Procédure : 2008/2102(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A6-0455/2008

Textes déposés :

A6-0455/2008

Débats :

Votes :

PV 18/12/2008 - 6.10
CRE 18/12/2008 - 6.10
Explications de votes

Textes adoptés :

P6_TA(2008)0625

RAPPORT     
PDF 167kWORD 106k
20.11.2008
PE 409.772v03-00 A6-0455/2008

sur l'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation – Mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010"

(2008/2102(INI))

Commission de la culture et de l'éducation

Rapporteure: Ljudmila Novak

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 AVIS de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres
 RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur l'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation – Mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010"

(2008/2102(INI))

Le Parlement européen,

–   vu les articles 149 et 150 du traité CE,

–   vu la communication de la Commission du 12 novembre 2007 intitulée "L'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation: Projet de rapport d'étape conjoint 2008 du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010" (COM(2007)0703), ainsi que le document de travail des services de la Commission accompagnant cette communication (SEC(2007)1484),

–   vu le programme de travail détaillé sur le suivi des objectifs des systèmes d'éducation et de formation en Europe(1) et les rapports d'étape conjoints sur les progrès constatés sur la voie de sa mise en œuvre,

–   vu la résolution du Conseil du 15 novembre 2007 sur l'éducation et la formation comme moteur essentiel de la stratégie de Lisbonne(2),

–   vu la décision n° 1720/2006/CE du Parlement européen et du Conseil, du 15 novembre 2006, établissant un programme d'action dans le domaine de l'éducation et de la formation tout au long de la vie(3),

–   vu la résolution du Conseil du 15 novembre 2007 sur les compétences nouvelles pour des emplois nouveaux(4),

–   vu le document de travail des services de la Commission, du 28 août 2007, intitulé "Towards more knowledge-based policy and practice in education and training", SEC(2007)1098,

–   vu la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2008, établissant un cadre européen de certifications pour l'éducation et la formation tout au long de la vie(5),

–   vu la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 15 février 2006 concernant la poursuite de la coopération européenne visant la garantie de la qualité dans l'enseignement supérieur,(6)

–   vu la Charte européenne de qualité pour la mobilité(7),

–   vu sa résolution du 13 novembre 2007 sur le rôle du sport dans l'éducation(8),

–   vu la recommandation du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie(9),

–   vu sa résolution du 16 janvier 2008 sur l'éducation et la formation des adultes: "Il n'est jamais trop tard pour apprendre"(10),

–   vu sa résolution du 23 septembre 2008 sur le processus de Bologne et la mobilité des étudiants(11),

–   vu sa résolution du 23 septembre 2008 sur l'amélioration de la qualité des études et de la formation des enseignants(12),

–   vu les conclusions de la Présidence du Conseil européen des 13 et 14 mars 2008,

–   vu l'article 45 de son règlement,

–   vu le rapport de la commission de la culture et de l'éducation et l'avis de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres (A6‑0455/2008),

A. considérant que l'Europe s'emploie à devenir, d'ici 2010, une figure de proue au niveau mondial pour ce qui est de la qualité de l'éducation et des systèmes de formation, ces systèmes jouant un rôle crucial dans la poursuite de la mise en œuvre du processus de Lisbonne,

B.  considérant que des progrès ont été accomplis sur la voie d'un renforcement de l'autonomie et de la responsabilité des universités, et qu'il est nécessaire de renforcer le soutien apporté à celles-ci dans le cadre du présent processus,

C. considérant que les systèmes d'éducation et de formation devraient offrir les mêmes possibilités aux femmes et aux hommes,

D. considérant que l'intégration de la dimension de l'égalité des genres dans les politiques d'éducation et de formation est indispensable au succès de la stratégie de Lisbonne, dont l'un des objectifs est d'ailleurs de s’attaquer aux inégalités entre les femmes et les hommes sur les marchés du travail européens, et notamment d'atteindre un taux d'emploi des femmes de 60 % d'ici 2010,

E.  considérant que les États membres doivent, par le biais de la coopération et de l'échange des bonnes pratiques, conduire la réforme de leurs systèmes nationaux d'éducation et de formation,

F.  considérant que des stratégies et instruments cohérents et détaillés, en matière d'apprentissage tout au long de la vie, devraient, après avoir été arrêtés par le Parlement européen et le Conseil, être mis en œuvre de façon appropriée en vue de réaliser les objectifs de Lisbonne et de renforcer le triangle de la connaissance,

G. considérant que l'Europe nécessite des niveaux de qualification plus élevés, et que la créativité et l'innovation devraient être encouragées à tous les stades de l'éducation et de la formation,

