Procédure : 2011/2521(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B7-0056/2011

Textes déposés :

B7-0056/2011

Débats :

PV 19/01/2011 - 10
CRE 19/01/2011 - 10

Votes :

PV 20/01/2011 - 7.2
CRE 20/01/2011 - 7.2

Textes adoptés :

P7_TA(2011)0021

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 126kWORD 74k
Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B7-0039/2011
17.1.2011
PE455.884v01-00
 
B7-0056/2011

déposée à la suite d'une déclaration de la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l'article 110, paragraphe 2, du règlement


sur la situation des chrétiens dans le contexte de la liberté de religion


Elmar Brok, José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, Ioannis Kasoulides, Joseph Daul, Mario Mauro, Jaime Mayor Oreja, Ernst Strasser, Tunne Kelam, Doris Pack, Mário David, Francisco José Millán Mon, Gay Mitchell, Filip Kaczmarek, Marietta Giannakou, Carlo Casini, Ria Oomen-Ruijten, Hans-Gert Pöttering, Anna Záborská, Traian Ungureanu, Cristiana Muscardini, Andrzej Grzyb, Constance Le Grip, Lena Kolarska-Bobińska, Elżbieta Katarzyna Łukacijewska, Artur Zasada, Joanna Katarzyna Skrzydlewska, Sławomir Witold Nitras au nom du groupe PPE

Résolution du Parlement européen sur la situation des chrétiens dans le contexte de la liberté de religion  
B7‑0056/2011

Le Parlement européen,

–   vu ses résolutions antérieures, et en particulier sa résolution du 15 novembre 2007 sur de graves événements compromettant l'existence de communautés chrétiennes et celle d'autres communautés religieuses, celle du 21 janvier 2010 sur les attaques contre les communautés chrétiennes, celle du 6 mai 2010 sur les massacres à Jos (Nigeria), celle du 20 mai 2010 sur la liberté religieuse au Pakistan et celle du 25 novembre 2010 sur l'Iraq: la peine de mort (dont le cas de Tarek Aziz) et les attentats contre les communautés chrétiennes,

–   vu l'article 3, paragraphe 5, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne,

–   vu l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et l'article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques,

–   vu l'article 110, paragraphe 2, de son règlement,

A. considérant que les statistiques sur la liberté de religion au cours des dernières années montrent que 75 % des actes de violence religieuse sont commis contre des chrétiens, comme l'a indiqué le rapport sur la liberté religieuse dans le monde établi par l'organisation Aide à l'Église en Détresse; qu'il y a eu une augmentation du nombre d'attentats commis contre les communautés chrétiennes dans le monde en 2010 ainsi que du nombre de procès et de condamnations à mort pour blasphème, qui touchent souvent les femmes,

B.  considérant que l'attentat le plus récent, commis contre une église chrétienne copte dans la ville d'Alexandrie en Égypte, a fait 23 morts et blessé des centaines de personnes; que l'attentat a été perpétré par des extrémistes islamistes violents, probablement liés au réseau terroriste d'Al-Qaïda,

C. considérant que, le 4 janvier 2011, Salman Taseer, gouverneur de l'importante province pakistanaise du Pendjab, réputé pour ses critiques acerbes à l'égard des islamistes radicaux, a été assassiné par un policier,

D. considérant le massacre du 1er novembre 2010 dans l'église syro-catholique Notre-Dame de la Délivrance à Bagdad, qui a entraîné la mort de 52 personnes, parmi lesquelles des femmes et des enfants,

E.  considérant que de tels attentats perpétrés par des extrémistes islamistes violents constituent également des attentats contre le régime en place de ces États, et visent à créer des troubles et à entraîner la guerre civile entre les différents groupes religieux,

F.  considérant que le dialogue entre communautés est crucial pour promouvoir la paix et la compréhension mutuelle entre les peuples,

G. considérant que le développement des droits de l'homme, de la démocratie et des libertés civiles constitue la base commune sur laquelle l'Union européenne se fonde dans ses relations avec les pays tiers et qu'il a été prévu par la clause relative à la démocratie inscrite dans les accords entre l'Union européenne et les pays tiers,

1.  exprime ses condoléances aux familles des victimes des récents attentats dirigés contre des confessions religieuses en Égypte, au Pakistan et en Iraq;

2.  condamne fermement les violences perpétrées à l'encontre des chrétiens et les persécutions dont ils sont l'objet dans le monde;

3.  se dit préoccupé par l'exode de chrétiens à partir des pays islamiques au cours des dernières années;

