Les relations entre l’Union européenne et la Chine: une nouvelle ère de coopération stratégique plus étendue?

19-07-2018

La Chine est un important partenaire stratégique de l’Union en dépit de divergences fondamentales dans certains domaines, principalement liées à l’intervention étatique et aux droits fondamentaux de la personne. Le partenariat instaure une coopération mutuellement bénéfique et un dialogue dans des domaines allant de l’investissement et des transports jusqu’aux droits de l’homme et à la cybersécurité. La Chine adopte actuellement de nouvelles orientations, inspirées par la «pensée de Xi Jinping sur un socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère». Bien que le président Xi Jinping ait admis à maintes reprises que «le marché jouera un rôle décisif», la propriété publique reste à la base de l’économie chinoise et des réformes importantes devraient être engagées pour s’attaquer aux causes profondes de la surcapacité dans différents secteurs de l’industrie. L’initiative «Ceinture et route» de Xi Jinping, qui figure désormais aussi dans la Constitution, est le programme phare en matière de connectivité et d’infrastructure internationales, dominé par des entreprises d’État chinoises. Dans l’ensemble, la transition cruciale mais complexe de la Chine vers une croissance plus durable bénéficierait en définitive tant à la Chine qu’au monde dans son ensemble. Cependant, l’interdépendance économique mondiale rend inévitables certaines répercussions du rééquilibrage de la Chine. Le pays joue un rôle pivot dans la gouvernance mondiale et dans l’ordre international fondé sur des règles, ce qui s’accompagne de responsabilités. Pékin a commencé à s’éloigner de la stricte poursuite d’objectifs nationaux pour se tourner vers une politique étrangère et de sécurité plus volontariste ainsi que vers une coopération accrue en matière de finance, d’économie et de sécurité à l’échelle mondiale. La Chine fait également face à des préoccupations intérieures: sortir des millions de personnes de la pauvreté, réduire les inégalités de revenus qui ne cessent de s’accroître, répondre à la détérioration de la situation des droits de l’homme et des libertés, ainsi qu’endiguer la corruption endémique.

La Chine est un important partenaire stratégique de l’Union en dépit de divergences fondamentales dans certains domaines, principalement liées à l’intervention étatique et aux droits fondamentaux de la personne. Le partenariat instaure une coopération mutuellement bénéfique et un dialogue dans des domaines allant de l’investissement et des transports jusqu’aux droits de l’homme et à la cybersécurité. La Chine adopte actuellement de nouvelles orientations, inspirées par la «pensée de Xi Jinping sur un socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère». Bien que le président Xi Jinping ait admis à maintes reprises que «le marché jouera un rôle décisif», la propriété publique reste à la base de l’économie chinoise et des réformes importantes devraient être engagées pour s’attaquer aux causes profondes de la surcapacité dans différents secteurs de l’industrie. L’initiative «Ceinture et route» de Xi Jinping, qui figure désormais aussi dans la Constitution, est le programme phare en matière de connectivité et d’infrastructure internationales, dominé par des entreprises d’État chinoises. Dans l’ensemble, la transition cruciale mais complexe de la Chine vers une croissance plus durable bénéficierait en définitive tant à la Chine qu’au monde dans son ensemble. Cependant, l’interdépendance économique mondiale rend inévitables certaines répercussions du rééquilibrage de la Chine. Le pays joue un rôle pivot dans la gouvernance mondiale et dans l’ordre international fondé sur des règles, ce qui s’accompagne de responsabilités. Pékin a commencé à s’éloigner de la stricte poursuite d’objectifs nationaux pour se tourner vers une politique étrangère et de sécurité plus volontariste ainsi que vers une coopération accrue en matière de finance, d’économie et de sécurité à l’échelle mondiale. La Chine fait également face à des préoccupations intérieures: sortir des millions de personnes de la pauvreté, réduire les inégalités de revenus qui ne cessent de s’accroître, répondre à la détérioration de la situation des droits de l’homme et des libertés, ainsi qu’endiguer la corruption endémique.