36

résultat(s)

Mot(s)
Type de publication
Domaine politique
Mot-clé
Date

Les politiques de l’Union – Au service des citoyens: Promouvoir la culture européenne

28-06-2019

Le concept de diversité culturelle est au cœur du projet européen. Ces dernières années ont été marquées par un regain d’intérêt envers la capacité du secteur culturel à promouvoir la cohésion sociale, l’unité et la tolérance, ainsi que par la reconnaissance sans cesse renouvelée de son précieux rôle économique. Les institutions de l’Union européenne s’engagent résolument à garantir l’intégration de la culture à l’ensemble des domaines stratégiques, en se concentrant tout particulièrement sur la ...

Le concept de diversité culturelle est au cœur du projet européen. Ces dernières années ont été marquées par un regain d’intérêt envers la capacité du secteur culturel à promouvoir la cohésion sociale, l’unité et la tolérance, ainsi que par la reconnaissance sans cesse renouvelée de son précieux rôle économique. Les institutions de l’Union européenne s’engagent résolument à garantir l’intégration de la culture à l’ensemble des domaines stratégiques, en se concentrant tout particulièrement sur la protection du patrimoine culturel et de la diversité culturelle, deux éléments clés de l’identité et de l’expression culturelles. D’un point de vue économique, le secteur de la culture et de la création emploie 8,4 millions de personnes à travers l’Union européenne: c’est une industrie dynamique qui affiche un fort potentiel de croissance du fait de sa diversité et de l’espace qu’elle offre à la liberté de création individuelle. La réalisation de ce potentiel se heurte pourtant à des obstacles, au nombre desquels figurent la diversité linguistique, la fragmentation et la diversité des mécanismes de financement au sein de l’Union. L’industrie culturelle et créative européenne est en outre confrontée aux défis que représentent les technologies numériques et la concurrence mondiale: il lui faut notamment se mesurer à l’industrie audiovisuelle des États-Unis et aux efforts diplomatiques déployés par la Chine et par les États-Unis pour promouvoir leur production culturelle. En vertu du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE), les compétences de l’Union en matière de stratégie culturelle se limitent à un rôle auxiliaire et complémentaire, ce domaine relevant très largement de la responsabilité directe des États membres. Depuis 2014, ces enjeux sont néanmoins abordés au niveau de l’Union, notamment dans le cadre du renforcement du marché unique numérique, qui est crucial pour l’accès à la culture, la circulation des œuvres culturelles européennes, la juste rémunération des créateurs et la création de conditions de concurrence équitable. Depuis la crise économique, des financements supplémentaires ont par ailleurs été octroyés au secteur par l’intermédiaire du Fonds européen pour les investissements stratégiques créé par la Commission Juncker en 2015. Comme l’indique une communication de la Commission de 2017 sur le rôle de la culture et de l’éducation, les synergies entre les aspects socio-économiques doivent être renforcées. L’Année européenne du patrimoine culturel 2018 doit alimenter la réflexion et les mesures prises au sujet de notre culture et de notre histoire partagées. Ces questions sont abordées dans le nouvel agenda européen de la culture, tandis que le nouveau cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027 prévoit une hausse des fonds alloués à la culture. Ces fonds soutiendront également les efforts déployés pour conjuguer aptitudes artistiques et compétences technologiques, ces dernières étant désormais indissociables de l’expression artistique dans le nouvel environnement numérique. La présente note d’information est une révision d’un document publié avant les élections européennes de 2019.

Creative Europe programme 2021-2027

22-03-2019

Having considered the possibility of merging the Creative Europe programme with other programmes supporting European values, rights and justice, the European Commission has decided to continue the Creative Europe programme as a stand-alone programme and increase its budget by 17 %. The only programme focusing exclusively cultural and creative activities and enterprises, it falls under the 'Cohesion and values' heading of the 2021-2027 multiannual financial framework. The existing programme focuses ...

Having considered the possibility of merging the Creative Europe programme with other programmes supporting European values, rights and justice, the European Commission has decided to continue the Creative Europe programme as a stand-alone programme and increase its budget by 17 %. The only programme focusing exclusively cultural and creative activities and enterprises, it falls under the 'Cohesion and values' heading of the 2021-2027 multiannual financial framework. The existing programme focuses on the economic dimension of the cultural sector and its contribution to job creation and economic growth. Some stakeholders have voiced concern at taking such a strongly economic approach to culture. Under proposed programme, the economic dimension is one axis alongside the social dimension, and culture's contribution to international relations. The proposed framework for cultural policy therefore highlights not only the economic dimension of the cultural and creative sectors, but also the role of culture in social cohesion and its relation to creative and artistic freedom and diversity, and freedom and plurality of media. Second edition. The 'EU Legislation in Progress' briefings are updated at key stages throughout the legislative procedure.

Soutien aux survivants de l’Holocauste

24-01-2019

Entre 1933 et 1945, des millions d’Européens ont souffert des crimes nazis et de l’Holocauste. Les survivants qui sont encore en vie vivent souvent dans des conditions sociales difficiles.

