Communiqué de presse
 

Jerzy Buzek, nouveau Président du Parlement européen

Institutions - 14-07-2009 - 12:29
Séance plénière
Partager

Election du Président du Parlement européen

Le Parlement européen a élu à une large majorité son nouveau Président pour la première moitié de l'actuelle législature. Jerzy Buzek prend la succession du Président sortant Hans-Gert Pöttering, qui a occupé cette fonction depuis janvier 2007. La plupart des responsables des groupes politiques ont salué les qualités du nouveau Président et se sont félicités du fait qu'il soit issu d'un nouvel Etat membre.

Ce 14 juillet 2009, Jerzy Buzek (PPE, PL) a été élu, dès le 1er tour à une large majorité avec 555 voix, soit 86 % des 644 suffrages exprimés ou 77,8% des 713 députés votants.  Selon le règlement du Parlement (art.14), pour être élu, il fallait obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés soit 323 voix (50% plus une voix). Les bulletins blancs ou nuls (69 voix) ne sont pas été comptabilisés pour le calcul de la majorité requise. 
 
Face à lui, une seule autre candidate, Eva-Britt Svensson, députée suédoise depuis 2004 et candidate du groupe GUE/NGL a recueilli 89 voix.
 
Jerzy Buzek, premier Président du PE originaire des pays de l'Est
 
Candidat du groupe PPE, Jerzy Buzek (PL), eurodéputé depuis 2004, est né en juillet 1940 en Pologne. Il fut notamment professeur de science technique puis membre de l'Académie polonaise des sciences et représentant de la Pologne auprès de l'Agence Internationale de l'Energie pour  le programme consacré à l'effet de serre. Depuis 1980, il est membre du syndicat "Solidarnosc" ("Solidarité").
 
De 1997 à 2001, il a été Premier Ministre de Pologne dirigeant la coalition de centre-droit. Durant son mandat, il a notamment contribué à faire entrer son pays dans l'OTAN et à préparer la Pologne pour l'intégration dans l'Union européenne. Son gouvernement a notamment mis en œuvre quatre réformes majeures, portant sur le système de sécurité sociale et de santé, l'éducation nationale et l'organisation administrative du pays.
 
En 1998, lui et sa femme ont créé la Fondation pour la famille dont les domaines principaux d'intérêt sont : les affaires étrangères, les droits civiques et la politique économique et monétaire. A noter qu'il est protestant dans un pays très majoritairement catholique.
 
Première intervention du nouveau Président: "un énorme défi et un grand honneur"
 
Aussitôt les résultats proclamés, Jerzy Buzek a déclaré : " C'est un énorme défi et un grand honneur". "Je souhaite travailler avec vous tous, quelque soit nos différences d'opinion". En faisant référence à la Fête nationale française du 14 juillet, il a souligné l'importance pour l'Europe d'aujourd'hui des trois grandes valeurs à l'origine de la révolution française : liberté, égalité, fraternité. Et d'ajouter : "Je considère mon élection comme un signal pour les pays de l'Est et un hommage aux citoyens qui ne se sont pas soumis à un système hostile". Enfin, il a mis en avant les grands dossiers sur lesquels le Parlement devra travailler : emploi, sécurité énergétique, changement climatique, paix et stabilité dans le monde, droits des citoyens et notamment droits des femmes. Il a conclu son intervention en rendant hommage à son prédécesseur, Hans-Gert Pöttering.
Le nouveau Président du Parlement présentera son programme détaillé lors de la prochaine session plénière qui se déroulera du14 au 17 septembre à Strasbourg.
 
Réactions des groupes politiques
 
"Pour , la première fois (…) nous n'avons plus d'Europe de l'Est ni de l'Ouest. Nous avons simplement une Europe par le symbole de notre Président qui est à la tribune aujourd'hui,  c'est cela l'unité (...)" s'est réjoui Joseph Daul, président du groupe PPE-DE. Et de souhaiter : "si pouvions, dans les prochaines deux années et demi (…), oublier l'Est et l'Ouest et ne parler que d'une seule Europe".
 
Pour Martin Schulz (DE), président du groupe Socialistes & Démocrates, le moment est historique, "car le nouveau Président a lui-même œuvré à mettre fin à la séparation de l'Europe en deux blocs, à mettre fin au stalinisme et à instituer un continent de démocratie et de liberté".
 
