Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 8 June 2016 - Strasbourg Revised edition

13.17. Situation in Venezuela (RC-B8-0700/2016 , B8-0700/2016 , B8-0723/2016 , B8-0724/2016 , B8-0725/2016 , B8-0726/2016 , B8-0728/2016 , B8-0729/2016 )
MPphoto
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ). – Madame la Présidente, voilà une résolution qui ne sert strictement à rien. Je me demande dans quel pays du monde on traite le gouvernement de dictature quand il perd les élections et qu'il le reconnaît, quand il perd les référendums et qu'il le reconnaît. Dans quel pays du monde est-on d'accord pour soutenir un opposant qui stocke chez lui des armes de guerre et des bombes? Si vous faites cela, alors préparez-vous à traiter de prisonnier politique n'importe quel terroriste que nous avons arrêté. Peut-être M. Maduro aurait-il dû faire donner 1 000 coups de fouet à cet opposant. Parce qu'alors, il bénéficierait du silence complice de cette Assemblée, comme vous le faites pour l'Arabie saoudite, dont vous trouvez cependant le moyen de citer l'un des ressortissants, qui est président de la commission des droits de l'homme – oui, un Saoudien, président de la commission des droits de l'homme de l'ONU – pour montrer du doigt le Venezuela!

La vérité, c'est que vous ne vous occupez que de ceux qui défendent les pauvres pour les fustiger et les discriminer. La vérité, c'est que tout cela participe à une entreprise de déstabilisation organisée par les États-Unis d'Amérique, qui font des coups d'État institutionnels comme ils l'ont fait au Guatemala, comme ils l'ont fait au Brésil, comme ils l'ont fait au Honduras et que tout cela n'est qu'un moment de propagande internationale de l'OTAN et des États-Unis d'Amérique.

Cela ne vaut strictement rien et je dis la colère de ceux qui aiment les gouvernements qui défendent les pauvres.

 
Last updated: 7 November 2017Legal notice