Procédure : 2011/2645(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B7-0255/2011

Textes déposés :

B7-0255/2011

Débats :

PV 06/04/2011 - 13
CRE 06/04/2011 - 13

Votes :

PV 07/04/2011 - 6.3

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 111kWORD 64k
4.4.2011
PE459.792v01-00
 
B7-0255/2011

déposée à la suite d'une déclaration de la vice-présidente de la Commission / haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

conformément à l'article 110, paragraphe 2, du règlement


sur la situation en Syrie, à Bahreïn et au Yémen


Kyriacos Triantaphyllides, Willy Meyer, Nikolaos Chountis, Patrick Le Hyaric, Marisa Matias, Jacky Hénin, Takis Hadjigeorgiou au nom du groupe GUE/NGL

Résolution du Parlement européen sur la situation en Syrie, au Bahreïn et au Yémen  
B7‑0255/2011

Le Parlement européen,

–   vu la Charte des Nations unies,

–   vu la Déclaration universelle des droits de l'homme,

–   vu l'article 110, paragraphe 2, de son règlement,

A. considérant que la situation est différente dans chaque pays, et qu'elle est caractérisée par ses propres particularités, et que chacune devrait donc être traitée séparément,

B.  considérant que des manifestations ont eu lieu au cours des derniers mois et des dernières semaines pour l'emploi, de meilleures conditions de vie, des droits sociaux et du travail, la démocratie et le respect des droits de l'homme, et des changements constitutionnels ont eu lieu un certain nombre de pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient,

C. considérant que seuls les sociétés étrangères et les cercles dirigeants profitent de l'exploitation des riches ressources pétrolières, les masses devant lutter pour vivre dignement,

D. considérant que les effets de la crise économique et sociale ont déjà aggravé les difficultés politiques, économiques et sociales rencontrées dans ces pays,

E.  considérant que les événements à Bahreïn ont commencé par un rassemblement populaire au rond-point de la Perle à Manama, le 14 février 2011, qui a été réprimé par la police anti-émeute provoquant des morts et des blessés; considérant que les protestations qui ont suivi ont été réprimées de la même façon,

F.  considérant que les manifestants ont réclamé le départ du roi Hamad ben Issa el-Khalifa,

G. considérant que le conflit a été décrit comme un conflit entre chiites et sunnites en vue d'en occulter les véritables raisons,

H. considérant que la 5è flotte américaine est stationnée à Bahreïn, face à l'Iran; considérant que la police anti-émeute bahreïnienne est formée par des formateurs britanniques et qu'elle est équipée d'armes britanniques,

I.   considérant que le 14 mars, à la suite d'une décision du Conseil de coopération du Golfe, à la demande du gouvernement bahreïnien, quelque mille soldats d'Arabie saoudite sont entrés à Bahreïn et qu'ils ont été suivis par 500 policiers des Émirats arabes unis en vue de garder les installations clés, comme les sites pétroliers et gaziers et les institutions financières, ce qui est perçu par la population bahreïnienne comme une occupation; considérant que le roi a promulgué pour trois mois l'état d'urgence,

J.   considérant qu'à la suite de la vague grandissante de manifestations au Yémen, qui a débuté avec celle des étudiants à l'université de Sanaa, le 18 mars, des tireurs embusqués fidèles au président Ali Abdullah Saleh ont tiré sur les manifestants hostiles au gouvernement, tuant 52 personnes, ce qui a déclenché d'autres manifestations et protestations,

K. considérant que le Président Saleh a été un allié déclaré des États-Unis et qu'il a reçu des millions de dollars à titre d'assistance "anti-terroriste" et de l'aide pour former l'armée et veiller à ce que les armes ne soient pas utilisées contre la population,

L.  considérant que la localisation géographique du Yémen à l'entrée de la mer Rouge conduisant au canal de Suez et à l'entrée du golfe d'Aden est d'une importance stratégique liée à des routes maritimes et des ressources énergétiques importantes,

M. considérant que le 23 mars, dans la ville syrienne de Daraa, l'armée a ouvert le feu sur des civils qui demandaient la levée de l'état d'urgence et des réformes, faisant près de 50 victimes; que les manifestations se sont étendues à plusieurs villes syriennes faisant d'autres victimes et entraînant de nouvelles arrestations,

N. considérant que le président Bachar Al-Assad a annoncé des hausses de salaire, qu'il a démis le gouvernement puis nommé un nouveau premier ministre, qu'il s'est engagé à examiner la levée de l'état d'urgence, à enquêter sur les événements de Daraa et ailleurs et à améliorer le niveau de vie de la population syrienne,

1.  considère que chacun a le droit de choisir son avenir sans ingérence étrangère, politique ou militaire; dénonce toute ingérence étrangère dans ces pays et dans la région; demande à tous les pays et organisations internationales de respecter totalement la souveraineté et l'intégrité territoriale de chaque État;

2.  rejette toute intervention militaire étrangère pour résoudre la crise dans les pays en question; condamne l'incursion des forces d'Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis à Bahreïn et demande leur retrait immédiat;

3.  exprime sa solidarité avec les populations de la région et soutient leurs aspirations démocratiques légitimes et leurs revendications économiques et sociales;

4.  condamne résolument l'usage de la violence contre les manifestants et déplore le grand nombre de personnes tuées et blessées; présente ses condoléances aux familles des victimes et blessés;

5.  demande l'arrêt immédiat du bain de sang et la libération de toutes les personnes arrêtées; demande que les assassinats, les arrestations et les allégations de torture fassent l'objet d'une enquête;

6.  souligne la nécessité d'une solution politique négociée aux problèmes;

7.  dénonce le recours aux différences religieuses pour provoquer une crise politique;

8.  condamne la connivence et la complicité de l'Union européenne envers les dictatures dans la région;

9.  critique avec force le commerce des armes qui a été pratiqué sur une grande échelle par les États membres de l'Union européenne avec différents pays de la région;

10. demande à cet égard au Conseil de vérifier s'il y a eu des manquements au code de conduite de l'Union européenne sur les exportations d'armes et d'adopter des mesures strictes de façon à ce que ce code soit entièrement respecté par tous les États membres;

11. demande à l'UE de cesser d'utiliser des doubles normes dans ses politiques extérieures, d'insister dans tous les cas sur la mise en œuvre de l'article 2 des accords d'association, et de développer des relations équitables avec les pays précités, dans le respect de leurs particularités et souveraineté;

12. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements des États membres de l'Union européenne, ainsi qu'aux gouvernements de Syrie, de Bahreïn et du Yémen.

Avis juridique - Politique de confidentialité