Retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne – Prochaines étapes

28-06-2016

Lors du référendum organisé au Royaume-Uni le 23 juin dernier sur la question du maintien ou non de celui-ci dans l'Union européenne, 51,9 % des votants se sont exprimés en faveur du retrait (avec un taux de participation de 71,8 %). Si, formellement parlant, le référendum était consultatif, le Premier ministre britannique, David Cameron, et son gouvernement avaient clairement indiqué qu'ils se considéreraient liés par le résultat du scrutin. En annonçant sa démission, David Cameron a fait savoir que le Royaume-Uni activerait la procédure énoncée à l'article 50 du traité sur l'Union européenne (TUE) permettant à un État membre de se retirer, mais que ce processus attendrait la nomination de son successeur (qui devrait intervenir d'ici le mois d'octobre). Dans une résolution adoptée en séance plénière extraordinaire, le 28 juin 2016, les députés au Parlement européen ont demandé au gouvernement britannique d'engager "la mise en oeuvre rapide et cohérente de la procédure de retrait", pour "éviter une incertitude préjudiciable à chacun et protéger l'intégrité de l'Union".

Lors du référendum organisé au Royaume-Uni le 23 juin dernier sur la question du maintien ou non de celui-ci dans l'Union européenne, 51,9 % des votants se sont exprimés en faveur du retrait (avec un taux de participation de 71,8 %). Si, formellement parlant, le référendum était consultatif, le Premier ministre britannique, David Cameron, et son gouvernement avaient clairement indiqué qu'ils se considéreraient liés par le résultat du scrutin. En annonçant sa démission, David Cameron a fait savoir que le Royaume-Uni activerait la procédure énoncée à l'article 50 du traité sur l'Union européenne (TUE) permettant à un État membre de se retirer, mais que ce processus attendrait la nomination de son successeur (qui devrait intervenir d'ici le mois d'octobre). Dans une résolution adoptée en séance plénière extraordinaire, le 28 juin 2016, les députés au Parlement européen ont demandé au gouvernement britannique d'engager "la mise en oeuvre rapide et cohérente de la procédure de retrait", pour "éviter une incertitude préjudiciable à chacun et protéger l'intégrité de l'Union".