Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
This document is not available in your language. Please choose another language version from the language bar.

Procedure : 2020/2783(RSP)
Document stages in plenary
Document selected : B9-0286/2020

Texts tabled :

B9-0286/2020

Debates :

PV 17/09/2020 - 11.2
PV 17/09/2020 - 11.3
CRE 17/09/2020 - 11.2
CRE 17/09/2020 - 11.3

Votes :

Texts adopted :


<Date>{15/09/2020}15.9.2020</Date>
<NoDocSe>B9‑0286/2020</NoDocSe>
PDF 138kWORD 43k

<TitreType>PROPOSITION DE RÉSOLUTION</TitreType>

<TitreSuite>déposée avec demande d’inscription à l’ordre du jour d’un débat sur des cas de violation des droits de l’homme, de la démocratie et de l’état de droit</TitreSuite>

<TitreRecueil>conformément à l’article 144 du règlement intérieur</TitreRecueil>


<Titre>sur le cas de Denis Mukwege en République démocratique du Congo</Titre>

<DocRef>(2020/2783(RSP))</DocRef>


<RepeatBlock-By><Depute>Dominique Bilde, Thierry Mariani, Lars Patrick Berg, Harald Vilimsky</Depute>

<Commission>{ID}au nom du groupe ID</Commission>

</RepeatBlock-By>

NB : Cette proposition de résolution n'est disponible que dans sa langue originale

B9‑0286/2020

Résolution du Parlement européen sur le cas de Denis Mukwege en République démocratique du Congo

(2020/2783(RSP))

Le Parlement européen,

 vu les résolutions 1820(2008) du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (« ONU »), 1888 (2009), 1960(2010), 2106 (2013) et 2467(2019) ;

 vu le rapport annuel du Secrétariat-Général de l’ONU sur les violences sexuelles liées aux conflits, du 29 mars 2019,

 vu les résolutions des 9 juillet 2015 et 18 janvier 2018 du Parlement européen sur la République démocratique du Congo (« RDC »),

 vu l’article 144 de son règlement intérieur,

A. considérant qu’en 2018, la mission de stabilisation de la République démocratique du Congo de l’ONU (« MONUSCO ») a documenté 1 049 cas de violences sexuelles liées au conflit armé touchant 605 femmes, 436 filles, quatre hommes et quatre garçons, essentiellement dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu, mais que bien souvent les victimes renoncent à faire valoir leurs droits, considérant que les violences sexuelles concernent de plus en plus souvent des enfants, parfois très jeunes ;

B. considérant que Dr Mukwege a reçu le Prix Nobel de la paix 2018 pour « ses efforts pour mettre fin à l’utilisation du viol comme arme de guerre et de conflit armé », puisque ce gynécologue a fondé en 1999 l’hôpital de Panzi dans le Sud-Kivu, lequel a pourvu aux soins médicaux d’environ 50 000 personnes victimes de violences sexuelles, particulièrement en matière de chirurgie reconstructrice ;

C. considérant que Dr Mukwege et sa famille ont subi des attaques et menaces, notamment en 2012 et depuis sa dénonciation de massacres dans le Sud-Kivu commis les 16 et 17 juillet 2020 ;

1. salue les actions déjà entreprises par la MONUSCO pour la protection du Dr Mukwege et de l’hôpital de Panzi, appelle la RDC à déployer tous les moyens nécessaires dans cet objectif ;

2. rappelle que les violences sexuelles dans le cadre des conflits armés, outre leurs conséquences sur les victimes qui subissent parfois de graves mutilations, contribuent à la dislocation des cellules familiales et des communautés et que ces violences relèvent d’une tactique globale de terreur ;

3. salue les efforts déployés par la RDC pour juger certaines affaires de violences sexuelles dans le cadre de conflits armés, l’encourage à mettre en place une stratégie de réparations adéquate et encourage la communauté internationale à soutenir la coopération en matière criminelle ;

4. souligne qu’il importe de sensibiliser les victimes, notamment les enfants, à leurs droits, ainsi que de lutter contre la stigmatisation des enfants issus de viols ;

5. rappelle le lien entre la violence dans l’Est de la RDC et les exportations de tantale et encourage les acteurs privés à faire preuve d’une diligence rigoureuse sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement ;

6. encourage l’Union européenne et les États membres à intensifier la coopération humanitaire et scientifique avec l’hôpital de Panzi ;

7. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, et aux autorités de la RDC, notamment à son Président.

Last updated: 15 September 2020Legal notice - Privacy policy