Procédure : 2015/2661(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0383/2015

Textes déposés :

B8-0383/2015

Débats :

Votes :

PV 30/04/2015 - 10.2
Explications de votes

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 127kWORD 53k
27.4.2015
PE555.157v01-00
 
B8-0383/2015

déposée en vue de clore le débat sur la déclaration de la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

déposée conformément à l'article 123, paragraphe 2, du règlement


sur le meurtre d'étudiants au Kenya par le groupe terroriste Al-Chebab (2015/2661(RSP))


Charles Tannock, Geoffrey Van Orden, Ryszard Antoni Legutko, Ryszard Czarnecki, Tomasz Piotr Poręba, Angel Dzhambazki, Beatrix von Storch, Ruža Tomašić, Branislav Škripek, Anna Elżbieta Fotyga, Jana Žitňanská au nom du groupe ECR

Résolution du Parlement européen sur le meurtre d'étudiants au Kenya par le groupe terroriste Al-Chebab (2015/2661(RSP))  
B8-0383/2015

Le Parlement européen,

–       vu la déclaration de la HR/VP du 3 avril 2015 sur l'attentat perpétré à Garissa (Kenya),

–       vu les conclusions de la réunion des ministres des affaires étrangères du G7, qui s'est tenue à Lübeck (Allemagne) le 15 avril 2015,

–       vu les objectifs de l'architecture africaine de paix et de sécurité (AAPS),

–       vu les conclusions de la conférence consacrée à un New Deal pour la Somalie, organisée à Bruxelles en septembre 2013,

–       vu l'article 123, paragraphe 2, de son règlement,

A.     considérant que l'Union européenne et le Kenya entretiennent de longue date des relations pour promouvoir le développement social et économique du pays et pour renforcer la stabilité et la paix dans le reste de la région;

B.     considérant que le groupe militant islamiste Al-Chebab est l'auteur de nombreux attentats en Somalie et dans les pays voisins, dont le Kenya, dans sa lutte pour imposer des idéaux islamiques extrémistes et renverser un gouvernement soutenu par les bailleurs de fonds occidentaux et les forces africaines de maintien de la paix;

C.     considérant qu'Al-Chebab a par le passé contrôlé une grande partie de la Somalie, avant d'être expulsé de bastions stratégiques à la suite d'offensives militaires lancées l'an dernier par l'armée et les forces de maintien de la paix de l'Union africaine; qu'en dépit de cela, Al-Chebab demeure une menace majeure pour la paix et la stabilité de l'ensemble de la région;

D.     considérant qu'Al-Chebab est un groupe terroriste interdit qui cherche à imposer l'application stricte de la charia dans les territoires qu'il contrôle; que l'on estime son nombre de combattants à 9 000, dont certains sont originaires des pays voisins, ainsi que de l'Europe et des États-Unis; qu'Al-Chebab a également mis en place un réseau de recrutement au Kenya, en particulier autour de la ville portuaire de Mombasa, qui compte une population musulmane importante;

E.     considérant qu'Al-Chebab a noué des liens avec d'autres groupes islamistes en Afrique, tels que Boko Haram au Nigeria et Al-Qaida au Maghreb islamique;

F.     considérant que les efforts visant à renforcer la stabilité et le développement au Kenya sont ébranlés par l'attentat du 2 avril 2015 contre l'université de Garissa, qui a causé la mort de 147 étudiants et fait de nombreux blessés, ainsi que par les attaques antérieures perpétrées par des groupes extrémistes sur des civils innocents au Kenya; que les militants ont opéré une distinction religieuse entre les étudiants, en autorisant les musulmans à fuir et en exécutant ou en prenant en otage les chrétiens;

G.     considérant que des attaques aux armes à feu et à la grenade sont régulièrement attribuées à Al-Chebab dans les zones frontalières, où vivent de nombreux Kényans d'origine somalienne, mais aussi à Nairobi;

H.     considérant que l'attentat de Garissa est un autre exemple sanglant des attentats commis par des extrémistes violents s'attaquant au droit du peuple kényan de vivre dans la paix et la sécurité et de jouir de la liberté de religion;

I.      considérant que dans le cadre de l'architecture africaine de paix et de sécurité, les signataires sont tenus d'adopter un ensemble complet de mesures en faveur de la paix et de la sécurité, notamment en ce qui concerne les alertes précoces, la prévention des conflits, le processus de paix, les mesures post-conflictuelles, la promotion et la protection des droits de l'homme et des pratiques démocratiques, ainsi que l'aide humanitaire et la gestion des catastrophes;

1.      déplore l'attentat perpétré par les extrémistes d'Al-Chebab à l'encontre d'étudiants de l'université de Garissa le 2 avril 2015 et présente ses condoléances aux familles et aux proches des personnes tuées et blessées; déplore en outre les actions des extrémistes, qui ont choisi leurs victimes pour des raisons religieuses;

2.       considère qu'une telle barbarie n'a pas sa place dans une société civile et s'engage à soutenir ceux qui luttent contre le terrorisme, l'extrémisme et la haine religieuse;

3.      estime que l'attentat de Garissa est une nouvelle tentative d'Al-Chebab pour provoquer la division entre les différentes religions au Kenya et mettre à mal la stabilité et la croissance économique du pays, ainsi que d'entraver la progression de sa population;

4.      offre son soutien indéfectible au peuple et au gouvernement du Kenya dans leurs efforts pour lutter contre le terrorisme dans leur pays et dans la région en général, ainsi que pour traduire en justice ceux qui se sont rendus coupables de tels actes;

5.      soutient les objectifs de l'architecture africaine de paix et de sécurité et salue les progrès accomplis à ce jour en faveur du renforcement des capacités de l'Union africaine et des organisations régionales afin de prévenir et de gérer les crises sur le continent;

6.      maintient son soutien à l'AMISOM, aux soldats qui y participent et au gouvernement somalien dans leur lutte contre Al-Chebab et dans leur efforts pour renforcer la sécurité en Somalie et dans l'ensemble de la région; réaffirme en outre la nécessité de ne pas relâcher les efforts en vue de créer une force de sécurité nationale somalienne fonctionnelle et viable;

7.      s'inquiète du fait qu'Al-Chebab cible de jeunes gens désœuvrés des quartiers les plus pauvres du Kenya pour les gagner à sa cause extrémiste;

8.      invite le gouvernement du Kenya, en collaboration avec les acteurs internationaux et régionaux, à lutter contre cette menace en adoptant des mesures visant à améliorer la situation sociale et économique de ses citoyens;

9.      apporte son soutien aux efforts du Kenya pour lutter contre le terrorisme et au droit de son gouvernement de protéger son peuple face à ce fléau; insiste cependant sur le fait que de telles mesures doivent être prises dans le respect des droits de l'homme et de l'état de droit;

10.    charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, au SEAE, à la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission européenne, aux parlements et aux gouvernements des États membres, ainsi qu'au gouvernement du Kenya et à l'Union africaine.

Avis juridique - Politique de confidentialité