φορά ότι οι οίκοι αυτοί αξιολογούν χωρίς να διασφαλίζεται η αξιοπιστία τους και χωρίς να ελέγχονται τα κίνητρα και τα αποτελέσματα των αξιολογήσεών τους, γεγονός το οποίο εγείρει σοβαρά ζητήματα δημοκρατίας αλλά και εθνικής και ευρωπαϊκής κυριαρχίας καθώς μιλάμε για την αξιολόγηση οικονομιών της ζώνης του ευρώ.

Θα μπορούσε κανείς να αναφέρει ακόμα πολλά παραδείγματα. Το ζητούμενο, ωστόσο, είναι τι κάνουμε για να θωρακίσουμε τις ευρωπαϊκές οικονομίες από την κερδοσκοπία που προκαλούν οι αμφιλεγόμενες και αδιαφανείς αυτές αξιολογήσεις. Χρειάζονται άμεσα δράσεις σε δύο επίπεδα: το πρώτο είναι η δρομολόγηση της δημιουργίας ενός ανταγωνιστικού ευρωπαϊκού οίκου αξιολόγησης και το δεύτερο είναι η συγκρότηση ενός αυστηρού και αξιόπιστου πλαισίου λειτουργίας των οίκων αυτών· ενός πλαισίου λειτουργίας που θα θέτει διαφανή και ενιαία πρότυπα για τα κριτήρια αξιολόγησης, για το χρόνο δημοσιοποίησης της αξιολόγησης σε συνάρτηση με την αντίδραση που προκαλείται στις αγορές και τέλος για την αξιολόγηση της αξιολόγησης σε βάθος χρόνου ως προς την ακρίβεια και την αξιοπιστία της.

 
  
MPphoto
 

  Juozas Imbrasas (EFD). - Bendros krizės fone kreditų reitingo agentūros suteikimo srityje kilusi krizė atskleidžia šios sistemos pavojus. Svarbiausia, kad tuomet niekas nesijaučia atsakingas už rizikos vertinimo galutinį rezultatą, nors šių agentūrų veikla turi nemažos įtakos finansų rinkos stabilumui, nuo jų priklauso labai didelės galimybės gauti kreditus ir kreditų kainos. Iš kitos pusės, gerai, kad Komisija, suprasdama, kad reikia atkurti rinkos pasitikėjimą ir didinti investuotojų apsaugą, pateikia naujas Europos Sąjungos masto taisykles, kuriomis nustatoma bendra kreditų reitingo suteikimo reguliavimo tvarka. Kreditų reitingo agentūrų taisyklių pakeitimas reiškia geresnę Europos Sąjungos lygmens priežiūrą, didesnį skaidrumą šiame sektoriuje, tačiau būtina šį sektorių analizuoti toliau ir atidžiau.


Būtina užtikrinti kreditų reitingo agentūrų tinkamas patikras ir skirti atitinkamas baudas už pažeidimus. Kreditai reitingų agentūrų veikloje turi tapti skaidresni, kad investuotojai ir reitingų naudotojai būtų geriau apsaugoti, o svarbiausia – padidėtų kreditų reitingo sektoriaus konkurencija.

 
  
MPphoto
 

  Othmar Karas (PPE). - Herr Präsident! Die nicht nachvollziehbare Entscheidung von Moody gestern hat deutlich die Dominanz und die Macht der Agenturen und den Mangel an Transparenz der Entscheidungen gezeigt. Jede Rating-Agentur ist zu registrieren, ihre Tätigkeiten und Entscheidungsgrundlagen sind zu kontrollieren. Wir müssen die Unabhängigkeit der Rating-Agenturen garantieren und das heißt: keine Finanzierung der Rating-Agenturen durch die zu Prüfenden!

