Grand angle
 

Prix Lux 2008: Le Silence de Lorna

Institutions - 22-10-2008 - 18:46
Partager
Prix Lux 2008: le Silence de Lorna.

Prix Lux 2008: le Silence de Lorna.

Le Silence de Lorna, réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne, a remporté le Prix Lux du Parlement européen pour le cinéma, prix qui a été décerné pour la seconde fois le mercredi 22 octobre 2008 à Strasbourg. Le lauréat a été choisi par les députés européens parmi une série de films présélectionnés par un jury international. Vous trouverez dans ce dossier des informations sur le Prix Lux, les films en compétition ainsi que des déclarations des réalisateurs.

Le Prix Lux pour le cinéma aspire à faciliter la circulation des films européens en Europe. Pour y parvenir, il finance le sous-titrage du film gagnant dans toutes les langues officielles de l'Union européenne. Le mot "LUX",  qui vient du latin, signifie "lumière"  et fait allusion aux frères Lumière, pionniers français du cinéma.
 
M. Hans-Gert Pöttering, président du Parlement européen, a déclaré, avant d'annoncer le nom du gagnant, que chacun des films traitait d'une problématique différente qui méritait une plus grande reconnaissance. Pour M. Pôttering, chacun des trois films était gagnant.
 
Luc Dardenne a quant à lui souligné l'importance du sous-titrage du film grâce au Prix Lux parce que "les films des uns ne sont pas assez regardés par les autres en Europe." a-t-il déclaré. Par ailleurs, il a avoué espérer que le monde du cinéma "comprendra le message de ce prix."
 
 
REF.: 20081020FCS39962

Luc Dardenne: "Ce prix représente pour moi la diversité culturelle"

Haut de la pageSuivant
 
Luc Dardenne et son Prix Lux 2008

Luc Dardenne et son Prix Lux 2008

Luc Dardenne, 54 ans, originaire de Liège en Belgique, a réalisé avec son frère Jean-Pierre Le silence de Lorna qui s'est vu attribué le Prix Lux du Parlement européen. Les frères Dardenne forment un duo de cinéastes reconnu, qui a déjà reçu plusieurs récompenses prestigieuses, notamment pour Rosetta (1999) ou L'Enfant (2005). Tout comme Le silence de Lorna, beaucoup de leurs films mettent en scène de jeunes personnages dont la situation sociale est difficile.
 
Luc Dardenne en huit questions - et huit réponses.
 
J'ai fait ce film parce que...
J'avais un profond désir de le faire, avec mon frère.
 
Ce Prix représente pour moi...
La diversité culturelle, c'est à dire l'échange entre les pays européens qui n'est pas assez important au niveau du cinéma.
 
Mon prochain film sera...
Je ne sais pas encore.
 
Le meilleur film de tous les temps est...
N'a jamais été fait.
 
Le cinéma européen sans le soutien du public serait...
N'existerait pas ou deviendrait un cinéma qui viserait la rentabilité directe, c'est à dire un cinéma qui serait de moins en moins bon, à de rares exceptions près.
 
Si je n'étais pas réalisateur, je serais...
Chanteur ou musicien.
 
Le cinéma sans Hollywood serait...
Orphelin d'une grande part de l'histoire du cinéma.
 
La personne dans le monde du cinéma que j'admire le plus est...
Charlie Chaplin. Pour moi il a été un pionnier et la condensation d'une époque et d'une réalité socio-économique. En même temps, il représente ce qu'il y a de plus fort et de plus beau en comédie.
 
Haut de la pageSuivant

Miroslav Janek: "Le cinéma sans Hollywood serait différent"

Haut de la pageSuivantPrécédent
 
Miroslav Janek

Miroslav Janek

La longue carrière de Miroslav Janek, 54 ans, réalisateur et producteur tchèque, a démarré en Tchécoslovaquie pour continuer aux Etats-Unis, où il a émigré à l'âge de 26 ans. Son initiation au cinéma lui vient de son père, un réalisateur de films amateurs passionné. A l'heure actuelle, il compte 40 films à son actif. Son dernier film, Citizen Havel, a été nominé par le Parlement européen pour le Prix Lux 2008. 
 
Miroslav Janek en neuf questions - et neuf réponses.
 
