Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2011/2645(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B7-0249/2011

Débats :

PV 06/04/2011 - 13
CRE 06/04/2011 - 13

Votes :

PV 07/04/2011 - 6.3
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2011)0148

Débats
Mercredi 6 avril 2011 - Strasbourg Edition JO

13. La situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Le Président. – L’ordre du jour appelle le débat sur la déclaration de la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Ashton, sur la situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen.

Le président en exercice du Conseil, M. Németh, prendra la parole au nom de Mme Ashton.

 
  
MPphoto
 

  Zsolt Németh, au nom de la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.(EN) Monsieur le Président, je suis ici aujourd’hui pour vous présenter, au nom de la haute représentante Catherine Ashton, quelques remarques sur la situation au Bahreïn, en Syrie et au Yémen.

Les événements en Syrie ont récemment pris une tournure dramatique. Au Yémen, la situation déjà épouvantable pourrait bien empirer et l’atmosphère très tendue qui caractérise aujourd’hui le Bahreïn suscite beaucoup d’inquiétudes, même si le sang y a moins coulé. L’UE a suivi avec beaucoup d’attention les événements qui évoluent rapidement dans la région toute entière, comme le confirment les nombreuses réunions à haut niveau, déclarations formelles et conclusions du Conseil.

Mais surtout, Mme Ashton est restée en contact permanent avec les grands partenaires, ainsi qu’avec les grands acteurs des pays concernés. Elle le fait chaque jour, directement par téléphone ou par l’intermédiaire de ses représentants dans les pays en question, afin de mettre à profit l’influence de l’UE partout où cela est possible et dès que cela peut s’avérer utile. La situation de chaque pays est unique et nécessite une réaction stratégique bien pensée et soigneusement adaptée. Mais quand les événements s’enchaînent aussi rapidement, il est encore plus capital d’élaborer une politique saine basée sur de solides principes fondamentaux.

Permettez-moi de citer trois principes: premièrement, le rejet de la violence - les manifestations de masse doivent toujours être gérées de manière pacifique et en respectant pleinement les droits de l’homme et les libertés fondamentales; deuxièmement, la promotion du dialogue – les différences et les griefs doivent être abordé de manière constructive par les personnes compétentes, disposées à se parler en laissant de côté leurs préjugés et leurs conditions préalables; et troisièmement, les réformes politiques et économiques fondamentales doivent venir des pays eux-mêmes, et l’UE a très clairement fait savoir qu’elle se tenait prête à apporter une aide rapide à la demande des pays.

Permettez-moi à présent d’aborder plus spécifiquement les trois pays dont il est question aujourd’hui.

Au Bahreïn, malgré un certain retour à la normale dans les rues, la situation reste tendue. Les arrestations se poursuivent, les individus sont arrêtés au seul motif apparent d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Comme partout dans la région, l’UE et la haute représentante elle-même ont condamné avec force les violences au Bahreïn et ont appelé les autorités et toutes les forces présentes à respecter pleinement les droits de l’homme et les libertés fondamentales, ainsi que les normes humanitaires internationales.

Nous avons également réclamé à de nombreuses reprises que les autorités bahreïnies et l’opposition nouent un véritable dialogue national. La haute représentante s’est entretenue directement avec le ministre des affaires étrangères spécifiquement dans ce but. Sans mesures concrètes visant à convaincre les bonnes personnes de se parler sans exclusions ni conditions préalables, il est de plus en plus probable que les éléments radicaux gagneront de l’influence, ce qui aurait des implications manifestes et inquiétantes pour la stabilité régionale. Le meilleur moyen de préserver et d’encourager la stabilité reste le dialogue. Tel est le message que la haute représentante emmènera avec elle pour rencontrer les ministres du Conseil de coopération pour les pays arabes du Golfe, dans peu de temps avant la fin de ce mois.

En Syrie, les manifestations populaires ont gagné un certain nombre de villes depuis la mi-mars. La répression brutale qui leur a été réservée est inacceptable. La haute représentante et l’Union européenne ont prié à de nombreuses reprises les autorités syriennes de mettre fin à la violence, de respecter le droit de manifester pacifiquement du peuple et d’écouter ses aspirations légitimes. Le peuple syrien mérite les réformes politiques qu’il attend depuis si longtemps, notamment en ce qui concerne la liberté d’expression et de réunion, la participation politique et la gouvernance.

Dans son discours à la nation du 30 mars, le président Assad n’a évoqué ni un programme clair de réformes, ni un calendrier pour la mise en œuvre de réformes. L’UE continuera de faire pression sur la Syrie pour qu’elle mette sans tarder de telles réformes en œuvre. Celles-ci devront être réelles, politiques et socio-économiques, (pas seulement cosmétiques), et mises en œuvre sans tarder. Nous allons surveiller de près la manière dont le nouveau gouvernement, qui n’a pas encore été formé, fera avancer les réformes. Nous espérons que la formation d’une commission juridique débouchera sur l’élaboration de nouvelles dispositions législatives permettant de lever l’état d’urgence et de garantir le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Parallèlement, l’UE continuera de faire pression sur les dirigeants syriens, en public comme en privé, pour qu’ils s’abstiennent de recourir à la force contre les manifestants. Il est tout aussi important de faire comprendre que les personnes responsables de violences et de meurtres doivent être tenues responsables de leurs actes et que tous les prisonniers politiques et défenseurs des droits de l’homme doivent être libérés.

Au Yémen, la situation reste des plus préoccupantes. Les messages de la haute représentante, faisant suite aux regrettables violences du 18 mars, étaient limpides, et les conclusions du Conseil «Affaires étrangères» du 21 mars ont condamné une nouvelle fois avec fermeté le recours à la force à l’encontre des manifestants. L’UE a aussi clairement affirmé que les responsables de pertes de vies humaines et de blessures doivent être tenus responsables de leurs actions et traduits en justice.

Depuis lors, les messages envoyés par les dirigeants yéménites ont été moins clairs. C’est pourquoi la haute représentante a téléphoné directement au président Saleh le 30 mars afin de le prier de faire tout son possible pour éviter que le sang ne coule encore. Elle lui a affirmé que selon elle, la meilleure façon d’y parvenir était d’amorcer sans tarder une transition politique rapide et crédible. Cette transition constitutionnelle devrait être fondée sur des engagements substantiels et cohérents qui se traduisent vraiment par des actions.

Le temps est compté et la victime de cette situation est le peuple yéménite. C’est pourquoi l’UE a été et restera très impliquée dans les tentatives de désamorçage de la crise au Yémen, en étroite consultation avec ses partenaires internationaux.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE M. MIGUEL ANGEL MARTÍNEZ MARTÍNEZ
Vice-président

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. – Tant que M. Brok est assis à côté de M. Salafranca, je voudrais en profiter pour le féliciter pour la victoire de son équipe hier. Il porte l’écharpe de Schalke 04, une équipe qui a remporté une brillante victoire, mais avec l’aide de l’un des meilleurs joueurs du monde, l’Espagnol Raúl. À présent que nous avons félicité M. Brok, je donne la parole à M. Salafranca, au nom du groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens), pour une minute et demie.

