Procédure : 2008/2226(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A6-0093/2009

Textes déposés :

A6-0093/2009

Débats :

PV 23/03/2009 - 22
CRE 23/03/2009 - 22

Votes :

PV 24/03/2009 - 4.8
Explications de votes
Explications de votes

Textes adoptés :

P6_TA(2009)0153

RAPPORT     
PDF 136kDOC 75k
24 février 2009
PE 414.950v02-00 A6-0093/2009

sur les études artistiques dans l'Union européenne

(2008/2226(INI))

Commission de la culture et de l'éducation

Rapporteure: Maria Badia i Cutchet

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur les études artistiques dans l'Union européenne

(2008/2226(INI))

Le Parlement européen,

–   vu les articles 149 et 151 du traité CE,

–   vu la recommandation n° 2006/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie(1),

–   vu la décision n° 1350/2008/CE du 16 décembre 2008 du Parlement européen et du Conseil concernant l'Année européenne de la créativité et de l'innovation (2009)(2),

–   vu les conclusions du Conseil des 24 et 25 mai 2007 sur la contribution des secteurs culturel et créatif à la réalisation des objectifs de Lisbonne ainsi que celles des 21 et 22 mai 2008,

–   vu le rapport d'étape conjoint 2008 du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010" - "L'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation"(3),

–   vu sa résolution du 7 juin 2007 sur le statut social des artistes(4),

–   vu sa résolution du 10 avril 2008 sur un agenda européen de la culture à l'ère de la mondialisation(5),

–   vu sa résolution du 10 avril 2008 sur les industries culturelles en Europe(6),

–   vu les recommandations de la convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005,

–   vu l'article 45 de son règlement,

–   vu le rapport de la commission de la culture et de l'éducation (A6-0093/2009),

A. considérant que l'Union européenne, fidèle à sa devise "Unie dans la diversité" devrait prendre conscience de son histoire commune et qu'elle peut y parvenir grâce à l'histoire de l'art européen en raison de son caractère intrinsèquement universel,

B.  considérant que l’école devrait redevenir le lieu principal de la démocratisation de l’accès à la culture,

C. considérant que l’éducation artistique et culturelle, dont fait partie l’éducation à l’image, constitue un élément essentiel du système éducatif des États membres,

D. considérant que l’éducation artistique est une composante essentielle de la formation des enfants et des jeunes car elle contribue au développement du libre arbitre, de la sensibilité et de l’ouverture aux autres; qu'elle est un enjeu fort en matière d'égalité des chances et la condition préalable à une véritable démocratisation de l’accès à la culture,

E.  considérant qu'il convient, pour répondre au défi de la démocratisation de la culture, de favoriser à tous les niveaux et à tous les âges l'éveil artistique, de reconnaitre l'importance des pratiques collectives et amateurs et de valoriser l'accès aux enseignements artistiques,

F.  regrettant que les impératifs économiques amènent trop souvent les États membres à réduire la place des arts dans la politique générale d’éducation,

G. considérant que l'éducation artistique constitue la base de la formation professionnelle en matière d'art et qu'elle encourage la créativité ainsi que le développement physique et intellectuel dans ce domaine, favorisant ainsi des liens plus étroits et fructueux entre l'éducation, la culture et les arts,

H. considérant que les écoles et les centres d'éducation artistique et de création contribuent à développer les pensées philosophiques et à créer de nouveaux styles et mouvements artistiques qui favorisent l'accès à d'autres univers culturels, ce qui renforce l'image de l'Union européenne dans le monde,

I.    considérant que la formation est très importante pour la réussite des professionnels du secteur artistique et créatif,

J.   considérant que les études artistiques axées sur le développement d'une carrière et d'une profession, outre le talent, exigent que l'élève possède une solide base culturelle que seule une formation multidisciplinaire et systématique permet d'acquérir, et que celle-ci accroît les possibilités d'insertion professionnelle dans le secteur, dans la mesure où elle apporte une culture générale, une méthode de recherche, un esprit d'entreprise et une connaissance de l'économie, ainsi que des compétences dans différents domaines d'activités intervenant dans l'art de notre temps,

K. considérant que le potentiel économique et en termes d'emploi que représentent les entreprises et industries créatives, culturelles et artistiques dans l'Union européenne influence fortement le développement du secteur artistique,

L.  considérant que la révolution technologique a entraîné une intensification de la compétitivité au sein des pays et entre ceux-ci, et qu'elle a donné à la capacité intellectuelle et à la créativité une place prééminente dans le cadre de la stratégie de Lisbonne,

