Procédure : 2020/2613(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : B9-0401/2020

Textes déposés :

B9-0401/2020

Débats :

PV 15/12/2020 - 3
CRE 15/12/2020 - 3

Votes :

PV 17/12/2020 - 2
PV 17/12/2020 - 15

Textes adoptés :

P9_TA(2020)0377

<Date>{09/12/2020}9.12.2020</Date>
<NoDocSe>B9-0401/2020</NoDocSe>
PDF 206kWORD 68k

<TitreType>PROPOSITION DE RÉSOLUTION</TitreType>

<TitreSuite>déposée à la suite des questions avec demande de réponse orale B9-XXXX/2020 et B9-XXXX/2020</TitreSuite>

<TitreRecueil>conformément à l’article 136, paragraphe 5, du règlement intérieur</TitreRecueil>


<Titre>sur la mise en œuvre de la législation de l’Union européenne relative à l’eau</Titre>

<DocRef>(2020/2613(RSP))</DocRef>


<RepeatBlock-By><Depute>Christophe Hansen, Sara Cerdas, Nicolae Ştefănuță, Marco Dreosto, Martin Häusling, Joanna Kopcińska, Malin Björk, Eleonora Evi</Depute>

<Commission>{ENVI}au nom de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire</Commission>

</RepeatBlock-By>


B9-0401/2020

Résolution du Parlement européen sur la mise en œuvre de la législation de l’Union européenne relative à l’eau

(2020/2613(RSP))

Le Parlement européen,

 vu le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, et notamment son article 191,

 vu la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau (directive‑cadre sur l’eau)[1],

 vu la directive 91/271/CEE du Conseil du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires (directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires)[2],

 vu la directive 2006/118/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration (directive sur les eaux souterraines)[3],

 vu la directive 2007/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation (directive «Inondations»)[4],

 vu la directive 91/676/CEE du Conseil du 12 décembre 1991 concernant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles[5],

 vu la directive 2008/105/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 établissant des normes de qualité environnementale dans le domaine de l’eau, modifiant et abrogeant les directives du Conseil 82/176/CEE, 83/513/CEE, 84/156/CEE, 84/491/CEE, 86/280/CEE et modifiant la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil (directive sur les normes de qualité environnementale) [6],

 vu le règlement (UE) 2020/741 du Parlement européen et du Conseil du 25 mai 2020 relatif aux exigences minimales applicables à la réutilisation de l’eau[7],

 vu la directive 2008/56/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 juin 2008 établissant un cadre d’action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin (directive-cadre «stratégie pour le milieu marin»)[8],

 vu le règlement (CE) nº 1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH), instituant une agence européenne des produits chimiques, modifiant la directive 1999/45/CE et abrogeant le règlement (CEE) nº 793/93 du Conseil et le règlement (CE) nº 1488/94 de la Commission ainsi que la directive 76/769/CEE du Conseil et les directives 91/155/CEE, 93/67/CEE, 93/105/CE et 2000/21/CE de la Commission (le «règlement REACH»)[9],

 vu la directive 2010/75/UE du Parlement européen et du Conseil du 24 novembre 2010 relative aux émissions industrielles (prévention et réduction intégrées de la pollution)[10],

 vu le rapport de la Commission du 10 décembre 2019 sur le bilan de qualité de la directive‑cadre sur l’eau et de la directive «Inondations», et sa synthèse de la même date,

 vu l’évaluation de la Commission du 13 décembre 2019 de la directive 91/271/CEE du Conseil du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, et la synthèse de la même date,

 vu la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (refonte), présentée par la Commission le 1er février 2018 (COM(2017)0753),

 vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à l’établissement d’un programme d’action de l’Union dans le domaine de la santé pour la période 2021‑2027 et abrogeant le règlement (UE) nº 282/2014 (Programme «UE pour la santé», COM(2020)0405),

 vu sa résolution du 28 novembre 2019 sur l’urgence climatique et environnementale[11],

 vu le rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) du 4 décembre 2019 intitulé «L’environnement en Europe – État et perspectives 2020: une analyse au service de la transition vers une Europe durable»,

 vu la communication de la Commission du 11 décembre 2019 intitulée «Le pacte vert pour l’Europe» (COM(2019)0640),

 vu la communication de la Commission du 10 mars 2020 intitulée «Une nouvelle stratégie industrielle pour l’Europe», et notamment sa section 2.2 intitulée «Une industrie qui ouvre la voie à la neutralité climatique» (COM(2020)0102),

 vu la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030[12],

 vu la stratégie «De la ferme à la table»[13],

 vu le 7e programme d’action pour l’environnement[14],

 vu la communication de la Commission du 14 janvier 2020 sur le plan d’investissement pour une Europe durable et le plan d’investissement du pacte vert pour l’Europe (COM(2020)0021)[15],

 vu la communication de la Commission du 11 mars 2020 intitulée «Un nouveau plan d’action pour une économie circulaire – Pour une Europe plus propre et plus compétitive» (COM(2020)0098),

