Procédure : 2016/2142(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A8-0252/2017

Textes déposés :

A8-0252/2017

Débats :

PV 11/09/2017 - 26
CRE 11/09/2017 - 26

Votes :

PV 12/09/2017 - 7.9

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0324

RAPPORT     
PDF 656kWORD 79k
12 juillet 2017
PE 601.250v02-00 A8-0252/2017

sur la formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie

(2016/2142(INI))

Commission de la culture et de l’éducation

Rapporteur: Milan Zver

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 POSITION SOUS FORME D’AMENDEMENTS de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres
 INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND
 VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur la formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie

(2016/2142(INI))

Le Parlement européen,

  vu les articles 8, 165 et 166 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE),

  vu la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, et en particulier son article 14,

  vu la déclaration de Copenhague du 30 novembre 2002 sur la coopération européenne renforcée en matière d’enseignement et de formation professionnels,

  vu les conclusions du Conseil du 12 mai 2009 concernant un cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation («Éducation et formation 2020»)(1),

  vu le rapport conjoint 2012 du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation («Éducation et formation 2020») – Éducation et formation dans une Europe intelligente, durable et inclusive(2),

  vu les conclusions du Conseil du 20 mai 2014 sur l’éducation et la formation performantes des enseignants,

  vu le rapport conjoint 2015 du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation («Éducation et formation 2020») – «Nouvelles priorités pour la coopération européenne en matière d’éducation et de formation»(3),

  vu la résolution du Conseil du 20 décembre 2011 sur un agenda européen renouvelé dans le domaine de l’éducation et de la formation des adultes(4),

  vu la communication de la Commission du 20 novembre 2012 intitulée «Repenser l’éducation: investir dans les compétences pour de meilleurs résultats socio-économiques» (COM(2012)0669)(5),

  vu les conclusions du Conseil du 17 février 2014 intitulées «Investir dans l’éducation et la formation: une réponse à la communication de la Commission intitulée «Repenser l’éducation – Investir dans les compétences pour de meilleurs résultats socio-économiques» et à l’examen annuel de la croissance 2013»(6),

  vu la décision nº 1720/2006/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 novembre 2006 établissant un programme d’action dans le domaine de l’éducation et de la formation tout au long de la vie(7),

  vu la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par l’Union européenne en 2010,

  vu la recommandation 2006/962/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie(8),

  vu les conclusions du Conseil du 19 novembre 2010 sur l’éducation au profit du développement durable(9),

  vu la recommandation du Conseil du 20 décembre 2012 relative à la validation de l’apprentissage non formel et informel(10),

  vu la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2008 établissant le cadre européen des certifications pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (CEC)(11),

  vu les conclusions du Conseil du 20 mai 2014 sur l’assurance de la qualité à l’appui de l’éducation et de la formation(12),

  vu sa résolution du 12 avril 2016 sur le programme Erasmus+ et d’autres outils de promotion de la mobilité dans le cadre de l’enseignement et de la formation professionnels: une approche d’apprentissage tout au long de la vie(13),

  vu sa résolution du 23 juin 2016 sur le suivi du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation (ET 2020)(14),

  vu l’avis du Comité des régions du 31 janvier 2014 intitulé «Ouvrir l’éducation»(15),

–  vu le rapport de la Commission intitulé «Education and Training 2020: Improving Policy and Provision for Adult Learning in Europe»(16),

  vu sa résolution du 10 septembre 2015 sur la création d’un marché du travail compétitif dans l’Union du XXIe siècle: adaptation des compétences et des qualifications à la demande et aux perspectives d’emploi, un moyen de sortir de la crise(17),

  vu les conclusions du Conseil sur le Pacte européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes couvrant la période 2011-2020(18),

  vu le projet de conclusions du Conseil du 20 février 2017 intitulées «Renforcer les compétences des femmes et des hommes sur le marché du travail de l’UE»(19),

–  vu la recommandation du Conseil du 28 novembre 2011 sur un agenda européen renouvelé dans le domaine de l’éducation et de la formation des adultes,

–  vu l’article 52 de son règlement,

–  vu le rapport de la commission de la culture et de l’éducation et la position sous forme d’amendements de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres (A8-0252/2017),

A.  considérant que les systèmes éducatifs sont confrontés, du fait de la transformation numérique, à des défis de taille qui ont des conséquences sur les processus d’apprentissage et d’enseignement et à la nécessité de renforcer les capacités en matière d’intégration sociale, de participation civique et de développement personnel, ainsi que de promouvoir les valeurs démocratiques européennes et la tolérance en vue d’encourager l’ouverture d’esprit et de prévenir toute forme d’intolérance; que la confiance en soi et l’autonomisation dans le domaine du numérique constituent une condition préalable essentielle à la création de sociétés solides et à la facilitation des processus d’unité et d’intégration au sein de l’Union;

B.  considérant que la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie devrait être renforcée; que chaque personne, à chaque étape de sa vie, devrait bénéficier de possibilités d’apprentissage tout au long de la vie afin d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires tant à son développement personnel qu’à sa progression professionnelle; que l’apprentissage tout au long de la vie, dans un contexte formel, non formel ou informel, qui favorise la citoyenneté active et l’aptitude à l’emploi, est un aspect essentiel de l’éducation concerné par ces changements;

C.  considérant que des efforts supplémentaires doivent être consentis pour renforcer les synergies entre l’éducation et l’emploi, à la fois en facilitant l’entrée sur le marché du travail et en permettant à tous d’actualiser en permanence leurs compétences ou d’en apprendre de nouvelles tout au long de leur carrière; qu’il est nécessaire que les États membres trouvent des moyens de protéger ou de promouvoir un investissement à plus long terme dans l’éducation, la recherche et l’innovation;

D.  considérant que la formation universitaire continue et la formation universitaire à distance contribuent considérablement au développement personnel de chacun et à la formation du capital humain, et qu’elles devraient faire partie intégrante de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie;

E.  considérant que la formation universitaire continue et à distance joue un rôle de plus en plus important dans la facilitation de l’adaptation des travailleurs à l’évolution économique et technologique tout au long de leur vie professionnelle; considérant que, d’ici 2025, 49 % de toutes les offres d’emplois dans l’Union (emplois nouveaux et emplois de remplacement confondus) nécessiteront des niveaux de qualification élevés, 40 % des niveaux de qualification moyens et 11 % seulement des niveaux de qualification faibles ou ne nécessiteront pas de qualification;

F.  considérant que la formation universitaire à distance et la formation universitaire continue sont des outils importants pour offrir des possibilités d’éducation flexibles et personnalisées à tous, sans aucune discrimination(20); qu’il convient de souligner, à cet égard, l’importance de garantir l’élargissement des stratégies d’accès;

G.  considérant que la formation universitaire à distance et la formation universitaire continue et l’utilisation des nouvelles technologies peuvent permettre de faire connaître aux filles et aux femmes de nouvelles possibilités de carrière, en particulier dans des domaines où elles sont sous-représentées; que, bien que les femmes soient plus nombreuses à posséder un diplôme de deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou de l’enseignement supérieur, il est nécessaire d’accroître leur présence dans l’enseignement professionnel ainsi que dans les secteurs liés aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques;

