Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Tuesday, 4 October 2016 - Strasbourg Revised edition

8.1. Conclusion on behalf of the EU of the Paris Agreement adopted under the UN Framework Convention on Climate Change (Giovanni La Via (A8-0280/2016 ))
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ L'UE est une partie à part entière de l'accord COP 21 de Paris sur le réchauffement climatique en plus des 28 pays qui la composent. Cependant les règles actuelles ne lui permettent pas de ratifier l'accord avant que les 28 États membres ne l'aient fait. Or si certains membres (comme la France) ont d'ores et déjà ratifié l'accord, d'autres repoussent l'échéance (Pologne).

Le rapport propose d'autoriser l'UE à ratifier l'accord de Paris, avant qu'il n'ait été ratifié par l'ensemble des États membres. Ce qui permet à l'UE de ratifier cet accord avant sa date d'entrée en vigueur, prévue 30 jours après avoir été ratifié par au moins 55 pays représentant 55% des émissions. Par cette décision l'UE serait autorisée à siéger au sein de l’organe de décision de l’ONU qui organisera la prochaine étape de l’accord le 7 novembre, lors de la COP 22, à Marrakech.

Au final il s'agit donc surtout de permettre à l'UE d'obtenir un siège à part entière dans une instance de l'ONU. Ce qui lui permettra également de se féliciter d'avoir ratifié un accord obsolète puisque l'objectif de limitation du réchauffement à  2°C est déjà contourné et dépassé. Tout ça pour ça! Je m'abstiens.

 
Last updated: 25 May 2018Legal notice