Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes

28-06-2019

L’Union européenne, qui s’est engagée à éliminer les inégalités et à promouvoir l’égalité des genres «dans toutes ses activités», a accompli des progrès considérables au cours des dernières années. Néanmoins, la situation reste inégale dans l’Union et, ces derniers temps, les progrès ont ralenti, stagné, voire régressé dans certains domaines. Or, les avantages de l’égalité des genres pour les personnes, l’économie et la société dans son ensemble ont été clairement démontrés. Les enquêtes d’opinion publique montrent que, selon la grande majorité des Européens, promouvoir l’égalité des genres est important pour une société juste et démocratique, pour l’économie et pour eux à titre personnel, et qu’une part croissante des citoyens souhaiteraient que l’Union fasse davantage dans ce domaine. Les Européens attendent de l’Union qu’elle renforce son action politique à cet égard. Au cours de la dernière législature, dans le cadre d’un programme plus large concernant l’égalité des genres, les institutions de l’Union ont travaillé sur des propositions de nouveaux textes législatifs européens visant à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ainsi qu’à lutter contre la violence envers les femmes. La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes restera l’un des principaux défis à relever dans les années à venir. Les tendances démographiques, les progrès technologiques et les changements apportés à la manière dont nous travaillons ne sont que quelques-unes des questions dont il nous faudra prendre en considération les différentes incidences sur les femmes et sur les hommes. L’Union pourrait poursuivre son engagement dans ce domaine, par exemple, en améliorant la mise en œuvre et l’exécution de la législation existante, en agissant pour la moderniser, en comblant les lacunes en matière de protection et en résolvant les problèmes émergents, ainsi qu’en prenant des mesures non législatives, telles que la collecte et la surveillance de données, la sensibilisation et le soutien aux initiatives nationales et au niveau local. Pour ce faire, il conviendra, à tous les niveaux, d’afficher la volonté politique d’aborder ces questions à travers un large éventail de politiques et de mettre à disposition les institutions, outils et ressources nécessaires pour concrétiser cette détermination. Le présent document est une mise à jour d’un note plus ancienne, publiée avant les élections européennes 2019.

L’Union européenne, qui s’est engagée à éliminer les inégalités et à promouvoir l’égalité des genres «dans toutes ses activités», a accompli des progrès considérables au cours des dernières années. Néanmoins, la situation reste inégale dans l’Union et, ces derniers temps, les progrès ont ralenti, stagné, voire régressé dans certains domaines. Or, les avantages de l’égalité des genres pour les personnes, l’économie et la société dans son ensemble ont été clairement démontrés. Les enquêtes d’opinion publique montrent que, selon la grande majorité des Européens, promouvoir l’égalité des genres est important pour une société juste et démocratique, pour l’économie et pour eux à titre personnel, et qu’une part croissante des citoyens souhaiteraient que l’Union fasse davantage dans ce domaine. Les Européens attendent de l’Union qu’elle renforce son action politique à cet égard. Au cours de la dernière législature, dans le cadre d’un programme plus large concernant l’égalité des genres, les institutions de l’Union ont travaillé sur des propositions de nouveaux textes législatifs européens visant à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ainsi qu’à lutter contre la violence envers les femmes. La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes restera l’un des principaux défis à relever dans les années à venir. Les tendances démographiques, les progrès technologiques et les changements apportés à la manière dont nous travaillons ne sont que quelques-unes des questions dont il nous faudra prendre en considération les différentes incidences sur les femmes et sur les hommes. L’Union pourrait poursuivre son engagement dans ce domaine, par exemple, en améliorant la mise en œuvre et l’exécution de la législation existante, en agissant pour la moderniser, en comblant les lacunes en matière de protection et en résolvant les problèmes émergents, ainsi qu’en prenant des mesures non législatives, telles que la collecte et la surveillance de données, la sensibilisation et le soutien aux initiatives nationales et au niveau local. Pour ce faire, il conviendra, à tous les niveaux, d’afficher la volonté politique d’aborder ces questions à travers un large éventail de politiques et de mettre à disposition les institutions, outils et ressources nécessaires pour concrétiser cette détermination. Le présent document est une mise à jour d’un note plus ancienne, publiée avant les élections européennes 2019.