Entre 1933 et 1945, des millions d’Européens ont souffert des crimes nazis et de l’Holocauste. Les survivants qui sont encore en vie vivent souvent dans des conditions sociales difficiles.

Les communautés juives dans l’Union européenne

21-01-2019

La population juive d’Europe a diminué au cours des dernières décennies, et de plus en plus d’actes antisémites et de violences à l’encontre de personnes juives ont eu lieu dans l’Union ces dernières années. Pour défendre ses valeurs, notamment le respect des minorités, l’Union européenne entreprend et finance des actions destinées à lutter contre l’antisémitisme. La présente note « en bref » constitue une version mise à jour de celle de janvier 2018

La population juive d’Europe a diminué au cours des dernières décennies, et de plus en plus d’actes antisémites et de violences à l’encontre de personnes juives ont eu lieu dans l’Union ces dernières années. Pour défendre ses valeurs, notamment le respect des minorités, l’Union européenne entreprend et finance des actions destinées à lutter contre l’antisémitisme. La présente note « en bref » constitue une version mise à jour de celle de janvier 2018

L’Union européenne et la mémoire de l’Holocauste

21-01-2019

Le terme Holocauste désigne l’assassinat de six millions de Juifs européens, ainsi que de Roms et membres d’autres groupes sociaux destinés à l’anéantissement par le régime nazi et ses collaborateurs. Le régime nazi mit en place dès 1933 une politique de spoliation, de discrimination d’État et de persécution des Juifs, puis de pogroms et de déportation vers les camps de concentrations. Cette politique fut ensuite étendue à tous les territoires et États qu’il dominait en Europe pendant la Seconde ...

Le terme Holocauste désigne l’assassinat de six millions de Juifs européens, ainsi que de Roms et membres d’autres groupes sociaux destinés à l’anéantissement par le régime nazi et ses collaborateurs. Le régime nazi mit en place dès 1933 une politique de spoliation, de discrimination d’État et de persécution des Juifs, puis de pogroms et de déportation vers les camps de concentrations. Cette politique fut ensuite étendue à tous les territoires et États qu’il dominait en Europe pendant la Seconde guerre mondiale. Les exécutions sommaires de masse («Shoah par balles») et les camps d’extermination en furent l’aboutissement. Le procès de Nuremberg en 1945-1946 jugea les bourreaux mais préféra la notion de crimes contre l’humanité à celle de génocide. Ce n’est qu’en 2005, à l’occasion du 60e anniversaire de la libération d’Auschwitz, qu’une résolution de l’Organisation des Nations Unies sur le souvenir de l’Holocauste désigna le 27 janvier comme journée de commémoration. Dans l’Union européenne, des nombreux programmes sont destinés à perpétuer la mémoire de ces tragédies marquant l’histoire du continent. Le Parlement européen, dès 1995, adopta des résolutions rappelant le devoir de mémoire non seulement à travers les commémorations, mais aussi grâce à l’éducation. En novembre 2018, l’Union européenne est devenue un partenaire international permanent de l’Alliance internationale pour le souvenir de l’Holocauste (AISH). La présente note d’information constitue une version mise à jour de celle de janvier 2018.

A new European agenda for culture

14-01-2019

Culture can have various meanings and roles in our lives and societies. Continuous research into this subject reveals its significant contribution not only to economic growth and job creation but also to wellbeing, social cohesion and a sense of belonging. Together with culture's importance in shaping and maintaining international relations, these aspects define Europe's cultural strategy for the future.

Culture can have various meanings and roles in our lives and societies. Continuous research into this subject reveals its significant contribution not only to economic growth and job creation but also to wellbeing, social cohesion and a sense of belonging. Together with culture's importance in shaping and maintaining international relations, these aspects define Europe's cultural strategy for the future.

Article 17 du traité FUE: le dialogue des institutions européennes avec les églises, les organisations religieuses et philosophiques

05-11-2018

Sur la base de l’article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE), les institutions européennes organisent annuellement des réunions de haut niveau ou des séminaires de travail et de dialogue avec les églises et les organisations philosophiques et non confessionnelles. Ce dialogue, axé sur des questions figurant à l’ordre du jour européen, découle d’initiatives antérieures, comme celle lancée en 1994 par Jacques Delors, intitulée «Une âme pour l’Europe», qui a ouvert ...