M. considérant que les mutations rapides et constantes qui se produisent dans nos sociétés exigent davantage d'adaptabilité, de flexibilité, de créativité, d'innovation et de communication dans la vie professionnelle, et que ces qualités doivent être promues par les systèmes d'éducation et de formation des différents États membres, également dans le respect des objectifs du programme "Éducation et formation 2010" susmentionné,

N. considérant que les modèles d'enseignement artistique présentent d'importantes disparités d'un État membre à l'autre,

O. considérant qu'il convient de tenir compte du fait qu'en conséquence de la mondialisation et de la mobilité accrue des citoyens, ainsi que des élargissements successifs de l'Union européenne, l'éducation à la culture et à sa diversité constitue un facteur important pour préserver l'identité et promouvoir une entente entre les cultures et les religions, et que les objectifs de sensibilisation et de promotion de la culture de l'Année européenne du dialogue interculturel doivent perdurer au-delà de 2008,

1.  considère que l'éducation artistique devrait être une composante obligatoire des programmes éducatifs à tous les niveaux scolaires, afin de favoriser la démocratisation de l'accès à la culture;

2.  souligne qu'il est important que les programmes d'enseignement, ainsi que les programmes de formation professionnelle et d'apprentissage tout au long de la vie contiennent des cours destinés à promouvoir et à développer la créativité à tout âge dans le processus d'apprentissage tout au long de la vie;

3.  rappelle que l'éducation artistique et culturelle porte en elle une ambition d'éducation citoyenne et qu'elle participe à la construction de la pensée et à l'épanouissement de la personne tant sur les plans intellectuel et affectif que corporel;

4.  prend acte, dans le cadre de l'Année européenne de la créativité et de l'innovation (2009), du rôle de l'art, qui contribue d'une manière importante à l'innovation aux niveaux social et économique;

5.  attire l'attention du Conseil et des États membres sur le rôle de la culture européenne et de sa diversité en tant que facteur d'intégration, et sur l'importance de l'éducation artistique et culturelle au niveau européen, ainsi que de la préservation des valeurs culturelles traditionnelles dans les différentes régions;

6.  constate que les étudiants en art souhaitant suivre leurs études dans un autre État membre que le leur sont de plus en plus nombreux, et encourage dès lors les États membres à coordonner leurs politiques en matière d'éducation artistique à l'échelle de l'Union européenne, à échanger les bonnes pratiques et à renforcer la mobilité tant des étudiants que des enseignants dans ce secteur;

7.  suggère d'améliorer la mobilité des professionnels du secteur artistique en accordant une attention accrue à la question de la reconnaissance des qualifications; cette démarche pourrait être introduite en encourageant les établissements de formation et les employeurs à se référer au Cadre européen des qualifications (CEQ), de sorte que les compétences et les qualifications dans ce secteur puissent être comparées à l'échelon européen;

8.  invite instamment la Commission, dans ce contexte, à coopérer avec les États membres pour mettre en place un cadre pour la mobilité des artistes et des créateurs européens, et en particulier pour la mobilité des jeunes artistes et des étudiants des filières artistiques;

9.  estime, tout en reconnaissant la compétence des Etats membres, que les politiques en matière d'éducation artistique, devraient être coordonnées au niveau de l'Union européenne, en particulier pour ce qui concerne:

- la description de la nature, du contenu et de la durée des enseignements artistiques, pour leurs différents "publics",

- le lien entre l'enseignement artistique, la créativité et l'innovation,

- l'efficacité des politiques d'éducation artistique, du point de vue de leurs conséquences socioéconomiques,

- l'équilibre entre les cours théoriques et l'initiation à la pratique d'un art afin d'éviter un enseignement abstrait,

- le développement et l'utilisation de stratégies et de méthodes d'enseignement artistique conformes aux exigences de la société de l'information, et

- la formation d'un corps professoral spécialisé comprenant, outre les spécialités traditionnelles des "ingénieurs artistiques" spécialisés dans les nouveaux médias;

10. invite le Conseil, la Commission et les États membres, à:

- reconnaître l'importance de la promotion de l'éducation artistique et de la créativité dans le cadre d'une économie de la connaissance, conformément à la stratégie de Lisbonne,

- définir le rôle de l'éducation artistique en tant qu'instrument pédagogique essentiel pour valoriser la culture dans une société mondialisée et multiculturelle,

- établir des stratégies communes pour la promotion de politiques d'éducation artistique et de formation du corps professoral spécialisé dans cette discipline,

