Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 8 June 2016 - Strasbourg Revised edition

13.16. Space market uptake (B8-0739/2016 )
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ La résolution se félicite des avancées européennes dans le domaine spatial. En effet, on considère que, dans les 20 prochaines années, le GNSS européen devrait générer des bénéfices économiques et sociaux d'une valeur comprise entre 60 et 90 milliards d'euros. Le texte se fixe comme objectif d'exploiter pleinement le potentiel du marché des données spatiales, ce qui passerait nécessairement par une stimulation de la demande «à la fois privée et publique». La résolution avance également que «les futurs services spatiaux devraient être principalement fournis par et obtenus d'entreprises commerciales» en prenant tout de même le soin d'ajouter: «sauf s'il existe une bonne raison de ne pas le faire». J'en propose plusieurs: Le projet Galileo a pour principal objectif de ne plus dépendre du système états-unien et de permettre la souveraineté des États européens sur les données sensibles. Quid de cette souveraineté si ces services sont désormais aux mains du privé? De plus, cela entraînera une privatisation des bénéfices alors même que les principaux investissements ont été publics, et notamment de la part de l'État français. En bref je m'oppose à cette marchandisation de l'espace et je vote contre.

 
Last updated: 7 November 2017Legal notice