H.  considérant que la formation à distance constitue une forme de formation possible dans le contexte de la formation universitaire continue, qui, du fait de sa flexibilité, permet de concilier particulièrement bien études, travail et famille;

I.  considérant que la notion de «formation à distance»(21) désigne une forme d’organisation de l’apprentissage et de l’enseignement qui offre une grande flexibilité grâce à l’utilisation de technologies éducatives numériques, et qu’elle ne remplace pas la formation présentielle, mais offre une solution de substitution aux apprenants qui sont dans l’impossibilité de participer à l’éducation présentielle;

J.  considérant que la formation à distance désigne une méthode d’enseignement offrant une certaine souplesse dans l’apprentissage grâce à l’utilisation des technologies émergentes, et qu’elle ne remplace pas la formation présentielle, mais offre une solution de substitution aux apprenants qui sont dans l’impossibilité de participer à l’éducation présentielle ainsi qu’aux travailleurs qui souhaitent concilier travail et formation; que, dès lors, la numérisation pourrait être utilisée pour offrir de nouvelles possibilités d’accès à l’enseignement supérieur;

K.  considérant que l’égalité entre les femmes et les hommes est un principe fondamental de l’Union européenne consacré dans les traités et qu’elle compte parmi les objectifs et les missions de l’Union; que l’égalité dans l’éducation offre aux femmes davantage de possibilités et contribue au développement social, culturel et économique de la société; que l’éducation est un outil essentiel pour lutter contre les stéréotypes sexistes;

L.  considérant que le taux d’emploi moyen des femmes est directement lié à leur niveau d’études, étant donné que les femmes âgées de 25 à 49 ans qui ont suivi un enseignement supérieur affichent des taux d’emploi supérieurs de plus de 20 % à ceux des femmes qui ont suivi un enseignement préscolaire ou primaire ou le premier cycle de l’enseignement secondaire;

M.  considérant que la formation à distance peut avoir une incidence positive sur les compétences des femmes dans le domaine des TIC; que l’arrivée d’un plus grand nombre de femmes dans le secteur des TIC pourrait stimuler un marché où des pénuries de main-d’œuvre sont prévues et où la participation égale des femmes entraînerait un accroissement annuel du PIB de l’Union d’environ 9 milliards d’euros; que les femmes demeurent fortement sous-représentées dans les cursus universitaires en matière de TIC, dans lesquels elles ne représentent qu’environ 20 % des diplômés, et que seules 3 % des femmes diplômées le sont dans le domaine des TIC;

N.  considérant que les programmes à distance touchent un nombre important de femmes dans les sociétés dans lesquelles celles-ci, puisqu’elles continuent à consacrer plus de temps que les hommes aux obligations familiales et aux tâches domestiques non rémunérées, sont privées de l’égalité des chances en matière de participation aux formes conventionnelles d’éducation et de formation; que ces programmes leur offrent la flexibilité nécessaire pour concilier vie professionnelle et vie privée; que la formation à distance s’adresse en particulier aux étudiants non traditionnels;

O.  considérant que la formation universitaire continue fait partie des tâches réglementaires des institutions universitaires et qu’elle désigne les formations des institutions universitaires qui peuvent être suivies parallèlement à un travail à temps plein et en s’appuyant sur l’expérience professionnelle, et qui nécessitent généralement un diplôme universitaire;

P.  considérant que l’adaptation aux évolutions économiques et technologiques de plus en plus rapides constitue un défi de taille pour une main-d’œuvre vieillissante, et que l’une des clés pour garantir la compétitivité à long terme de l’économie de l’Union est de relever ce défi;

Q.  considérant que les politiques en matière d’apprentissage tout au long de la vie et d’évolution de carrière pourraient être favorisées par la reconnaissance des acquis;

R.  considérant que dégager du temps pour le développement personnel et la formation dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie renforce le bien-être des personnes et leur contribution à la société en leur accordant plus d’autonomie grâce à des compétences personnelles et professionnelles mieux définies; que la formation universitaire à distance offre des formats d’étude souples permettant aux personnes de mieux concilier vie professionnelle et vie privée; que, dès lors, la formation universitaire tout au long de la vie devrait faire partie de la stratégie numérique européenne;

S.  considérant que la numérisation favorise la souplesse et l’interactivité du processus éducatif et qu’elle constitue un élément clé pour poursuivre le développement de la formation universitaire continue et à distance;

T.  considérant que l’évolution technologique exige des liens plus forts et plus continus entre l’éducation et l’emploi;

U.  considérant que la tendance au statisme des établissements universitaires rend difficile une réforme des programmes scolaires, des règlements concernant les études et les examens et des critères d’admission;

V.  considérant que la formation universitaire continue et à distance est un secteur en rapide expansion qui recèle un potentiel considérable en matière de croissance économique et de création d’emplois;

W.  considérant que de nombreux obstacles aux offres de formation universitaire à distance et de formation universitaire continue subsistent(22);

La formation continue et à distance pour accompagner les changements sociétaux et économiques

1.  relève que l’enseignement ouvert et en ligne modifie la manière dont l’enseignement est conçu, dispensé et suivi; souligne, à cet égard, l’importance des ressources éducatives libres, qui permettent de garantir l’accès à l’enseignement pour tous et d’améliorer la capacité d’insertion professionnelle en soutenant le processus d’apprentissage tout au long de la vie;

2.  constate que de nombreux établissements d’enseignement et de formation ont du mal à répondre correctement aux changements profonds et complexes en cours dans nos sociétés et nos économies, et qu’ils doivent opérer des changements sur le plan de la gouvernance, de la structure organisationnelle et des modes de fonctionnement; souligne que de nouvelles formes d’apprentissage tout au long de la vie, souples, accessibles et appropriées aux personnes de tout âge, peuvent répondre de manière efficace à certains de ces défis, comme l’exclusion sociale, la sortie précoce du système éducatif et l’inadéquation des compétences;

3.  observe que la numérisation et la mise en place de plateformes éducatives à des fins de coopération et d’échange de bonnes pratiques sont essentielles pour relever ces défis;

4.  invite la Commission et les États membres à consentir davantage d’efforts pour combler l’écart technologique entre les établissements d’enseignement qui sont bien équipés et ceux qui ne le sont pas, dans le cadre des stratégies nationales pour les compétences numériques;

5.  souligne que les mesures d’apprentissage tout au long de la vie sont essentielles pour transmettre aux femmes des compétences qui pourront leur permettre de réintégrer le marché du travail ou d’améliorer leur emploi, leurs revenus et leurs conditions de travail; insiste sur la nécessité d’améliorer encore la présence des femmes dans les niveaux universitaires supérieurs et leur accès à ceux-ci;

6.   insiste sur l’importance de l’éducation dans la lutte contre les stéréotypes de genre; invite dès lors la Commission à promouvoir des initiatives qui permettent de soutenir la mise en œuvre de programmes de formation professionnelle à distance à l’intention des femmes (notamment des études supérieures dans les domaines des sciences, de la technologie et des technologies de l’information), d’élaborer des programmes de formation sur l’égalité entre les hommes et les femmes à l’intention des professionnels de l’éducation et de prévenir la transmission des stéréotypes par des programmes et du matériel d’enseignement;

