Parlamentul European

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (selecţionat)
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Acest document nu este disponibil în limba dvs. şi vă este propus într-o altă limbă dintre cele disponibile în bara de limbi.

Procedură : 2010/2552(RSP)
Stadiile documentului în şedinţă
Stadii ale documentului : B7-0103/2010

Texte depuse :

B7-0103/2010

Dezbateri :

PV 11/02/2010 - 10.2
CRE 11/02/2010 - 10.2

Voturi :

PV 11/02/2010 - 11.2

Texte adoptate :

P7_TA(2010)0032

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 103kDOC 63k
Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B7-0099/2010
9.2.2010
PE432.957v01-00
 
B7-0103/2010

déposée avec demande d'inscription à l'ordre du jour du débat sur des cas de violation des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit

conformément à l'article 122 du règlement


sur Madagascar


Marie-Christine Vergiat au nom du groupe GUE/NGL
NB : Cette proposition de résolution n'est disponible que dans sa langue originale

Résolution du Parlement européen sur Madagascar  
B7‑0103/2010

Le Parlement européen,

–    vu la résolution sur la situation politique à Madagascar, adoptée par l'Assemblée parlementaire ACP le 10 fevrier 2009,

 

–    vu la résolution du Parlement européen du 7 mai 2009 sur la situation à Madagascar,

 

–    vu la résolution sur la situation à Madagascar, adoptée par l'Assemblée parlementaire ACP le 3 décembre 2009,

 

–   vu l'article 122, paragraphe 5, de son règlement,

 

A.  Considérant que, depuis le départ forcé de M. Marc Ravalomanana, Madagascar a renoué avec le cycle de la violence, caractérisé par des centaines de morts et un fort ralentissement économique,

 

B.   Considérant l'appel d'urgence pour Madagascar lancé le 7 avril 2009 par l'UNICEF pour répondre aux trois crises qui frappent le pays: la période d'instabilité et de violence politiques vécue depuis le début de l'année 2009; la sécheresse à l'origine de l'insécurité alimentaire généralisée et de la malnutrition infantile sévère dans trois régions du sud du pays; les conséquences des cyclones et des inondations le long des côtes est et sud-ouest, qui ont touché une large partie du pays,

 

C.  Considérant que la majeure partie de la population dispose de moins d'un dollar par jour pour vivre, que 7 000 enfants souffrent de malnutrition grave et que la situation s'est aggravée depuis les débuts de la crise politique,

 

D.  Considérant l'échec des accords de Maputo et d'Addis Abeba,

 

E.   Considérant les sanctions économiques et politiques prises par les Etats-Unis et l'Union Européenne depuis le début de la crise politique,

 

 

1.   Condamne avec force tout acte de violence, de menace à l'encontre des journalistes et de la liberté des médias, ainsi que les actes d'intimidation perpétrés contre les dirigeants de l'opposition;

 

2.   Demande la mise en oeuvre d'un plan d'urgence pour permettre de résoudre les problèmes liés à l'isolement du pays et à l'accroissement de la pauvreté depuis les débuts de la crise politique;

 

3.   Déplore que les accords de Maputo et d'Addis Abeba soient caducs car ils auraient pu apporter une solution crédible à la situation de crise politique que traverse Madagascar;

 

4.   Condamne toute ingérence de pays tiers dans la situation politique du pays;

 

5.   Réaffirme la nécessité et la capacité du peuple malgache à choisir son avenir et à disposé de lui-même;

 

6.   Réaffirme la nécessité d'une solution interne au pays plaçant les intérêts de la population malgache au-dessus de toute autre considération;

 

7.   Charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, au Conseil ACP, aux coprésidents de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP/UE et au secrétaire général de l'ONU.

 

Ultima actualizare: 12 mai 2010Notă juridică