• FR - français
Proposition de résolution - B6-0076/2009Proposition de résolution
B6-0076/2009

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

3.2.2009

déposée avec demande d'inscription à l'ordre du jour du débat sur des cas de violation des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit
conformément à l'article 115 du règlement
par Mario Mauro, Bernd Posselt, Charles Tannock, Tunne Kelam
au nom du groupe PPE-DE
sur le Brésil, le cas de Cesare Battisti

Voir aussi la proposition de résolution commune RC-B6-0076/2009

Procédure : 2008/2211(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document :  
B6-0076/2009
Textes déposés :
B6-0076/2009
Textes adoptés :

B6‑0076/2009

Résolution du Parlement européen sur le Brésil, le cas de Cesare Battisti

Le Parlement européen,

- vu son projet de recommandation au Conseil sur le Partenariat Stratégique UE-Brésil,

- vu l'accord cadre interrégional de coopération entre la Communauté européenne et la République Fédérative du Brésil,

- vu la communication de la Commission intitulée: vers l'établissement d'un partenariat stratégique entre l'Union européenne et le Brésil (COM (2007/281)),

- vu le cas du citoyen d'origine italien M. Battisti, dont son extradition a été demandé par l'Italie au Brésil,

- vu l'article 115 de son règlement,

A)  Considérant que l'UE a défini une stratégie de lutte contre le terrorisme pour garantir la sécurité des citoyens et pour sauvegarder les institutions démocratiques;

B)  Considérant que dans le but de garantir la justice aux victimes du terrorisme, l'Italie avait demandé au gouvernement brésilien l'extradition de M. Cesare Battisti, condamné par arrêt ferme en Italie en tant que responsable de 4 assassinats;

C)  Considérant que le Brésil a refusé de donner suite à l'extradition, sous prétexte que la justice italienne ne garantissait pas suffisamment les droits des détenus;

1)  Regrette la décision du gouvernement brésilien qui ne respecte pas l'arrêt définitif prononcé par les magistrats d'un état membre de l'UE; est de l'avis que cette décision contrevient à l'image de l'UE, car elle prétend accepter que la persécution politique ou la torture se pratique dans un état membre de l'UE, ce qui est inacceptable parce que n'ayant aucune base légale dans la réalité,

2)  Regrette le fait qu'une personne condamné par la justice d'un état membre de l'UE puisse se voir octroyer le statut de réfugié politique dans un état tiers, et par conséquent échapper à l'application de la peine pertinente,

3)  Rappelle au Président de la République fédérative du Brésil que le cas de M. Battisti peut constituer un précédent dangereux dans le futur des relations entre l'UE et le Brésil,

4)  Demande aux autorités brésiliennes de reconsidérer urgemment l'extradition de M. Battisti sur la base des épreuves et de la documentation fournies,

5)  Charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, au Président de la République fédérative du Brésil, au président du Congrès brésilien, ainsi qu'au président de la commission parlementaire du Mercosur.