Ziņojums - A6-0020/2005Ziņojums
A6-0020/2005

    ZIŅOJUMS par Padomes lēmuma priekšlikumu attiecībā uz apmaiņu ar informāciju, kas iegūta no sodāmības reģistra datu bāzes

    3.2.2005 - (KOM(2004)0664 – C6‑0163/2004 – 2004/0238(CNS)) - *

    Pilsoņu brīvību, tieslietu un iekšlietu komiteja
    Referents: Antonio Di Pietro


    Procedūra : 2004/0238(CNS)
    Dokumenta lietošanas cikls sēdē
    Dokumenta lietošanas cikls :  
    A6-0020/2005
    Iesniegtie teksti :
    A6-0020/2005
    Balsojumi :
    Pieņemtie teksti :

    EIROPAS PARLAMENTA NORMATĪVĀS REZOLŪCIJAS PROJEKTS

    par Padomes lēmuma priekšlikumu attiecībā uz apmaiņu ar informāciju, kas iegūta no sodāmības reģistra datu bāzes

    (KOM(2004)0664 – C6‑0163/2004 – 2004/0238(CNS))

    (Apspriežu procedūra)

    Eiropas Parlaments,

    –   ņemot vērā Komisijas priekšlikumu Padomei (KOM(2004)0664),[1]

    –   ņemot vērā ES līguma 31.pantu un 34.panta 2. punkta c) apakšpunktu        ņemot vērā EK līguma 39. panta 1. punktu, saskaņā ar kuru Padome ar to ir apspriedusies (C6‑0163/2004),

    –   ņemot vērā Reglamenta 93. un 51. pantu,

    –   ņemot vērā Pilsoņu brīvību, tieslietu un iekšlietu komitejas ziņojumu (A6‑0020/2005),

    1.  apstiprina grozīto Komisijas priekšlikumu;

    2.  aicina Komisiju attiecīgi grozīt savu priekšlikumu saskaņā ar EK līguma 250. panta 2. punktu;

    3.  aicina Padomi informēt Parlamentu, ja tā ir paredzējusi nepievienoties Parlamenta apstiprinātajam tekstam;

    4.  prasa Padomei vēlreiz ar Parlamentu apspriesties, ja tā ir paredzējusi būtiski grozīt Komisijas priekšlikumu;

    5.  uzdod tā priekšsēdētājam nosūtīt Parlamenta nostāju Padomei un Komisijai.

    Komisijas ierosinātais tekstsParlamenta veiktie grozījumi

    Grozījums Nr. 1

    3. pants

    Katras dalībvalsts centrālās varas iestādes nekavējoties informē citu dalībvalstu centrālās varas iestādes par šo dalībvalstu pilsoņu sodāmībām, kas reģistrētas šīs valsts sodāmības reģistrā, un par attiecīgiem turpmākiem ierakstiem sodāmības reģistrā.

    Katras dalībvalsts centrālā iestāde nekavējoties, bet jebkurā gadījumā ne vēlāk kā trīs mēnešu laikā informē pārējo dalībvalstu centrālās iestādes par šo dalībvalstu pilsoņu notiesāšanu, kas tiek reģistrēta dalībvalsts sodāmības reģistrā.

    Justification

    L'efficacité de la proposition à l'examen est subordonnée aux délais certains dans lesquels les autorités centrales des États membres actualisent régulièrement les données contenues dans les casiers judiciaires respectifs. La suppression de la dernière partie de l'article vise à clarifier la compréhension du texte en évitant des précisions inutiles qui pourraient induire en erreur les opérateurs de justice.

    Grozījums Nr. 2

    4. panta 2. punkts

    2. Tās valsts centrālā iestāde, kurai informācija ir pieprasīta, atbildi pieprasītājas valsts centrālajai iestādei nosūta nekavējoties, bet ne vēlāk kā 5 darba dienu laikā no pieprasījuma saņemšanas dienas saskaņā ar šīs dalībvalsts tiesību aktu noteikumiem, izmantojot B pielikumā sniegto veidlapu. Tajā iekļauj informāciju, kas nosūtīta atbilstīgi 3. pantam.