- reconnaître le rôle important des artistes dans la société et la nécessité de définir des compétences spécifiques pour l'enseignement artistique dans l'éducation,

- encourager les représentants nationaux du groupe de travail "Éducation et culture" créé récemment dans le cadre de la méthode ouverte de coordination (MOC) pour la culture d'examiner le rôle de l'art dans différents contextes éducatifs (formel, informel et non formel) et à tous les niveaux d'enseignement (de l'enseignement pré-primaire jusqu'aux formations professionnelles au niveau de l'enseignement supérieur artistique, et après) ainsi que la formation requise pour les enseignants spécialisés,

- encourager les représentants nationaux du groupe de travail sur les industries culturelles créé dans le cadre de la MOC d'accorder un rôle central à la formation professionnelle et à la formation continue des artistes, des administrateurs, des enseignants, des animateurs et autres professionnels du secteur culturel,

- inviter les acteurs de la société civile concernés à partager leurs connaissances et leur savoir-faire dans ce domaine en ce qui concerne le processus en cours dans le cadre de la MOC,

- améliorer les dispositions concernant la formation professionnelle des professionnels du secteur artistique en reconnaissant un système d'enseignement supérieur artistique à trois niveaux, tel qu'il figure dans la déclaration du processus de Bologne (licence, master, doctorat) et de conforter ainsi la mobilité des artistes au sein de l'Union européenne,

–   prévoir, dans le cadre du programme pluriannuel pour la culture, des modalités spécifiques de soutien à l'éducation artistique,

- reconnaître l'importance des pratiques collectives et amateurs,

11. insiste sur le fait que l'enseignement de l'histoire de l'art doit s'appuyer aussi sur les rencontres avec les artistes et la fréquentation des lieux culturels pour susciter la curiosité et nourrir la réflexion des étudiants;

12. observe qu'au moment d'introduire la dimension artistique dans les programmes scolaires, il importe d'utiliser les ressources offertes par les nouvelles technologies de communication et d'information et par l'internet comme des moyens permettant un enseignement moderne adapté aux pratiques de notre temps;

13. souligne à cet égard la contribution essentielle de réalisations telles qu’Europeana, la bibliothèque numérique européenne;

14. recommande l'élaboration conjointe d'un portail européen dédié à la formation artistique et culturelle et l'intégration de l'éducation artistique dans les programmes éducatifs des États membres afin d'assurer le développement et la promotion du modèle culturel européen, qui bénéficie d'une reconnaissance internationale toute particulière;

15. demande au Conseil, à la Commission et aux États membres, d'assurer le suivi des progrès enregistrés par l'intégration de l'éducation artistique dans le programmes scolaires, et suggère en particulier à la Commission de promouvoir les études nécessaires pour disposer d'informations fiables au sujet de l'impact de ces enseignements sur le niveau de formation et de compétences des étudiants de l'Union européenne;

16. charge son président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission ainsi qu'aux États membres.

(1)

JO L 394 du 30.12.2006, p. 10.

(2)

JO L 348 du 24.12.08, p. 115.

(3)

JO C 86 du 5.4.2008, p. 1.

(4)

JO C 125 E du 22.5.2008, p. 223.

(5)

P6_TA(2008)0124.

(6)

P6_TA(2008)0123.


EXPOSÉ DES MOTIFS

L'enseignement artistique est universellement considéré comme une composante indispensable de l'éducation selon sa conception classique. À l'heure actuelle, bien qu'il s'agisse d'une matière obligatoire dans de nombreux systèmes éducatifs des différents États membres, il existe toujours d'importantes différences entre leurs modèles d'enseignement artistique.

Même si, historiquement, les enseignements artistiques étaient liés aux sphères éducatives des enfants et des jeunes, à l'heure actuelle, l'approche de l'éducation et la formation tout au long de la vie et le développement des nouvelles technologies de communication et d'information (TIC) ont élargi l'espace traditionnellement consacré à l'art et à la culture et ont généré de nouvelles formes d'accès et de manifestation du secteur.

Dans le monde mondialisé, complexe et interdépendant dans lequel nous vivons, la progression constante des TIC a également favorisé la promotion d'une économie de la connaissance; partant, la capacité intellectuelle et la créativité y occupent une place prééminente.

En outre, nos sociétés hétérogènes et multiculturelles ont valorisé le rôle de la culture et la richesse de sa diversité, qui sont fondamentaux pour améliorer la cohabitation entre les différents peuples et les différentes cultures. Ainsi, dans un contexte caractérisé par une mobilité accrue des citoyens, l'éducation à la culture est devenue un facteur important pour préserver l'identité et promouvoir l'entente entre les cultures et les religions, comme cela a été mis en évidence par l'Année européenne du dialogue interculturel 2008, avec ses objectifs de sensibilisation et de promotion de la culture.