Die Unvereinbarkeiten und die Interessenkonflikte sind auszuschließen: keine Beratung und gleichzeitiges Rating! Transparenz ist geboten: Modelle und Bewertungsgrundlagen müssen offengelegt werden. Die monopolartige Dominanz ist durch ein Zweitgutachten, durch einen erhöhten Wettbewerb zu unterstützen, und daher benötigen wir Agenturen auch mit Sitz in Europa. Die Stiftungsregelung wurde angeschnitten, auch eine Aktiengesellschaft wäre möglich. Die Kangaroo Group wird im Herbst gemeinsam mit Wolf Klinz detaillierte Vorschläge der Kommission vorlegen können.

 
  
MPphoto
 

  George Sabin Cutaş (S&D). - Nu numai că activitatea agenţiilor de rating a condus la criza financiară actuală, dar aceasta a contribuit şi la agravarea ei. Regulamentul din 2009 al Parlamentului European şi al Consiliului privind agenţiile de rating a fost gândit ca răspuns pentru reglementarea activităţii acestora. Prin Regulament se introduce o înregistrare obligatorie pentru toate agenţiile de credit care îşi desfăşoară activitatea pe teritoriul Uniunii Europene, acesta fiind centrat pe trei aspecte principale: supraveghere, transparenţă şi conflict de interese.

Totuşi, suntem departe de a rezolva problema transparenţei şi a structurii de tip oligopol a pieţei agenţiilor de rating al creditului. Nu este normal ca economiile statelor membre şi, implicit, companiile acestora, să depindă de ratingul a numai trei agenţii. Specularea ratingului de ţară poate să împingă state, care oricum se află într-un moment critic, către faliment, iar în aceste condiţii consider că se impune crearea unei agenţii de rating a creditului exclusiv europeană, care să fie un real concurent şi un instrument alternativ pentru companiile existente.

 
  
MPphoto
 

  Andreas Mölzer (NI). - Herr Präsident, Herr Kommissar! Wir alle wissen, dass es geradezu absurd ist, wenn zwei US-amerikanische und eine britische Privatfirma über Staatsbankrotte von EU-Staaten entscheiden. Dieses Oligopol der Rating-Agenturen ist meines Erachtens höchst explosiv. Erstaunlich sind ja auch die Zeitpunkte, zu denen die Agenturen aktiv werden. Kaum beginnt sich der Euro zu erholen, erfolgt eine Abstufung. Das ganze Gerede vom Verantwortungsbewusstsein dieser Agenturen relativiert sich, wenn man bedenkt, dass die in Wertpapiere verpackten Kredite arbeitsloser Amerikaner oft den Triple-A-Stempel – als völlig sicher – bekamen.

Die offenbar unparteiische Haltung der Notengeber entlarvt sich bei näherem Hinschauen als Trugschluss, da sie von den Emittenten der Wertpapiere bezahlt werden. Die Qualität der Rating-Bewertungen ist ebenso zweifelhaft. Immerhin haben sie vor der internationalen Finanzkrise Banken, die später zusammengebrochen sind, die höchste Bonität eingeräumt.

Es ist also höchste Zeit, dass die Rating-Agenturen an die Kandare genommen werden. Allerdings darf sich eine verstärkte Überwachung der Rating-Agenturen nicht nur auf die EU-Ebene allein beschränken.

 
  
MPphoto
 

  Elena Băsescu (PPE). - În contextul crizei actuale, activitatea agenţiilor de rating este din ce în ce mai criticată şi asta deoarece ele nu au reuşit să evalueze în mod obiectiv gradul de risc al creditării unor companii şi chiar state. Aceste agenţii nu au furnizat evaluări timpurii ale riscului de criză, ci au scăzut ratingul pentru câteva state europene, agravând astfel criza.

Problema majoră este lipsa concurenţei pe piaţa serviciilor de rating, pentru că doar trei companii americane controlează această piaţă. În acest sens, susţin propunerea domnului preşedinte Barroso de a înfiinţa o agenţie de rating europeană. Cum bine se ştie, săptămâna trecută, una dintre cele trei agenţii a modificat ratingul Germaniei, în urma unei erori inacceptabile.

În concluzie, Uniunea Europeană trebuie să se asigure că, pe viitor, activitatea agenţiilor de rating va fi mai bine reglementată.