    2. Tās valsts centrālā iestāde, kurai informācija ir pieprasīta, atbildi pieprasītājas valsts centrālajai iestādei nosūta nekavējoties, bet ārkārtas gadījumos ne vēlāk kā 48 stundās, bet pārējos gadījumos ne vēlāk kā desmit darba dienās no pieprasījuma saņemšanas dienas saskaņā ar šīs dalībvalsts tiesību aktu noteikumiem, izmantojot pielikumā sniegto B veidlapu. Tajā iekļauj informāciju, kas nosūtīta atbilstīgi 3. pantam.

    Justification

    Dans les cas urgents, le délai impératif de 48 heures est le temps minimum nécessaire, dans de nombreux États membres, pour confirmer au moins l'arrestation. Dans les autres cas, la réponse de l'État membre, requis peut être transmise dans les dix jours ouvrables à compter du jour de réception de la demande.

    Grozījums Nr. 3

    4. panta 3. punkts

    3. Atbildes veidlapai tiek pievienots paziņojums par sodāmībām.

    3. Atbildes veidlapai pievieno izziņu par sodāmībām, kas ir reģistrētas sodāmības reģistrā.

    Pamatojums

    L'amendement a pour objectif de rendre le texte immédiatement compréhensible pour les opérateurs de justice.

    Grozījums Nr. 4

    5. panta 1. punkta b) apakšpunkts

    (b) citiem mērķiem, apjomā, ko noteikusi datus pieprasījusī dalībvalsts, un saskaņā ar datus pieprasījušās dalībvalsts tiesību aktiem

    b) citiem mērķiem apjomā, kādā to dotajā veidlapā ir noteikusi pieprasītāja dalībvalsts, un ir apstiprinājusi dalībvalsts, kurai šī informācija ir pieprasīta, un saskaņā ar pieprasītājas dalībvalsts tiesību aktiem.

    Justification

    Lorsque les données à caractère personnel ont été transmises à des fins autres que des procédures pénales, l'État membre requérant et l'État membre requis doivent connaître et avoir accepté mutuellement les limites dans lesquelles ces informations peuvent être collectées.

    Grozījums Nr. 5

    5. panta 2. punkts

    2. Ja personas datu nosūtīšana notikusi atbilstīgi šī panta 1(b) punktam, dalībvalsts, kurai šie dati pieprasīti, var lūgt tos pieprasījušo dalībvalsti informēt par šo datu izmantošanu.

    2. Ja personas datu nosūtīšana notikusi atbilstīgi šī panta 1.b punktam, pieprasītāja dalībvalsts informē dalībvalsti, kurai informācija ir pieprasīta, par saņemto datu izmantošanu;

    Justification

    Lorsque les données à caractère personnel ont été transmises à des fins autres que des procédures pénales, l'État membre requis doit être informé de l'utilisation qui en a été faite par l'État membre requérant.

    Grozījums Nr. 6

    5. pants, 3a. punkts (jauns)

     

    3.a Uz šo pantu attiecas 1981. gada 28. janvāra Eiropas Padomes Konvencija par fizisko personu aizsardzību attiecībā uz personas datu automātisku apstrādi un 2000. gada 29. maija Konvencija par Eiropas Savienības dalībvalstu savstarpēju juridisku palīdzību krimināllietās.

    Justification

    Il est important d'expliquer dans l'article que l'une des conditions concernant l'utilisation des données à caractère personnel est le respect à tout le moins des dispositions en vigueur. L'idéal serait de pouvoir faire mention de toutes les nouvelles dispositions que l'Union s'est engagée depuis un certain temps à adopter en matière de protection des données lorsque celles-ci sont utilisées aux fins de protection de la sécurité publique. Lorsque de telles dispositions ont été adoptées avant le texte à l'examen, il convient d'actualiser le renvoi contenu dans la proposition d'amendement.

    Grozījums Nr. 7

    8. pants

    Dalībvalstis īsteno šo lēmumu, cik vien ātri iespējams, bet ne vēlāk par 2005. gada 30. jūniju.

    Dalībvalstis īsteno šo lēmumu cik vien ātri iespējams, bet ne vēlāk, kā sešus mēnešus pēc šī lēmuma publicēšanas dienas Eiropas Savienības Oficiālajā Vēstnesī.

    Justification

    Il est jugé opportun de ne pas fixer de date a priori mais d'attendre des délais certains à la fin de la procédure.