7.  souligne que les établissements universitaires doivent préparer les citoyens aux sociétés de la connaissance et aux économies en perpétuelle évolution et leur enseigner le savoir-faire nécessaire à l’autoapprentissage, l’esprit d’entreprise et des capacités transversales, comme la capacité à résoudre des problèmes et l’adaptabilité, afin qu’ils trouvent leur propre voie et exploitent pleinement leur potentiel;

8.   souligne également le rôle important que jouent les établissements universitaires pour améliorer la citoyenneté active, et estime qu’il est de leur devoir de doter les étudiants de compétences transversales, telles que des compétences civiques et sociales, et de leur fournir une éducation à la citoyenneté;

9.  constate qu’une approche de l’enseignement centrée sur l’étudiant réduit les taux d’abandon scolaire et permet aux étudiants de réaliser pleinement leur potentiel(23); souligne, à cet égard, qu’il importe que chacun puisse bénéficier d’une orientation professionnelle tout au long de la vie;

10.  insiste sur le potentiel du partage des connaissances pour améliorer la participation active ainsi que la compréhension internationale des citoyens dans des sociétés en constante mutation;

11.  prend acte de la nécessité de renforcer la coopération entre les établissements d’enseignement et de formation, les communautés locales et l’économie; souligne également la nécessité d’améliorer les synergies entre les prestataires d’éducation formelle, non formelle et informelle afin de favoriser pour tous les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie;

12.  est d’avis que l’accès aux possibilités d’apprentissage et de formation doit être un droit universel, dont il doit être possible de jouir à chaque étape de la vie et qui doit permettre d’acquérir des compétences transversales, comme l’aptitude au calcul, les compétences numériques et l’éducation aux médias, la réflexion critique, les compétences sociales et d’autres compétences de la vie courante, afin de renforcer la capacité d’adaptation à l’avenir;

13.  souligne la nécessité de mettre en place un soutien sur mesure pour les personnes qui suivent une formation sur le tas, les apprentis et les salariés afin de garantir l’intégration de tous sur le marché du travail; est d’avis qu’il est capital d’intégrer les nouvelles technologies dans le processus d’enseignement et d’apprentissage afin que les apprenants soient dotés d’un bon ensemble d’aptitudes, de compétences et de connaissances qui leur permettent d’utiliser les technologies numériques de manière innovante et créative;

14.  demande une meilleure intégration ainsi que le maintien des citoyen sur le marché du travail, en leur permettant d’améliorer leurs compétences grâce à la formation universitaire continue, la formation universitaire à distance et l’enseignement et la formation professionnels; insiste sur la nécessité d’augmenter l’attractivité des possibilités d’enseignement et de formation professionnels, ainsi que l’accès aux informations relatives à celles-ci, auprès des jeunes et de leurs familles; rappelle, à cet égard, que l’objectif de la mobilité à des fins d’apprentissage dans le domaine de l’enseignement et la formation professionnels grâce au programme Erasmus+ est loin d’être atteint et qu’il convient d’y prêter une plus grande attention;

15.  souligne l’importance des programmes Erasmus + et Horizon 2020 pour renforcer l’apprentissage tout au long de la vie; invite dès lors les États membres à explorer pleinement le potentiel de ces programmes, et estime que des programmes spécifiquement adaptés à la formation universitaire continue des professionnels seraient souhaitables;

16.  constate que l’accès à une éducation inclusive et de qualité est une préoccupation majeure et qu’il est dès lors nécessaire de soutenir l’apprentissage ouvert et à distance pour répondre aux besoins spécifiques des personnes hors de portée des systèmes de prestation traditionnels, en particulier pour les personnes appartenant à des groupes défavorisés; invite les États membres à orienter les investissements en ce sens;

L’importance de la qualité et de la souplesse dans l’enseignement

17.  estime que l’amélioration permanente de la qualité de l’enseignement, tant formel que non formel, est cruciale pour soutenir les efforts de l’Union visant à garantir la cohésion sociale, la compétitivité et une croissance durable;

18.  souligne que, pour rester compétitives et pour donner toutes les chances de réussir tant aux travailleurs peu qualifiés qu’à ceux qui sont hautement qualifiés, les entreprises doivent, en partenariat avec les établissements d’enseignement et de formation, proposer une formation et un enseignement axés sur la carrière tout au long de la vie active des personnes;

19.  souligne le rôle important que joue une transmission de qualité des connaissances et des capacités pour les résultats de la formation; insiste sur la nécessité d’investir et de soutenir le cheminement professionnel et la formation des enseignants; insiste, à cet égard, sur la nécessité de garantir un niveau élevé de qualité dans la formation à distance et sur l’importance que revêt l’élaboration de nouveaux modèles d’enseignement et d’apprentissage dans le cadre du processus d’innovation et de la numérisation progressive de l’enseignement; observe, à cet égard, que des infrastructures et des ressources appropriées constituent des éléments essentiels à l’amélioration de la qualité de l’enseignement;

20.  constate que, pour ce faire, il est nécessaire de prendre en considération et de valoriser les enseignants, d’offrir une rémunération et des conditions de travail attrayantes et d’améliorer l’accès à la formation continue sur le temps de travail, en particulier dans le domaine de la didactique numérique;

21.  invite les institutions universitaires à développer un éventail plus large de formations à distance, au sein duquel figureraient également des formations professionnelles de courte durée et gratuites;

22.  souligne qu’il est nécessaire que les apprenants qui suivent des formations à distance puissent communiquer avec le corps enseignant et recevoir un accompagnement pédagogique, afin de bénéficier d’un suivi approprié, de conseils et d’encouragements tout au long de leur formation;

23.  observe que les formats d’apprentissage flexibles, comme l’apprentissage à distance et l’apprentissage mixte, permettent aux personnes qui travaillent de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale;

24.  reconnaît que l’enseignement à distance joue un rôle essentiel pour les personnes qui ne sont physiquement pas en mesure d’assister à des cours présentiels;

25.  soutient l’idée d’une formation sur mesure et de cours de mise à niveau pour les personnes qui souhaitent intégrer l’enseignement supérieur et ont besoin d’acquérir de nouvelles qualifications afin de répondre aux conditions d’entrée;

26.  souligne la nécessité d’œuvrer pour une conception plus souple et personnalisée de l’évolution de carrière et de promouvoir l’apprentissage et la formation tout au long de la vie professionnelle; reconnaît le rôle que peuvent jouer les acteurs principalement publics mais aussi privés à ce niveau et, dans le même temps, l’importance de placer d’emblée au cœur des politiques en matière d’éducation et de compétences une orientation et des conseils qui répondent aux besoins et préférences individuels et qui soient axés sur l’évaluation et le renforcement des compétences individuelles;

27.  souligne l’importance de l’interactivité pour améliorer la qualité de la formation à distance, en recourant aux méthodes modernes de communication qui permettent de faire des exercices pratiques portant sur les savoirs acquis, ainsi que la participation des apprenants au processus didactique et le développement des compétences en communication;

28.  défend l’idée de garantir l’accès à l’apprentissage tout au long de la vie, en particulier en vue de faciliter un retour sur le marché du travail, notamment pour les femmes et les aidants;

29.  insiste sur le fait qu’il est nécessaire d’effectuer un suivi constant de l’évolution du processus de formation à distance ainsi que des outils didactiques;

30.  souligne la nécessité de cultiver et de stimuler la capacité des jeunes à l’autoapprentissage (y compris à l’auto-organisation de leur travail, au traitement des informations, à la pensée critique et à la motivation personnelle) afin qu’ils puissent par la suite se perfectionner à distance au moyen des nouvelles technologies;