H. considérant qu'il convient de tenir compte des besoins futurs, en matière de qualifications, dans les domaines de l'environnement et de société, en faisant par exemple du changement climatique et d'autres dossiers environnementaux des questions transversales dans toutes les formes d'enseignement,

I.   considérant que les cursus d'enseignement devraient contribuer au développement personnel des étudiants en incluant l'enseignement des droits de l'homme et des valeurs européennes,

J.   considérant que la qualité et l'efficacité des systèmes d'éducation et de formation, ainsi que leur accessibilité aux citoyens, doivent être considérées comme des objectifs majeurs à l'échelon européen,

K. considérant que l'éducation et la formation doivent toujours tenir compte des possibilités, des caractéristiques et des besoins à l'échelle locale et régionale,

1.  se félicite de la communication précitée de la Commission,du 12 novembre 2007 et des améliorations dont elle fait état;

2.  observe que l'action dans le domaine de l'éducation et de la formation devrait être durablement soutenue par des mesures complémentaires d'ordre socio-économique en vue d'améliorer le niveau de vie global des citoyens européens;

3.  souligne la nécessité d'intégrer les migrants et les minorités (notamment les Roms) et d'œuvrer à l'inclusion de groupes ayant des besoins particuliers (à commencer par les femmes, les personnes handicapées, les personnes âgées) à tous les niveaux et dans tous les secteurs de l'éducation; considère qu'une aide complémentaire devrait être octroyée aux migrants, et que les minorités ethniques et les Roms devraient bénéficier de l'assistance d'un personnel formé à cette fin et appartenant à la même minorité ou au moins capable de s'exprimer dans leur langue maternelle;

4.  souligne l'importance dévolue au sport dans l'éducation et la formation ainsi que la nécessité d'accorder au sport une attention particulière, en renforçant par exemple la pratique de l'éducation physique et du sport à tous les niveaux d'enseignement, depuis le stade pré-primaire jusqu'à l'université, et préconise que le programme scolaire comporte au moins trois leçons d'éducation physique par semaine et qu'une aide soit octroyée aux écoles afin de les inciter à dépasser, dans la mesure du possible, ce minimum requis;

5.  souligne le rôle crucial dévolu aux familles et à l'environnement social pour l'éducation et la formation sous chacun de leurs aspects;

6.  observe que l'éducation est essentielle pour la réussite sociale et le développement personnel des femmes comme des hommes; souligne donc l'importance d'un renforcement de l'éducation et de la formation en tant que support fondamental afin d'atteindre l'objectif de promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes;

7.  déplore que les systèmes d'enseignement n'incitent pas davantage les femmes à s'orienter vers les filières et formations professionnelles dans lesquelles les hommes sont traditionnellement surreprésentés, et inversement; se félicite des mesures en faveur de l'égalité des genres et prie instamment les États membres de lancer des programmes destinés à proposer aux femmes des possibilités d'orientation professionnelle aussi diversifiées que possible, et un accompagnement ultérieur sur le marché de l'emploi;

8.  souligne que l'actuelle inégalité des chances entre les femmes et les hommes quant à un enseignement de qualité et à l'apprentissage tout au long de la vie est d'autant plus tangible dans les régions insulaires et les régions géographiquement et socialement défavorisées; invite par conséquent à un renforcement de la promotion des initiatives éducatives dans le cadre de la politique régionale;

9.  relève la sous-représentation chronique des femmes dans certaines filières, à tous les niveaux, ainsi que dans le secteur de la recherche; encourage donc des actions concrètes et positives pour remédier à cette situation;

10. fait observer que les étudiants ayant connu des interruptions au cours de leurs études, en particulier les jeunes mères, peuvent être victimes de discriminations et demande l'adoption de systèmes plus flexibles, facilitant la reprise d'études ou de formation après la naissance d'un enfant et la conciliation des études avec la vie professionnelle et familiale;

11. observe que la qualité des cursus d'éducation et de l'enseignement doit être améliorée à tous les échelons et qu'il convient de renforcer la sécurité sociale des enseignants et d'accorder une attention particulière à leur formation continue et à leur mobilité;

12. souligne que la culture des médias et la connaissance des TIC doivent être vivement encouragées et recommande que l'éducation aux médias fasse également partie intégrante du programme d'enseignement à tous les échelons et que des modules axés sur la pédagogie des médias soient mis à la disposition des enseignants et des personnes âgées;

13. souligne que la transition entre les différents systèmes d'éducation et de formation et l'enseignement formel, non-formel et informel doit être facilitée;

