L'accès aux médicaments dans les pays en développement

05-04-2016

L'accès aux médicaments s'inscrit parmi les 17 Objectifs de Développement Durables devenus le cadre de référence de l'action collective au niveau mondial pour le développement durable d'ici 2030. Cet objectif se heurte à des inégalités dans le développement des systèmes de santé nationaux et dans l'accès aux ressources financières nécessaires pour acquérir les médicaments. Nés en Europe et aux États Unis et devenus standard international dans le cadre de l'Organisation mondiale du Commerce, les droits de propriété intellectuelle (DPI) ont été maintes fois accusés de freiner la concurrence de médicaments génériques et donc l'accès à des médicaments essentiels à des prix abordables dans les pays pauvres. Le Parlement européen a pris une part active dans ce débat, en soulignant la nécessité pour les pays en développement de pouvoir profiter activement des flexibilités prévues dans le régime international de protection des DPI et en demandant à la Commission européenne de ne pas anéantir ces flexibilités par des dispositions plus strictes des accords commerciaux bilatéraux. Alors que l'industrie pharmaceutique souligne le rôle clé des DPI pour promouvoir l'innovation, un consensus semble se dégager pour aller au-delà de l'action purement philanthropique, que ce soit de la part de l'industrie ou des fonds multi-donateurs, vers une solution systémique axée sur le renforcement des systèmes de santé et sur le développement de nouvelles formes de financement de l'innovation, qui empêcheraient ce que le prix Nobel Joseph Stiglitz appelle "la privatisation de la science".

L'accès aux médicaments s'inscrit parmi les 17 Objectifs de Développement Durables devenus le cadre de référence de l'action collective au niveau mondial pour le développement durable d'ici 2030. Cet objectif se heurte à des inégalités dans le développement des systèmes de santé nationaux et dans l'accès aux ressources financières nécessaires pour acquérir les médicaments. Nés en Europe et aux États Unis et devenus standard international dans le cadre de l'Organisation mondiale du Commerce, les droits de propriété intellectuelle (DPI) ont été maintes fois accusés de freiner la concurrence de médicaments génériques et donc l'accès à des médicaments essentiels à des prix abordables dans les pays pauvres. Le Parlement européen a pris une part active dans ce débat, en soulignant la nécessité pour les pays en développement de pouvoir profiter activement des flexibilités prévues dans le régime international de protection des DPI et en demandant à la Commission européenne de ne pas anéantir ces flexibilités par des dispositions plus strictes des accords commerciaux bilatéraux. Alors que l'industrie pharmaceutique souligne le rôle clé des DPI pour promouvoir l'innovation, un consensus semble se dégager pour aller au-delà de l'action purement philanthropique, que ce soit de la part de l'industrie ou des fonds multi-donateurs, vers une solution systémique axée sur le renforcement des systèmes de santé et sur le développement de nouvelles formes de financement de l'innovation, qui empêcheraient ce que le prix Nobel Joseph Stiglitz appelle "la privatisation de la science".