Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Background
 

Remise à Strasbourg du Prix Sakharov 2007 à Salih Mahmoud Osman

Droits de l'homme - 06-12-2007 - 11:49
Partager

Salih Mahmoud Osman, avocat soudanais des droits de l'homme, se verra remettre mardi 11 décembre le Prix Sakharov 2007 pour la liberté de l'esprit, lors d'une cérémonie officielle au Parlement européen à Strasbourg.

Proclamant M. Osman lauréat du Prix, le Président du PE, Hans-Gert Pöttering, avait déclaré le 25 octobre dernier: "Face à la violence et au pouvoir arbitraire, M. Osman s'est fait le champion du dialogue et de la justice. Et il ne peut y avoir de démocratie sans justice. En attribuant le Prix Sakharov à Salih Mahmoud Osman, le Parlement européen signe son soutien à l'action de cet homme courageux qui est devenu le porte parole du Darfour et, à travers lui, au rétablissement de l'État de droit au Soudan".
 
Avocat, M. Osman travaille pour l'Organisation soudanaise contre la torture qui procure aide et assistance juridique aux victimes des violations des droits de l'homme au Soudan. Depuis plus de deux décennies, il fournit gratuitement une représentation juridique aux personnes arbitrairement emprisonnées, torturées ou victimes d'autres abus dans ce pays ravagé par les guerres civiles.
 
Ces dernières années, alors que les violences allaient s'aggravant au Darfour, il s'est attaché à dresser l'inventaire des crimes de guerre dénoncés dans cette région. Il rend visite aux prisonniers et lance des actions en justice à l'encontre de ceux qui violent les droits de l'homme. Ses entretiens avec des témoins et les inventaires qu'il a réalisés ont été transmis au Tribunal pénal international pour étayer les actes d'accusation.
 
A l'heure actuelle, M. Osman est député au Parlement national soudanais où il s'emploie à promouvoir l'État de droit par l'application de la Constitution transitoire. Il a eu personnellement un prix à payer pour son combat contre l'injustice au Soudan. Des membres de sa famille ont été assassinés, torturés, leur maison brûlée par des miliciens. Lui-même a été jeté en prison pour une durée de sept mois en 2004 par le gouvernement soudanais, sans jugement, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. L'organisation Human Rights Watch a décrit M. Osman comme un "recours essentiel" des habitants du Darfour victimes de persécutions et l'a qualifié "d'épine dans le pied de ceux qui recourent à la violence pour se cramponner au pouvoir".
 
REF.: 20070919BKG10509

M. Osman, lauréat parmi cinq candidats

Haut de la pageSuivant
 
Salih Mahmoud Osman a été choisi unanimement par les chefs des groupes politiques du PE parmi trois personnalités pré-sélectionnées comprenant, outre lui-même, la journaliste russe assassinée Anna Politkovskaya et le couple de dissidents chinois Zeng Jinyan et Hu Jia. La sélection des finalistes avait été faite - par la commission des affaires étrangères, la commission du développement et la sous-commission des droits de l'homme - à partir d'une liste originale de cinq candidats nominés. Les deux autres candidats étaient le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée I (qui a demandé à être retiré de la liste) et Joya Malalai, députée aghane et défenseuse des droits de la femme en Afghanistan.
 
Pour plus d'informations sur les origines du Prix Sakharov et les candidats 2007, lire le "Dossier" disponible sur le site internet du PE (voir lien ci-dessous).
 
Haut de la pageSuivant

Les objectifs du Prix Sakharov

Haut de la pageSuivantPrécédent
 
Les droits de l'homme, la démocratie et l'Etat de droit sont les premières priorités du Parlement européen. Le Prix Sakharov, qui doit son nom au dissident russe Andreï Sakharov (1921-1989), est décerné chaque année depuis 1988 à des personnalités ou des organismes qui s'emploient à:
  • défendre les droits de l'homme et les libertés fondamentales, en particulier la liberté d'expression;
  • sauvegarder les droits des minorités;
  • promouvoir le respect des lois internationales;
  • promouvoir  la démocratie et l'État de droit.
 