 
  
MPphoto
 

  Ivo Strejček (ECR). - Pane předsedající, pane komisaři, já tady dnes odpoledne velmi pečlivě poslouchám debatu, která se týká ratingových agentur, a rozhodně tedy nejsem žádným zastáncem ratingových agentur, ani jejich advokátem.

Na druhou stranu já se nebojím toho, že by mezi ratingovými agenturami vznikaly nějaké monopolní či oligopolní vztahy, to tedy v žádném případě. Ani jednou jsem tady ale neslyšel vystoupení, které by poukázalo na to, kde se vzaly ty velké dluhy, jak je možné, že některé ze států se dostaly do takových finančních, že z toho neumí vyjít ven. Myslím si, že by bylo docela dobré bavit se o systému státních zásahů do fungování volného trhu. A kdybychom možná šli v těch úvahách tímto směrem, měli bychom méně starostí s ratingovými agenturami.

 
  
MPphoto
 

  Lara Comi (PPE). - Signor Presidente, onorevoli colleghi, signor Commissario, ringrazio ulteriormente per avermi dato la possibilità di intervenire in questo dibattito che arriva giorni dopo l'ennesimo downgrading del debito greco da parte di un'agenzia di rating.

Le questioni legate alla natura e alla governance di queste agenzie, ormai quasi istituzionalizzate per l'importanza che rivestono nel nostro sistema economico, dominano ormai il dibattito politico per via del loro ruolo nella crisi finanziaria globale e nell'attuale crisi dell'Eurozona.

Un sistema economico come il nostro non può funzionare senza che delle entità indipendenti analizzino i conti pubblici e quelli delle compagnie private. La sfida sta nell'assicurare che queste agenzie di rating conducano le loro attività in maniera trasparente e con degli standard comuni, perché un loro errore potrebbe veramente far fallire una compagnia o dare un significativo contributo all'avvio di una nuova crisi.

Credo che non si debba assolutamente nazionalizzare le agenzie di rating ma piuttosto fare in modo di trovare un equilibrio tra la loro indipendenza e il bisogno di garantire un livello adeguato di accountability verso i governi. Trovare quindi una soluzione equilibrata penso che sia la via corretta per un futuro migliore anche europeo.

 
  
MPphoto
 

  Γεώργιος Παπανικολάου (PPE). - Κύριε Πρόεδρε, κύριε Επίτροπε, πράγματι εγείρει πολλά ερωτηματικά η χθεσινή υποβάθμιση της πιστοληπτικής ικανότητας της Ελλάδας από τον Οίκο Moody’s, όπως ανέφεραν και άλλοι συνάδελφοι.

Στο σημείο αυτό θα ήθελα να προσθέσω ένα στοιχείο, για να προσπαθήσουμε να καταλάβουμε αν το πλαίσιο λειτουργίας αυτών των οίκων είναι τελικά καθαρό, αν είναι διαφανές, αν είναι θεσμοθετημένο. Οι περισσότερες προσφυγές ιδιωτών κατά των συγκεκριμένων εταιρειών στις Ηνωμένες Πολιτείες της Αμερικής δεν δικαιώνονται λόγω ενός νόμου του 1933 που ορίζει ότι οι οργανισμοί αξιολόγησης δεν έχουν ευθύνη για τα ποσά που χάνονται εξαιτίας λανθασμένων εκτιμήσεών τους.

Η δράση λοιπόν των συγκεκριμένων οργανισμών τείνει να γίνει ανεξέλεγκτη. Το κερδοσκοπικό παιχνίδι δεν έχει όρια, δεν έχει σύνορα, και η απουσία ευρωπαϊκού νομοθετικού πλαισίου βάζει την Ευρωπαϊκή Ένωση και όλες τις χώρες σε μεγάλες περιπέτειες.

Οφείλουμε να αντιληφθούμε ότι ελεύθερη οικονομία δεν σημαίνει νόμος της ζούγκλας, δεν σημαίνει ασυδοσία. Και, όπου αυτό δεν γίνεται αντιληπτό, κατανοητό, εμείς πρέπει να απαντήσουμε με τη νομοθεσία μας, να το επιβάλουμε με το νόμο. Μιλήσατε, κύριε Πρόεδρε, για πιο ανταγωνιστικούς, πιο πολυάριθμους οίκους. Περιμένουμε πολλά από την Επιτροπή το προσεχές διάστημα.

