L'aquaculture: Une vue d'ensemble pour l'Union européenne

28-08-2017

L'aquaculture européenne consiste, pour l'essentiel, dans l'élevage de coquillages et de poissons, en mer comme en eau douce. Répondant aux exigences de protection de l'environnement, de la santé animale ou encore de qualité des produits pour le consommateur, ce secteur peine à se faire une place dans les territoires. L'Union européenne promeut le développement durable des activités aquacoles, tout particulièrement grâce au fonds européen des affaires maritimes et de la pêche, l'instrument financier dédié à soutenir les orientations de la politique commune de la pêche. Cet appui financier doit s'inscrire dans la poursuite de plans stratégiques nationaux pluriannuels pour l'aqua-culture, que les États membres ont dû mettre en place et dont les perspectives optimales aboutiraient à un accroissement d'un quart du niveau de production aquacole totale de l'UE d'ici 2020. La Commission européenne est chargée de faciliter la mise en œuvre d'une méthode ouverte de coordination entre les États membres, processus volontaire entre autorités publiques pour échanger des informations et des bonnes pratiques face à certains défis rencontrés par le secteur aquacole, notamment en matière de charges administratives et d'autorisations d'installation pour les entreprises.

L'aquaculture européenne consiste, pour l'essentiel, dans l'élevage de coquillages et de poissons, en mer comme en eau douce. Répondant aux exigences de protection de l'environnement, de la santé animale ou encore de qualité des produits pour le consommateur, ce secteur peine à se faire une place dans les territoires. L'Union européenne promeut le développement durable des activités aquacoles, tout particulièrement grâce au fonds européen des affaires maritimes et de la pêche, l'instrument financier dédié à soutenir les orientations de la politique commune de la pêche. Cet appui financier doit s'inscrire dans la poursuite de plans stratégiques nationaux pluriannuels pour l'aqua-culture, que les États membres ont dû mettre en place et dont les perspectives optimales aboutiraient à un accroissement d'un quart du niveau de production aquacole totale de l'UE d'ici 2020. La Commission européenne est chargée de faciliter la mise en œuvre d'une méthode ouverte de coordination entre les États membres, processus volontaire entre autorités publiques pour échanger des informations et des bonnes pratiques face à certains défis rencontrés par le secteur aquacole, notamment en matière de charges administratives et d'autorisations d'installation pour les entreprises.