14. invite instamment le Conseil à contrôler la mise en œuvre concrète, par chaque État membre, des politiques européennes en matière d'éducation et d'apprentissage; considère que les gouvernements nationaux devraient, de façon transparente, se fixer des objectifs nationaux dans ce domaine et adopter une législation idoine ainsi que des mesures pertinentes pour garantir la mise en place de normes européennes et, en particulier, pour veiller à ce que les outils adoptés au niveau de l'Union européenne, comme la recommandation sur les compétences clés pour la formation tout au long de la vie, ainsi que le réseau européen de qualification et l'Europass, sont mis en œuvre;

Éducation pré-primaire

15. souligne la nécessité d'accroître les ressources pour l'amélioration du matériel et des locaux, ainsi que pour que la formation en cours du personnel permette d'accroître la qualité de l'éducation pré-primaire et l'accès universel à une éducation pré-primaire de qualité élevée représente une façon efficace d'ouvrir l'accès à la formation tout au long de la vie à tous les enfants et, en particulier, aux enfants issus des milieux défavorisés ou de minorités ethniques;

16. insiste sur l'importance que revêt le développement des connaissances de base des enfants, l'apprentissage de leur langue maternelle, de la langue de leur pays de résidence et l'apprentissage de la lecture et de l'écriture dès leur plus jeune âge;

17. considère que l'apprentissage d'une seconde langue devrait débuter à un stade précoce, mais que l'enseignement des langues en bas âge doit avoir un caractère ludique et non compétitif;

18. demande à tous les États membres de rendre obligatoire l'éducation pré-primaire,

Éducation primaire et secondaire

19. souligne la nécessité d'accorder une attention particulière aux individus qui pourraient être tentés d'abandonner leurs études à un stade ultérieur estime qu'il importe d'adopter des programmes et mesures spécifiquement destinés à infléchir le taux de déscolarisation et que, dans le cas où cette dernière apparaît inévitable et persistante, les individus concernés devraient bénéficier d'une aide et se voir offrir des opportunités de réintégration dans la société, ainsi que des formes d'éducation appropriées;

20. souligne que, à l'issue du cycle d'enseignement primaire et secondaire, les enfants devraient pouvoir penser de façon autonome, créative et innovante, et devenir des citoyens critiques à l'égard des médias, dotés d'une capacité de réflexion propre;

21. souligne qu'il importe que les cursus d'enseignement de chaque État membre comportent des cours visant à stimuler et à développer un état d'esprit créatif et innovant chez les enfants;

22. estime que les cursus d'enseignement, de même que leurs contenus, doivent être réactualisés en permanence afin de demeurer pertinents et souligne que tous les États membres doivent accorder une plus grande importance et affecter davantage de ressources à la formation des enseignants, afin que des progrès significatifs puissent être accomplis en vue d'atteindre les objectifs "Éducation et formation 2010" de la stratégie de Lisbonne, et que l'éducation et la formation tout au long de la vie puissent être renforcées dans l'Union européenne;

23. se déclare convaincu que les enfants devraient apprendre une seconde langue étrangère dès leur plus jeune âge;

24. se déclare résolument favorable à l'apprentissage des langues étrangères dès le plus jeune âge et à l'intégration de cours de langues dans tous les programmes de l'enseignement primaire; souligne que, si l'on veut atteindre cet objectif, des ressources suffisantes doivent être allouées au recrutement et à la formation des enseignants de langues étrangères;

25. considère que le développement des talents personnels, de capacités spécifiques et des aptitudes naturelles des étudiants doit constituer un objectif majeur à ce stade de l'éducation; souligne que ces capacités doivent ultérieurement constituer une base pour le travail et l'emploi;

26. souligne qu'une attention particulière devrait être accordée aux étudiants qui ne sont pas en cours d'acquisition des compétences de base, ainsi qu'aux étudiants exceptionnellement doués, afin qu'ils puissent développer au maximum leurs capacités et talents supérieurs à la moyenne;

27. recommande que les États membres revoient sensiblement à la hausse le niveau des qualifications académiques et professionnelles des enseignants, ainsi que leur formation et l'apprentissage tout au long de la vie;

28. se déclare résolument favorable à la promotion d'un perfectionnement professionnel continu et cohérent des enseignants tout au long de leur carrière; estime que tous les enseignants devraient se voir offrir régulièrement la possibilité de mettre à jour leurs compétences et leurs qualifications, ainsi que leurs connaissances pédagogiques;

