Proposition de résolution - B6-0176/2008Proposition de résolution
B6-0176/2008

    PROPOSITION DE RECOMMANDATION À L'INTENTION DU CONSEIL

    17.4.2008

    déposée conformément à l'article 114, paragraphe 1, du règlement
    par Alexander Lambsdorff et Annemie Neyts-Uyttebroeck,
    au nom du groupe ALDE
    sur la 63e session de l'Assemblée générale des Nations unies

    B6‑0176/2008

    Recommandation du Parlement européen à l'intention du Conseil sur la 63e session de l'Assemblée générale des Nations unies

    Le Parlement européen,

    –  vu le rapport du Secrétaire général des Nations unies "Dans une liberté plus grande", le document final ultérieur du sommet mondial de 2005 et le rapport du Secrétaire général "Investir dans l'Organisation des Nations unies pour lui donner les moyens de sa vocation mondiale",

    –  vu la 62e session de l'Assemblée générale des Nations unies,

    –  vu l'article 114, paragraphe 1, de son règlement,

    A.  considérant que la politique étrangère de l'UE repose sur un soutien ferme et sans équivoque à un multilatéralisme réel, tel qu'il est incarné par la Charte des Nations unies,

    B.  considérant que l'Union européenne est un partenaire politique et financier clé pour l'ONU dans la lutte contre la pauvreté et la promotion du développement économique et social, dans la réalisation de la sécurité collective et la défense des droits de l'homme partout dans le monde,

    C.  considérant que la réforme longtemps attendue du Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas encore réalisée,

    D.  considérant que la coordination des positions des États membres de l'UE au sein des Nations unies varie considérablement d'un organe à l'autre et d'une politique à l'autre,

    E.  considérant qu'une telle coordination nécessite une coopération étroite entre les groupes de travail du Conseil concernés opérant à Bruxelles, les bureaux de l'UE compétents et les représentations permanentes des États membres à New York,

    F.  considérant que le traité de Lisbonne confère la personnalité légale à l'UE, nouveauté qui a des répercussions majeures sur la représentation de l'Union à l'ONU,

    adresse au Conseil les recommandations suivantes:

    Visibilité de l'Union européenne au sein de l'Organisation des Nations unies

    1.  demande que les priorités politiques de l'Union pour la prochaine session de l'Assemblée générale de l'ONU fassent l'objet d'un débat large et approfondi à Bruxelles et soient clairement exposées dans une position officielle du Conseil;

    2.  estime que cette position officielle devrait être considérée par les représentations permanentes à New York comme une plateforme politique contraignante, devant servir de base aux négociations avec des pays tiers;

    3.  invite le Conseil et la Commission à envisager une réorganisation de leurs bureaux à New York, en vue de la ratification du traité de Lisbonne;

    4.  presse le Conseil d'étudier en profondeur les conséquences du traité de Lisbonne sur la future représentation de l'UE aux Nations unies et les États membres à s'engager clairement et sans équivoque à prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que l'Union jouit d'une visibilité et d'une autorité adéquates à l'intérieur des organes et des forums de l'ONU;

    La contribution de l'UE à la réforme de l'Organisation des Nations unies

    5.  invite le Conseil, la Commission et les États membres à continuer à demander avec insistance l'élaboration de critères d'appartenance en vue de l'élection au Conseil des droits de l'homme (CDH) des Nations unies; dans l'attente de cette réforme, plaide pour que cette règle soit appliquée afin de définir le soutien que les États membres de l'UE accordent aux pays candidats au sein du CDH;

    6.  souligne la nécessité pour l'UE de parler d'une seule voix pour répondre aux problèmes liés aux droits de l'homme, ainsi que le fait qu'il est important que chaque État membre fasse entendre la position de l'UE afin de lui donner plus de poids;

    7.  est convaincu qu'en mettant sur pied une commission de consolidation de la paix, les États membres de l'Organisation des Nations unies ont créé une nouvelle structure importante pour aider des sociétés fragiles à se reconstruire après les ravages de la guerre;

    8.  demande au Conseil de soutenir le travail de la commission de consolidation de la paix en attirant l'attention sur toutes les lacunes qui menacent de saper la paix;

    9.  salue la reprise des activités du groupe de travail sur la redynamisation de l'Assemblée générale des Nations unies chargé de définir des moyens de renforcer le rôle, l'autorité, l'efficacité et l'efficience de l'Assemblée;

    10.  demande aux États membres de faire preuve de plus de cohésion quant à leur position sur la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU;

    11.  charge son Président de transmettre la présente recommandation au Conseil et, pour information, à la Commission.