Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 13 April 2016 - Strasbourg Revised edition

12.11. Implementation and review of the EU-Central Asia Strategy (A8-0051/2016 - Tamás Meszerics)
Video of the speeches
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ L'Asie centrale va devenir le nouveau théâtre d'une course aux énergies fossiles pour l'Union. Prise au piège dans l'escalade des tensions qu'elle a générées, l'Union européenne y cherche les moyens d'une indépendance vis à vis du gaz russe. Le rapporteur vert a tenté de minimiser les impacts sociaux et environnementaux et d'insister sur une coopération au service du développement régional avec les grands acteurs en présence, la Russie et la Chine, engagées dans la nouvelle route de la soie. Il demeure aussi de claires références au respect des droits de l'homme, à commencer par une condamnation du travail des enfants lors des récoltes de coton en Ouzbékistan. Mais ces réclamations du Parlement resteront lettre morte face aux accords commerciaux proposés. Tout ça pour des entreprises européennes qui depuis des années sont au service de régimes autoritaires, tel Bouygues qui réalise 40% de son chiffre d'affaire à l'export au Turkménistan et a chaleureusement remercié le président en lui faisant construire une statue en or à son effigie. Je note les bons éléments du rapporteur mais je vote contre pour m'opposer à ce deux poids deux mesures perpétuels entre droits de l'homme et accords commerciaux.

 
Last updated: 18 May 2018Legal notice