    Grozījums Nr. 8

    A  veidlapa. a) punkts, 3.rindiņa

    Kontaktpersona:

    Kontaktbirojs:

    Justification

    Il est nécessaire de prévoir des enquêtes particulièrement délicates et complexes qui exigent le maintien de la confidentialité sur l'identité des magistrats qui les conduisent en vue de la protection de leur sécurité.

    • [1]  OV vēl nav publicēts.

    EXPOSE DES MOTIFS

    1.        Cadre législatif

    La proposition de décision présentée par la Commission relative à l'échange d'informations extraites du casier judiciaire représente, contrairement à ce qu'elle peut sembler à première vue, une mesure importante, nécessaire et urgente d'adaptation technique au sein de l'espace européen de liberté, de sécurité et de justice de l'Union européenne.

    Il existe dans chacun des 25 États membres des registres dans lesquels sont recensées les condamnations pénales que les autorités judiciaires nationales prononcent à l'égard des personnes mais l'instrument juridique permettant aux États d'échanger ces informations importantes date de la Convention du Conseil de l'Europe de 1959[1]1.

    La Commission a pris l'initiative d'apporter des améliorations techniques à la législation qui réglemente ce secteur à la suite de l'onde de choc et de la réprobation qui ont secoué l'Europe, traumatisée par des cas récents et dramatiques de pédophilie établis dans les Ardennes françaises et belges, qui ont mis brutalement en évidence, au-delà de négligences humaines indéniables dans la conduite des enquêtes, le manque de communication absolu entre deux États membres fondateurs.

    Il est évident d'autre part que, au-delà de ce cas dramatique spécifique, une amélioration qualitative en ce qui concerne l'échange d'informations entre États membres est urgente et nécessaire étant donné notamment que les groupes terroristes qui ont frappé l'Europe et le monde possèdent de solides ramifications internationales, comme la puissante criminalité organisée qui, depuis quelque temps, se livre à des activités criminelles (du commerce de la drogue au blanchiment de capitaux) bien au-delà des frontières nationales des États.

    Les prochaines années seront cruciales pour le processus d'intégration européenne en matière pénale et dans ce contexte seront prises toutes les mesures visant à garantir aux citoyens de l'Union une justice pénale qui soit réellement efficace, indépendante et transparente.

    La Commission a d'ores et déjà annoncé qu'au cours des prochains mois seront présentées des initiatives plus complexes telles que le Livre blanc concernant l'échange d'informations sur les condamnations pénales, les mesures d'interdiction et leur reconnaissance réciproque dans l'Union européenne (présentation prévue en janvier 2005), la décision-cadre relative à la reconnaissance entre les États membres de l'Union des décisions de condamnation (présentation prévue fin février 2005) ou encore la décision sur le système informatisé d'échanges d'informations extraites du casier judiciaire.

    Il reste toutefois à résoudre des difficultés techniques et juridiques objectives avant de parvenir à la création d'un système opérationnel informatisé d'échange d'informations concernant les condamnations pénales entre les États membres et l'on peut raisonnablement estimer que ce nouveau système informatisé ne pourra entrer en vigueur, selon les prévisions les plus optimistes, avant 2008/2010.

    Ceci signifie que la présente décision soumise à l'examen du Parlement aura des conséquences concrètes, tangibles sur les citoyens de l'Union pendant une période d'au moins cinq ans.

    2.        Analyse de la proposition de la Commission

    La base juridique de la proposition de décision est l'article 31 du traité sur l'Union européenne tel que modifié par le traité de Nice; elle prévoit pour le Parlement européen une simple consultation.

    La proposition de décision présentée par la Commission relative à l'échange d'informations extraites du casier judiciaire vise essentiellement, comme indiqué ci-dessus, à proposer des solutions pratiques afin de remédier aux carences du système en vigueur et intervient sur plusieurs points essentiels:

    a) contrairement au texte de la Convention de 1959, qui prévoit pour les États membres une obligation annuelle de transmettre la communication officielle des condamnations visant leurs ressortissants, elle prévoit d'anticiper une telle obligation;

    b) elle introduit le délai de cinq jours pour ce qui est de la réponse de l'État membre requis;

    c) la demande de l'État membre requérant et la réponse de l'État membre requis sont accompagnées, dans un but évident de simplification des procédures pratiques de transfert des données, de formulaires standard, uniformes pour tous les États membres;

    d) sont introduites à juste titre les définitions du "casier judiciaire" et de la "condamnation" dès lors qu'il n'existe pas actuellement, selon les systèmes juridiques en vigueur dans les 25 États membres de l'Union, d'uniformité dans la conception du "casier judiciaire" pouvant accueillir des informations sur le citoyen très diverses d'un État à l'autre.