29. propose d'introduire au plus vite des modules de citoyenneté européenne dans les cursus d'enseignement, afin de former une nouvelle génération animée de l'esprit des valeurs européennes dans des domaines tels que les droits de l'homme, le multiculturalisme, la tolérance, l'environnement et le changement climatique;

Éducation et formation professionnelle (EFP)

30. note que la qualité et l'attractivité de l'EFP doivent être renforcées;

31. souligne que l'EFP devrait être mieux mise en relation et intégrée de façon plus cohérente dans l'économie européenne aussi bien que dans les économies nationales afin que le processus d'enseignement soit davantage adapté au marché du travail;

32. souligne que la mobilité (pas seulement géographique, mais également la mobilité entre la EFP et l'éducation supérieure) des étudiants et enseignants devrait être renforcée de façon significative;

Enseignement supérieur

33. considère que les cursus universitaires devraient être modernisés afin de pouvoir répondre aux besoins actuels et futurs sur le plan socio-économique;

34. recommande aux établissements d'enseignement supérieur d'élaborer prioritairement des programmes interdisciplinaires, à la frontière des savoir, afin de former des spécialistes capables de résoudre les problèmes toujours plus complexes du monde d'aujourd'hui;

35. souligne qu'il conviendrait d'accroître l'intérêt des étudiants et des écoliers pour le contenu et les programmes d'études axés sur la technologie, les sciences naturelles et la protection de l'environnement;

36. demande aux États membres de relancer effectivement des partenariats entre l'université et l'entreprise ainsi que, en outre, avec les nombreux autres acteurs nationaux, régionaux et locaux;

37. observe que la coopération entre les institutions européennes d'enseignement supérieur doit être considérablement renforcée et que, de surcroît, les qualifications devraient pouvoir être aussi aisément transférables que possible;

38. souligne que le travail des enseignants et des chargés de cours dans les établissements d'enseignement supérieur doit être réactualisé en permanence, de même que les programmes, les contenus et les méthodes de travail;

39. propose que l'Institut pour l'innovation et la recherche soit rattaché au processus de Bologne et pris en considération dans le cadre de la réforme de l'enseignement supérieur européen;

40. recommande vivement aux États membres d'accroître la mobilité des étudiants et des enseignants, y inclus celle entre les pays, les programmes et les disciplines; souligne, dans ce contexte, l'importance dévolue à la mise en œuvre de la charte européenne de qualité pour la mobilité si l'on veut mettre en place un véritable espace européen pour l'apprentissage tout au long de la vie et promouvoir la coopération économique, sociale et régionale;

Apprentissage tout au long de la vie

41. considère que les employeurs devraient être en permanence encouragés à adopter des dispositions en faveur de l'éducation et de la formation de leurs employés, et qu'ils devraient être également incités à permettre aux travailleurs faiblement qualifiés de participer aux programmes d'apprentissage tout au long de la vie;

42. constate que les personnes en chômage de longue durée et issues d'un milieu social défavorisé, les personnes ayant des besoins spécifiques, les jeunes gens ayant effectué un séjour en centre de rééducation, ainsi que les anciens prisonniers, devraient notamment faire l'objet d'une attention particulière;

43. souligne que les femmes doivent, en premier lieu, être encouragées à participer aux actions d'emploi et de formation, et qu'il importe dans ce contexte de prévoir également la mise en place et la promotion de programmes spécifiquement destinés à encourager l'apprentissage tout au long de la vie pour les femmes;

44. souligne qu'il conviendrait d'encourager particulièrement les travailleurs faiblement qualifiés et les travailleurs âgés et de prévoir des mesures d'incitation afin de garantir leur participation aux programmes en faveur de l'apprentissage tout au long de la vie;

45. demande que les programmes d''éducation des adultes et de formation tout au long de la vie attachent une attention particulière aux catégories de personnes les plus défavorisées sur le marché de l'emploi, notamment les jeunes, les femmes, en particulier celles du milieu rural, et les seniors;

46 invite à la prise en compte du fait que l'éducation à la parentalité destinée aux femmes et hommes est cruciale pour le bien-être des personnes, le combat contre la pauvreté et la cohésion sociale; souhaite, à ce titre, que des programmes polyvalents de formation tout au long de la vie et de formation d'éducateurs à la parentalité soient mis en place dans le cadre de l'éducation et de l'apprentissage;

47. souligne que les connaissances et qualifications acquises grâce à l'apprentissage tout au long de la vie devraient être plus vastes et aisément reconnues, et qu'il importe, à cette fin, de promouvoir également la mise en œuvre du cadre européen de qualification et de l'Europass en tant qu'instruments propres à promouvoir l'apprentissage tout au long de la vie;