 
  
MPphoto
 

  José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, au nom du groupe PPE.(ES) Monsieur le Président, je suis tout à fait d’accord avec ce que vous venez de dire.

Monsieur Németh, Monsieur le Commissaire, Mesdames et Messieurs, je voudrais dire que nous nous sommes régulièrement tenus au courant des informations fournies par la haute représentante, Mme Ashton, au sujet des événements qui se sont produits dans ces pays, et je pense qu’il faut reconnaître les efforts qu’elle déploie au nom de l’Union européenne pour appuyer les aspirations démocratiques au Bahreïn, au Yémen et en Syrie. Demain, le Parlement adoptera une résolution à ce sujet soutenue par tous les groupes politiques.

Je voudrai néanmoins poser quelques questions, Monsieur le Président, et demander à M. Németh de les transmettre à Mme Ashton.

Premièrement, il y a, dans certains organes de l’Union et, bien entendu, dans ce Parlement, un sentiment que nous sommes en train de reculer dans le développement de notre politique étrangère et de sécurité commune, et que nous sommes en train de revenir à l’époque de la coopération politique. Ce n’est évidemment pas pour cela que nous avons mis en place le traité de Lisbonne.

Deuxièmement, une contradiction est apparue: elle concerne la nécessité croissante d’une présence européenne dans ces pays, sans savoir quel sera le résultat final de ces processus de transition. Il est clair que nous devons y être présents, et il est tout aussi clair que le slogan utilisé dans la communication de Mme Ashton est très judicieux: «donner plus pour recevoir plus».

Toutefois, la question que je voudrais poser – je vais conclure, Monsieur le Président – est la suivante: les États membres de l’UE sont-ils disposés à consacrer plus de ressources à la satisfaction des besoins qui se font de plus en plus pressants dans ces pays?

 
  
MPphoto
 

  Véronique De Keyser, au nom du groupe S&D. – Monsieur le Président, nous sommes très conscients des efforts diplomatiques intenses qu’a déployés Mme Ashton, et qu’elle continue à déployer, et nous sommes conscients aussi des difficultés des situations qu’elle rencontre. En effet, tant en Syrie qu’au Yémen ou au Bahreïn, ce sont des pays avec lesquels nous n’avons pas d’accords, à part des accords commerciaux, qui ne contiennent pas de clauses, par exemple, des droits de l’homme, et on a très peu de leviers.

Néanmoins, en dépit de cela, je voudrais dire trois choses. Tout d’abord, par rapport aux inspirations des peuples, par rapport à ceux qui sont aujourd’hui dans la rue, sous le feu des snipers, nous devons non seulement être derrière eux, mais aussi obtenir à tout prix la fin des violences. J’ai vu aujourd’hui un dissident syrien. Ce que ces dissidents demandent, en fin de compte, c’est la fin de la violence afin de pouvoir s’exprimer. Et à ce sujet, je voudrais dire que, même si nous n’avons pas d’accord d’agrément avec la Syrie, il faudrait utiliser à ce moment-là tout l’arsenal des sanctions que nous pouvons avoir, si nécessaire, pour arrêter cette violence.

Deuxième chose que je voulais dire: ce sont en général des pays – et c’était le cas des pays du Golfe et de la Libye aussi – que nous avons armés et surarmés. Un meilleur contrôle des armes pour ne pas faire de ces pays et de ces gouvernements des poudrières capables de se retourner contre leurs populations me semble un minimum.

Et enfin, la question du deux poids-deux mesures. Je voudrais dire que nous avons été très prudents par rapport au Bahreïn, et nous avons été très fermes par rapport à d’autres pays. Je sais que le Bahreïn est une situation particulièrement délicate, que l’Arabie saoudite y a envoyé des troupes et que l’Arabie saoudite et le Conseil du Golfe nous aident contre la Libye, mais nous ne voudrions pas troquer le prix du baril de pétrole et de notre soutien contre le gouvernement libyen en mettant de l’autre côté le prix du silence par rapport aux chiites qui sont aujourd’hui réprimés par le gouvernement du Bahreïn.

 
  
MPphoto
 

  Anneli Jäätteenmäki, au nom du groupe ALDE.(EN) Monsieur le Président, je suis en colère. Lors de la réunion de notre groupe hier, nous avons entendu trois témoins d’Human Rights Watch et d’Amnesty International qui étaient présents au Bahreïn, au Yémen et en Syrie. Leurs récits faisaient froid dans le dos.

Cela m’a mise en colère. La lettre que nous avons reçue de Mme Ashton n’est pas une stratégie. Ce n’est qu’un nouveau programme. Nous devrions arrêter d’envoyer des messages vides de sens, comme nous l’avons fait pendant trop longtemps avec la Tunisie, l’Égypte et la Libye. Il est temps de passer à l’action.

Premièrement, l’UE devrait réclamer une session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève. Les Nations unies devraient envoyer une mission dans ces trois pays, afin d’obliger les régimes à répondre de leurs actes pour les violations des droits de l’homme perpétrées.

Deuxièmement, l’UE devrait réclamer une interdiction des exportations d’armes de tous les États membres de l’UE vers ces trois pays. Il est inacceptable de voir que les pays de l’UE continuent à vendre des armes à ces régimes.

Troisièmement, l’UE devrait clairement faire savoir que si les régimes politiques en place dans ces pays font obstacles à la démocratisation, il est temps qu’ils s’en aillent. Entre-temps, il faudrait adopter des sanctions, comme le gel d’actifs ou l’interdiction de séjour.

Je le répète: il est temps de passer à l’action.

 
  
MPphoto
 

  Hélène Flautre, au nom du groupe Verts/ALE. – Monsieur le Président, c’est une très bonne nouvelle que des populations se mettent en mouvement pour réclamer des libertés, des droits, un changement de régime politique et plus de démocratie. C’est le cœur de la politique étrangère de l’Union européenne et du projet européen. Cela ne peut que susciter notre enthousiasme et notre soutien.

Mais la très mauvaise nouvelle, c’est que ces populations sont en train de subir une répression extrêmement dure, donc elles manifestent ces valeurs et ces aspirations au prix de leur vie et, cela est tout à fait insupportable. C’est-à-dire que la nécessité de protéger les populations, qui a conduit à l’envoi d’actions militaires en Libye, doit aujourd’hui trouver d’autres formes pour protéger les populations qui manifestent dans ces trois pays.

Je crois que les déclarations sont extrêmement importantes, les déclarations légitimes, les aspirations qui sont portées par ces populations, mais il faut aussi des actes. Dans ces actes, il faut l’assurance, pour tous les responsables qui utilisent de manière disproportionnée la force contre leur population, que ces usages ne seront pas impunis. Et pour cela, la convocation et l’activation diplomatiques des États membres du Conseil des droits de l’homme des Nations unies doivent être en branle complètement pour obtenir des missions, des rapports, des résolutions afin que ces responsables politiques aient l’assurance que ces violences ne resteront pas impunies.