4.  se félicite de la réaction de l'opinion publique égyptienne qui a vigoureusement condamné cet acte terroriste et rapidement compris que l'attentat avait été fomenté pour saper les liens sociaux profonds et inébranlables entre les chrétiens et les musulmans en Égypte; se félicite que des manifestations de chrétiens coptes et de musulmans en Égypte ont été organisées conjointement pour protester contre l'attentat; se félicite également de la condamnation publique de l'attentat par le Président égyptien, Hosny Mubarak, le Roi de Jordanie, Abdullah II, le Grand Mufti d'Égypte, Ali Gomaa et par d'autres dirigeants musulmans;

5.  demande instamment aux autorités des États qui sont confrontés à un nombre alarmant d'attentats visant des confessions religieuses de prendre leurs responsabilités et de veiller à ce que les pratiques religieuses de toutes les confessions religieuses puissent se dérouler normalement et de manière publique, d'intensifier leurs efforts afin de fournir une protection fiable et efficace aux confessions religieuses dans leurs pays et d'assurer la sécurité personnelle et l'intégrité physique des membres des confessions religieuses dans le pays, en se conformant ainsi aux obligations auxquels ils ont déjà souscrit sur la scène internationale;

6.  se dit préoccupé de constater que l'assassin du gouverneur d'Islamabad était un policier de sa garde rapprochée; invite le gouvernement pakistanais à éliminer les forces islamistes extrémistes au sein des forces de sécurité pakistanaises et à s'assurer qu'elles respectent la Constitution et l'État de droit; s'inquiète également de constater que la loi pakistanaise contre le blasphème, à laquelle l'ancien gouverneur Salman Taseer s'est opposé publiquement, est encore utilisée pour persécuter les confessions religieuses, y compris les chrétiens tels qu'Asia Noreen, une mère chrétienne de cinq enfants condamnée à mort, et que l'assassin du gouverneur Salman Taseer est considéré comme un héros par une grande partie de la société pakistanaise;

7.  condamne l'interruption, par la force, de la messe de Noël célébrée le jour de Noël par les 300 chrétiens qui restent présents dans la partie de Chypre occupée par les autorités turques;

8.  invite la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission, dans le cadre des relations et de la coopération de l'Union européenne avec les pays concernés, à accorder une attention particulière à la situation des confessions religieuses, y compris les communautés chrétiennes, ainsi qu'à intégrer la question de la liberté religieuse dans les politiques extérieures de l'Union européenne, par l'insertion dans les accords avec les pays tiers d'une clause contraignante sur le respect de la liberté religieuse;

9.  invite la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission à élaborer au plus vite une stratégie européenne sur l'application du droit à la liberté de religion, y compris une liste de mesures à l'encontre d'États qui, sciemment, ne protègent pas les confessions religieuses;

10. demande à la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission, au vu des événements récents et du besoin accru d'analyser et de comprendre l'évolution des développements culturels et religieux dans les relations internationales et les sociétés contemporaines, de mettre en place, au sein du service européen pour l'action extérieure, une capacité permanente de recherche stratégique, d'élaboration politique et de formation en matière de religion ou de conviction;

11. invite le Conseil, la Commission, la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission, à intégrer un chapitre sur la liberté religieuse dans leur rapport annuel sur les droits de l'homme;

12. fait observer que la commission américaine sur la liberté religieuse internationale, chargée de surveiller la protection de la liberté religieuse dans le monde en fournissant des conseils et en proposant des politiques au Président américain et à la Secrétaire d'État américaine, pourrait constituer un modèle adéquat pour l'Union européenne;

13. soutient toutes les initiatives visant à promouvoir le dialogue, la liberté religieuse et le respect mutuel entre les communautés; invite l'ensemble des autorités religieuses à promouvoir la tolérance et à prendre des initiatives contre la haine et la radicalisation violente et extrémiste;

14. demande aux organisations musulmanes en Europe de s'engager sans équivoque en faveur d'une solidarité active avec les communautés chrétiennes, sur la base d'un respect égal de chaque confession;

14bis.  demande instamment à la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission de respecter l'obligation de maintenir un dialogue régulier avec les églises, conformément à l'article 17, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, de manière à s'assurer que la question de la persécution des chrétiens soit une question prioritaire discutée régulièrement;

15. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission, ainsi qu'aux gouvernements et aux parlements des États membres.

Dernière mise à jour: 19 janvier 2011Avis juridique