La formation continue et la formation à distance comme outils de développement pour les universités

31.  observe que la formation universitaire continue et la formation universitaire à distance créent des possibilités de développement pour les établissements d’enseignement supérieur, qui peuvent ainsi élargir leur champ de compétences et diversifier leurs programmes, afin de cibler de nouveaux publics, et leurs revenus, compte tenu du fait que les frais de scolarité pour une formation à distance sont inférieurs à ceux d’une formation présentielle;

32.  constate que la formation à distance favorise l’apparition de cursus interdisciplinaires et d’études internationales;

33.  encourage les universités à élargir l’éventail de leur offre à la formation à distance;

34.  prend note du rôle joué par la stratégie de spécialisation intelligente pour développer un potentiel régional majeur fondé sur les besoins du marché du travail;

Défis technologiques

35.  prend acte de la nécessité de rester en phase avec l’évolution technologique rapide, en particulier en ce qui concerne la formation à distance, et indique que l’importance des TIC et notre dépendance à leur égard ne sauraient être sous-estimées; est d’avis que les TIC permettraient de relever de manière optimale et efficace du point de vue des coûts des défis de taille en matière d’éducation et de développement; estime que les efforts dans ce domaine doivent être soutenus par des investissements importants dans l’éducation, avec l’aide également du Fonds social européen, afin de développer les compétences numériques et d’éducation aux médias à tous les niveaux;

36.  constate avec regret que l’absence de compétences en TIC constitue, pour l’heure, un problème majeur tant chez les enseignants que chez les apprenants; rappelle l’importance que revêtent les compétences technologiques pour être en mesure d’exploiter le potentiel de l’apprentissage à distance et pour faciliter la mise en œuvre de nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage;

37.  insiste sur la nécessité de combler le fossé numérique et de garantir l’égalité des chances pour tous en matière d’accès aux technologies numériques ainsi qu’aux compétences, aux comportements et à la motivation nécessaires pour une véritable participation numérique;

38.  attire l’attention sur le fait que seul un quart des élèves en Europe bénéficient de cours dispensés par des enseignants qui maîtrisent l’outil numérique, ce qui constitue un obstacle majeur à l’essor de nouvelles méthodes d’enseignement; invite par conséquent les États membres à apporter davantage de soutien aux formateurs et aux établissement d’enseignement en leur proposant davantage de possibilités d’amélioration des compétences, y compris dans le domaine de la formation à l’éducation aux médias et des possibilités d’évolution de carrière tout au long de la vie;

39.  met en avant la nécessité d’investir et de soutenir le cheminement professionnel des enseignants de tous les secteurs éducatifs, ainsi que de mettre en place des services d’orientation professionnelle tout au long de la vie;

40.  prend note de l’importance des nouvelles plateformes numériques dans l’éducation et met en outre l’accent sur les questions de sécurité et de protection de la vie privée auxquelles à la fois les établissements universitaires et les étudiants sont confrontés;

41.  souligne l’importance des compétences en matière de sciences, de technologie, d’ingénierie et de mathématiques, et déplore une nouvelle fois le déséquilibre hommes-femmes dans ces domaines;

Défis financiers

42.  prend acte de la nécessité d’un financement adéquat pour une éducation de qualité et un enseignement sur mesure; souligne que la formation à distance peut offrir une éducation centrée sur l’apprenant de grande qualité et à un moindre coût; souligne l’importance d’une participation plus active, sur les plans financier et pratique, de l’industrie et des entreprises à la formation professionnelle;

43.  souligne la nécessité de considérer les dépenses dans le domaine de l’éducation comme un investissement à long terme offrant des avantages durables;

44.  estime que les coûts ne doivent pas constituer un obstacle à l’inscription et à la participation à l’éducation, tout en étant conscient des problèmes sous-jacents à l’origine des coûts élevés et de l’incapacité des citoyens à payer les frais d’inscription dans certains États membres; encourage dès lors la Commission et les États membres à mieux soutenir et à promouvoir la formation à distance en tant qu’option éducative de qualité, abordable, flexible et personnalisée;

Défis liés au cadre réglementaire

45.  prend acte des différences de cadres réglementaires en ce qui concerne la formation professionnelle traditionnelle, la formation universitaire continue et la formation universitaire à distance; souligne que la formation à distance devrait être homologuée selon les mêmes règles que l’enseignement présentiel, mais sur la base d’indicateurs et de critères qui lui sont adaptés;

46.  prend acte de l’importance d’une gouvernance active et de la participation des parties prenantes;

47.  insiste sur l’importance de l’assurance qualité et de l’homologation des compétences acquises dans le cadre de la formation à distance;

48.  rappelle que bon nombre d’outils de transparence européens actuels, tels que le cadre européen des certifications (CEC) et le système européen de crédit d’apprentissages pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET), ont été élaborés isolément; constate que, pour permettre à chacun de mieux évaluer ses progrès et ses perspectives ainsi que de tirer parti des acquis d’apprentissage obtenus dans différents contextes, il convient de mieux coordonner ces instruments, de les renforcer par des systèmes d’assurance qualité et de les inscrire dans un cadre de certifications nationales afin de gagner la confiance des secteurs et des acteurs, notamment des employeurs;

49.  signale que tant l’apprentissage mixte que l’apprentissage en ligne continuent de jouer un rôle important, notamment dans le cadre de l’enseignement et la formation professionnels; souligne que l’association de technologies numériques de grande qualité et de possibilités d’apprentissage direct se traduit par de meilleurs résultats pour les étudiants, et encourage par conséquent la Commission et les États membres à mieux soutenir et à promouvoir l’apprentissage mixte;

50.  invite la Commission à renforcer la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie et à faire en sorte que la formation universitaire continue et la formation universitaire à distance fassent partie intégrante de celle-ci afin de promouvoir l’adaptation d’une main-d’œuvre vieillissante à l’évolution économique et technologique; invite en outre la Commission à envisager la possibilité d’accroître les fonds destinés à la formation universitaire continue et à la formation universitaire à distance au moyen des programmes existants et futurs; 

51.  prend acte de la nécessité d’une approche multisectorielle et multidisciplinaire globale de l’enseignement et de la formation, notamment pour l’apprentissage tout au long de la vie, et de la nécessité d’une coopération transsectorielle pour l’élaboration et l’application de politiques en matière d’éducation;

Recommandations au niveau européen

52.  souligne la nécessité de stimuler la coopération et l’échange de bonnes pratiques entre systèmes éducatifs; encourage également le partage de bonnes pratiques par les agences nationales d’assurance qualité pour l’élaboration de critères relatifs à la reconnaissance des nouveaux modes d’enseignement et d’apprentissage;

53.  appelle de ses vœux une révision du CEC en vue de faciliter la comparabilité des qualifications entre les pays concernés par le CEC et d’autres pays, en particulier les pays du voisinage et d’autres pays qui disposent d’un cadre de certifications bien développé, afin de mieux comprendre les qualifications acquises à l’étranger et de permettre aux personnes issues de l’immigration et aux réfugiés de retrouver le chemin de l’emploi et de l’apprentissage tout au long de la vie;