Enfin, je crois que nous avons tout à fait les moyens de contourner le blackout sur la presse. Et les journalistes, qu’ils soient nationaux ou étrangers, sont dans des difficultés considérables pour rendre compte de la situation. Nous savons comment faire, nous avons des instruments pour contourner ces obstacles. Il faut absolument les mettre en route. Et puis, quand nous avons des moyens d’action, je crois qu’il faut savoir les utiliser.

Évidemment, l’heure n’est pas à courir derrière le président syrien pour obtenir sa signature de l’accord de réadmission, qui ne pourrait de toute façon être envisagée que sous certaines conditions, dont un programme extrêmement sérieux, effectif et pertinent, de réformes dans ce pays, et la libération de tous les prisonniers d’opinion et les manifestants pacifiques, ici comme dans les deux autres pays.

 
  
MPphoto
 

  Sajjad Karim, au nom du groupe ECR.(EN) Monsieur le Président, je voudrais dire ceci à Monsieur le Ministre: en écoutant votre déclaration depuis mon siège, j’ai entendu ce que vous vouliez dire, mais ce n’étaient que des mots: des mots parfois très agréables, mais, malheureusement, des mots vides de sens. Le discours que vous nous avez tenu était tout à fait réactionnaire, il n’y avait rien de proactif là-dedans. En écoutant, j’ai d’ailleurs écrit le mot «plan» sur une feuille de papier, où je comptais prendre note des informations que vous alliez nous donner sur les actions que l’UE va entreprendre. Cette feuille reste totalement vierge. Vous n’avez apporté aucune contribution aujourd’hui.

Le programme que vous avez décrit n’a rien de proactif. Partout au Moyen-Orient, les gens attendent de l’Europe qu’elle se manifeste et les aide à défendre leurs droits, et tout ce que vous avez à leur donner, ce sont des mots vides de sens.

Dans le dernier plan d’action présenté, un élément essentiel était totalement absent, et la presse a longuement débattu du fait que les dirigeants du Moyen-Orient sont toujours autorisés à prendre de l’argent à leurs populations et à le ramener en Europe, et nous ne faisons rien pour empêcher que cela se produise encore à l’avenir.

Vous avez dit vous-même que le temps était compté. Si c’est le cas, et je pense que ça l’est, pourquoi, alors, êtes-vous venu nous voir avec rien d’autre à nous offrir qu’une feuille blanche? Ayez s’il vous plaît plus de respect pour ce Parlement.

 
  
MPphoto
 

  Marisa Matias, au nom du groupe GUE/NGL.(PT) Monsieur le Président, nous soutenons les populations du Yémen, de Syrie et du Bahreïn dans leur quête de liberté et de démocratie et nous sommes avec elles contre la répression sanglante des manifestations et des protestations populaires. Il faut donc être clair. Premièrement, je voudrais demander que nous arrêtions immédiatement de vendre des armes à ces pays. L’Europe continue à vendre des armes qui servent à tuer des civils. Deuxièmement, nous devrions être du côté des populations, et non du côté des régimes autoritaires ou dictatoriaux.

Ceci étant dit, dans notre solidarité, nous ne devons pas oublier que nous continuons d’appliquer deux poids deux mesures, en ayant une série de règles destinées à soutenir les aspirations démocratiques des peuples, et une autre série de règles pour faire des affaires. En Libye, les bombardements ont de toute évidence dépassé le mandat des Nations unies, tandis qu’au Bahreïn, nous nous sommes contentés de protester lorsque l’armée saoudienne est entrée dans le pays afin de sauver une kleptocratie. Alors que des jeunes font l’impossible pour résister face aux armées et à la police et affrontent ces forces avec tout leur cœur, nous, nous nous contentons de rédiger des notes diplomatiques.

Je voudrais terminer, Monsieur le Président, en disant qu’il est tout aussi faux de penser qu’il existe des solutions militaires aux problèmes politiques que de penser, comme nous le faisons, que les peuples arabes n’ont pas encore remarqué notre double jeu.

 
  
MPphoto
 

  Bastiaan Belder, au nom du groupe EFD.(NL) Monsieur le Président, un changement radical de régime, c’est-à-dire la prise du pouvoir par les forces radicales islamistes de Syrie, du Bahreïn et du Yémen, représenterait une véritable catastrophe, au niveau tant national qu’international.

Le vrai gagnant, dans cette situation imprévue, du moins dans la péninsule arabique, serait sans aucun doute le duo au pouvoir en Iran, Khamenei et Ahmadinejad, et cela sonnerait le glas de la chance déjà infime de voir un printemps perse poindre à l’horizon. À propos, la crise à Damas, à Manama et à Sanaa a constitué pour l’UE une excellente occasion d’imposer, en étroite coordination avec les États-Unis, des conditions claires pour continuer à soutenir les régimes qui se trouvent en eau trouble: des réformes politiques et socio-économiques.

Monsieur le Président, il y a quelques années, nous nous sommes rendus en Syrie avec une délégation du PE. Depuis 2003, cet État, seul État séculier de la région, a servi de refuge à des centaines de milliers de chrétiens irakiens, ce qui devrait servir d’avertissement. L’Occident doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire en sorte que la guerre civile extrêmement sanglante en Irak ne se propage pas en Syrie.

 
  
MPphoto
 

  Andreas Mölzer (NI).(DE) Monsieur le Président, la révolution de jasmin qui a débuté en Tunisie n’emprunte malheureusement pas le même chemin pacifique au Yémen, en Syrie et au Bahreïn. Un dialogue entre le gouvernement et l’opposition est sans aucun doute la meilleure façon de se mettre d’accord sur une solution efficace aux problèmes sociaux et économiques, ce qui est le souhait du peuple, et de favoriser davantage de participation démocratique. Quant à savoir si ces accords seront respectés, c’est une autre question. Après tout, la vague de protestations a été déclenchée par des promesses de réforme politique non tenues. Le peuple a été amadoué avec des promesses pendant trop longtemps et aujourd’hui, une action est nécessaire. La double stratégie visant à réprimer violemment les manifestations de l’opposition tout en promettant quelques réformes superficielles, sans introduire de véritable changement politique, pourrait faire dégénérer la situation dans les trois pays, comme nous le savons.

L’agitation actuelle en Syrie suscite la crainte que les armes achetées par le gouvernement puissent être revendues à des organisations terroristes telles que le Hezbollah. Selon moi, l’UE devrait jouer un rôle de médiateur impartial dans ces conflits.

 
  
MPphoto
 

  Salvatore Iacolino (PPE).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, la victoire se gagne en deux matchs: attendons donc le match retour entre l’Inter Milan et Schalke 04 pour savoir qui accèdera au tour suivant. Mais je suis d’accord, Raúl est un grand joueur de foot.