48. considère que les autorités européennes et nationales devraient renforcer les crédits alloués aux mesures visant à promouvoir la mobilité, et ce à tous les stades de l'apprentissage tout au long de la vie;

49. demande que les avantages de la charte de mobilité soient reconnus et mis à profit, et également mis en œuvre par les États membres, et demande à la Commission de passer en revue la mise en œuvre de cette charte dans les États membres;

50. réaffirme que tous les étudiants et travailleurs chargés de famille devraient pouvoir bénéficier, dans la mesure la plus large possible de services sociaux et de prestations d'assistance (garde des enfants, par exemple);

51. estime que les services bénévoles devraient être intégrés, mais également reconnus, au stade de la mise en œuvre du programme de travail "éducation et formation 2010";

52. est convaincu qu'il convient de renforcer les échanges de vues ainsi que l'enseignement et l'apprentissage mutuel entre les différents groupes d'âge;

53. souligne que les programmes d'apprentissage tout au long de la vie doivent militer en faveur de l'esprit d'entreprise, en permettant à des citoyens de fonder leur propre PME et de répondre aux besoins de la société aussi bien que de l'économie;

54. attire l'attention sur le fait que les services d'orientation et de formation destinés aux apprenants de tous les groupes d'âge, en matière d'apprentissage tout au long de la vie, devraient être mis en place afin de contribuer à la réalisation des objectifs précités;

*

* *

55. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission et aux gouvernements et parlements des États membres.

(1)

 JO C 142 du 14.6.2002, p. 1.

(2)

 JO C 300 du 12.12.2007, p. 1.

(3)

 JO L 327 du 24.11.2006, p. 45.

(4)

 JO C 290 du 4.12.2007, p. 1.

(5)

 JO C 111 du 6.5.2008, p. 1.

(6)

 JO L 64 du 4.3.2006, p. 60.

(7)

 JO L 394 du 30.12.2006, p. 5.

(8)

 JO C 282 E du 6.11.2008, p. 131.

(9)

 JO L 394 du 30.12.2006, p. 10.

(10)

Textes adoptés, P6_TA(2008)0013.

(11)

Textes adoptés, P6_TA(2008)0423.

(12)

Textes adoptés, P6_TA(2008)0422.


EXPOSÉ DES MOTIFS

La communication de la Commission

En novembre 2007, la Commission a soumis une communication intitulée "L'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation"(1). Ce document de la Commission, qui se propose de présenter le troisième rapport conjoint du Conseil et de la Commission sur la mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010", est publié tous les ans et doit être considéré, dans ses grandes lignes, comme un état récapitulatif de la situation concernant la méthode ouverte de coordination au chapitre de l'éducation et de la formation dans le cadre des objectifs de la stratégie de Lisbonne.

Le document consiste en un rapport sur l'état d'avancement des politiques d'éducation et de formation à l'échelon européen, qui identifie les initiatives nationales couronnées, ou non, de succès dans ce domaine. La communication, toutefois, ne se borne pas à dresser le tableau des progrès constatés et à identifier les domaines où les progrès demeurent insuffisants, mais elle propose également des mesures à adopter qui déboucheront sur des améliorations futures: il s'agit par conséquent également d'une déclaration politique, et qui peut être considérée comme une feuille de route pour les années à venir.

La communication s'appuie sur une analyse des rapports nationaux soumis par les États membres sur la mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010" (on trouvera une analyse détaillée de ces rapports dans un document de travail annexé à la procédure(2)), ainsi que d'un éventail d'indicateurs statistiques et de référentiels.

État d'avancement actuel

Bien que les progrès ne soient pas uniformes (le rythme des réformes devrait être plus rapide et plus soutenu, et il est encore indispensable de redoubler d'efforts), les domaines dans lesquels des améliorations ont été constatées au cours de ces dernières années sont les suivants:

· Stratégie d'apprentissage tout au long de la vie et systèmes de certification:

a) Des stratégies concrètes ont été élaborées dans ce domaine par la majorité des pays, qui témoignent généralement d'une vision globale de l'éducation et de la formation et d'une approche plus cohérente.

b) Des cadres de certification nationaux sont en cours d'élaboration dans la plupart des pays, qui permettent de replacer les acquis de l'enseignement au centre des préoccupations. Des systèmes de validation des apprentissages non formels et informels ont également été mis en place, à un rythme toutefois plus lent, et qui en sont encore au stade expérimental.