L'éducation artistique offre par ailleurs aux nations le moyen de développer les ressources humaines nécessaires pour exploiter la richesse de leur patrimoine culturel. Les arts sont à la fois des manifestations de la culture et des moyens de communication des connaissances en la matière. À cet égard, les programmes d'éducation artistique aident à découvrir la diversité des expressions culturelles, développent la sensibilité à celles-ci et contribuent à faire découvrir le plaisir de l'art et de la culture. De surcroît, ils renforcent les identités et les valeurs individuelles et collectives et protègent la diversité culturelle. Il ne faut pas oublier que l'art et la création sont une composante de l'évolution de la société, dans la mesure où ils contribuent à développer les philosophies et à créer de nouveaux styles et mouvements artistiques, ce qui renforce l'image de l'Union européenne dans le monde, étant donné que cela permet une projection internationale, au-delà de son voisinage immédiat.

Il convient de signaler que la particularité du modèle culturel européen, c'est-à-dire la richesse de sa diversité culturelle et linguistique, est mentionnée dans le traité CE (article 151), parmi les objectifs fondamentaux de l'Union, et que la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO est en vigueur depuis le 18 mars 2007.

Par ailleurs, les mutations rapides et constantes qui se produisent dans nos sociétés exigent davantage d'adaptabilité, de flexibilité, de créativité, d'innovation et de communication dans la vie professionnelle, comme le souligne le programme "Éducation et formation 2010". À cela s'ajoute l'exigence croissante de compétitivité dans de nombreux domaines, ce qui explique la priorité que de nombreux systèmes éducatifs accordent à la promotion du développement de la créativité dans les programmes scolaires, grâce à des programmes éducatifs établis au moyen de méthodes pédagogiques appropriées, qui ont un grand impact sur l'insertion ultérieure de l'élève dans le secteur artistique et créatif du marché. À ce propos, il importe d'élargir le contenu de la formation artistique afin d'améliorer l'insertion professionnelle dans ce secteur ainsi que les possibilités d'activité artistique dans la nouvelle ère numérique.

En effet, l'activité artistique implique la maîtrise de compétences, de connaissances et de matériaux qui entretiennent depuis longtemps un lien étroit avec les progrès de la science et de la technologie. Ainsi, tout au long de l'histoire, les arts ont utilisé les technologies les plus avancées de leur temps, et un grand nombre de théories esthétiques ont été influencées par des considérations scientifiques. À leur tour, le savoir-faire et certaines disciplines artistiques ont également suscité des progrès techniques, contribuant au processus de la connaissance et de la transformation du monde par l'humanité. Même si la création artistique ne saurait se réduire à l'application stricte du savoir scientifique ou technologique, les technologies peuvent être utiles à l'art sans avoir été conçues à cette fin, de même que l'art peut susciter la recherche et le développement technologiques abordant d'autres applications allant au-delà de l'activité artistique. En définitive, l'éducation artistique favorise des liens plus étroits et fructueux entre l'éducation, la culture, les TIC et les arts à l'ère du XXIe siècle.

Ce sont là quelques considérations qui montrent combien il importe de parvenir à un consensus en vue d'établir une coordination des enseignements artistiques à l'échelle européenne.


RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

Date de l’adoption

17.2.2009

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

29

0

0

Membres présents au moment du vote final

Maria Badia i Cutchet, Giovanni Berlinguer, Guy Bono, Nicodim Bulzesc, Marie-Hélène Descamps, Věra Flasarová, Milan Gaľa, Claire Gibault, Vasco Graça Moura, Lissy Gröner, Luis Herrero-Tejedor, Ruth Hieronymi, Ramona Nicole Mănescu, Adrian Manole, Manolis Mavrommatis, Ljudmila Novak, Doris Pack, Christa Prets, Karin Resetarits, Pál Schmitt, Hannu Takkula, Helga Trüpel

Suppléant(s) présent(s) au moment du vote final

Gyula Hegyi, Iosif Matula, Christel Schaldemose, Ewa Tomaszewska

Suppléant(s) (art. 178, par. 2) présent(s) au moment du vote final

Raül Romeva i Rueda, Salvador Domingo Sanz Palacio, Alejo Vidal-Quadras

Dernière mise à jour: 12 mars 2009Avis juridique