Ce qu’il se passe en Syrie, au Yémen et au Bahreïn n’est pas très différent de ce qu’il se passe dans d’autres parties du monde. Si ce genre d’agitation s’explique généralement par des raisons économiques, les peuples rêvent depuis longtemps de liberté. Facebook et l’internet ont mis fin à l’isolement de beaucoup trop de démocraties factices qui ont longtemps perduré dans de nombreuses régions du monde.

Il y a aujourd’hui d’autres meneurs, une autre idée de la politique qui reflète les rêves de nombreux jeunes. Il y a un désir de citoyenneté, particulièrement là où les jeunes sont mieux informés et éduqués. Il y a quelques jours, le dissident Suhayr al-Atassi a été libéré: c’est un signe, même faible, que la liberté de penser et la liberté politique se développent. On ressent le même enthousiasme au Yémen, où les protestations contre le président Saleh grandissent de jour en jour, et il en est relativement de même au Bahreïn. Nous devons agir de manière décisive pour mettre fin à cette violence. Il faut aider ces pays dans leur périple vers la démocratisation; nous ne pouvons pas nous permettre, une fois de plus, de rester en retrait.

Ce qu’il se passe en Méditerranée est sans aucun doute un message difficile à comprendre, et c’est pourquoi l’Europe doit faire entendre sa voix et agir avec solidarité, ce qui aiderait probablement aujourd’hui les régions sujettes à des pressions migratoires de plus en plus fortes en région méditerranéenne.

 
  
MPphoto
 

  Richard Howitt (S&D).(EN) Monsieur le Président, qu’il s’agisse de l’attaque coordonnée des tireurs embusqués sur le camp de protestation de Sanaa, au Yémen, le 15 mars, ou de la répression des manifestations qui ont réuni 100 000 personnes à Deraa, en Syrie, le 17 mars, ou de ce qu’il se passe au sixième étage de l’hôpital de Salmaniya, au Bahreïn, où les manifestants blessés sont emmenés par des hommes armés vêtus de cagoules pour ne jamais réapparaître, et où les blessés sont obligés de se rendre de toute façon car c’est le seul endroit où ils peuvent recevoir une transfusion de sang, nous devons montrer que si les médias ne se concentrent que sur un seul pays à la fois, le Parlement européen, lui, défendra les droits de l’homme partout où ils sont menacés.

Aujourd’hui, nous devons demander au Conseil Affaires étrangères d’œuvrer pour que toutes les personnes responsables de violences doivent clairement répondre de leurs actes, pour que des enquêtes indépendantes soient diligentées et pour qu’il n’y ait pas d’impunité. Tel est l’avertissement fondamental que nous devons envoyer aujourd’hui pour éviter que les manifestants ne fassent encore l’objet de violences.

Deuxièmement, lorsqu’on apprend que les forces de sécurité bahreïnies ont tiré des balles soi-disant non mortelles, à moins d’un mètre de distance, qui ont tué des manifestants en faisant littéralement exploser leur crâne en deux morceaux, nous devons suspendre l’autorisation, l’approvisionnement et le transfert de toutes les armes dans la région.

Enfin, les principes de la communication du commissaire Füle au sujet de nos voisins du Sud doivent orienter la manière dont nous envisageons le processus visant à conclure un accord d’association avec la Syrie. Comme point de départ, nous devons insister pour que les observateurs internationaux des droits de l’homme puissent dès à présent circuler librement dans les pays. Le monde arabe a changé grâce à la révolution de jasmin et nous devons montrer que nous avons nous aussi changé.

 
  
MPphoto
 

  Alexander Graf Lambsdorff (ALDE).(DE) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, le printemps est arrivé en Méditerranée, mais l’hiver sévit toujours dans le Golfe et en Syrie. Les images de violence qui nous parviennent sont horrifiantes. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées; Amnesty International et les Nations unies ont publié des rapports alarmants.

Les demandes formulées par le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe sont limpides. Nous voulons qu’une session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies soit organisée au plus vite. Le Conseil de l’Europe et les États membres de l’Union européenne représentés au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations unies devraient répondre à cet appel. Le Conseil des Nations unies est toujours très prompt à agir lorsqu’il est question de prendre parti dans le conflit du Moyen-Orient. Il est aujourd’hui temps de faire face au véritable défi adressé par ces violations extrêmes des droits de l’homme. Il nous faut des réformes, il nous faut une transition vers la démocratie, et il nous faut un blocus sur les armes. Tout cela a déjà été évoqué par les intervenants.

J’ai regardé en direct l’allocution du président syrien Assad. Il s’agit d’une dictature de type médiéval utilisant des agences de communication occidentales pour faire passer dans les magazines de luxe ses représentants pour des personnes influentes cherchant soi-disant à moderniser leur pays. Les agences et les magazines devraient se demander s’ils ont vraiment raison de faire ce qu’ils font.

Passons à présent au Yémen. C’est là que se trouve selon moi le plus grand danger: un risque de séparation entre le Nord et le Sud, une cellule d’Al-Qaïda active, et le risque d’une carence de l’État. Nous avons déjà constaté ce type de carence en Somalie et notre mission Atalanta est active dans le golfe d’Aden. L’Europe a des intérêts directs dans cette région et nous devons entendre davantage que ce que le représentant du Conseil nous a dit aujourd’hui.

 
  
MPphoto
 

  Frieda Brepoels (Verts/ALE).(NL) Monsieur le Président, pour être honnête, je dois admettre que j’ai été ébahie en découvrant les trois principes exposés par le ministre: le rejet de la violence, la promotion du dialogue afin de résoudre certaines divergences d’opinion et traiter certains griefs et, bien entendu, la nécessité de réformes politiques.

En l’état actuel des choses, se contenter d’inviter au dialogue ne fera aucune différence et ne sera pas vraiment crédible. Je pense que l’Union européenne devrait prendre des mesures plus soutenues pour favoriser la mise en œuvre de ces réformes démocratiques. On nous dit que la haute représentante a beaucoup de contacts officiels, mais que fait-elle pour garder le contact avec la société civile? Que fait-elle pour les écouter?

Les orateurs précédents l’ont déjà signalé: l’Union européenne doit cesser immédiatement de fournir des armes à cette région. Quand je vois que, par exemple, des armes d’une valeur de plus de 100 millions d’euros ont été fournies l’année dernière au seul Yémen par pas moins de huit pays européens, je me demande si la position commune européenne sur l’exportation des armes a un quelconque sens. Ne devrions-nous pas prendre de toute urgence des mesures à ce sujet?

 
  
MPphoto
 

  Fiorello Provera (EFD).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je vais parler du Bahreïn. Ce petit pays se situe à un endroit stratégique pour l’équilibre dans le Golfe et l’approvisionnement énergétique. Personne n’ignore qu’une grande raffinerie de brut saoudien s’y est établie.

