Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 13 April 2016 - Strasbourg Revised edition

12.1. Mobilisation of the European Globalisation Adjustment Fund: application EGF/2015/009 SE/Volvo Trucks (A8-0077/2016 - Victor Negrescu)
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ Fin 2014, un site de production de camions de Volvo en Suède ferme et met sur le carreau près de 650 ouvriers. Début 2015, Volvo achète 45 % d'une compagnie chinoise et continue ses délocalisations sans jamais être inquiété. Pire, le rapport l'excuse même. Ce n'est pas sa faute, les licenciements sont "dictée par la nécessité d'accroître l'efficacité et de comprimer les coûts afin de faire face à la concurrence mondiale actuelle et future". Et la Commission d'ajouter : "les changements structurels sont nécessaires pour maintenir la rentabilité dans le marché européen du camion". S'il ne veut pas parler de la politique de dumping encouragée par l'Union, ad minima, le rapport serait tenu de souligner ces contradictions. Volvo Group c'est des bénéfices nets multipliés par sept en 2015 et le 2ème leader mondial de poids lourd. Je vote contre cette véritable subvention aux délocalisations.

 
Last updated: 18 May 2018Legal notice