J'ai fait ce film parce que...
On me l'a demandé. Le film a été filmé durant 13 ans par Pavel Kotecký, un ami et collègue à nous. Il est mort tragiquement dans un accident avant d'avoir eu le temps de le terminer. La production m'a alors demandé de le faire.
 
Mon prochain film sera...
Une série télévisée en cinq épisodes appelé Citizen Havel.
 
Le meilleur film de tous les temps...
Maintenant que je suis assis ici [un sofa gris en face de l'hémicycle du Parlement], je dirais Le cabinet du docteur Caligari. Il s'agit d'un film muet allemand des années 20. C'est un grand classique dans lequel on retrouve un design particulier qui me fait penser à celui de ce sofa.  
 
Le cinéma européen sans le soutien du public serait...
Mort ou malade (rires).
 
Si je n'étais pas réalisateur, je serais...
Menuisier.
 
Le cinéma sans Hollywood serait...
Meilleur (rires). Non, je rigole. C'est une question difficile car il y a eu autant de films incroyables que de véritables "déchets" qui se sont emparés du cinéma. En tout cas, sans Hollywood ce  serait différent.
 
Le meilleur film de tous les temps...
Peut-être le film The Unseen (1997) qui parle d'enfants apprentis photographes.
 
La personne dans le monde du cinéma que j'admire le plus est...
Il n'y en a pas qu'une. J'en admire beaucoup. Mais si devais n'en mentionner qu'une, je dirais Federico Fellini.
 
Le Prix Lux représente pour moi...
Une expérience spéciale. Je n'aurais jamais imaginé me retrouver au Parlement européen ni dans aucun autre Parlement d'ailleurs.
 

En savoir plus :

Haut de la pageSuivantPrécédent

Kornél Mundruczó: "Ce que l'Europe a de mieux, c'est l'Histoire et la culture"

Haut de la pageSuivantPrécédent
 
Kornél Mundruczó

Kornél Mundruczó

Né en 1975 en Hongrie, Kornél Mundruczó s'est vu décerné de nombreuses récompenses internationales, notamment le prix pour la catégorie court-métrage au Festival international du cinéma de Cottbus ainsi que le Prix de la critique hongroise. Il a été nominé par le Prix Lux pour son dernier film Delta. Ce même film a gagné le prix de la critique internationale cette année au Festival de Cannes.
 
Delta raconte l'histoire du retour d'un jeune homme taciturne dans la région campagnarde de son enfance, Delta. Là, il rencontre sa sœur dont il ignorait l'existence et dont il tombe amoureux. Mais leur relation ne sera pas approuvée par les locaux car considérée comme contre nature.
 
Kornél Mundruczó en sept questions - et sept réponses.
 
J'ai fait ce film parce que...
J'ai remarqué un manque de tolérance en Hongrie mais aussi à travers toute l'Europe. Alors je me suis dit que cela me plairait de faire un film sur ce thème-là.
 
Mon prochain film sera...
Je ne peux pas savoir...Des idées j'en ai tout le temps, et plus d'une… Mais ce qui est difficile dans notre travail c'est de devoir attendre l'argent.
 
Le meilleur film de tous les temps...
Les films réalisés par Rainer Werner Fassbinder, un réalisateur allemand. C'est le plus grand pour moi. Chacun de ses films est excellent.
 
Le cinéma européen sans le soutien du public serait...
Impensable et très mauvais pour l'Europe, surtout en ce qui concerne l'audience. Sans public, l'argent commencerait à imposer ses propres lois et ce ne sont pas les exemples qui manquent... Nous ne devons pas oublier que la culture est très importante pour l'Europe. Ce que l'Europe a de mieux, c'est l'Histoire et la culture.
 
Le cinéma sans Hollywood serait...
Cela dépend… Aujourd'hui Hollywood a un aspect très conservateur mais dans les années 40, 50 et 60, ils n'avaient pas froid aux yeux. A cette époque, le cinéma européen et le cinéma hollywoodien étaient bien plus proches. C'est pourquoi j'espère qu'il y aura à nouveau une révolution à Hollywood et qu'après cela nous serons capables de faire des films ensemble, tout comme c'était le cas avant.
 