 
  
MPphoto
 

  Michel Barnier, membre de la Commission. − Monsieur le Président, merci à chacune et chacun d'entre vous de la qualité et de la franchise de vos interventions. Je ne reviens pas sur le rôle de ces agences ni sur l'importance des notes qu'elles émettent; Mme Comi, à l'instant, l'a très bien rappelé.

Deuxième remarque préalable, en écho aux propos tenus à l'instant par M. Papanikolaou ou M. Strejček, nous devons améliorer le fonctionnement de ces agences. Il faut qu'il y ait de la transparence – j'y reviendrai –, que ces notations soient les plus incontestables, les plus objectives possibles. Nous allons y parvenir, nous devons y parvenir et, pour autant, cela ne dispensera pas les entreprises, notamment les entreprises financières, d'être bien gérées, d'avoir des systèmes de supervision, internes et externes, des outils de gestion de crise – c'est aussi une partie des propositions que la Commission fait – et cela ne dispensera pas non plus les États de bien se gérer et de faire une bonne gestion de leurs finances publiques et de maîtriser leurs dépenses.

J'en reviens aux agences de notation. Nous souhaitons que la nouvelle proposition d'amendement du règlement sur ces agences soit adoptée très rapidement pour assurer une meilleure surveillance de ces agences par ESMA. Madame Le Pen, vous devez corriger – elle n'est plus là – votre information. Ce n'est ni la Banque centrale, ni la Commission qui superviseront ces agences. Nous avons souhaité – et c'est logique que ce soit la nouvelle autorité indépendante ESMA qui assume ce rôle – davantage de surveillance et davantage de transparence sur le marché. Comme l'a très bien dit M. Klinz, il y avait besoin de cette transparence quand on voit ce qui s'est passé depuis quelques années.

Cependant, comme je l'ai dit tout à l'heure au début de mon intervention, ces propositions ainsi que la réglementation existante – M. Cutaş évoquait cette réglementation qui doit être mise en œuvre correctement entre maintenant et la fin de l'année sur les agences de notation et qui ne sera applicable complètement qu'en décembre 2010 – ne traitent pas tous les sujets.

Certaines questions, par exemple, n'ont pas été examinées au fond. La diversification, plus de concurrence – Mme Swinburne ou M. Scicluna ont rappelé ce besoin qu'un marché des agences ne soit pas concentré dans trop peu de mains; le modèle de l'émetteur-payeur, évoqué avec beaucoup de clarté par M. Sven Giegold, actuellement généralisé: ce modèle est-il sain? Est-il soutenable? M. Karas évoquait aussi cette question.

Nous devons nous pencher sur cette question tout en évaluant les règles qui figurent dans la nouvelle réglementation qui va entrer en vigueur d'ici le mois de décembre, puisque nous avons visé précisément les conflits d'intérêts pour les diminuer. Cette réglementation sera-t-elle suffisante? Nous devons en tout cas nous interroger sur ce modèle de l'émetteur-payeur qu'évoquait M. Giegold.

Troisième question que nous devons traiter dans nos nouvelles démarches: les législations européenne et nationale. Ces législations ne se basent-elles pas trop, comme je le pense, sur les notations de crédits des agences de notation? Enfin, Mme Băsescu évoquait tout à l'heure la question de la méthodologie particulière pour les risques souverains: nous devons, là aussi, travailler précisément.

Je voudrais remercier M. Antolín Sánchez Presedo pour le soutien qu'il a apporté à un accord rapide sur le paquet supervision. C'est une des clés, en effet, puisque nous avons notamment besoin d'ESMA pour la supervision de ces agences, et pas seulement pour cela.

