Qui sont les NEET ? Être jeune sans emploi, éducation ni formation aujourd’hui

23-03-2017

Le terme de «NEET» (de l’anglais not in education, employment or training) désigne les jeunes qui n'ont pas d'emploi, ne suivent pas d'études ni de formation. Apparu au milieu des années 90 au Royaume-Uni, cet acronyme a rapidement attiré l’attention des médias, des acteurs politiques et des chercheurs, eu égard à sa capacité à décrire les effets disproportionnés de la crise économique sur l’éducation, la formation, l’employabilité et, à terme, l’inclusion sociale des jeunes Européens. En 2015, dans l’Union européenne, 12 % des jeunes de 15 à 24 ans (soit 6,6 millions de personnes) étaient sans emploi, formation, ni stage. Si on inclut les jeunes jusqu’à 29 ans, le nombre de NEET s’élevait à près de 14 millions, soit 14,8 % de cette classe d’âge. L’hétérogénéité de ce groupe social est grande: chômeurs de courte ou de longue durée, jeunes en transition, jeunes avec des responsabilités familiales ou personnes souffrant d’un handicap ou d’une maladie. Statistiquement, les jeunes femmes y sont surreprésentées; la probabilité d’être NEET augmente avec l’âge; elle est inversement proportionnelle au niveau d’éducation et sa part varie fortement d’un État membre à l’autre. Face à l’aggravation de la situation des NEET avec la crise, la Commission européenne a élaboré une stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse pour la période 2010-2018 tandis que le Parlement européen a défendu la cause des NEET. Dans ce contexte, la Garantie pour la jeunesse constitue la mesure phare créée par l’Union européenne pour venir en aide aux NEET.

Le terme de «NEET» (de l’anglais not in education, employment or training) désigne les jeunes qui n'ont pas d'emploi, ne suivent pas d'études ni de formation. Apparu au milieu des années 90 au Royaume-Uni, cet acronyme a rapidement attiré l’attention des médias, des acteurs politiques et des chercheurs, eu égard à sa capacité à décrire les effets disproportionnés de la crise économique sur l’éducation, la formation, l’employabilité et, à terme, l’inclusion sociale des jeunes Européens. En 2015, dans l’Union européenne, 12 % des jeunes de 15 à 24 ans (soit 6,6 millions de personnes) étaient sans emploi, formation, ni stage. Si on inclut les jeunes jusqu’à 29 ans, le nombre de NEET s’élevait à près de 14 millions, soit 14,8 % de cette classe d’âge. L’hétérogénéité de ce groupe social est grande: chômeurs de courte ou de longue durée, jeunes en transition, jeunes avec des responsabilités familiales ou personnes souffrant d’un handicap ou d’une maladie. Statistiquement, les jeunes femmes y sont surreprésentées; la probabilité d’être NEET augmente avec l’âge; elle est inversement proportionnelle au niveau d’éducation et sa part varie fortement d’un État membre à l’autre. Face à l’aggravation de la situation des NEET avec la crise, la Commission européenne a élaboré une stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse pour la période 2010-2018 tandis que le Parlement européen a défendu la cause des NEET. Dans ce contexte, la Garantie pour la jeunesse constitue la mesure phare créée par l’Union européenne pour venir en aide aux NEET.