Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Procédure : 2017/2038(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A8-0294/2017

Textes déposés :

A8-0294/2017

Débats :

PV 24/10/2017 - 18
CRE 24/10/2017 - 17

Votes :

PV 25/10/2017 - 7.7
CRE 25/10/2017 - 6.7

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0413

Débats
Mardi 24 octobre 2017 - Strasbourg Edition révisée

17. Protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE ). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, le cancer ne s’arrête pas aux portes de l’entreprise. Dans l’Union européenne, il est même la première cause de mortalité liée au travail.

L’accord trouvé, qui révise certaines valeurs limites d’exposition aux substances cancérigènes et en intègre de nouvelles, est donc le bienvenu. Il contribuera à mieux protéger nos travailleurs dans l’ensemble de l’Union européenne. Il fixera aussi à nos petites et moyennes entreprises des objectifs accessibles.

Parmi les éléments de l’accord, je voudrais insister sur le travail qui a été réalisé concernant la poussière de silice, présente dans la majorité des industries de manufacture et de construction, et qui a suscité de nombreux débats. De mon point de vue, la valeur que nous avons trouvée est ambitieuse mais pragmatique, et représente une avancée notable pour la santé humaine.

Elle doit aller de pair avec la poursuite de bonnes pratiques en matière de prévention. Elle doit aussi s’accompagner de programmes de recherche ciblés sur les processus de réduction ou de substitution, lorsque cela est techniquement faisable. Il nous faut également une meilleure collecte de données, des études et un suivi sur le long terme.

Actuellement, la Commission européenne travaille sur de nouvelles propositions pour couvrir davantage d’agents cancérigènes. Je salue cette démarche, qui devrait être négociée avec les partenaires sociaux pour coller à la réalité, car je crois que c’est ainsi que nous pourrons garantir l’efficacité des solutions proposées.

 
Dernière mise à jour: 12 janvier 2018Avis juridique