    3.        Propositions d'amendements

    Le rapporteur partage l'approche globale de la Commission; il s'est borné à proposer quelques amendements en vue de renforcer et d'enrichir le texte législatif qui, il faut le rappeler, sera un instrument concret entre les mains des magistrats.

    Amendement 1 – art. 3 - Information à l'initiative des parties relative aux condamnations

    S'agissant de ce point fondamental, le rapporteur estime qu'il appartient à chaque autorité centrale d'informer immédiatement ou dans un délai de trois mois maximum les autorités centrales des États membres des condamnations prononcées à l'encontre des ressortissants de ces États membres et inscrites au casier judiciaire. En effet, laisser subsister dans le texte législatif la notion vague selon laquelle les autorités centrales informent sans retard les autres autorités centrales ouvre la possibilité de retards injustifiables dans ce qui doit être une actualisation périodique fiable des banques de données concernées.

    Amendements 2 et 3 – art. 4 - Demande d'information sur les condamnations

    Sur ce point, le rapporteur considère, conformément à ce qui a déjà été approuvé par le Conseil que, effectivement, la réponse de l'État membre requis peut parvenir dans un délai ne dépassant pas 10 jours ouvrables à partir de la date de réception de la demande (au lieu des cinq propositions de la Commission qui ne pourront pas être facilement respectées) mais que, en cas d'urgence, la réponse doit parvenir dans tous les cas dans un délai impératif de 48 heures, le temps minimum nécessaire dans de nombreux États membres pour confirmer au moins la condamnation.

    Toujours afin de rendre plus immédiate la lisibilité du texte pour les opérateurs de justice, le rapporteur juge utile de préciser que le formulaire de réponse de l'Etat membre requis doit être accompagné d'un extrait des condamnations figurant dans le casier judiciaire.

    Amendements 4, 5 et 6 – art. 5 - Conditions d'utilisation des données à caractère personnel

    Le présent article est extrêmement délicat. Le rapporteur est bien conscient de la nécessité absolue de concilier les exigences des activités d'investigation qui exigent la rapidité dans l'échange des informations avec la sauvegarde et la protection des données à caractère personnel.

    La confiance réciproque qui doit régir les rapports entre États membres exige que chaque fois que les données à caractère personnel ont été transmises à des fins autres que des procédures pénales, il convient de préciser que les informations recueillies ne peuvent être utilisées que dans les limites spécifiées par l'État membre requérant et approuvées, c'est-à-dire acceptées par l'État membre requis.

    En outre, afin de mieux prévenir les incompréhensions entre les États membres, chaque fois que les données à caractère personnel ont été transmises à des fins autres que des procédures pénales, l'État membre auquel a été adressée cette demande doit être automatiquement informé de l'utilisation qui en a été faite par l'État requérant.

    Enfin, le rapporteur estime qu'il est nécessaire d'expliciter la disposition concernant la protection des données à caractère personnel se fondant sur la Convention du 28 janvier 1981 du Conseil de l'Europe pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel et sur l'article 23 de la Convention (2000) relative à l'entraide judiciaire en matière pénale entre les États membres de l'Union européenne, mentionnés déjà dans le considérant, dans l'attente d'un texte unique qui protège l'utilisation des données à caractère personnel pour les questions relevant du troisième pilier.

    L'idéal serait de pouvoir renvoyer aux nouvelles dispositions que l'Union s'est, depuis un certain temps, engagée à adopter en matière de protection des données lorsque celles-ci sont utilisées à des fins de protection de la sécurité publique. Lorsque ces dispositions ont été adoptées avant le texte à l'examen, il convient d'actualiser le renvoi contenu dans la proposition d'amendement.

