Accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne: Progrès accomplis et difficultés restantes

12-07-2018

Le Royaume-Uni étant décidé à se retirer de l’Union européenne dans moins d’un an, les négociations pour finaliser l’accord de retrait, au sens de l’article 50 du traité UE, se heurtent à des délais de plus en plus serrés. Les progrès récents sur l’approbation d’un certain nombre des principales questions relatives à la «sortie» ont entraîné la décision d’ouvrir les négociations sur les relations futures entre l’Union et le Royaume-Uni. Toutefois, il subsiste encore des problèmes de taille avant que l’accord de retrait ne soit conclu. De cette conclusion dépend également l’accord sur la période de transition demandée par le Royaume-Uni. La présente analyse approfondie de l’EPRS examine le projet d’accord de retrait, publié par la Commission européenne le 19 mars 2018, ainsi que les (quelques) points supplémentaires ajoutés lors des négociations menées jusqu’à juin 2018. Cette analyse approfondie vise à offrir un aperçu des principales questions déjà réglées par les négociateurs, ainsi que de celles pour lesquelles des difficultés ou des divergences persistent.

Le Royaume-Uni étant décidé à se retirer de l’Union européenne dans moins d’un an, les négociations pour finaliser l’accord de retrait, au sens de l’article 50 du traité UE, se heurtent à des délais de plus en plus serrés. Les progrès récents sur l’approbation d’un certain nombre des principales questions relatives à la «sortie» ont entraîné la décision d’ouvrir les négociations sur les relations futures entre l’Union et le Royaume-Uni. Toutefois, il subsiste encore des problèmes de taille avant que l’accord de retrait ne soit conclu. De cette conclusion dépend également l’accord sur la période de transition demandée par le Royaume-Uni. La présente analyse approfondie de l’EPRS examine le projet d’accord de retrait, publié par la Commission européenne le 19 mars 2018, ainsi que les (quelques) points supplémentaires ajoutés lors des négociations menées jusqu’à juin 2018. Cette analyse approfondie vise à offrir un aperçu des principales questions déjà réglées par les négociateurs, ainsi que de celles pour lesquelles des difficultés ou des divergences persistent.