Je voudrais attirer votre attention sur un aspect particulier de cette situation, qui me semble particulièrement inquiétant. Des sources fiables ont fait état d’une influence iranienne sur la population shiite du Bahreïn. Cela vient s’ajouter aux aspirations légitimes du peuple, qui réclame de profondes réformes de la gouvernance. Difficile de déterminer à quel point les influences extérieures ont pesé sur les récents événements qui se sont produits au Bahreïn, mais il existe un risque de déstabilisation de la région qui pourrait se propager aux régions orientales d’Arabie saoudite, qui abritent un autre vaste groupe de Shiites. L’Iran finance le Hamas, soutient le Hezbollah au Liban et influence la politique intérieure en Irak, pays dont le gouvernement est majoritairement composé de Shiites. Si les perturbations se propagent dans le Golfe, l’impact serait manifeste et il pourrait y avoir des répercussions dans le monde entier.

Nous devons rester très prudents lorsque nous examinons la situation au Moyen-Orient, et ne pas confondre les aspirations légitimes des peuples qui réclament davantage de démocratie avec les influences extérieures qui ont des ambitions stratégiques dans la région.

 
  
MPphoto
 

  Ria Oomen-Ruijten (PPE).(NL) Monsieur le Président, il est ici question de trois pays très différents dont les conditions locales sont très particulières. Au Yémen, la révolte a atteint d’énormes proportions, malgré la répression violente de la police et de l’armée. Au Bahreïn, il existe un sérieux risque que la région toute entière soit déstabilisée à cause de l’ingérence de l’Arabie saoudite et de l’Iran. Enfin, en Syrie, l’opposition n’a pour ainsi dire aucune marge de manœuvre et le régime semble prêt à tout pour mettre fin aux protestations.

Compte tenu de ces circonstances spécifiques, je pense que l’UE devrait nouer des relations bilatérales avec ces pays. Il y a certains principes qui doivent être défendus. Bien entendu, chaque citoyen a le droit de manifester et d’exprimer librement son opinion. Mais que devrions-nous faire au sujet des manifestations pacifiques, lorsque ces mêmes citoyens deviennent simultanément victimes de la répression, en raison de l’intervention de la police et de l’armée? Allons-nous lancer une enquête au niveau international? Que fait l’UE pour encourager le lancement d’une telle enquête?

Deuxièmement, les gouvernements sont tenus d’amorcer un dialogue avec leur opposition ainsi qu’avec les organisations de la société civile, car la violence et l’oppression ne sont jamais la solution. Que fait spécifiquement l’UE pour ce dialogue? Et si, après tout cela, les régimes de Syrie et du Bahreïn, ainsi que du Yémen, ne sont toujours pas capables ou pas disposés à écouter la volonté de leur peuple, quelles seront les conséquences au niveau de nos relations avec ces pays?

Monsieur le Président, nous devons apporter une aide concrète, comme il a déjà été dit à de nombreuses reprises, mais cette aide concrète doit avoir un réel contenu. Comment allons-nous y parvenir? J’aurais voulu prendre aujourd’hui connaissance d’un plan indiquant ce que nous allons faire.

Je voudrais juste adresser un commentaire au commissaire. Je pense que dans le cas spécifique de la Syrie, ainsi que de la Turquie, nous devrions réclamer que les plans qui vont vraisemblablement être élaborés dans les prochains jours incluent des pressions.

Encore une dernière chose. Je pense que notre délégation chargée des relations avec les pays du Machrek pourrait faire un excellent travail dans ce domaine et que nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour l’aider à y parvenir.

 
  
MPphoto
 

  Ana Gomes (S&D).(PT) Monsieur le Président, l’UE doit rester cohérente avec ses déclarations et ses actions relatives aux révoltes populaires au Yémen, en Syrie, au Bahreïn et dans les autres pays du monde arabe. Ce n’est pas seulement sa crédibilité qui est en jeu, c’est aussi l’efficacité du message qu’elle envoie aux dictatures ciblées par les manifestations, de même que les hommes et femmes qui risquent leur vie en investissant les rues pour réclamer la défense des droits de l’homme, la justice et la démocratie.

L’UE s’est montrée incroyablement ambiguë en ce qui concerne particulièrement le Bahreïn. Cela reflète les contradictions d’une politique étrangère caractérisée par «deux poids, deux mesures», préoccupée par le pétrole et les ventes d’armes des États membres non seulement au Bahreïn, mais aussi à l’Arabie saoudite, en violation de la position commune relative aux exportations d’équipements militaires.

Le Parlement réclame l’arrêt immédiat des ventes d’armes et la haute représentante appelle – haut et fort – les autorités bahreïnies à faire la lumière sur les personnes tuées ou portées disparues lors de la répression des manifestations pacifiques et à mettre immédiatement un terme au blackout imposé aux médias.

 
  
MPphoto
 

  Edward McMillan-Scott (ALDE).(EN) Monsieur le Président, hier soir, j’ai aidé à organiser une audition d’experts de la région qui nous ont indiqué qu’au Bahreïn, les forces de sécurité ont déjà fait au moins 23 morts; 132 en Syrie, et au moins 63 au Yémen. On peut alors se demander ce que l’UE peut faire? Eh bien, notre résolution, qui sera adoptée demain, contient quelques suggestions.

Je dois néanmoins dire que ces derniers mois, le Parlement européen a adopté des résolutions concernant la Tunisie, l’Égypte et la Libye, et que mon bureau a établi une comparaison entre ces résolutions et les actions de la Commission, sa stratégie pour le changement, et cela ne m’encourage pas vraiment. Nous parlons dans le vide ici, si la Commission ne nous écoute pas et si le Conseil ne nous écoute pas.

Je vais donc publier cette analyse sur mon site web. Je pense que le traité de Lisbonne attribue des responsabilités supplémentaires au Parlement européen. Il faut que nous soyons pris au sérieux par les autres organes chargés de la politique étrangère de l’Union européenne. Nous devons tous travailler de concert, surtout dans ce contexte de changement radical dans le monde arabe.

 
  
MPphoto
 

  Pino Arlacchi (S&D).(EN) Monsieur le Président, la Syrie, le Bahreïn et le Yémen sont trois tyrannies contestées par leurs propres citoyens, et ces citoyens méritent notre soutien inconditionnel. Jusqu’à présent, l’action menée par l’UE vis-à-vis de cette vague de démocratisation dans la région a été aléatoire et a manqué de force et de crédibilité. Si nous voulons y remédier, nous devons commencer tout d’abord par éliminer cette attitude «deux poids, deux mesures» que nous avons adoptée par le passé.

Nous avons soutenu de plusieurs manières ces autocraties et nous, Européens, leur avons vendu toutes sortes d’armements, de même que la Russie et les États-Unis. Et aujourd’hui, nous déplorons de voir que notre commerce d’armes avec les autocraties du Golfe a eu des conséquences qui se traduisent par des blessés et des victimes innocentes des armes que nous avons vendues à ces pays.