· Éducation pré-primaire: l'importance de l'éducation pré-primaire est de plus en plus reconnue dans les nouvelles approches et politiques, bien que cette reconnaissance se vérifie, pour l'essentiel, dans le cadre des projets pilotes. De nombreux pays mettent en œuvre de nouvelles mesures dans ce domaine, impliquant l'extension de l'obligation de scolarisation à une partie de l'enseignement pré-primaire, la révision des programmes d'enseignement, le renforcement des capacités des enseignants, des évaluations de la qualité et un accroissement des investissements.

· Enseignement supérieur: il est de plus en plus évident que la modernisation de l'enseignement supérieur européen et l'importance dévolue au parachèvement des réformes de Bologne (en améliorant par exemple la gouvernance, le financement et l'attractivité des universités) jouent un rôle crucial. L'autonomie des universités a enregistré de solides progrès et de nouvelles modalités de participation des parties prenantes sont actuellement testées. En outre, de nouveaux instruments destinés à encourager l'investissement privé ont été introduits (incitations et réformes fiscales, partenariat public-privé et sponsoring privé). En ce qui concerne l'égalité entre les sexes, le nombre des étudiantes dépasse celui des étudiants dans plusieurs pays, évolution en partie imputable à la législation sur l'égalité des chances.

· Importance de l'éducation et de la formation dans le cadre du triangle de la connaissance, de la stratégie de Lisbonne et de la politique communautaire au sens le plus large: l'éducation, la formation, le développement des compétences revêtent désormais une place centrale dans les programmes nationaux de réforme de la plupart des États membres. Dans le même temps, des progrès remarquables ont été réalisés dans la mise en relation des programmes opérationnels dans le cadre des Fonds structurels et des priorités du programme de travail "éducation et formation 2010", ainsi que dans l'élaboration d'outils de référence européens à l'appui des réformes: recommandations dans les domaines des compétences clés de la qualité de la mobilité, de l'assurance de qualité dans l'enseignement supérieur, d'un cadre européen de certifications, etc.

Domaines dans lesquels des progrès s'imposent

En règle générale, trois domaines d'action ambitieux et requérant une attention particulière sont identifiés dans le rapport: les faibles niveaux de compétences, les stratégies d'apprentissage tout au long de la vie et le triangle de la connaissance (éducation, recherche et innovation). Plus concrètement, la communication de la Commission identifie certaines carences et besoins, et préconise certaines améliorations:

· Il est indispensable de déployer des efforts soutenus, d'améliorer la diffusion et de renforcer l'investissement dans la mise en œuvre de stratégies cohérentes d'apprentissage tout au long de la vie, en mettant en relation des politiques sectorielles au stade de l'éducation pré-primaire, primaire, secondaire et supérieure, de l'EFP et de l'apprentissage des adultes.

· Dépenses publiques et investissements privés au chapitre de l'éducation: les tendances positives constatées dans ces deux domaines semblent marquer le pas depuis 2004 et leurs niveaux respectifs persistent à accuser des écarts considérables entre les pays.

· Déscolarisation précoce et compétences de base: un nombre beaucoup trop élevé de jeunes quittent l'école sans avoir été plus loin que le premier cycle de l'enseignement secondaire et ne disposent donc pas des qualifications et compétences de base (maîtrise insuffisante des langues étrangères et de la lecture, où les données font état d'une tendance à la baisse en matière de performances, et d'où il ressort que l'objectif assigné à l'UE pour 2010 ne pourra être atteint), qui sont absolument indispensables s'ils veulent pouvoir participer à la société de la connaissance et ne pas être victimes du chômage.

· Il importe d'accorder une attention particulière aux performances des migrants, des minorités ethniques et des groupes souffrant d'un désavantage socioéconomique, lesquelles sont généralement inférieures à la moyenne.

· La formation des enseignants (demande croissante de compétences, qualifications et tâches nouvelles, en partie liée à l'autonomie croissante des établissements scolaires), revalorisation de la profession d'enseignant et poursuite de la formation des enseignants, y inclus l'apprentissage tout au long de la vie et le développement professionnel.

· Enseignement supérieur;

a)        renforcement du rôle crucial des universités, non seulement pour l'éducation et l'enseignement, mais également dans les domaines de la recherche, de l'innovation et du transfert de connaissances;

b)        accroissement des investissements publics mais aussi, et surtout, privés dans les universités,

c)        soutien au personnel et aux dirigeants des universités au regard de l'autonomie croissante et de la responsabilisation des universités.

· La participation à l'apprentissage tout au long de la vie des travailleurs âgés, des personnes peu qualifiées et des travailleurs migrants adultes devrait, notamment, être renforcée (le niveau de référence communautaire dans ce domaine ne pourra être atteint).

