Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2005/2549(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B6-0290/2005

Textes déposés :

B6-0290/2005

Débats :

PV 11/05/2005 - 10

Votes :

PV 12/05/2005 - 5.5

Textes adoptés :

P6_TA(2005)0180

Textes adoptés
WORD 34k
Jeudi 12 mai 2005 - Strasbourg Edition définitive
Soixantième anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale
P6_TA(2005)0180B6-0290/2005

Résolution du Parlement européen sur le soixantième anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe (8 mai 1945)

Le Parlement européen ,

—  vu l'article 103, paragraphe 2, de son règlement,

A.  commémorant l'anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe, le 8 mai 1945, suite à la capitulation de l'Allemagne nazie,

B.  commémorant et pleurant toutes les victimes de la tyrannie nazie,

C.  commémorant en particulier toutes les victimes de l'holocauste,

D.  commémorant et pleurant la perte de toutes les victimes de la guerre, tombées de toutes parts, comme une tragédie européenne commune,

E.  reconnaissant envers tous ceux qui ont contribué à la libération du national-socialisme, un système inhumain et tyrannique, libération symbolisée par ce 8 mai 1945,

F.  rendant particulièrement hommage à tous les soldats alliés qui ont sacrifié leur vie, ainsi qu'aux nations, en particulier les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union soviétique et les autres États alliés qui ont mené la guerre contre le nazisme et le fascisme et reconnaissant envers les nations qui ont soutenu avec force le rétablissement de la liberté et de la démocratie sur l'essentiel de la partie occidentale de notre continent,

G.  se souvenant que pour certaines nations, la fin de la deuxième guerre mondiale a débouché sur une nouvelle tyrannie infligée par l'Union soviétique stalinienne,

H.  conscient de l'ampleur des souffrances, de l'injustice et de la dégradation durable des conditions sociales, politiques et économiques subies par les nations captives situées à l'est de ce qui devait devenir le rideau de fer,

I.  reconnaissant que les nations d'Europe centrale et orientale sont parvenues à instaurer l'État de droit et le respect des droits de l'homme dans la foulée des révolutions démocratiques au cours desquelles elles ont renversé les régimes communistes et se sont libérées;

J.  considérant la réussite du processus d'intégration européenne et de l'alliance transatlantique, ainsi que la paix et la prospérité qui en ont découlé, réponse forte aux enseignements tirés des malheurs et des échecs du passé,

1.  souligne combien il importe d'entretenir la mémoire du passé, car il ne peut y avoir de réconciliation sans vérité et sans mémoire; souligne, dans le même temps, que seule une Europe forte peut offrir les moyens de surmonter les atrocités du passé;

2.  dit son respect pour tous ceux qui ont combattu la tyrannie, et en particulier pour ceux qui en sont devenus les victimes, et leur rend hommage;

3.  renouvelle son engagement en faveur d'une Europe pacifique et prospère, fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, d'État de droit et de respect des droits de l'homme;

4.  confirme son unité face à tout régime totalitaire, quelle que soit sa conviction idéologique;

5.  se félicite de cette première occasion de commémorer l'anniversaire avec des membres élus originaires des vingt-cinq États membres, événement qui démontre l'union toujours plus étroite de nos nations et de nos citoyens, qui ont surmonté les divisions entre agresseurs et victimes et entre vainqueurs et vaincus et qui nous permet de partager et de mêler nos souvenirs sur la voie d'une mémoire européenne véritablement commune et de prévenir la réapparition du nationalisme et du totalitarisme;

6.  se félicite du fait que les États et les peuples d'Europe centrale et orientale puissent désormais jouir eux aussi de la liberté et du droit de déterminer leur destin après tant de décennies sous domination ou occupation soviétique ou sous le joug d'autres dictatures communistes; se félicite de l'unification de l'Allemagne et du fait que dix des États d'Europe centrale et orientale aient rejoint ou s'apprêtent à rejoindre bientôt l'Union européenne;

7.  souligne que le processus d'intégration européenne a contribué à venir à bout de la quasi-totalité des dictatures de l'après-guerre sur le continent européen, tant dans les pays d'Europe centrale et orientale qu'en Espagne, au Portugal et en Grèce;

8.  déclare que le processus d'intégration européenne et le développement de l'Union européenne en tant que modèle de paix sont le résultat de la libre décision du peuple de déterminer son propre destin et de s'engager dans un avenir partagé;

9.  déclare qu'aucun pays, conformément aux accords d'Helsinki, n'a le droit de décider du destin d'un autre;

10.  invite tous les pays à ouvrir leurs archives relatives à la deuxième guerre mondiale;

11.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux parlements des États membres, aux gouvernements et aux parlements des pays en voie d'adhésion et des pays candidats, aux gouvernements et aux parlements des pays associés à l'Union européenne, aux gouvernements et aux parlements des membres du Conseil de l'Europe et au Congrès des États-Unis.

Dernière mise à jour: 23 janvier 2006Avis juridique