Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Procédure : 2017/0123(COD)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

A8-0204/2018

Débats :

PV 03/07/2018 - 18
CRE 03/07/2018 - 18

Votes :

PV 14/06/2018 - 7.9
CRE 14/06/2018 - 7.9
PV 04/07/2018 - 9.3
CRE 04/07/2018 - 9.3

Textes adoptés :


Débats
Mardi 3 juillet 2018 - Strasbourg Edition révisée

18. Exigences en matière de contrôle et règles spécifiques pour le détachement de conducteurs dans le secteur du transport routier - Durées maximales de conduite journalière et hebdomadaire, durée minimale des pauses et des temps de repos journaliers et hebdomadaires et localisation au moyen de tachygraphes - Adaptation aux évolutions du secteur du transport routier (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Anne Sander (PPE ). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, l’Union européenne s’est construite sur la base de la coopération permanente entre les États, entre les citoyens et entre les acteurs économiques.

Mais que voit-on aujourd’hui?

Alors que notre unité n’a jamais été autant nécessaire pour faire face à l’instabilité mondiale grandissante, les clivages au sein même de l’Europe n’ont jamais été aussi nombreux.

Le transport routier caractérise bien cette situation. Pour la France, ce sont plus de 30 000 entreprises, près de 400 000 emplois, qui se retrouvent en concurrence déloyale avec des transporteurs étrangers, pourtant eux-mêmes européens.

Avec ces textes sur le paquet mobilité, nous partions d’une vision voulant plus de libéralisation au moment même où l’on attend de nous que des règles plus justes soient mises en œuvre.

C’est pourquoi nous nous opposerons à tout texte qui ne viendrait pas améliorer une situation ou qui renforcerait la concurrence déloyale, ou encore qui ne permettrait pas aux chauffeurs de travailler dans des conditions plus décentes et plus équitables.

 
Dernière mise à jour: 15 octobre 2018Avis juridique