Sur la base de l’article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE), les institutions européennes organisent annuellement des réunions de haut niveau ou des séminaires de travail et de dialogue avec les églises et les organisations philosophiques et non confessionnelles. Ce dialogue, axé sur des questions figurant à l’ordre du jour européen, découle d’initiatives antérieures, comme celle lancée en 1994 par Jacques Delors, intitulée «Une âme pour l’Europe», qui a ouvert la voie à la prise en compte des aspects éthiques et spirituels de l’intégration européenne. Le projet de traité constitutionnel de 2004 contenait des dispositions prévoyant un dialogue régulier, ouvert et transparent entre les institutions européennes et les représentants des églises et des communautés religieuses, ainsi que des associations philosophiques et non confessionnelles. Si le traité constitutionnel a été rejeté par les référendums français et néerlandais, son successeur, le traité de Lisbonne, adopté en 2007 et en vigueur depuis décembre 2009, a repris les mêmes dispositions, qui figurent dans l’article 17 du traité FUE. Le Parlement européen a adopté de nombreuses résolutions visant à défendre les principes de liberté de religion ou de conviction ainsi que la tolérance et le pluralisme religieux, tout en soulignant l’importance d’un dialogue constant entre et avec les communautés religieuses et les associations philosophiques et non confessionnelles. Le Parlement a organisé régulièrement, en vertu de l’article 17 du traité FUE, des sessions de dialogue sur des sujets présentant un intérêt pour l’Union européenne et ses citoyens. La présente publication est une mise à jour d’un briefing publié en janvier 2018.

Sign languages in the EU

21-09-2018

European Languages Day on 26 September is devoted to the variety of languages spoken by EU citizens. However, not all people can speak, or hear others speaking. Some use sign languages, which policy-makers consider in the context of the rights of people with disabilities, or as a linguistic minority right. The United Nations has launched International Day of Sign Languages, to be celebrated for the first time on 23 September 2018.

European Languages Day on 26 September is devoted to the variety of languages spoken by EU citizens. However, not all people can speak, or hear others speaking. Some use sign languages, which policy-makers consider in the context of the rights of people with disabilities, or as a linguistic minority right. The United Nations has launched International Day of Sign Languages, to be celebrated for the first time on 23 September 2018.

Languages and the Digital Single Market

21-09-2018

The citizens of the European Union communicate in its 24 official languages, approximately 60 regional and minority languages, and 31 national and regional sign languages. Some of these have many millions of native and foreign speakers, whereas others are spoken by just a few thousand people each. Dominant languages can threaten the survival of 'smaller' ones with many fewer native speakers and which thus need protection. Multilingualism policy in areas such as language teaching and learning, and ...

The citizens of the European Union communicate in its 24 official languages, approximately 60 regional and minority languages, and 31 national and regional sign languages. Some of these have many millions of native and foreign speakers, whereas others are spoken by just a few thousand people each. Dominant languages can threaten the survival of 'smaller' ones with many fewer native speakers and which thus need protection. Multilingualism policy in areas such as language teaching and learning, and translation and interpretation, is necessary to facilitate communication among various language communities and for supporting languages with fewer speakers. Moreover, unaddressed language barriers hinder the economy of individual Member States and the EU in general. The digital shift and ICT technologies open rich possibilities of expression and business, yet these are not spread equally across language communities. Smaller languages are under-represented in digital environments, which could entail their digital extinction. New technologies can facilitate language learning, translation and interpretation. However, paradoxically, the smaller languages, which could benefit the most from these technologies, are the least resourced in data, in researchers specialising in both language and technology, and in human and financial means. Some solutions to these challenges could emerge from EU-supported and coordinated projects, a clear focus on language technologies in EU policies, and dedicated funding, provided in the clear awareness that these challenges not only have a human dimension but also economic implications for the digital single market and the economy of the EU as a whole.

Obstacles limitant l’accès à la culture

06-06-2018

La culture en tant que moyen d’expression et d’identité, joue un rôle important dans une société cohérente et tolérante, et permet aux personnes créatives et talentueuses de s’épanouir. L’Union européenne est forte d’une culture riche et diverse, mais tous ses citoyens n’y participent pas de manière active, que ce soit en tant que «consommateurs» ou qu’artistes amateurs. Lors de sa session plénière de juin, le Parlement européen doit examiner un rapport d’initiative qui analyse les raisons de cette ...

La culture en tant que moyen d’expression et d’identité, joue un rôle important dans une société cohérente et tolérante, et permet aux personnes créatives et talentueuses de s’épanouir. L’Union européenne est forte d’une culture riche et diverse, mais tous ses citoyens n’y participent pas de manière active, que ce soit en tant que «consommateurs» ou qu’artistes amateurs. Lors de sa session plénière de juin, le Parlement européen doit examiner un rapport d’initiative qui analyse les raisons de cette situation.

Partenaires

Restez connectés

email update imageSystème d'alertes email

Le système d'alertes email, qui envoie directement les dernières informations à votre adresse électronique, vous permet de suivre toutes les personnes et tous les événements liés au Parlement. Ceci inclut les dernières nouvelles des députés, les services d'information ou le Think Tank.

Le système est accessible partout sur le site du Parlement. Pour vous abonner et recevoir les notifications du Think Tank, il suffit de communiquer votre adresse email, de sélectionner le thème qui vous intéresse, d'indiquer la fréquence (quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle) et de confirmer votre enregistrement en cliquant sur le lien envoyé par email.

RSS imageFlux RSS

Ne manquez aucune information ou mise à jour du site du Parlement européen grâce à notre flux RSS.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous afin de configurer votre flux.