Si nous voulons être crédibles, nous devons rompre tous les contrats d’armement conclus avec ces pays ainsi qu’avec le Conseil de coopération pour les pays arabes du Golfe, et demander l’imposition d’un blocus sur les armes dans toute l’Afrique du Nord et tout le Moyen-Orient. La réduction de leur budget militaire représentera un dividende à investir dans un fonds pour la transition vers la démocratie.

 
  
MPphoto
 

  María Muñiz De Urquiza (S&D).(ES) Monsieur le Président, la transition historique et irréversible vers la démocratie dans les pays arabes n’a pas pris fin avec les transitions encore fragiles opérées en Égypte et en Tunisie, ni avec le soutien, également historique, de la communauté internationale à l’égard de l’activation du principe de responsabilité concernant la protection de la population libyenne.

L’évolution se poursuit aujourd’hui en Syrie, au Yémen et au Bahreïn, et l’Union européenne doit être présente; elle doit tirer des leçons des événements du passé et prendre les rênes de la réponse internationale, en adoptant de profondes mesures, Monsieur le Commissaire Füle, comme par exemple la politique européenne de voisinage, bien définie, ainsi que des mesures concrètes et immédiates indiquant aux populations de ces pays ainsi qu’aux citoyens européens que l’engagement de l’UE en faveur de la liberté, de la dignité, de la démocratie et des droits de l’homme ne connaît aucune frontière.

Les autorités syriennes, yéménites et bahreïnies ne doivent pas oublier que le recours de l’État à la violence contre son peuple a des répercussions immédiates; elles doivent également savoir qu’il ne suffit pas d’apporter quelques changements superficiels à leurs gouvernements autocratiques. Elles doivent plutôt amorcer immédiatement un dialogue avec les mouvements d’opposition ainsi qu’avec la société civile; libérer sur le champ les prisonniers politiques, les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme, et enfin, mettre tout de suite fin à l’état d’urgence.

 
  
MPphoto
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE).(EN) Monsieur le Président, il ne faut pas faire la sourde oreille face aux violations des droits de l’homme perpétrées dans ces trois pays.

La situation en Syrie est très grave et les enjeux sont énormes. En Syrie, les enseignants, les activistes de l’opposition, les journalistes et les blogueurs sont ciblés. De nombreuses personnes sont tuées; beaucoup d’autres sont arrêtées; des journalistes étrangers ont été expulsés du pays; un blocus de l’information a été mis en place; il n’y a pas de presse indépendante. Nous devrions donc envisager d’adopter des sanctions à l’encontre de la Syrie.

Il faudrait également envisager des actions politiques au Yémen et au Bahreïn. En ce qui concerne le Yémen, nous avons conclu un accord relatif aux exportations d’armes; celui-ci devrait être suspendu.

Puisque nous débattons de la situation dans ces trois pays, commençons tout d’abord par réclamer que les coupables répondent de leurs actes; ensuite, organisons des sessions extraordinaires du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève …

(Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
  
MPphoto
 

  Rosario Crocetta (S&D).(IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, j’ai vécu au Bahreïn pendant trois ans, de 1987 à 1990. À l’époque, ce pays était considéré comme l’un des pays les plus démocratiques du Golfe et c’était encore le cas il y a quelques années. On peut donc se demander ce qu’il se passe dans les autres pays, quand on sait que l’Arabie saoudite exécute quelques centaines de personnes par an, quand on sait que de terribles massacres sont perpétrés en Iran, quand on sait que dans toute la région du Golfe, les meurtres sont monnaie courante et que la presse se voit dénier le moindre droit.

Nous avons aujourd’hui adopté la résolution sur la Syrie, le Yémen et le Bahreïn, mais quand préparerons-nous une résolution pour l’Arabie saoudite, l’Algérie, la Chine et les autres pays qui violent les droits de l’homme dans le monde? Le problème est qu’en Occident, je remarque quelque chose d’étrange: d’un côté…

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Marielle De Sarnez (ALDE). - Monsieur le Président, quel rôle doit jouer l’Europe dans des pays dont les régimes sont mis en cause par les peuples, mais dont les dirigeants restent sourds aux appels réitérés à plus de démocratie, à de vraies réformes structurelles et à un développement plus juste? Voilà la question qui nous est posée!

Il y a pour moi une première réponse. Elle est d’urgence. L’Union doit peser de tout son poids en utilisant tout l’arsenal de sanctions dont elle dispose pour obtenir l’arrêt de la répression, la libération immédiate des prisonniers politiques et des journalistes. Elle doit soutenir la mise en place d’une commission d’enquête indépendante sur les faits commis et appeler à une session spéciale du Conseil des droits de l’homme.

Sur le moyen terme, je crois qu’il nous faut revoir en profondeur nos relations avec ces pays. L’Union européenne doit désormais s’afficher comme étant clairement du côté des opinions publiques, du côté des peuples et non des pouvoirs en place.

À cette fin, l’Union doit instituer et conduire un dialogue permanent avec toutes les forces de la société civile, avec tous ceux qui veulent faire émerger la démocratie et les responsables des oppositions. C’est donc un changement profond...

(Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
  
MPphoto
 

  Heidi Hautala (Verts/ALE). - (EN) Monsieur le Président, nous avons entendu que le Parlement est aujourd’hui fermement résolu à lutter contre les graves violations des droits de l’homme dans ces trois pays: le Bahreïn, le Yémen et la Syrie. Il faut que le service européen pour l’action extérieure, que la Commission nous indique comment nous allons pouvoir montrer que nous ne fonctionnons plus sur la base du principe «deux poids, deux mesures».

On nous a parlé d’un grand nombre de mesures concrètes. Il faut que nous sachions comment cela se passe au sein du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. L’Union européenne parle-t-elle d’une seule voix pour réclamer l’organisation de sessions extraordinaires consacrées à la Syrie, au Bahreïn et au Yémen?

On nous a dit qu’il était temps d’arrêter d’exporter des armes vers ces pays.

Nous ne pouvons plus attendre, alors s’il vous plaît, dites-nous ce que le service européen pour l’action extérieure et la Commission vont désormais faire à ce propos.

 
  
MPphoto
 

  Charles Tannock (ECR). – Monsieur le Président, en Syrie, les forces de sécurité ont réprimé brutalement, en faisant preuve d’une violence excessive, des manifestations qui avaient pour thème des griefs légitimes. L’agressivité du président Assad, son discours sur Israël, notre allié, son soutien des terroristes comme le Hezbollah et son amitié avec l’Iran font de lui, d’après moi, un dangereux autocrate.

Le Bahreïn, en revanche, est une monarchie constitutionnelle relativement moderne et progressiste. Malheureusement, les extrémistes shiites, inspirés et soutenus par l’Iran, continue d’alimenter les tensions sectaires et de diffuser leur propagande contre le gouvernement et le roi. Ce dernier a fait preuve de patience et d’efforts en écoutant les inquiétudes des manifestants et en amorçant un dialogue, mais nous devons bien entendu condamner tous les meurtres de manifestants non armés.