· Il importe de renforcer l'attractivité et la pertinence de l'éducation et de la formation professionnelle (EFP) au regard du marché du travail. Les États membres devraient donc définir les qualifications et compétences spécifiques qui seront indispensables à la société et à l'économie européennes au cours des années à venir. En outre, la EFP devrait être mieux intégré dans l'ensemble du système éducatif et sa qualité doit être, non seulement améliorée mais également garantie.

· La mobilité transnationale des apprenants ne doit pas être assurée seulement par des programmes communautaires, mais également par des mesures nationales. Le secteur de l'EFP exige des efforts spécifiques si l'on veut accroître la mobilité.

Observations du rapporteur

Dans le cadre de ce document de la Commission, qui délimite un champ d'action particulièrement vaste, le rapporteur estime que les stratégies et instruments détaillés et cohérents, arrêtés par le Parlement européen et le Conseil (tels que le cadre européen de certification, l'europass, le cadre des compétences clés et les recommandations sur la mobilité et l'assurance de la qualité dans l'enseignement supérieur) devraient être durablement mis en œuvre par chaque État membre si ceux-ci veulent atteindre les objectifs de Lisbonne, tout comme le renforcement du triangle de la connaissance et l'amélioration de la validation des apprentissages non-formels et informels, ainsi que des qualifications professionnelles. Il convient, en outre, de se pencher de façon plus approfondie sur des questions horizontales telles que l'apprentissage des langues, la nécessité pour l'Europe de relever les niveaux de compétence, un financement durable et la promotion de l'autonomie, de la créativité et de l'innovation, à tous les niveaux de l'éducation et de la formation.

L'action dans le domaine de l'éducation et de la formation devrait être appuyée en permanence par des mesures complémentaires d'ordre socio-économique: politiques visant à améliorer les conditions de vie globales des citoyens européens, intégration des migrants et des minorités (notamment des Roms) et inclusion de groupes ayant des besoins particuliers (essentiellement les personnes handicapées et les personnes âgées) à tous les niveaux et dans tous les secteurs de l'éducation. Il s'avère en outre indispensable de prendre des initiatives visant à renforcer la mobilité, non pas seulement des étudiants mais également des enseignants et des chercheurs. Les disciplines sportives devraient faire l'objet d'une attention particulière et être encouragées dans l'éducation pré-primaire, primaire et secondaire. Il importe également de mettre l'accent sur le rôle des familles pour ce qui est de l'éducation et de la formation sous tous leurs aspects, en partant de l'importance cruciale que revêt leur soutien aux étudiants (notamment parmi les migrants et les membres des minorités), et jusqu'à la nécessité de prévoir un vaste éventail de services sociaux à l'adresse des étudiants et des travailleurs chargés de famille.

Si l'enseignement et la qualité de l'enseignement doivent, en règle générale, être améliorés, une attention bien plus grande devrait être accordée aux cursus d'enseignement, lesquels devraient effectivement contribuer à l'épanouissement de la personnalité des étudiants et à leur enseigner le respect des droits de l'homme et les valeurs européennes comme la démocratie, la diversité culturelle, la paix et l'égalité entre les sexes. Dans la mesure où il convient d'anticiper les besoins futurs de la société aussi bien que de l'économie, une priorité spécifique devrait être accordée aux compétences clés telles que les connaissances techniques, scientifiques ou en matière de lecture. Par ailleurs, la connaissance des TIC et la culture des médias en général devraient être particulièrement encouragées parmi les enseignants et les personnes âgées. De plus, les qualifications spécifiques en rapport avec l'environnement devraient être envisagées, en étendant par exemple l'éducation effective en matière de questions environnementales et du changement climatique à toutes les formes d'enseignement, et en invitant les États membres à reconnaître la nécessité d'une sensibilisation à la protection de l'environnement dès la maternelle, ainsi que dans l'enseignement primaire et secondaire. En outre, il apparaît également crucial de faciliter la transition entre les divers systèmes éducatifs et de formation (école, éducation et formation professionnelle, enseignement supérieur, éducation des adultes) ainsi qu'entre l'apprentissage formel, non-formel et informel.

(1)

COM(2007)703 final, 12.11.2007.

(2)

SEC(2007) 1484.