54.  invite la Commission à renforcer considérablement le soutien qu’elle apporte à la formation universitaire continue et à la formation universitaire à distance au moyen du programme Erasmus+, en encourageant le développement de réseaux européens et en facilitant l’échange de bonnes pratiques, la mise en place de projets qui associent des établissements situés dans plusieurs États membres et une meilleure accessibilité des étudiants issus d’autres pays européens et de pays tiers;

55.  préconise la création d’une plateforme numérique en ligne conviviale qui servirait de guichet unique afin de faciliter l’échange de bonnes pratiques entre professionnels de l’éducation et étudiants;

56.  invite la Commission à mettre au point une plateforme d’apprentissage sécurisée et intégrée conçue pour les établissements d’enseignement européens et mise gratuitement à leur disposition, en vue de promouvoir l’utilisation de l’apprentissage en ligne dans l’ensemble de l’Union;

57.  prend acte de la nécessité de continuer à développer le jumelage électronique (eTwinning) et le portail School Education Gateway pour soutenir des échanges constructifs entre les enseignants et les autres professionnels;

58.  encourage la création de liens plus étroits entre l’enseignement et la formation universitaires continus (qui ne sont pas seulement axés sur la recherche) et l’enseignement et la formation professionnels visant à acquérir des compétences, et demande que ces formations puissent être continuellement suivies et demandées;

59.  recommande de renforcer les efforts en matière d’apprentissage tout au long de la vie par la mise en place d’une stratégie numérique européenne et de préparer une évaluation de l’impact selon le genre des mesures proposées;

60.  se félicite de l’ambitieux projet qui consiste à équiper, d’ici 2025, les écoles primaires et secondaires ainsi que les bibliothèques d’un internet ultra-rapide, car une connectivité plus rapide et de meilleure qualité offre d’importantes possibilités d’améliorer les méthodes pédagogiques, d’encourager la recherche et de mettre au point des services éducatifs de qualité en ligne; insiste sur le fait que le déploiement de ces technologies offre de meilleures perspectives pour la formation à distance, notamment dans les zones rurales et les régions ultrapériphériques; souligne que ces possibilités renforceront les compétences numériques et l’éducation aux médias des élèves et des étudiants;

61.  met en avant qu’il est essentiel d’adapter les systèmes d’enseignement et de formation pour répondre à la demande croissante de professionnels qui ont des compétences numériques dans l’Union; souligne que, pour parvenir à un véritable marché unique numérique en Europe, il y a lieu de redoubler d’efforts pour améliorer l’éducation aux médias chez les citoyens, surtout chez les mineurs;

62.  souligne l’importance d’intensifier les efforts au niveau européen pour faire de la stratégie d’apprentissage tout au long de la vie une réalité pour tous, ainsi que pour atteindre l’objectif de proposer un éventail de possibilités d’apprentissage qui puissent être exploitées pour l’épanouissement personnel; encourage la Commission et les États membres à promouvoir l’apprentissage tout au long de la vie et à investir dans celui-ci, en particulier dans les pays dans lesquels le taux de participation est inférieur au taux de référence de 15 %;

63.  invite les États membres à encourager la coopération et à renforcer les synergies entre les prestataires d’éducation formelle, non formelle et informelle en vue d’atteindre un nombre plus important de personnes pour mieux tenir compte de leurs besoins spécifiques;

64.  estime que les professeurs qui dispensent des cours à distance devraient suivre une formation spécifique et certifiée;

Recommandations au niveau des États membres

65.  invite les États membres à garantir une approche globale en matière d’éducation et à offrir aux étudiants des possibilités d’apprentissage réelles, variées et égales, leur permettant de développer leurs aspirations et les compétences nécessaires pour réussir tant dans une économie mondiale en perpétuelle évolution que dans une société démocratique;

66.  encourage les États membres à s’appuyer sur les systèmes de validation existants pour évaluer et certifier les compétences acquises dans le cadre de parcours d’amélioration des compétences, et à garantir leur reconnaissance en vue de l’obtention de qualifications, conformément aux systèmes et aux cadres de certifications nationaux;

67.  souligne que la poursuite du déploiement des infrastructures numériques, notamment dans les zones moins densément peuplées, favorise l’intégration sociale et culturelle, les processus modernes d’éducation et d’information et l’économie culturelle régionale;

68.  invite les États membres à ouvrir des possibilités de formation aux TIC, de développement des compétences numériques et d’éducation aux médias à tous les niveaux d’enseignement;

69.  réitère qu’il est important que les établissements universitaires répondent rapidement aux changements dans la société et sur le marché du travail, qu’ils adaptent et modernisent leurs méthodes de travail et qu’ils permettent aux étudiants de développer leurs compétences en conséquence; souligne que l’éducation est un processus d’autonomisation qui dure toute la vie et qui doit permettre aux citoyens d’accéder au développement personnel, à la créativité et au bien-être;

70.  prie instamment les établissements universitaires d’anticiper les changements dans la société et sur le marché du travail et d’adapter leurs méthodes de travail en conséquence; relève que l’essor des secteurs orientés vers l’avenir, en particulier l’économie verte et l’économie circulaire, joue un rôle déterminant pour ce qui est du type de compétences requises;

71.  invite également les établissements universitaires à prévoir des parcours d’études multilingues qui soient en adéquation avec les compétences des migrants, en facilitant l’accès aux programmes d’enseignement;

72.  souligne la nécessité de disposer de systèmes éducatifs plus flexibles dans les différents États membres pour permettre une mise en place plus efficace des méthodes d’enseignement ouvert et en ligne;

73.  demande instamment aux États membres d’améliorer la disponibilité des données sur l’emploi et la situation sociale des diplômés («suivi des diplômés»), y compris des données sur le secteur de l’enseignement et de la formation professionnels;

74.  invite l’Union et les États membres à concevoir et à appliquer des «couloirs éducatifs» grâce à la promotion d’accords avec les universités européennes, comme l’Union des Universités de la Méditerranée (UNIMED) et les réseaux d’universités télématiques, pour accueillir des étudiants réfugiés en provenance de zones de conflit, y compris au moyen de programmes de formation universitaire à distance;

75.  souligne l’importance d’une formation spécialisée des enseignants de l’enseignement supérieur et universitaire dans le cadre de la formation universitaire continue et à distance pour répondre aux besoins des étudiants;

76.  souligne qu’il est nécessaire que les compétences et aptitudes acquises en dehors du système éducatif formel soient reconnues au moyen de l’assurance qualité et de l’homologation, en particulier dans le but de conférer plus d’autonomie aux personnes vulnérables ou défavorisées, comme les adultes peu qualifiés ou les réfugiés; insiste sur l’importance de reconnaître l’éducation non formelle et informelle afin que les apprenants soient impliqués et responsabilisés;

77.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission.

(1)

JO C 119 du 28.5.2009, p. 2.

(2)

JO C 70 du 8.3.2012, p. 9.

(3)

JO C 417 du 15.12.2015, p. 25.

(4)

JO C 372 du 20.12.2011, p. 1.

(5)

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:52012DC0669

(6)

JO C 64 du 5.3.2013, p. 5.

(7)

JO L 327 du 24.11.2006, p. 45.

(8)

JO L 394 du 30.12.2006, p. 10.

(9)

JO C 327 du 4.12.2010, p. 11.

(10)

JO C 398 du 22.12.2012, p. 1.

