Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 8 June 2016 - Strasbourg Revised edition

13.12. Macro-financial assistance to Tunisia (A8-0187/2016 - Marielle de Sarnez)
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ Si l'on veut réellement aider la démocratie tunisienne, comme l'affirme le rapport, ce n’est pas avec une «assistance macro-financière», à savoir un prêt conditionné à l’application de réformes structurelles exigées par le FMI. Cette prétendue aide de 500 millions d’euros va étrangler le budget de l’État tunisien. D’ailleurs, depuis le premier prêt UE-FMI en 2014, la dette représente désormais plus de 56 % du PIB du pays et elle devrait bientôt atteindre 72 %. Comme le soulignent mes amis du Front populaire, le remboursement de la dette est autant d’argent perdu pour l’État pour le renforcement de la démocratie, le développement des soins de santé, la lutte contre le chômage, particulièrement chez les jeunes etc.

Le comble? Nous devons voter pour cette assistance sans avoir accès au détail des mesures exigées, soit signer un chèque en blanc. Mais les réformes exigées en 2014 laissent imaginer la teneur: baisse des impôts sur les sociétés, destruction de la sécurité sociale, casse du droit du travail. Il faut renoncer à une partie de cette dette, pour moitié au moins, illégitimement contractée par l’ancien dictateur. Des États l’ont déjà compris et à défaut de l’effacer, reconvertissent leurs prêts en projets de développement. Je vote contre le rapport.

 
Last updated: 7 November 2017Legal notice