Parlement européen

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Procédure : 2010/0267(COD)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

A7-0158/2011

Débats :

PV 03/07/2012 - 15
CRE 03/07/2012 - 15

Votes :

PV 04/07/2012 - 7.1
Explications de votes
Explications de votes
Explications de votes

Textes adoptés :

P7_TA(2012)0278

Débats
Mercredi 4 juillet 2012 - Strasbourg Edition révisée

8. Explications de vote
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 
 

Recomendacíon: David Martin (A7-0204/2012 )

  Bruno Gollnisch (NI ), par écrit . – Je suis intervenu ici à plusieurs reprises sur l'ACTA, tout d'abord pour m'indigner devant le manque de transparence des négociations, donc des méthodes de la Commission qui sont d'ailleurs courantes quand il s'agit de négocier des accords internationaux néfastes pour les nations européennes. Bien sûr, je voterai contre cette accord, mais il n'a pas été la seule tentative, au niveau européen d'étouffer la liberté de l'internet, sous couvert de respect des droits de propriété intellectuelle ou de lutte contre la cybercriminalité. Dans le premier cas, on cède en fait à certains lobbies industriels attachés à leurs superprofits, dans le second, on confond la vraie criminalité (terrorisme, trafics d'êtres humains, pédophilie) avec le téléchargement de quelques fichiers MP3. Cet acharnement contre l'internet, dernier endroit de liberté d'expression et d'information sur ce continent, n'est pas seulement suspect. Il est symptomatique de l'aspect soviétoïde de l'Europe de Bruxelles, qui entend contrôler non seulement nos assiettes et nos comportements, mais nos pensées et nos opinions.

 
Dernière mise à jour: 3 juillet 2013Avis juridique