(11)

JO C 111 du 6.5.2008, p. 1.

(12)

JO C 183 du 14.6.2014, p. 30.

(13)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2016)0107.

(14)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2016)0291.

(15)

JO C 126 du 26.4.2014, p. 20.

(16)

http://ec.europa.eu/dgs/education_culture/repository/education/library/reports/policy-provision-adult-learning_en.pdf

(17)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2015)0321.

(18)

https://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/lsa/119631.pdf

(19)

http://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-6268-2017-INIT/fr/pdf

(20)

Comme le dispose l’article 21 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

(21)

À titre d’exemple, dans les pays germanophones, une distinction est établie entre deux types de formation à distance, l’une universitaire, l’autre non.

(22)

Voir l’article intitulé «A distance learning curriculum on pervasive computing», https://www.researchgate.net/publication/312312226_A_distance_learning_curriculum_on_pervasive_computing

(23)

Dominic J. Brewer, Patrick J. McEwan, Équité et qualité dans l’éducation: comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés (http://www.oecd-ilibrary.org/education/equite-et-qualite-dans-l-education_9789264028050-fr;jsessionid=6q1gdq9o8sim.x-oecd-live-03).


EXPOSÉ DES MOTIFS

L’éducation et la formation sont le reflet de la société. Elles apportent une contribution essentielle à la formation du capital humain. En Europe, durant de nombreuses décennies, un vaste éventail de formations fondées sur les systèmes éducatifs traditionnels ont été développées dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie, en se basant sur l’hypothèse selon laquelle l’apprentissage tout au long de la vie, qu’il soit formel, non formel ou occasionnel, est essentiel dans la société d’aujourd’hui, caractérisée par son dynamisme, sa complexité, ses risques et ses exigences croissantes sur le plan technologique.

L’amélioration continue des connaissances, de l’expérience et des compétences est indispensable non seulement au travail, mais aussi dans la vie privée et publique de chacun.

Les systèmes éducatifs doivent par conséquent accorder une attention particulière à l’évolution rapide des circonstances et s’y adapter. D’autres voies d’accès à l’enseignement doivent être mises à disposition grâce à l’enseignement et à la formation professionnels continus de niveau supérieur, ce qui permettra aux participants de renforcer encore leurs capacités. Mais il ne s’agit pas seulement de rendre la formation continue possible; les systèmes éducatifs doivent également reconnaître les acquis d’apprentissage, et ce non seulement au niveau national, mais aussi de manière plus générale.

L’accès limité aux possibilités de formation peut réduire la compétitivité des personnes sur le marché du travail et leur causer des difficultés dans leur vie privée, voire entraîner une inertie permanente, une exclusion de la société et, comme nous l’avons vu ces dernières années, une radicalisation violente, en particulier chez les jeunes, qui sont les plus vulnérables dans des situations de risque.

Faciliter l’accès à l’éducation constitue donc la norme à appliquer de manière universelle mais, dans la pratique, ce n’est pas le cas. Beaucoup de personnes se heurtent à des problèmes, notamment les jeunes mères, qui ont du mal à concilier leur vie familiale, et même leurs engagements professionnels, avec la formation, ou encore les plus pauvres, qui peuvent avoir des difficultés à se payer les études qu’ils veulent suivre, surtout si la formation est onéreuse ou très éloignée. Par exemple, il est difficile pour une personne venant d’une région éloignée d’étudier à l’université de son choix en raison de la distance. Il est également souvent difficile pour les personnes qui ont des besoins particuliers de participer aux formations traditionnelles (c’est-à-dire présentielles). C’est pourquoi l’éducation à distance est aussi importante pour faciliter l’accès de tous, de même que pour faire baisser les coûts de formation. L’apprentissage en ligne, ou la formation à distance, peuvent être plus appropriés, plus accessibles, dès lors qu’ils permettent d’éviter les coûts de fonctionnement habituels des établissements d’enseignement. La formation à distance peut améliorer l’accessibilité pour tous, sans discrimination fondée sur la nationalité, la région, le statut social, l’âge ou le sexe.

Le rapporteur est convaincu que grâce aux nouvelles formes d’apprentissage tout au long de la vie, nous pouvons faire face avec succès aux défis de nos sociétés modernes, à savoir notamment la réduction du chômage, qui demeure trop élevé, en particulier chez les jeunes. Dans certains pays, il a atteint des proportions dramatiques (plus de 40 %). Pour faire face à tous ces défis, il sera nécessaire de mettre en place des systèmes éducatifs très flexibles. Dans dix ans, près de la moitié des nouveaux emplois seront nouveaux et requerront des compétences nouvelles. Et plus de la moitié de ces emplois s’adresseront à des travailleurs hautement qualifiés. En quelques mots, la formation continue et à distance peut apporter une contribution importante pour relever avec succès les défis de nos sociétés modernes.

Le rapporteur insiste sur le fait que la formation continue et à distance met l’accent sur la personnalisation, c’est-à-dire sur l’éducation sur mesure. Ce type de flexibilité contribue également à un apprentissage plus efficace et de meilleure qualité, et permet de réduire le taux de décrochage scolaire, qui demeure un problème majeur en Europe.

Dans l’éduction comme ailleurs, le processus de numérisation se poursuit. Aujourd’hui, seul un quart des élèves en Europe suivent des cours dispensés par des enseignants disposant de compétences numériques. Il est donc urgent que tous les participants à l’éducation se dotent des compétences appropriées, à tous les niveaux du processus éducatif. Un autre élément est également très important dans ce contexte, à savoir la contribution de l’Union à la mise en place d’une plateforme numérique unique, ou d’une classe numérique, qui fournirait une réponse efficace et rapide de l’Union aux défis de la numérisation, dissiperait les craintes et serait un gage de qualité pour les établissements d’enseignement souhaitant développer leurs services éducatifs pour proposer la formation à distance.

Le rapporteur souhaiterait en particulier mettre en avant la nécessité pour tous les systèmes éducatifs des États membres de mettre en place un cadre réglementaire permettant le fonctionnement correct de la formation continue et à distance et prévoyant la reconnaissance et la validation des acquis de l’éducation tant formelle que non formelle.

Le rapporteur préconise un renforcement de la coopération entre les systèmes éducatifs des États membres et la mise en place d’une plateforme en ligne conviviale afin de faciliter l’échange de bonnes pratiques. Il recommande également d’intensifier la coopération avec les entreprises, en particulier en ce qui concerne les études présentant une valeur pratique élevée. À l’avenir, le potentiel de la formation continue et à distance devrait être mieux exploité dans le cadre des programmes Erasmus +, notamment en ce qui concerne l’échange de bonnes pratiques ainsi que le développement de l’expertise en matière de formation à distance et de la recherche sur des méthodes d’enseignement innovantes. Le rapporteur est d’avis que les États membres devraient adopter une approche globale dans le domaine de l’éducation, ce qui permettrait aux établissements d’enseignement de mieux s’adapter aux changements au sein de la société et sur le marché du travail. Il est aussi très important qu’ils accordent une plus grande attention à la formation continue des enseignants.