Oui, il nous faut une réponse plus structurelle. C'est pourquoi nous examinons de très près toutes les questions que je viens d'évoquer, et j'en rajoute: l'indépendance, que la présidente Sharon Bowles appelait de ses vœux et je souhaite, moi aussi, qu'il y ait de l'indépendance, c'est-à-dire de la crédibilité, pour ces agences; tous les acteurs qui ne sont pas suffisants; les structures des marchés; la concurrence, y compris l'idée – que je crois juste – d'une agence européenne, en particulier pour traiter la question des risques souverains, et peut-être pas seulement.

Je n'ai pas évoqué le statut de cette agence. Est-ce que ce sera une agence publique, privée, un partenariat privé-public ou, comme M. Klinz l'a évoqué, l'idée intéressante d'une fondation? Nous allons travailler aussi sur ces questions dans les semaines qui viennent.

Plusieurs d'entre vous, Mme Bowles, M. Chountis tout à l'heure, Mme Podimata il y a quelques instants, ont évoqué la récente dégradation de la note grecque. Je ne vais pas, en tant que commissaire, commencer à commenter dans le détail chaque notation émise par telle ou telle agence de notation. On y passerait beaucoup de temps, ce n'est pas notre rôle, nous ne devons pas en rajouter, s'agissant de la crédibilité des notations qui ont été, ou qui sont, faites.

Cela ne m'empêche pas, comme mon collègue et ami Olli Rehn ce matin, devant vous, de dire que j'ai été surpris – M. Mölzer, lui aussi, faisait état de cette surprise – par le timing de cette dernière notation de la Grèce par une des agences, hier. Mesdames et Messieurs, nous sommes très conscients – et nous devons le dire à l'extérieur – des très grands efforts que la Grèce  – M. Klute a évoqué ces efforts – fait actuellement pour assainir ses finances publiques et retrouver une croissance forte et saine.

La Commission a tout à fait confiance dans cette démarche qui n'est pas facile mais qui est nécessaire et qui doit aboutir. Il faut d'ailleurs rappeler que la Grèce n'est pas seule. Elle se trouve dans un contexte de solidarité européenne, on l'a démontré au plus haut niveau des chefs d'État et de gouvernement, de la Commission, de la Banque centrale, du FMI, il y a quelques semaines, et cette solidarité continuera de s'exercer et de faire ses preuves.

Les notations diverses, et toute l'attention qui y est portée, les contestations aussi sur les méthodologies ou les moments, tout cela m'encourage dans le travail de réforme des agences, travail que nous avons commencé comme je l'avais indiqué dans notre communication du 2 juin, et je rappelle que nous ferons des propositions législatives sur ces questions au plus tard à la fin de l'année ou au début de l'année prochaine.

Monsieur Klute, enfin, vous avez rappelé que, lorsque l'on parle de toutes ces questions, il ne s'agit pas seulement des agences de notation. Il faut inscrire ce sujet, cet outil qu'il faut améliorer impérativement – plus de transparence, de contrôle, de crédibilité et de diversité – dans une architecture globale qui est celle d'une régulation intelligente et d'une supervision efficace. Ce sont les leçons de la crise, qui n'est pas terminée, et nous allons tirer toutes les leçons. Je le rappelle, je le redis: pas un acteur, pas un produit, pas un marché, pas un territoire ne doit rester à l'écart d'une supervision efficace et d'une régulation intelligente.

C'est précisément tout cet agenda qui a été proposé par la Commission le 2 juin, soutenu par le Conseil des ministres à Luxembourg il y a quelques jours, soutenu aussi je l'espère, comme le Président Barroso le souhaitera, par le Conseil européen, et vous pouvez compter sur moi et sur nous, Mesdames et Messieurs, pour vous faire des propositions, une par une, brique par brique, entre maintenant et le début de l'année prochaine, sur l'ensemble des engagements que nous avons pris, pour tirer, au niveau européen et en bonne intelligence avec les autres régions du monde, notamment les États-Unis, tous les enseignements et toutes les leçons de cette crise vis-à-vis des citoyens, des consommateurs et des entreprises.

 
  
MPphoto
 

  President. − The debate is closed.

 
Ultima actualizare: 30 iulie 2010Notă juridică