skip to content
 
 
Speeches
Monday, January 23, 2017
Internal Policies and EU Institutions

EP President Speech on the European Pillar of Social Rights

 

Cher Président Juncker,
Cher Vice-Président Dombrovskis,
Chère Commissaire Thyssen,
Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie de l’invitation. C’est un plaisir d’être parmi vous aujourd’hui, dans cette maison, la Commission européenne, où j’ai eu l’honneur d’être au service des citoyens européens pendant 7 années.

En tant que Commissaire aux Transports puis à l’Industrie, j’ai toujours essayé de focaliser mon travail  sur l’économie réelle et la création d’emplois.

J’ai donc décidé de faire mon premier discours public en tant que Président du Parlement européen précisément sur le socle européen des droits sociaux, car je suis convaincu qu’il s’agit d’une priorité absolue pour notre Union en 2017, année qui sera clef.

En effet, l'Union européenne traverse une période de crise profonde, à multiples facettes : économique, financière, monétaire, institutionnelle, mais aussi et surtout une crise sociale et de confiance. Confiance de nos concitoyens dans les institutions européennes que nous représentons.

La crise économique a eu des effets graves d’un point de vue social. Avec des taux de chômage extrêmement élevé surtout chez nos jeunes, une augmentation des inégalités, une baisse des niveaux de vies et donc une augmentation de la pauvreté.

Voilà pourquoi cette conférence est fondamentale car elle donne un nouvel élan à une vieille vocation, celle de promouvoir le progrès social et le bien-être des citoyens.

C’est ce à quoi s’attendent les citoyens européens : une  Europe plus présente, plus proche d’eux, et qui remette le rôle central de l’humain avant tout chose.

Je l’ai souvent dit, les institutions européennes ne peuvent pas être une bureaucratie kafkaïenne, froide, qui ne vit que pour et par elle-même.

La langue anglaise de ce point de vue est très juste lorsqu’elle parle de « civil servants », c’est-à-dire des gens au service des citoyens.  

Les institutions européennes doivent être au service des citoyens.

Et le moment est venu de se mettre à la tâche.

Car nous entrevoyons des signes de reprise économique dans la zone euro.

Car nous avons solidifié notre Union, en assainissant nos comptes publics, en créant de nouveaux instruments en mesure de nous protéger dans le cas où une nouvelle crise financière devait nous frapper. Je pense à l’Union Bancaire, au Mécanisme Européen de Stabilité, ou au Comité européen du risque systémique.

En ce qui concerne la relance économique et les investissements nous avons le Plan Juncker.

Il est donc crucial maintenant de faire avancer la dimension sociale de l'union économique et monétaire.

Il y a un mois, le Conseil, le Parlement européen et la Commission ont approuvés les priorités législatives pour 2017.

C'est la première fois que l'UE se fixe un ensemble commun de priorités législatives pour l'année suivante. Il résulte de l'accord "Mieux légiférer" adopté l’année dernière.

Ceci nous permettra de coopérer plus étroitement afin de répondre aux préoccupations des citoyens et aux grands défis à venir.

Une des priorités clef, comme je l’ai déjà dit, est la dimension sociale de l'Union européenne.

Je veux remercier la Commission européenne pour la vaste consultation publique lancée l’année dernière afin de recueillir les avis et les réactions des différentes parties prenantes.

Le Parlement a toujours été très actif sur ce domaine, anticipant même le travail de la Commission, puisque déjà en 2012, à travers une résolution, dont Marianne Thyssen était rapporteur, le Parlement demandait l’inclusion d’un socle social au sein de l’union économique et monétaire.

La semaine dernière en session plénière à Strasbourg, le Parlement a eu l’occasion de discuter du socle européen des droits sociaux.

I would like to thank my colleague Maria Joao Rodrigues, rapporteur on this resolution, together with all the Members that participated in the elaboration and discussion of this text.

This resolution sends strong and clear messages to the European Commission. In particular:
·    a stronger action to fight undeclared work ;
·    better conditions for precarious workers;
·    reducing the unemployment rate, especially among young people.

As President of the European Parliament I will do my best:
·    to bring Europe closer to its citizens by delivering concrete results; and,
·    to defend the priorities of the European Parliament before the Council and the Commission.

I am happy to see that the European Commission is delivering on this issue and that we are on a good track.

I share the ambition of President Juncker to work on a new European Social Policy and pave the way for Europe to earn a 'social triple A'.

The European Parliament is looking forward to the publication of the White Paper by the Commission and is ready to engage with all actors involved to work for social progress and cohesion, reducing inequality, job creation and focusing on human capital.

In conclusion let me remind you a few figures: around 20 million men and women are unemployed in the European Union.

More than 6 million young persons, aged from 15 to 24 years old, are neither employed nor in education or training.

About 100 million persons are living at risk of poverty or social exclusion. This corresponds to 20% of the total EU population.

In these circumstances promoting a European Social Pillar is a must and we have to do everything we can to make it happen.

 

Thank you very much!

 

Managing cookies on Parliament's website

This site uses cookies. By accepting cookies you can optimise your browsing experience.

More Refuse Accept