Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Agriculture

28-06-2019

La politique agricole commune (PAC) est l’une des plus anciennes politiques communes dans l’Union européenne. La part du budget de l’Union qui lui est consacrée, représentant environ 40 % de l’enveloppe totale, reflète son importance. La PAC a vu le jour à une époque où l’Europe était incapable de subvenir à la plupart de ses propres besoins alimentaires; il était alors nécessaire d’encourager les agriculteurs à produire des denrées alimentaires en garantissant les prix. La PAC a régulièrement fait l’objet de réformes et elle a évolué au fil des ans. Ces réformes visaient à améliorer la compétitivité du secteur agricole, à promouvoir le développement rural et à relever de nouveaux défis, qu’ils soient environnementaux ou climatiques. Les données recueillies par une série d’enquêtes Eurobaromètre indiquent que les citoyens de l’Union ont une bonne connaissance de ce domaine d’action. Il est généralement admis que cette politique commune répond aux attentes des citoyens quant à la fourniture de denrées alimentaires saines de haute qualité et qu’elle contribue à la protection de l’environnement. Dans le domaine de l’agriculture, la huitième législature du Parlement européen a été axée sur l’avancement non seulement de la mise en œuvre de la dernière réforme de la PAC de 2013, mais aussi d’une série de réalisations non négligeables sur le plan législatif. Les domaines concernés comprennent, par exemple, une législation sur la santé animale, une législation sur la santé des plantes, une législation relative au secteur biologique, ainsi que des mesures de simplification liées à la politique. Sur le plan non législatif, le Parlement remplit sa fonction de contrôle de manière rigoureuse. D’autres questions essentielles ont été traitées au cours de la législature précédente, telles que les orientations futures de la PAC après 2020, établissant la position du Parlement à l’égard du prochain cadre financier pluriannuel (CFP), y compris la dotation budgétaire globale pour la prochaine PAC, et le cadre législatif associé. Ce dernier aspect n’a pas fait l’objet d’un vote en séance plénière. Le présent document est une mise à jour d’une note plus ancienne, publiée avant les élections européennes de 2019.

La politique agricole commune (PAC) est l’une des plus anciennes politiques communes dans l’Union européenne. La part du budget de l’Union qui lui est consacrée, représentant environ 40 % de l’enveloppe totale, reflète son importance. La PAC a vu le jour à une époque où l’Europe était incapable de subvenir à la plupart de ses propres besoins alimentaires; il était alors nécessaire d’encourager les agriculteurs à produire des denrées alimentaires en garantissant les prix. La PAC a régulièrement fait l’objet de réformes et elle a évolué au fil des ans. Ces réformes visaient à améliorer la compétitivité du secteur agricole, à promouvoir le développement rural et à relever de nouveaux défis, qu’ils soient environnementaux ou climatiques. Les données recueillies par une série d’enquêtes Eurobaromètre indiquent que les citoyens de l’Union ont une bonne connaissance de ce domaine d’action. Il est généralement admis que cette politique commune répond aux attentes des citoyens quant à la fourniture de denrées alimentaires saines de haute qualité et qu’elle contribue à la protection de l’environnement. Dans le domaine de l’agriculture, la huitième législature du Parlement européen a été axée sur l’avancement non seulement de la mise en œuvre de la dernière réforme de la PAC de 2013, mais aussi d’une série de réalisations non négligeables sur le plan législatif. Les domaines concernés comprennent, par exemple, une législation sur la santé animale, une législation sur la santé des plantes, une législation relative au secteur biologique, ainsi que des mesures de simplification liées à la politique. Sur le plan non législatif, le Parlement remplit sa fonction de contrôle de manière rigoureuse. D’autres questions essentielles ont été traitées au cours de la législature précédente, telles que les orientations futures de la PAC après 2020, établissant la position du Parlement à l’égard du prochain cadre financier pluriannuel (CFP), y compris la dotation budgétaire globale pour la prochaine PAC, et le cadre législatif associé. Ce dernier aspect n’a pas fait l’objet d’un vote en séance plénière. Le présent document est une mise à jour d’une note plus ancienne, publiée avant les élections européennes de 2019.