| Glossaire |

Chapitre V-15

LE BOISEMENT DES TERRES AGRICOLES :

UNE OPTION ALTERNATIVE POUR LES TERRES LIBÉRÉES DE L'USAGE AGRICOLE ?

Sommaire

RÉSUMÉ

Entre 1973 et 1988, environ 9 millions d'ha de terres ont été abandonnés par l'agriculture et l'évolution technique et économique va amplifier ce phénomène (6 à 16 millions d'ha supplémentaires dans l'avenir). Parmi toutes les solutions envisagées pour stopper ce "déclin rural" (orientation de l'agriculture vers des productions non alimentaires comme le pétrole vert, mise en oeuvre de modèles de production plus extensifs ...), le boisement des terres délaissées semble être une solution séduisante et prometteuse. Le transfert des terres à la forêt n'est d'ailleurs pas un phénomène nouveau dans son principe : en France, en Irlande, au Royaume-Uni et au Portugal notamment, des aides au boisement ou des avantages fiscaux l'ont largement favorisé. Mais ces aides ont eu une portée modérée puisque moins de 3 % des terres libérées en ont effectivement bénéficié pendant la période 1973- 1988. Pour que le boisement des terres agricoles délaissées tienne véritablement ses promesses, il faut qu'une politique en sa faveur s'inscrive dans la durée, s'intègre convenablement à l'ensemble du monde rural et soit accompagnée de mesures globales en faveur de la filière bois.

Cette politique en faveur du boisement des terres agricoles doit aussi être accompagnée d'une politique en faveur de la filière bois : le soutien de l'exploitation forestière et des industries de transformation est indispensable. Une filière bois dynamique et concurrentielle est en effet un argument déterminant pour inciter au boisement des terres agricoles.

Dans les douze pays de l'Union européenne, des exigences de compétitivité excluent des terres marginales (faible productivité naturelle, accès difficile, relief ...), tandis qu'une forte intensification agricole génère des excédents de production. La gestion de plus en plus coûteuse de ces excédents est devenue un problème majeur de l'Union européenne qui dispose de 250 millions d'ha de terres arables, soit la moitié du potentiel agricole de l'ensemble du continent européen.

La politique agricole commune de l'Union européenne ayant brillamment réalisé son objectif initial d'autosuffisance alimentaire, elle en est arrivée à des mesures de réduction de ses productions agricoles excédentaires : institution de quotas pour limiter les volumes produits, abaissement des prix pour décourager les producteurs, indemnités pour rémunérer les mises en jachère. Aujourd'hui, elle est à la recherche d'utilisations alternatives des terres agricoles ainsi libérées et envisage notamment l'extensification de certaines productions, la protection de l'environnement (écologie, paysage), la production sylvicole.


| Glossaire || Aide |

Parlement européen
Révisé le 1er septembre 1996
URL: http://www.europarl.ep.ec/dg7/forest/fr/ch5-15.htm