Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Sécurité et défense

28-06-2019

Au sein de l’Union européenne, la politique de sécurité et de défense relève principalement de la compétence des États membres. Toutefois, le traité de Lisbonne prévoit une politique de sécurité et de défense commune, qui pourrait évoluer progressivement vers une union européenne de la défense. Depuis 2016, d’importants progrès ont été accomplis en ce sens: plusieurs initiatives en matière de sécurité et de défense ont été proposées et lancées dans le cadre du mandat 2014-2019 de la Commission européenne et du Parlement européen. L’idée selon laquelle l’Union européenne devrait s’impliquer dans les domaines de la sécurité et la défense a gagné en popularité auprès des citoyens de l’Union. Les crises qui frappent le voisinage oriental et méridional de l’Union, à l’image de l’occupation de la Crimée et des conflits qui touchent le Moyen-Orient, ont créé un climat d’insécurité dans lequel l’Union se doit d’agir davantage. À la suite de la décision prise en 2013 par le Conseil, et en particulier depuis le lancement de la stratégie globale de l'UE concernant les questions de politique étrangère et de sécurité en 2016, l'Union européenne s'efforce de répondre à cette nécessité, essentiellement en appliquant pleinement les dispositions prévues par le traité de Lisbonne. Ces dernières années, l’Union a commencé à mettre en œuvre des initiatives ambitieuses en matière de sécurité et de défense, telles que la coopération structurée permanente (CSP), le plan d’action européen de la défense, qui comprend un nouveau fonds en faveur de la défense destiné à financer des recherches et à développer les capacités militaires de l’Union, mais aussi le renforcement et l’amélioration de la coopération avec l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), ainsi qu’un plan visant à faciliter la mobilité militaire au sein de l’Union et une révision du financement des missions et opérations civiles et militaires de l’Union, l’objectif étant de les rendre plus efficaces. Ces nouvelles initiatives se traduisent ainsi par des propositions concernant le nouveau cadre financier pluriannuel (2021-2027) et les instruments hors budget qui l’accompagnent. Au vu du soutien que les dirigeants européens ont récemment manifesté en faveur de nouvelles initiatives en matière de politique de sécurité et de défense au niveau de l’Union, il est probable qu’à l’avenir, la possibilité d’élaborer progressivement une union européenne de la défense alimente les débats. Le présent document est une mise à jour d’un note plus ancienne, publiée avant les élections européennes 2019.

Au sein de l’Union européenne, la politique de sécurité et de défense relève principalement de la compétence des États membres. Toutefois, le traité de Lisbonne prévoit une politique de sécurité et de défense commune, qui pourrait évoluer progressivement vers une union européenne de la défense. Depuis 2016, d’importants progrès ont été accomplis en ce sens: plusieurs initiatives en matière de sécurité et de défense ont été proposées et lancées dans le cadre du mandat 2014-2019 de la Commission européenne et du Parlement européen. L’idée selon laquelle l’Union européenne devrait s’impliquer dans les domaines de la sécurité et la défense a gagné en popularité auprès des citoyens de l’Union. Les crises qui frappent le voisinage oriental et méridional de l’Union, à l’image de l’occupation de la Crimée et des conflits qui touchent le Moyen-Orient, ont créé un climat d’insécurité dans lequel l’Union se doit d’agir davantage. À la suite de la décision prise en 2013 par le Conseil, et en particulier depuis le lancement de la stratégie globale de l'UE concernant les questions de politique étrangère et de sécurité en 2016, l'Union européenne s'efforce de répondre à cette nécessité, essentiellement en appliquant pleinement les dispositions prévues par le traité de Lisbonne. Ces dernières années, l’Union a commencé à mettre en œuvre des initiatives ambitieuses en matière de sécurité et de défense, telles que la coopération structurée permanente (CSP), le plan d’action européen de la défense, qui comprend un nouveau fonds en faveur de la défense destiné à financer des recherches et à développer les capacités militaires de l’Union, mais aussi le renforcement et l’amélioration de la coopération avec l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), ainsi qu’un plan visant à faciliter la mobilité militaire au sein de l’Union et une révision du financement des missions et opérations civiles et militaires de l’Union, l’objectif étant de les rendre plus efficaces. Ces nouvelles initiatives se traduisent ainsi par des propositions concernant le nouveau cadre financier pluriannuel (2021-2027) et les instruments hors budget qui l’accompagnent. Au vu du soutien que les dirigeants européens ont récemment manifesté en faveur de nouvelles initiatives en matière de politique de sécurité et de défense au niveau de l’Union, il est probable qu’à l’avenir, la possibilité d’élaborer progressivement une union européenne de la défense alimente les débats. Le présent document est une mise à jour d’un note plus ancienne, publiée avant les élections européennes 2019.