Haut de la pageSuivantPrécédent

Précédents lauréats du Prix Sakharov

Haut de la pageSuivantPrécédent
 
1988    Nelson Mandela et Anatoli Marchenko (à titre posthume)
1989    Alexander Dubcek
1990    Aung San Suu Kyi
1991    Adem Demaçi
1992    Las Madres de la Plaza de Mayo
1993    Oslobodjenje
1994    Taslima Nasreen
1995    Leyla Zana
1996    Wei Jinsheng
1997    Salima Ghezali
1998    Ibrahim Rugova
1999    Xanana Gusmão
2000    ¡Basta Ya!
2001    Izzat Ghazzawi, Nurit Peled-Elhanan et Dom Zacarias Kamwenho
2002    Oswaldo José Payá Sardiñas
2003    Kofi Annan, Secrétaire général des Nations unies et  l'ensemble du personnel des Nations unies
2004    Association des journalistes de Biélorussie
2005    Les Femmes en blanc, Hauwa Ibrahim, Reporters sans frontières
2006    Alexander Milinkevich
 
Haut de la pageSuivantPrécédent

Le PE et la défense des valeurs démocratiques

Haut de la pageSuivantPrécédent
 
Le Prix Sakharov ne constitue pas le seul moyen par lequel le Parlement européen soutient la démocratie, l'État de droit et les droits de l'Homme. Depuis ses origines, il défend ces valeurs avec force - dans l'UE comme partout dans le monde - et a réussi à les placer en tête des priorités de l'agenda européen.
 
C'est sous la pression du PE que la démocratie et les droits de l'homme ont été inscrits dans l'actuel traité de l'UE en tant qu'objectifs de la politique étrangère et de sécurité commune.
 
Par ailleurs, le contrôle et la défense des droits humains sont au cœur des activités de la sous-commission des droits de l'homme du PE, qui est composée de 35 députés provenant des 27 Etats membres de l'UE. Et les délégations officielles de parlementaires mettent souvent l'accent sur ces thèmes lors de leurs rencontres avec leurs homologues de pays tiers. Enfin, le Parlement publie tous les ans un rapport sur les droits de l'homme dans le monde et il adopte tous les mois des résolutions d'urgence condamnant les violations des droits humains et les entraves à la liberté d'expression.
 
Le budget européen permet au PE de soutenir financièrement ses positions. Sur sa demande, le budget inclut désormais un chapitre spécial - Initiative européenne pour la démocratie et les droits de l'homme - utilisé pour financer divers projets, relatifs à la démocratie et les droits de l'homme dans le monde. Il était doté de 119,41 millions d'euros en 2006. Les députés européens ont par ailleurs le pouvoir de supprimer les aides européennes aux gouvernements qui ne respectent pas les droits humains.
 
Haut de la pageSuivantPrécédent

Interview de Salih Mahmoud Osman

Haut de la pagePrécédent
 
Les citations suivantes sont extraites d'un intretien avec Salih Mahmoud Osman qui sera diffusé sur "Europe by Satellite" (EbS) les 10 et 11 décembre 2007:

"C'est une reconnaissance pour notre travail, pas seulement pour moi. Il y a des dizaines de défenseurs des droits de l'homme dans tout le Soudan et au Darfour en particulier, qui se lèvent pour parler au nom des victimes et des survivants. C'est leur travail qui est reconnu. Je suis ici pour recevoir cette distinction en leur nom à tous". 
 
"L'Occident, l'Europe, utilisent des mots durs à l'égard des politiques du gouvernement soudanais, mais nous ne voyons pas venir les actes qui permettraient de s'attaquer à la situation de manière appropriée, ne serait-ce que des mesures pour protéger les vies des gens et les aider à retourner dans leurs communautés".
 
"La situation actuelle au Soudan est telle que le génocide au Darfour se poursuit toujours. Pour certains, ce terme est sujet à controverses, car ils refusent de parler de génocide. Mais moi, en tant qu'avocat, en tant qu'individu et en tant que citoyen originaire du Darfour, quand plus de 400.000 personnes ont été tuées et plus de 2000 villages ont été détruis,  je sais qu'il s'agit de génocide ".
 
"Voilà pourquoi je suis aujourd'hui en Europe. C'est une occasion pour moi de rappeler aux Européens qu'ils ont la responsabilité éthique et morale de faire preuve d'une certaine solidarité avec le peuple du Darfour. Il ne suffit pas d'envoyer de l'aide humanitaire: c'est bien aussi mais nous voudrions voir des manifestations de solidarité dans les rues de Bruxelles, de Berlin, à Paris, en Italie à Milan et à Rome - partout en Europe. Nous voulons que les Européens sortent dans les rues et disent à leurs gouvernements qu'il est inacceptable de laisser le peuple du Darfour à la merci du gouvernement du Soudan".
 
Haut de la pagePrécédent