Enfin, au Yémen, il semble qu’en faisant un usage disproportionné de la force, le président Saleh se soit mis à dos ses principaux soutiens, notamment les États-Unis, malgré l’action résolue qu’il mène depuis de nombreuses années pour déloger les terroristes d’Al-Qaïda. Lui retirer à présent le soutien de l’UE, sans savoir ce qu’il va se passer, est une stratégie très risquée.

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Andrew Henry William Brons (NI). - (EN) Monsieur le Président, nous pourrions nous demander ce que nous pouvons faire pour aider ces pays à sortir de leur impasse politique et atténuer les souffrances de leurs peuples, mais il y a trois conditions à cela. Premièrement, sommes-nous en mesure de faire quelque chose? Deuxièmement, est-ce notre rôle d’agir? Et troisièmement, notre ingérence n’a-t-elle jamais favorisé la situation actuelle?

En ce moment même, les militaires britanniques sont en train de recevoir des lettres de licenciement – souvent pendant qu’ils sont en mission – de la part de ce fichu gouvernement britannique. Il serait absurde de s’attendre à ce que les militaires restant en service soient soumis à un effort supplémentaire pour s’engager dans de nouvelles aventures.

Les États passent avec leurs troupes un accord formel, mais rarement couché sur papier, par lequel elles acceptent d’être envoyées sur le champ de bataille et de risquer leur vie, mais seulement lorsque les intérêts vitaux de leur pays ou de leurs concitoyens sont en jeu. Nous n’avons aucun intérêt vital dans ces États. Nous avons également toutes les raisons de croire que les forces extérieures associées avec les États-Unis et leurs alliés ont intérêt à voir la Syrie déstabilisée. Loin de moi l’idée de défendre le régime baas…

(Le Président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 

  Paul Rübig (PPE).(DE) Monsieur le Président, je pense qu’un grand nombre des jeunes habitant dans ces pays ont soif de démocratie, de modernisation et de liberté. Nous devons en tenir compte. Nous devons essayer de nous faire des amis dans ces pays, au lieu de les juger à la hâte. Il faut plutôt identifier les individus qui ne respectent pas les règles propres à une société moderne. C’est pourquoi nous devrions tenter d’organiser des programmes d’échange pour les petites et moyennes entreprises, les enseignants, les professeurs d’université et les journalistes. Notre travail est de nous faire des amis dans ces pays, et j’espère que nous entamerons bientôt des actions dans ce sens.

 
  
MPphoto
 

  Diane Dodds (NI).(EN) Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, comme bon nombre des députés de ce Parlement aujourd’hui, j’ai été horrifiée par la violence et les violations des droits de l’homme perpétrées dans la région toute entière et portées à notre connaissance. Mais je ne pouvais pas laisser passer l’occasion de dire – surtout à vous, Monsieur le Ministre – que votre déclaration d’aujourd’hui, au nom de la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, illustre parfaitement, peut-être bien mieux que nous ne pourrions jamais le faire, l’absurdité de ce poste et des millions d’euros que nous lui avons consacrés.

Votre message d’aujourd’hui est tout à fait juste: c’est un message de rejet de la violence, de promotion du dialogue, de réforme initiée par les pays concernés. Mais très franchement, dans ces situations, tout cela ne mange pas de pain. Il nous faut bien, bien plus qu’un coup de téléphone de temps en temps et une déclaration réclamant ceci ou cela; et je pense que les populations du Moyen-Orient...

(Le Président retire la parole à l’oratrice)

 
  
MPphoto
 

  Zsolt Németh, au nom de la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.(HU) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je vous remercie vivement de vos interventions. (L’orateur poursuit en anglais)

(EN) Monsieur le Président, permettez-moi tout d’abord de répondre en particulier à quelques questions concernant le Bahreïn.

La question de l’ingérence de l’Iran dans les affaires intérieures du Bahreïn a été soulevée. Aucun élément probant ne permet pourtant jusqu’ici d’affirmer que l’Iran s’est immiscé dans les problèmes du Bahreïn en provoquant une radicalisation. C’est évidemment un risque, et c’est une raison de plus d’amorcer le plus tôt possible un dialogue national au Bahreïn, afin d’éviter d’en arriver là.

En ce qui concerne l’invasion saoudienne au Bahreïn, je voudrais souligner le fait que les six États du Conseil de coopération pour les pays arabes du Golfe ont adopté entre eux un accord collectif de sécurité. La présence des forces saoudiennes et d’autres forces du Golfe au Bahreïn a été demandée dans le cadre de cet accord, et plus d’un État membre du Conseil de coopération a accédé à cette demande. Ce n’est pas seulement un argument légaliste. Il faut prendre dûment en considération la dimension régionale dans notre analyse de l’évolution de cette région.

En ce qui concerne le Yémen, je voudrais souligner le fait que l’Union européenne a bien interrompu certaines aides qu’elle apportait au Yémen: il s’agit notamment de son soutien à la lutte civile contre le terrorisme. Nous avons pensé qu’il fallait adopter une approche différenciée à cet égard.

Permettez-moi de m’exprimer à présent en hongrois, afin de répondre à quelques questions posées.

(HU) Monsieur Salafranca voulait savoir quel serait le résultat de cette transition. Je voudrais souligner à ce propos que nous ne savons pas quel sera le résultat du Printemps arabe. Personne ne le sait, et il y a quelques mois, nous ne savions même pas qu’un tel effet domino était possible. Je pense néanmoins qu’en l’état actuel des choses, l’issue de ce Printemps arabe n’est pas encore 100 % assurée. Je pense donc aussi que cela dépendra beaucoup de nous. C’est la réponse que je voudrais faire à M. Salafranca: l’issue finale de ce Printemps arabe dépendra également en grande partie de nous.

Je pense que les propositions avancées lors de ce débat ont été très utiles et que les représentants de la Commission présents, comme les représentants du Conseil et du service pour l’action extérieure, ont été ravis d’entendre toutes les propositions soumises. Nous sommes en train de revoir notre politique de voisinage et toutes les propositions qui ont été avancées dans ce débat seront prises en considération lors de ce processus de révision. Je pense donc que c’est une coïncidence bienvenue que le sommet du partenariat oriental de Budapest, qui devait se tenir dans quelques semaines, soit finalement annulé, car de cette manière, nous allons avoir le temps d’intégrer les propositions avancées aujourd’hui à la révision de la politique de voisinage.