AVIS de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres ( 14.10.2008)

à l'intention de la commission de la culture et de l'éducation

sur l'éducation et la formation tout au long de la vie au service de la connaissance, de la créativité et de l'innovation - Mise en œuvre du programme de travail "Éducation et formation 2010"

(2008/2102(INI))

Rapporteure pour avis: Marie Panayotopoulos-Cassiotou

SUGGESTIONS

La commission des droits de la femme et de l'égalité des genres invite la commission de la culture et de l'éducation, compétente au fond, à incorporer dans la proposition de résolution qu'elle adoptera les suggestions suivantes:

A. considérant que les systèmes d'éducation et de formation devraient offrir les mêmes possibilités aux femmes et aux hommes,

B.  considérant que l'intégration de la dimension de l'égalité des genres dans les politiques d'éducation et de formation est indispensable au succès de la stratégie de Lisbonne, dont l'un des objectifs est d'ailleurs de s’attaquer aux inégalités entre les femmes et les hommes sur les marchés du travail européens, et notamment d'atteindre un taux d'emploi féminin de 60% d'ici 2010,

1.  observe que l'éducation est essentielle pour la réussite sociale et le développement personnel des femmes comme des hommes; souligne donc l'importance d'un renforcement de l'éducation et de la formation en tant que support fondamental afin d'atteindre l'objectif de promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes;

2.  déplore que les systèmes d'enseignement n'incitent pas davantage les femmes à s'orienter vers les filières et formations professionnelles dans lesquelles les hommes sont traditionnellement surreprésentés, et inversement; se félicite des mesures en faveur de l'égalité des genres et prie instamment les États membres de lancer des programmes destinés à proposer aux femmes des possibilités d'orientation professionnelle aussi diversifiées que possible, et un accompagnement ultérieur sur le marché de l'emploi;

3.  souligne que les inégalités des chances existantes quant à l'enseignement de qualité et l'éducation tout au long de la vie entre les femmes et les hommes sont d'autant plus palpables dans les régions insulaires et les régions géographiquement et socialement défavorisées; invite par conséquent à un renforcement de la promotion des initiatives éducatives dans le cadre de la politique régionale;

4.  relève la sous-représentation chronique des femmes dans certaines filières, à tous les niveaux, ainsi que dans le secteur de la recherche; encourage donc des actions concrètes et positives pour remédier à cette situation;

5.  fait observer que les étudiants ayant connu des interruptions au cours de leurs études, en particulier les jeunes mères, peuvent être victimes de discriminations et demande l'adoption de systèmes plus flexibles, facilitant la reprise d'études ou de formation après la naissance d'un enfant et la conciliation des études avec la vie professionnelle et familiale;

6.  déplore que, dans l'enseignement supérieur, le déséquilibre entre femmes et hommes aille toujours croissant à mesure que le niveau s'élève; estime qu'une transformation radicale des comportements, renforcée par des actions concrètes et positives, est nécessaire pour améliorer l'égalité des chances;

7.  demande que les programmes d''éducation des adultes et de formation tout au long de la vie attachent une attention particulière aux catégories de personnes les plus défavorisées sur le marché de l'emploi, notamment les jeunes, les femmes, en particulier celles du milieu rural, et les seniors;

8.  invite à la prise en compte du fait que l'éducation à la parentalité destinée aux femmes et hommes est cruciale pour le bien-être des personnes, le combat contre la pauvreté et la cohésion sociale; souhaite, à ce titre, que des programmes polyvalents de formation tout au long de la vie et de formation d'éducateurs à la parentalité soient mis en place dans le cadre de l'éducation et de l'apprentissage.

RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

Date de l’adoption

13.10.2008

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

12

0

0

Membres présents au moment du vote final

Edit Bauer, Zita Gurmai, Piia-Noora Kauppi, Astrid Lulling, Siiri Oviir, Marie Panayotopoulos-Cassiotou, Zita Pleštinská, Christa Prets, Teresa Riera Madurell, Anna Záborská

Suppléant(s) présent(s) au moment du vote final

Gabriela Creţu, Maria Petre


RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

Date de l’adoption

6.11.2008

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

23

2

0

Membres présents au moment du vote final

Maria Badia i Cutchet, Ivo Belet, Guy Bono, Nicodim Bulzesc, Marie-Hélène Descamps, Jolanta Dičkutė, Věra Flasarová, Milan Gaľa, Vasco Graça Moura, Luis Herrero-Tejedor, Ruth Hieronymi, Ramona Nicole Mănescu, Manolis Mavrommatis, Ljudmila Novak, Dumitru Oprea, Zdzisław Zbigniew Podkański, Christa Prets, Pál Schmitt, Helga Trüpel, Thomas Wise, Tomáš Zatloukal

Suppléant(s) présent(s) au moment du vote final

Erna Hennicot-Schoepges, Ewa Tomaszewska, Cornelis Visser, Jaroslav Zvěřina

Avis juridique - Politique de confidentialité