    Amendement 7 – art. 8 - Mise en oeuvre

    En ce qui concerne les délais pratiques directement applicables dans tous les États membres, le rapporteur estime qu'il ne faut pas a priori établir des dates qui risquent de ne pas être respectées, mais qu'il faut prévoir des délais sûrs.

    La mise en oeuvre de la présente décision par les États membres devra, quoi qu'il en soit, intervenir dans les meilleurs délais, dans les six mois suivant la date de publication au Journal officiel de l'Union européenne.

    Amendement 8 – Formulaire

    En ce qui concerne les formulaires standard proposés par la Commission, le rapporteur estime, comme cela a déjà été approuvé par le Conseil, que le formulaire A de demande de la part de l'État membre requérant et le formulaire B de réponse de l'État membre requis doivent, pour des raisons pratiques, être fondus en un seul document.

    Le rapporteur juge essentiel de remplacer, dans la partie concernant les informations relatives à l'État membre requérant, le terme "personne de contact" par celui plus impersonnel de "bureau de contact".

    Il est évident qu'il est nécessaire de prévoir des cas d'enquêtes particulièrement délicates et complexes qui exigent le maintien de la confidentialité sur l'identité des magistrats qui conduisent ces enquêtes pour la protection de leur sécurité.

    • [1] 1 Conseil de l'Europe, série des Traités européens, n° 30

    PROCEDŪRA

    Virsraksts

    Priekšlikums Padomes lēmumam par informācijas, kas iegūta no sodāmības reģistra, apmaiņu

    Atsauces

    (KOM(2004)0664 – C6‑0163/2004 -2004/0238(CNS))

    Juridiskais pamats

    EK līguma 39. panta 1.punkts
    1, UE

    Datums, kad notika apspriešanās ar EP

    27.10.2004

    Atsauce uz Reglamentu

    93. pants 51. pants

    Atbildīgā komiteja
      Datums, kad paziņoja plenārsēdē

    LIBE
    15.09.2004

    Komiteja(s), kurai(-ām) lūgts sniegt atzinumu
      Datums, kad paziņoja plenārsēdē

    JURI
    16.11.2004

     

     

     

     

    Atzinumu nav sniegusi
      Lēmuma datums

    JURI
    24.11.2004

     

     

     

     

    Ciešāka sadarbība
      Datums, kad paziņoja plenārsēdē


     

     

     

     

    Referents
      Iecelšanas datums

    Antonio Di Pietro
    25.11.2004

     

    Aizstātais(-ā/-ie/ās) referents(-e/-i/es)

     

     

    Izskatīšana komitejā

    18.1.2004

    1.2.2005

     

     

     

    Pieņemšanas datums

    1.2.2005

    Galīgā balsojuma rezultāti

    par:

    pret:

    atturas:

    43

    1

    2

    Deputāti, kas bija klāt galīgajā balsojumā

    Alexander Nuno Alvaro, Alfredo Antoniozzi, Johannes Blokland, Mario Borghezio, Jean-Louis Bourlanges, Mihael Brejc, Kathalijne Maria Buitenweg, Michael Cashman, Giusto Catania, Jean-Marie Cavada, Charlotte Cederschiöld, Carlos Coelho, António Costa, Agustín Díaz de Mera García Consuegra, Rosa Díez González, Antoine Duquesne, Kinga Gál, Patrick Gaubert, Adeline Hazan, Timothy Kirkhope, Ewa Klamt, Ole Krarup, Stavros Lambrinidis, Romano Maria La Russa, Henrik Lax, Edith Mastenbroek, Jaime Mayor Oreja, Hartmut Nassauer, Bogdan Pęk, Martine Roure, Inger Segelström, Manfred Weber, Tatjana Ždanoka

    Aizstājēji, kas bija klāt galīgajā balsojumā

    Frederika Brepoels, Panayiotis Demetriou, Gérard Deprez, Camiel Eurlings, Ignasi Guardans Cambó, Sophia in 't Veld, Sylvia-Yvonne Kaufmann, Vincent Peillon, Herbert Reul, Marie-Line Reynaud, Bogusław Sonik, Jan Zahradil

    Aizstājēji (178. panta 2. punkts), kas bija klāt galīgajā balsojumā

    Georgios Papastamkos

    Iesniegšanas datums – A6

    3.2.2005

    A6-0018/2005

    Piezīmes