J’estime qu’il est très important que cette politique de voisinage soit unifiée. Elle doit couvrir tant la dimension orientale que la dimension méridionale. Et le seul moyen d’être crédibles aux yeux de nos voisins du Sud, qui font très attention à tout ce que nous disons, c’est d’arriver à concevoir une politique de voisinage unifiée, cohérente et avisée, ici, au sein de l’Union européenne. Les propositions qui ont été formulées pendant le débat au sujet de la politique de voisinage - notamment par les derniers intervenants, Mme Dodds et M. Rübig – soulignaient l’importance des relations civiles. Privilégier les relations civiles, les relations avec les citoyens et plus particulièrement les relations avec les jeunes est l’une des idées que nous avons formulées pour notre politique de voisinage.

La création de fonds véritablement neufs et, si nécessaire, de fonds encore plus importants, doit également constituer une partie essentielle de cette révision. Parallèlement, il ne faut pas oublier que chaque aspect doit faire l’objet d’une approche particulière. Dans certains pays, l’introduction de sanctions, de blocus sur les armes ou, dans certains cas, le recours à une action militaire n’a déjà pas pu être évité. Comme vous le savez, la Libye n’est pas le seul de nos voisins du Sud à faire l’objet d’une intervention armée; c’est également le cas de la Côte d’Ivoire, depuis quelques jours. Mais cela fera l’objet d’un autre débat ce soir, et nous allons seulement commencer à en parler.

Je pense toutefois que ces pays, dans lesquels la guerre civile a rendu inévitable une intervention militaire, ne doivent pas être confondus avec les pays dont nous discutons en ce moment, bien que ces pays répressifs, ces pays autoritaires et répressifs, fassent eux aussi usage de la violence. Mais selon moi, la haute représentante a envoyé un message fort à ces pays en ce qui concerne leur attitude à l’égard de la violence. Et l’action militaire déployée en Libye et en Côte d’Ivoire doit elle-même envoyer un signal fort à ces pays, à ces trois pays. Ces dernières semaines, la communauté européenne et internationale est parvenue à se façonner une philosophie très claire.

Le «droit à la protection» et le «devoir de protéger» sont de nouveaux principes qui ont récemment été appliqués par la communauté internationale et qui doivent servir d’avertissement au Yémen, au Bahreïn et à tout le monde, à tous les régimes autoritaires de la région. Les interventions militaires actuelles ne doivent pas être comparées avec celle menée en Iraq, mais plutôt avec celles menées au Rwanda et au Kosovo, où la communauté internationale a dû intervenir pour protéger les citoyens. Je pense que la communauté internationale envoie à présent ce message très fort aux pays qui ont recours à la violence à l’encontre de leurs citoyens.

Mesdames et Messieurs, députés de cette respectable institution qu’est le Parlement européen, permettez-moi de répondre brièvement à quelques propositions spécifiques. Je transmettrai à la haute représentante votre proposition générale, qui a largement fait l’unanimité, visant à organiser une session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Cette proposition a clairement été l’un des éléments essentiels de ce débat et il faut la prendre en considération. De même, je ferais également part à la haute représentante de votre opinion, tout aussi limpide et consensuelle, en ce qui concerne les exportations d’armes. Je pense que nous devons pouvoir trouver un équilibre adéquat entre la coopération et les sanctions en ce qui concerne ces trois pays.

La mission est de toute évidence particulière lorsqu’il s’agit non d’appliquer des sanctions et d’organiser une intervention militaire, mais de coopérer et, si nécessaire, d’adopter certaines sanctions à l’égard d’un groupe de pays. Je trouve également importants les propos de Mme Oomen-Ruijten, à savoir que l’Union européenne doit également pouvoir compter très fort sur la Turquie au moment de définir sa politique vis-à-vis de cette région. Je vous remercie vivement pour ce débat, ainsi que pour vos commentaires, déclarations et questions.

 
  
MPphoto
 

  Le Président. – J’ai reçu, conformément à l’article 110, paragraphe 2, du règlement, six propositions de résolution(1).

Le débat est clos.

Le vote aura lieu demain midi.

Déclarations écrites (article 149)

 
  
MPphoto
 
 

  Dominique Baudis (PPE), par écrit. La résolution sur la situation en Syrie, Bahreïn et Yémen dénonce à juste titre la répression brutale et meurtrière dont sont victimes des manifestants aussi bien en Syrie qu’au Yémen et au Bahreïn. Les dirigeants de ces trois pays font tirer sur leur propre peuple qui revendique légitimement liberté politique, dignité humaine et équité sociale. Par cette résolution, le Parlement européen exprime fortement sa solidarité avec les citoyens Syriens, Bahreïnis et Yéménites qui font preuve d’un grand courage en manifestant leurs aspirations face à des forces de l’ordre qui ouvrent le feu sur des civils sans armes.

 
  
MPphoto
 
 

  Franz Obermayr (NI), par écrit.(DE) En plus de leur foi islamique, la Syrie, le Bahreïn et le Yémen ont un autre point commun: un régime autoritaire, que le dirigeant en question soit un roi, un président ou le clan Assad. Ils sont manifestement ce qu’on appelle dans nos pays occidentaux des systèmes non démocratiques. Les tendances révolutionnaires naissantes, comme celles qui se sont manifestées en Égypte ou en Tunisie, sont tuées dans l’œuf et la démocratie et les droits de l’homme sont bafoués. Au Yémen, par exemple, 37 % des jeunes filles mineures sont mariées de force, ce qui fait du Yémen le deuxième plus grand pays du monde pour les mariages forcés, après la Somalie. Les gouvernements de ces pays doivent prouver qu’ils œuvrent pour leur peuple, et non pas contre celui-ci. Cela fait des décennies que l’UE soutient et fait la cour à ce genre de pays, tant qu’elle y voyait un intérêt économique et géopolitique. L’UE doit lutter davantage pour la démocratie et les droits de l’homme et contre le processus d’islamisation radicale de ces pays.

 
  
MPphoto
 
 

  Kristiina Ojuland (ALDE), par écrit.(EN) Si la situation en Syrie, au Bahreïn et au Yémen est un problème qui doit être traité de toute urgence, je voudrais également attirer votre attention sur la situation inquiétante au Liban, où plusieurs citoyens estoniens de l’UE sont retenus prisonniers. Je voudrais remercier Mme Ashton de sa réponse rapide et de m’avoir assuré, il y a deux semaines, que ce problème serait traité au plus haut niveau par l’UE. Nous sommes à présent informés que les ravisseurs, qui se réclament du «mouvement de la renaissance et de la réforme», ont envoyé une curieuse demande de rançon indiquant qu’ils communiqueraient ultérieurement leurs autres exigences. D’après eux, les sept citoyens estoniens en question sont encore en vie. Je voudrais prier instamment Mme Ashton de s’impliquer dans la résolution de cette prise d’otages, en sa qualité de vice-présidente de la Commission et de haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. La vie d’Européens est en jeu et cela nécessite de toute urgence l’attention du service européen pour l’action extérieure. C’est pour Mme Ashton une occasion de prouver ce qu’elle vaut vraiment.

 
  

(1)Voir procès-verbal.

Dernière mise à jour: 8 septembre 2011Avis juridique