Japon: réforme de la politique de défense et de sécurité

22-01-2016

Le 20 septembre 2015, après un parcours parlementaire long et semé d'embûches, la Diète japonaise a finalement approuvé une réforme très attendue de la législation nippone de défense et de sécurité. La détermination du Premier ministre Shinzō Abe l'a emporté sur les contestations tant au sein du Parlement que dans le pays. L'article 9 de la Constitution est réinterprété de façon à permettre aux Forces d'Autodéfense japonaises de venir en aide à un allié attaqué, notamment les États-Unis. En effet, l'armée américaine garantit la défense de l'archipel depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette réforme s'ajoute à une série d'autres réformes et initiatives, y compris la création d'un Conseil de sécurité nationale, la définition d'une Stratégie de sécurité nationale, l'adoption d'une loi sur l'information classifiée, ainsi que la révision des principes sur les exportations d'armes. Les lignes directrices pour la coopération avec les États-Unis ont été révisées. Parallèlement, Tokyo développe sa coopération militaire avec d'autres pays dans la région. Ces réformes visent à faire du Japon un "contributeur actif pour la paix" dans un environnement régional troublé par les ambitions chinoises et la menace nucléaire nord-coréenne croissante.

Le 20 septembre 2015, après un parcours parlementaire long et semé d'embûches, la Diète japonaise a finalement approuvé une réforme très attendue de la législation nippone de défense et de sécurité. La détermination du Premier ministre Shinzō Abe l'a emporté sur les contestations tant au sein du Parlement que dans le pays. L'article 9 de la Constitution est réinterprété de façon à permettre aux Forces d'Autodéfense japonaises de venir en aide à un allié attaqué, notamment les États-Unis. En effet, l'armée américaine garantit la défense de l'archipel depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette réforme s'ajoute à une série d'autres réformes et initiatives, y compris la création d'un Conseil de sécurité nationale, la définition d'une Stratégie de sécurité nationale, l'adoption d'une loi sur l'information classifiée, ainsi que la révision des principes sur les exportations d'armes. Les lignes directrices pour la coopération avec les États-Unis ont été révisées. Parallèlement, Tokyo développe sa coopération militaire avec d'autres pays dans la région. Ces réformes visent à faire du Japon un "contributeur actif pour la paix" dans un environnement régional troublé par les ambitions chinoises et la menace nucléaire nord-coréenne croissante.