Le meilleur film de tous les temps est...
Le prochain. (rires)
 
Le Prix Lux représente pour moi...
Une opportunité de relier l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest. Je me suis toujours senti Européen depuis ma plus tendre enfance et maintenant, nous sommes un peu comme un seul et même pays. Et cela est vraiment bien. Ma nomination prouve que cela fonctionne.
 
Haut de la pageSuivantPrécédent

"Le Silence de Lorna" lauréat du prix LUX 2008

Haut de la pagePrécédent
 
Remise du Prix LUX par M. Pöttering.

Remise du Prix LUX par M. Pöttering.

Le film "Le Silence de Lorna" des réalisateurs belges Jean-Pierre et Luc Dardenne a remporté le prix LUX du Parlement européen pour le cinéma 2008. Le président du PE, Hans-Gert Pöttering, a remis le trophée à Luc Dardenne lors d'une cérémonie qui s'est déroulée en présence des députés et des représentants des trois films finalistes. L'objectif du prix LUX est de faciliter la circulation des films européens en Europe.
"La culture a toujours joué un rôle essentiel pour le Parlement européen comme le montre cette deuxième édition du Prix LUX", a déclaré le Président Hans-Gert Pöttering avant de dévoiler le lauréat de cette année. L'un des objectifs de ce prix est "d'expérimenter les différences linguistiques et culturelles au sein de l'UE". Avec ce prix, un sujet touchant à la société européenne pourra être distribué dans les salles de cinéma de tous les pays de l'UE", a-t-il ajouté. 
 
"Ce prix contribuera à aider le cinéma européen qui connaît des difficultés, d'autant plus que nous ne voyons pas suffisamment les films des uns et des autres" a estimé Luc Dardenne, réalisateur du film "Le Silence de Lorna", lauréat du prix 2008.
 
Objectif du prix LUX
 
Le prix LUX, attribué pour la première fois en 2007, vise à briser la barrière des langues qui fait souvent obstacle à une distribution la plus large des films européens, de faciliter en conséquence leur circulation et de donner un nouvel essor aux travaux cinématographiques à travers l'Europe. Le film lauréat sera sous-titré dans les 23 langues officielles de l'Union européenne. La valeur du Prix LUX est estimée à 87000 euros. Le prix couvre également une adaptation pour les sourds et malentendants ainsi qu'une adaptation pour les personnes aveugles et malvoyantes.
 
Les films en compétition
 
Le film lauréat a été choisi par les députés qui pouvaient voter pour trois films en concurrence : "Le Silence de Lorna" (Jean-Pierre et Luc Dardenne) "Delta" (Kornél Mundruczó) et "Obcan Havel" (Miroslav Janek et Pavel Koutecký).
 
Ces films ont été sélectionnés parmi 10 films en sélection officielle arrêtée par un panel dont les 17 membres représentent au plus haut niveau la profession cinématographique : producteurs, distributeurs, exploitants, directeurs de festivals, critiques... Pour être éligibles, les films doivent illustrer l’universalité des valeurs européennes et/ou la diversité de la culture européenne et/ou éclairer le débat d’idées sur le processus de construction continentale.
 
Le prix LUX a été attribué pour la première fois en 2007 à la coproduction turco-allemande "Auf der anderen Seite" de Fatih Akin.
 
Le film lauréat
 
"Le silence de Lorna"
 
Réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne
 
Coproduction : Belgique, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni
Année de sortie : 2008
Durée: 105 minutes
Version originale : Français
Récompense : Meilleur scénario, Cannes 2008
 
Synopsis
 
Afin de devenir le propriétaire d'un snack-bar avec son ami, Lorna, une jeune femme albanaise vivant en Belgique, devient la complice d'un plan diabolique conçu par un truand, Fabio.
 
Fabio a orchestré un mariage blanc entre Lorna et Claudy. Le mariage permettra à Lorna d'acquérir la citoyenneté belge et de se marier ensuite à un Mafioso russe disposé à payer une somme d'argent importante pour obtenir rapidement cette nationalité. Néanmoins, pour que ce deuxième mariage soit possible, Fabio a prévu de tuer Claudy. Lorna gardera-t-elle le silence ?
 
Haut de la pagePrécédent