Procédure : 2017/2685(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B8-0344/2017

Textes déposés :

B8-0344/2017

Débats :

Votes :

PV 18/05/2017 - 11.14
Explications de votes

Textes adoptés :


PROPOSITION DE RÉSOLUTION
PDF 169kWORD 49k
15.5.2017
PE603.769v01-00
 
B8-0344/2017

déposée à la suite de déclarations du Conseil et de la Commission

conformément à l’article 123, paragraphe 2, du règlement


Permettre la relocalisation (2017/2685(RSP))


Auke Zijlstra, Lorenzo Fontana, Gilles Lebreton, Harald Vilimsky au nom du groupe ENF

Résolution du Parlement européen visant à permettre la relocalisation (2017/2685(RSP))  
B8-0344/2017

Le Parlement européen,

–  vu les déclarations du Conseil et de la Commission du 16 mai 2017 visant à permettre la relocalisation,

–  vu l’article 123, paragraphe 2, de son règlement,

A.  considérant que la politique d'immigration et d'asile est une compétence exclusive d'États membres souverains;

B.  considérant que l'immigration massive de pays non européens encouragée par l'Union européenne s'est avérée hautement problématique et a provoqué des perturbations sur le plan politique, économique, social et culturel;

C.  considérant que les chiffres du HCR indiquent que seuls 2,65 % des migrants arrivés en Italie en 2016 se sont vu octroyer l'asile en tant que véritables réfugiés et que 90 334 des 181 436 migrants ont disparu dans la clandestinité sans demander l'asile ou attendre la décision(1);

D.  considérant qu'Eurofound a établi de manière empirique que la jeunesse européenne disposait de moins de possibilités d'ascension sociale(2);

E.  considérant que les politiques de migration massive suivies par l'Union européenne ne sont en aucun cas en mesure de résoudre les problèmes démographiques, tout comme l'a montré le CPB Netherlands Bureau for Economic Policy Analysis(3), qui a indiqué que le flux de migrants ne résoudra pas les difficultés financières découlant des problèmes démographiques dus au vieillissement de la population;

F.  considérant que le FMI a conseillé à l'Union européenne d'octroyer «temporairement» des salaires plus bas aux migrants(4); que le dumping social perturbe le marché de l'emploi car il provoque une concurrence plus rude entre migrants et Européens et entraîne la détérioration de la sécurité sociale et la généralisation de la pauvreté, notamment chez les travailleurs les moins qualifiés;

G.  considérant que la Hongrie est parvenue à gérer et à réduire très efficacement le flux de migrants sur son territoire;

H.  considérant que l'approche suivie par l'Australie permet de réduire de plus en plus l'immigration illégale en Australie tout en mettant fin aux décès de migrants en mer;

I.  considérant que le programme de relocalisation de l'Union européenne est la conséquence directe de l'échec de Schengen et de la politique des frontières ouvertes;

J.  considérant qu'après les nombreuses agressions sexuelles commises par des migrants sur des femmes européennes à Cologne et dans des dizaines d'autres villes d'Europe, de nombreuses femmes ne sont plus en sécurité;

K.  considérant que le programme de relocalisation obligatoire est dépourvu de base juridique;

L.  considérant que la Cour européenne des droits de l'homme empêche les États membres de gérer les flux migratoires et leur impose même des amendes, comme l'illustre le cas de l'Italie en 2009(5);

1.souligne le principe selon lequel il appartient à tous les États, en vertu de leur souveraineté, de déterminer leur propre politique d'asile et d'immigration;

 

2.estime que la politique des frontières ouvertes menée par l'Union européenne incite de plus en plus de migrants à franchir la Méditerranée;

 

3.rejette le principe de relocalisation forcée et souligne qu'il est plus efficace d'accueillir les réfugiés et les personnes qui demandent une protection internationale dans les parties sûres de leur pays d'origine ou dans leur propre région;

 

4.fait observer que tout État membre peut légitimement considérer l'entrée et le séjour clandestins à l'intérieur de ses frontières comme une action illégale qui peut être jugée et sanctionnée;

 

5.condamne le rôle peu clair joué par certaines ONG en Méditerranée;

 

6.encourage les États membres à appliquer l'approche suivie par l'Australie en matière d'immigration;

 

7.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'aux parlements des États membres.

 

(1)

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4442910/Less-3-migrants-reached-Italy-refugees.html.

(2)

https://www.neweurope.eu/article/europes-x-men-first-live-worse-parents/.

(3)

https://www.cpb.nl/persbericht/329217/immigratie-niet-effectief-tegen-vergrijzing.

(4)

http://www.euractiv.com/section/justice-home-affairs/news/imf-recommends-paying-refugees-below-the-minimum-wage/..

(5)

https://www.theguardian.com/world/2012/feb/23/italy-human-rights-migrants-libya.

Avis juridique - Politique de confidentialité