Guy Verhofstadt (BE), le nouveau président d'ADLE, a assuré le nouveau Président du soutien de son groupe. Il a  plaidé pour une Union plus intégrée, notamment en vue de faire face à la crise financière : "vous avez une grande majorité derrière vous, il faut vous en servir pour faire avancer l'Europe"
 
Rebecca Harms (Verts/ALE, DE) s'est associée aux félicitations des autres députés, affirmant : "c'est un honneur pour nous de vous avoir comme Président". Elle a indiqué que les Verts fondent de grands espoirs sur Jerzy Buzek, en particulier pour jeter plus de ponts entre l'Est et l'Ouest et faire de l'Ukraine notamment une plus grande priorité
 
Timothy Kirkhope (UK) du groupe des Conservateurs et réformistes européens, a lui aussi félicité Jerzy Buzek pour son élection et a exprimé le soutien de son groupe aux grandes valeurs défendues par le Parlement ainsi qu'à "la liberté d'aller de l'avant, de changer et de réformer l'Europe".
 
Lothar Bisky (GUE/NGL, DE) s'est déclaré heureux que l'on accorde plus d'attention au rapprochement entre l'Est et l'Ouest, espérant que la diversité culturelle prendra encore plus d'importance en Europe.
 
Nigel Farage (UK), au nom du groupe ELD, s'est montré très critique quant au mode d'élection du nouveau Président, regrettant qu'il ait été choisi non pas sur la base de ses compétences mais sur la base d'un accord entre les grands groupes politiques. En outre, il a déploré l'utilisation des symboles tels que l'hymne et le drapeau européens, bien que le Traité de Lisbonne ne soit toujours pas en vigueur.
 
Enfin, Bruno Gollnisch (FR) a pris la parole au nom des non-inscrits en adressant ses félicitations au nouveau Président tout en critiquant l'accord entre les deux grands groupes politiques qui "se partagent la gestion du Parlement". Il a appelé Jerzy Buzek à défendre et respecter "les droits des minorités et des dissidents".
 
Commission européenne
 
Jose Manuel Barroso s'est félicité à son tour du choix du nouveau Président du Parlement, convaincu que son parcours personnel,  sa personnalité et sa vision politique feront de lui un grand défenseur des valeurs européennes de liberté et de solidarité. Il a rappelé également que "le traité de Lisbonne qui avait été ratifié par 26 Parlements nationaux méritait le respect de tous les parlementaires".
 
Déroulement du vote
 
La séance constitutive a débuté sous la présidence du président sortant, Hans-Gert Pöttering. "170 millions d'Européens ont participé aux élections européennes", a-t-il rappelé en souhaitant la bienvenue aux nouveaux députés et en félicitant les réélus, qui représentent près de la moitié de la nouvelle Assemblée. Le Président sortant a rappelé les valeurs sur lesquelles se fonde l'action du Parlement : unification du continent, droits de l'homme, démocratie, liberté et solidarité. Il s'est félicité en outre de la proportion de 35% de femmes, la plus élevée que le Parlement ait jamais connue.
 
Hans-Gert Pöttering a, ensuite, énuméré la liste officielle des 7 groupes politiques que compte désormais le Parlement :
 
  • PPE : Groupe du Parti populaire européen;
  • S&D : Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen;
  • ADLE : Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe;
  • Verts/ALE : Groupe des Verts/Alliance libre européenne;
  • CRE : Conservateurs et Réformistes européens;
  • GUE/NGL : Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique;
  • ELD : Groupe Europe de la liberté et de la démocratie.
 
Il a transmis à l'Assemblée la liste des deux candidats à la fonction de Président :
 
  • Jerzy Buzek (PL), candidat du groupe PPE.
  • Eva-Britt Svensson, députée suédoise depuis 2004, candidate du groupe GUE/NGL
 
Le Président sortant a rappelé que, pour être élu, le nouveau Président devait obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés, les votes blancs et nuls n'étant pas pris considération.
 
Lors de son discours, Eva-Britt Svensson a plaidé pour un changement de politique répondant aux attentes des citoyens. Ce qui implique notamment la protection des travailleurs face au dumping social, la lutte contre toutes les formes d'exclusion, la création de nouveaux emplois respectueux de l'environnement, une politique d'asile plus juste  et la défense des droits de l'homme partout dans le monde. Elle a également préconisé davantage de  transparence  dans les votes de première lecture du Parlement.
 
Jerzy Buzek a brièvement rappelé son parcours, notamment au sein du syndicat "Solidarnosc" qui s'est battu pour les droits des citoyens et les droits de l'homme, "deux préoccupations toujours au cœur de mon activité politique". En tant que député européen, il a travaillé sur des dossiers importants pour la prochaine législature : la sécurité énergétique, le changement climatique ou encore le partenariat avec les pays de l'Est. Il a indiqué qu'il souhaite continuer à améliorer la façon dont travaille le PE, plus particulièrement une fois le traité de Lisbonne  ratifié. Enfin, il a déclaré que  l'essentiel pour les nouveaux députés est de "faire tous ce que nous pouvons pour restaurer la confiance des citoyens européens".
 
 
REF.: 20090713IPR58063