POSITION SOUS FORME D’AMENDEMENTS de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres (2.5.2017)

à l’intention de la commission de la culture et de l’éducation

sur la formation universitaire continue et à distance dans le cadre de la stratégie européenne d’apprentissage tout au long de la vie

(2016/2142(INI))

Rapporteure: Vilija Blinkevičiūtė

SUGGESTIONS

La commission des droits de la femme et de l’égalité des genres invite la commission de la culture et de l’éducation, compétente au fond, à prendre en considération les amendements suivants:

Amendement  1

Projet de rapport

Visa 1

Projet de rapport

Amendement

  vu les articles 165 et 166 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE),

  vu les articles 8, 165 et 166 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE),

Amendement  2

Projet de rapport

Considérant B

Projet de rapport

Amendement

B. considérant que l’apprentissage tout au long de la vie, qui favorise à la fois la citoyenneté active et l’aptitude à l’emploi, est un aspect essentiel de l’éducation concerné par ces changements;

B. considérant que l’apprentissage tout au long de la vie, dans des cadres formels, non formels et informels qui favorisent l’égalité entre les hommes et les femmes, la citoyenneté active et l’aptitude à l’emploi, est un aspect essentiel de l’éducation concerné par ces changements;

Amendement  3

Projet de rapport

Considérant B bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

B bis. considérant que pour atteindre l’objectif fixé pour 2020 visant la participation en moyenne d’au moins 15 % des adultes de 25 à 64 ans à l’apprentissage tout au long de la vie, il y a lieu de prendre des mesures actives pour réduire les obstacles à la participation, notamment des mesures permettant, en particulier aux femmes, de concilier emploi et obligations familiales;

Amendement  4

Projet de rapport

Considérant D bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

D bis. considérant que la formation continue et à distance et l’utilisation des nouvelles technologies peuvent permettre de faire connaître aux filles et aux femmes de nouvelles possibilités de carrière, en particulier dans des domaines où elles sont sous-représentées; que si les femmes sont plus nombreuses que les hommes à posséder un diplôme de l’enseignement secondaire et supérieur, il est nécessaire d’accroître la présence des femmes à la fois dans l’enseignement professionnel et dans les secteurs des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM);

Amendement  5

Projet de rapport

Considérant D bis (nouveau)

 

Projet de rapport

Amendement

 

D bis. considérant que le taux d’emploi moyen des femmes est directement lié à leur niveau d’éducation, de sorte que les femmes âgées entre 25 et 49 ans ayant achevé un cycle de l’enseignement supérieur présentent des taux d’emploi qui sont plus de 20 % supérieurs à ceux des femmes n’ayant suivi qu’un enseignement préprimaire, primaire ou le premier cycle de l’enseignement secondaire;

Amendement  6

Projet de rapport

Considérant D ter (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

D ter. considérant que la formation à distance peut avoir une incidence positive sur les compétences des femmes dans le domaine des TIC; que l’arrivée d’un plus grand nombre de femmes dans le secteur des TIC pourrait stimuler un marché où des pénuries de main-d’œuvre sont prévues et où une participation égale des femmes entraînerait un accroissement annuel du PIB de l’Union d’environ 9 milliards d’euros; que les femmes demeurent fortement sous-représentées dans les cursus universitaires en matière de TIC, dans lesquels elles ne représentent qu’environ 20 % des diplômés, et que seules 3 % des femmes diplômées le sont dans le domaine des TIC;

Amendement  7

Projet de rapport

Considérant J

Projet de rapport

Amendement

J. considérant que la majorité des personnes qui s’inscrivent à des cours à distance sont des femmes, ces formations leur offrant la flexibilité nécessaire pour concilier vie professionnelle et vie privée;

J. considérant que la majorité des personnes qui s’inscrivent à des cours à distance sont des femmes, étant donné que les femmes consacrent encore plus de temps que les hommes aux tâches domestiques non rémunérées et aux responsabilités familiales et que ces formations leur offrent la flexibilité nécessaire pour concilier vie professionnelle et vie privée;

Amendement  8

Projet de rapport

Considérant J bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

J bis. considérant que les hommes représentaient 60 % du personnel des établissements universitaires dans les États membres en 2010;

Amendement  9

Projet de rapport

Considérant K

Projet de rapport

Amendement

K. considérant que l’égalité entre les femmes et les hommes est un principe fondamental de l’Union européenne consacré dans les traités et qu’elle compte parmi les objectifs et les missions de l’Union; que l’égalité dans l’éducation offre aux femmes davantage de possibilités et contribue au développement social, culturel et économique de la société;

K. considérant que l’égalité entre les femmes et les hommes est un principe fondamental de l’Union européenne consacré dans les traités et qu’elle compte parmi les objectifs et les missions de l’Union; que l’égalité dans l’éducation offre aux femmes davantage de possibilités et contribue au développement social, culturel et économique de la société; que l’éducation constitue un instrument fondamental pour lutter contre les stéréotypes de genre;

Amendement  10

Projet de rapport

Paragraphe 3

Projet de rapport

Amendement

3. observe que la numérisation et la mise en place de plateformes éducatives communes sont essentielles pour relever ces défis;

3. observe que la numérisation et la mise en place de plateformes éducatives communes sont essentielles pour relever ces défis, et demande qu’une plus grande attention soit accordée pour ce qui est d’assurer une éducation de qualité aux femmes, dans le cadre de plateformes numériques, en vue d’améliorer leur situation sur le marché du travail ainsi que d’actualiser leurs compétences et les mettre en adéquation avec les besoins de l’économie numérique;

Amendement  11

Projet de rapport

Paragraphe 3 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

3 bis. souligne que les mesures d’apprentissage tout au long de la vie sont essentielles pour transmettre aux femmes des compétences qui leur permettront de réintégrer le marché du travail ou d’améliorer leur emploi, leurs revenus et leurs conditions de travail; demande à la Commission de promouvoir des initiatives qui permettent d’offrir un soutien à la mise en œuvre de programmes de formation professionnelle à distance à l’intention des femmes, notamment des études supérieures dans les domaines des sciences, de la technologie et des TI, d’élaborer des programmes de formation sur l’égalité des sexes à l’intention des professionnels de l’éducation et de prévenir la transmission des stéréotypes au travers des programmes et du matériel d’enseignement;

 

Amendement  12

Projet de rapport

Paragraphe 3 ter (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

3 ter. insiste sur l’importance de l’éducation dans la lutte contre les stéréotypes de genre; demande dès lors à la Commission de promouvoir des initiatives visant à élaborer des programmes de formation sur l’égalité des sexes à l’intention des professionnels de l’éducation et à prévenir la transmission des stéréotypes au travers des programmes et du matériel d’enseignement;

Amendement  13

Projet de rapport

Paragraphe 4

Projet de rapport

Amendement

4. souligne que les établissements universitaires doivent préparer les étudiants à l’incertitude et leur fournir des outils tels que des capacités entrepreneuriales et d’adaptation afin qu’ils explorent leurs propres voies;

4. souligne que les établissements universitaires doivent préparer les étudiants, y compris les femmes, à l’incertitude et leur fournir des outils tels que des capacités entrepreneuriales et d’adaptation afin qu’ils explorent leurs propres voies;

Amendement  14

Projet de rapport

Paragraphe 5 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

5 bis. souligne que des améliorations supplémentaires sont nécessaires en ce qui concerne l’accès et la présence des femmes aux niveaux supérieurs du monde universitaire, en particulier en vue de remédier à leur sous-représentation persistante aux postes élevés du monde universitaire;

