Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B6-0396/2008

Textes déposés :

B6-0396/2008

Débats :

PV 03/09/2008 - 15
CRE 03/09/2008 - 15

Votes :

PV 04/09/2008 - 7.5
CRE 04/09/2008 - 7.5

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 95kWORD 44k
1 septembre 2008
PE410.798
 
B6‑0396/2008
déposée à la suite de déclarations du Conseil et de la Commission
conformément à l'article 103, paragraphe 2, du règlement
par Ewa Tomaszewska, Ryszard Czarnecki, Konrad Szymański, Adam Bielan et Mieczysław Edmund Janowski
au nom du groupe UEN
sur le cinquième objectif du Millénaire pour le développement (santé maternelle)

Résolution du Parlement européen sur le cinquième objectif du Millénaire pour le développement (santé maternelle) 
B6‑0396/2008

Le Parlement européen,

–  vu le programme d'action européen pour lutter contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose par les actions extérieures(1),

–  vu le Consensus européen pour le développement(2), adopté le 22 novembre 2005, selon lequel "[l']objectif primordial – qui recouvre tous les autres – de la coopération au développement de l'Union européenne est l'éradication de la pauvreté dans le contexte du développement durable, notamment en s'efforçant de réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement",

–  eu égard à la réunion de haut niveau sur les objectifs du Millénaire pour le développement, qui se tiendra au siège des Nations unies à New York, le 25 septembre 2008,

–  vu l'article 103, paragraphe 2, de son règlement,

A.  considérant qu'il existe un engagement, dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), de réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle,

B.  considérant que la santé maternelle est l'OMD pour lequel les progrès les plus décevants ont été réalisés depuis que les dirigeants mondiaux ont pris leur engagement en 2000,

C.  considérant que les complications qui interviennent pendant la grossesse et l'accouchement sont les causes principales de mortalité et de handicap chez les femmes dans les pays en développement, notamment en Afrique subsaharienne et en Asie, et qu'elles coûtent la vie à plus d'un demi-million de femmes chaque année,

D.  considérant que, dans les pays à forte fécondité d'Afrique subsaharienne, les femmes ont une chance sur 16 de mourir en couches; que, dans les pays à faible taux de fécondité d'Europe, ce nombre est d'une sur 2 000 et, en Amérique du Nord, d'une sur 3 500,

E.  considérant que les interventions sanitaires peuvent réduire les décès maternels; que les régions comptant les nombres les plus faibles de soignants spécialisés dans les naissances sont l'Asie du Sud et l'Afrique subsaharienne, lesquelles accusent également les plus forts taux de décès maternels,

F.  considérant que 60 % des adultes contaminés par le VIH sont des femmes et que le VIH/sida et le paludisme figurent parmi les causes les plus importantes de décès chez les mères; que le VIH peut être transmis par la mère à l'enfant pendant la grossesse, le travail et la parturition, ou lors de l'allaitement,

G.  considérant que la géographie, l'économie et l'éducation sont des facteurs décisifs dans l'occurrence des décès maternels, les femmes rurales, les femmes pauvres et les femmes non éduquées subissant les taux les plus élevés de décès maternels,

H.  considérant que l'Union européenne doit jouer un rôle important pour élaborer et promouvoir une réaction internationale aux défis lancés par la santé maternelle,

1.  invite les pays en développement à faire de la santé maternelle une priorité de leur stratégie de réduction de la pauvreté;

2.  invite l'Union européenne et la communauté internationale à soutenir et encourager les pays en développement dans leurs efforts de réduction du nombre de décès maternels;

3.  rappelle et renouvelle l'engagement et la participation de l'Union européenne en ce qui concerne les objectifs du Millénaire pour le développement, comme cela est affirmé dans le Consensus européen pour le développement;

4.  rappelle que les États membres de l'Union européenne se sont engagés à consacrer 0,7 % de leur revenu national brut à l'aide officielle au développement d'ici à 2015 et invite les États membres qui ne seraient pas aujourd'hui susceptibles de remplir cet objectif à redoubler d'efforts;

5.  invite l'Union européenne à soutenir et accroître ses efforts en matière d'amélioration de la santé maternelle dans les pays en développement, en fournissant notamment un accès à des soins et des services de santé maternelle, qui soient sûrs et fiables, en luttant contre les maladies liées à la pauvreté et en augmentant le nombre et la disponibilité des soignants qualifiés;

6.  demande un renforcement des programmes sanitaires nationaux d'essais de traitements anti-VIH avant et pendant la grossesse, de traitements antirétroviraux pour les femmes enceintes positives au VIH et de mesures de prévention du VIH, telles que des campagnes d'information et l'éducation;

7.  appelle de ses vœux de nouvelles mesures pour lutter contre le paludisme, notamment l'utilisation accrue de moustiquaires traitées aux insecticides;

8.  invite la communauté internationale à aider les gouvernements des pays en développement à fournir une éducation primaire de qualité, laquelle se répercute positivement sur la santé maternelle et celle des nourrissons; indique que l'éducation des mères réduit considérablement le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans et que les filles éduquées ont une meilleure estime d'elles-mêmes et qu'elles sont plus susceptibles d'éviter la contamination par le VIH, la violence et l'exploitation, et de diffuser des pratiques sanitaires et d'hygiène valables auprès de leurs familles et dans tout leur entourage;

9.  invite les pays en développement, avec le concours de la communauté internationale, à renforcer la santé maternelle en améliorant les infrastructures, ainsi que l'accès à l'eau et l'assainissement;

10.  souligne la nécessité d'un soutien international et de l'Union européenne à la coopération régionale pour promouvoir le partage de compétences, la formation et la création de capacités en matière de soins de santé maternelle, la comparaison des meilleures pratiques et la mise en commun des ressources; souligne qu'une telle coopération peut être particulièrement utile pour faire face aux situations sanitaires difficiles dans des situations consécutives à un conflit ou à une catastrophe naturelle;

11.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'aux États membres, aux gouvernements et aux parlements de tous les pays en développement et au Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies.

(1) COM(2005)0179.
(2) Conseil de l'Union européenne 14820/05.

Dernière mise à jour: 2 septembre 2008Avis juridique