Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Tuesday, 4 October 2016 - Strasbourg Revised edition

8.3. Mobilisation of the European Globalisation Adjustment Fund: application EGF/2016/001 FI/Microsoft (A8-0273/2016 - Petri Sarvamaa)
MPphoto
 
 

  Jean-Luc Mélenchon (GUE/NGL ), par écrit. ‒ Encore un énième cas de mobilisation du «Fonds européen d’ajustement à la mondialisation» (FEM) dans le secteur de l’informatique et la téléphonie dans les pays scandinaves, une fois de plus symbolique des méfaits de la politique industrielle et commerciale de l’Union européenne. Il concerne ici l’entreprise Microsoft en Finlande qui licencie près de 2 000 employés, avec des effets en cascade sur les sous-traitants et fournisseurs. Pour certains de ces travailleurs, ils venaient de se faire licencier de Nokia et avaient déjà bénéficié de cette aide européenne.

Pour autant, le rapport ne s’interroge nullement sur le fait que leurs nouveaux emplois n’étaient donc pas sécurisés à long terme, ce qui est pourtant le but promu au travers du FEM. Pire, il indique que la concurrence étant mondiale, «la localisation ou le contexte culturel du personnel revêt une importance limitée»! Le FEM remplit donc bien son rôle d’«aide à la délocalisation».

Je m'abstiens néanmoins pour ne pas priver les travailleurs finlandais de cette aide.

 
Last updated: 25 May 2018Legal notice