Amendement  15

Projet de rapport

Paragraphe 8

Projet de rapport

Amendement

8. demande une meilleure intégration ainsi que le maintien des personnes sur le marché du travail, en leur permettant d’améliorer leurs compétences grâce à l’enseignement et la formation professionnels (EFP);

8. demande une meilleure intégration ainsi que le maintien des personnes, y compris des femmes, sur le marché du travail, en leur permettant d’améliorer leurs compétences grâce à l’enseignement et la formation professionnels (EFP);

Amendement  16

Projet de rapport

Paragraphe 10

Projet de rapport

Amendement

10. constate que l’accès à l’éducation est une préoccupation majeure, en particulier pour les personnes vulnérables, issues de milieux défavorisés ou ayant des besoins spécifiques;

10. constate que l’accès à l’éducation est une préoccupation majeure, en particulier pour les personnes vulnérables, celles issues de milieux défavorisés, les migrants et les personnes ayant des besoins spécifiques;

Amendement  17

Projet de rapport

Paragraphe 13

Projet de rapport

Amendement

13. observe que les formats d’apprentissage flexibles permettent aux personnes qui travaillent de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale;

13. observe que les formats d’apprentissage flexibles permettent aux personnes qui travaillent de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale; demande de mettre en place des structures d’accueil accessibles et abordables qui permettent aux personnes qui s’occupent d’enfants, souvent des femmes, de participer à des programmes de formation et d’apprentissage tout au long de la vie; souligne que des formats d’apprentissage flexibles doivent également être accessibles aux personnes handicapées, en particulier aux femmes et aux filles;

Amendement  18

Projet de rapport

Paragraphe 13 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

13 bis. souligne que les formats d’apprentissage flexibles offrent la possibilité de donner accès à l’enseignement aux femmes et aux filles de communautés marginalisées ou vulnérables, par exemple les réfugiées et les migrantes, les femmes Roms, les mères célibataires, les femmes LGBTI, les femmes confrontées à la pauvreté et à l’exclusion sociale, et les femmes des zones rurales, et de lever les obstacles en la matière;

Amendement  19

Projet de rapport

Paragraphe 14 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

14 bis. soutient l’idée d’assurer l’accès à l’apprentissage tout au long de la vie, en particulier en vue de faciliter le retour des femmes et des aidants sur le marché du travail;

Amendement  20

Projet de rapport

Paragraphe 18 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

18 bis. souligne que les femmes et les jeunes filles sont souvent confrontées à des stéréotypes de genre en ce qui concerne les technologies numériques; fait observer qu’une culture numérique appropriée, également pour les femmes, est essentielle pour assurer un accès égal à la formation à distance;

Amendement  21

Projet de rapport

Paragraphe 31

Projet de rapport

Amendement

31. recommande de renforcer les efforts en matière d’apprentissage tout au long de la vie par la mise en place d’une stratégie numérique européenne;

31. recommande de renforcer les efforts en matière d’apprentissage tout au long de la vie par la mise en place d’une stratégie numérique européenne et la préparation d’une évaluation de l’impact, selon le genre, des mesures proposées;

Amendement  22

Projet de rapport

Paragraphe 31 bis (nouveau)

Projet de rapport

Amendement

 

31 bis. souligne la nécessité de mettre en place des mesures actives destinées à lutter contre les stéréotypes de genre et la ségrégation en matière d’éducation et de formation afin d’y mettre un terme, notamment en garantissant des programmes éducatifs tenant compte de la dimension de genre, en mettant à disposition des services d’orientation professionnelle et en lançant des campagnes médiatiques propres à encourager les garçons et les filles, les femmes et les hommes, à suivre les parcours professionnels qui correspondent à leurs compétences et capacités;

Amendement  23

Projet de rapport

Paragraphe 32

Projet de rapport

Amendement

32. souligne l’importance d’intensifier les efforts au niveau européen pour faire de la stratégie d’apprentissage tout au long de la vie une réalité pour tous;

32. souligne l’importance d’intensifier les efforts au niveau européen pour faire de la stratégie d’apprentissage tout au long de la vie une réalité pour tous, et demande que la question de l’égalité entre les femmes et les hommes soit prise en considération dans les stratégies d’apprentissage tout au long de la vie;

Amendement  24

Projet de rapport

Paragraphe 33

Projet de rapport

Amendement

33. invite les États membres à garantir une approche globale en matière d’éducation et à offrir aux étudiants de réelles possibilités d’apprentissage leur permettant de développer leurs aspirations et les compétences nécessaires pour survivre dans une économie mondiale;

33. invite les États membres à garantir une approche globale en matière d’éducation, tenant compte de la dimension de genre, et à offrir aux étudiants de réelles possibilités d’apprentissage leur permettant de développer leurs aspirations et les compétences nécessaires pour survivre dans une économie mondiale; recommande aux États membres d’élaborer des programmes tenant compte de la dimension de genre et des supports pédagogiques exempts de discriminations susceptibles d’influer sur le parcours éducatif et la carrière des étudiants à un stade ultérieur;

INFORMATIONS SUR L’ADOPTION PAR LA COMMISSION SAISIE POUR AVIS

Date de l’adoption

25.4.2017

 

 

 


INFORMATIONS SUR L’ADOPTIONPAR LA COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND ()

Date de l’adoption

21.6.2017

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

24

1

5

Membres présents au moment du vote final

Dominique Bilde, Andrea Bocskor, Silvia Costa, Angel Dzhambazki, Jill Evans, María Teresa Giménez Barbat, Giorgos Grammatikakis, Petra Kammerevert, Svetoslav Hristov Malinov, Curzio Maltese, Stefano Maullu, Morten Messerschmidt, Luigi Morgano, Momchil Nekov, John Procter, Michaela Šojdrová, Martin Sonneborn, Yana Toom, Helga Trüpel, Sabine Verheyen, Julie Ward, Bogdan Brunon Wenta, Theodoros Zagorakis, Bogdan Andrzej Zdrojewski, Milan Zver, Krystyna Łybacka

Suppléants présents au moment du vote final

Dietmar Köster, Emma McClarkin, Martina Michels

Suppléants (art. 200, par. 2) présents au moment du vote final

David Borrelli


VOTE FINAL PAR APPEL NOMINALEN COMMISSION COMPÉTENTE AU FOND

24

+

ALDE

María Teresa Giménez Barbat, Yana Toom

EFDD

David Borrelli

GUE/NGL

Curzio Maltese, Martina Michels

PPE

Andrea Bocskor, Svetoslav Hristov Malinov, Stefano Maullu, Sabine Verheyen, Bogdan Brunon Wenta, Theodoros Zagorakis, Bogdan Andrzej Zdrojewski, Milan Zver, Michaela Šojdrová

S&D

Silvia Costa, Giorgos Grammatikakis, Petra Kammerevert, Dietmar Köster, Luigi Morgano, Momchil Nekov, Julie Ward, Krystyna Łybacka

Verts/ALE

Jill Evans, Helga Trüpel

1

-

NI

Martin Sonneborn

5

0

ECR

Angel Dzhambazki, Emma McClarkin, Morten Messerschmidt, John Procter

ENF

Dominique Bilde

Légende des signes utilisés:

+  :  pour

-  :  contre

0  :  abstention

Dernière mise à jour: 30 août 2017Avis juridique