 vu la communication de la Commission du 27 mai 2020 intitulée «L’heure de l’Europe: réparer les dommages et préparer l’avenir pour la prochaine génération» (COM(2020)0456),

 vu la communication de la Commission du 11 mars 2019 intitulée «Approche stratégique de l’Union européenne concernant les produits pharmaceutiques dans l’environnement» (COM(2019)0128),

 vu l’accord de Paris,

 vu l’étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de mai 2020 intitulée «Financement de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de la protection contre les inondations – Défis dans les États membres de l’UE et options stratégiques»,

 vu les objectifs de développement durable des Nations unies, en particulier l’objectif 6 sur l’accès à l’eau potable et à l’assainissement[16] et l’objectif 14 sur la conservation et l’exploitation des océans, des mers et des ressources marines,

 vu le rapport d’évaluation mondial de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de mai 2019 sur la biodiversité et les services écosystémiques,

 vu le rapport de la Commission de novembre 2019 intitulé «Évaluation de l’impact de la PAC sur l’eau»,

 vu la résolution 64/292 des Nations unies du 28 juillet 2010, qui reconnaît le droit de l’homme à l’eau et à l’assainissement,

 vu l’arrêt de la Cour de justice du 28 mai 2020 dans l’affaire C-535/18, IL e.a. contre Land Nordrhein-Westfalen,

 vu l’arrêt de la Cour de justice du 1er juillet 2015 dans l’affaire C-461/13, Bund für Umwelt und Naturschutz Deutschland eV contre Bundesrepublik Deutschland («l’affaire Weser»),

 vu l’initiative citoyenne européenne «Right2Water» et le rapport du Parlement sur le suivi de l’initiative citoyenne européenne «L’eau, un droit humain» (Right2Water),

 vu l’avis du Comité des régions du 2 juillet 2020 sur le bilan de qualité de la directive‑cadre sur l’eau, de la directive sur la protection des eaux souterraines, de la directive sur les normes de qualité environnementale et de la directive «Inondations»[17],

 vu l’avis du Comité économique et social européen du 12 décembre 2018 sur la «Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif aux exigences minimales requises pour la réutilisation de l’eau (programme glissant)»[18],

 vu les questions au Conseil et à la Commission sur la mise en œuvre de la législation de l’Union européenne relative à l’eau (O-000077/2020B9-0077/2020 et O-000078/2020B9-0078/2020),

 vu l’article 136, paragraphe 5, et l’article 132, paragraphe 2, de son règlement intérieur,

 vu la proposition de résolution de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire,

A. considérant que l’eau est essentielle à la vie et que la gestion de l’eau joue un rôle crucial dans la préservation des services écosystémiques de l’Union européenne, ainsi que dans l’utilisation des ressources et la production économique, et que l’Union doit apporter des réponses efficaces aux défis qui se posent actuellement dans le domaine de l’eau et gérer efficacement les ressources hydriques existantes, compte tenu de leur incidence directe sur la santé humaine, l’environnement, la qualité de l’eau et les écosystèmes, la production d’énergie, l’agriculture et la sécurité alimentaire;

B. considérant que l’eau est un élément essentiel du réseau trophique, qu’il est nécessaire que les eaux souterraines et de surface soient de bonne qualité et disponibles en quantité suffisante pour parvenir à un système alimentaire juste, sain, respectueux de l’environnement et durable, tel que décrit dans la stratégie «De la ferme à la table», et qu’une eau propre et en quantité suffisante est un élément clé dans la mise en œuvre et la réalisation d’une véritable économie circulaire au sein de l’Union;

C. considérant qu’il est essentiel, étant donné que l’eau revêt une grande valeur dans l’économie européenne et que les secteurs européens qui dépendent de l’eau génèrent 26 % de la valeur ajoutée brute annuelle de l’Union, de garantir en permanence la disponibilité d’une eau de bonne qualité en quantité suffisante pour tous les usages;

D. considérant que la directive-cadre sur l’eau a établi un cadre pour protéger 110 000 masses d’eau de surface dans l’Union, afin de parvenir à un «bon état écologique et chimique» en 2015, et 13 400 masses d’eau souterraines dans l’Union, afin de parvenir à un «bon état quantitatif et chimique» à cette même échéance, de même que pour protéger les ressources en eau potable, comme le prévoit l’article 7, paragraphe 2, que le bilan de qualité a révélé d’importantes lacunes dans la mise en œuvre de la législation de l’Union relative à l’eau, dont les objectifs ne seront probablement pas atteints d’ici l’échéance de 2027, à moins que tous les efforts de mise en œuvre requis soient immédiatement engagés dans les États membres et que les politiques sectorielles liées à l’eau soient alignées sur les exigences de la directive‑cadre sur l’eau, et que la planification de la gestion de l’eau et les programmes de mesures se poursuivront au-delà de l’échéance de 2027 et permettront d’améliorer encore la qualité et la quantité d’eau;

E. considérant que 74 % des masses d’eau souterraines sont en bon état chimique et que 89 % présentent un bon état quantitatif, et que le bilan azoté brut au sein de l’Union a diminué de 10 % entre 2004 et 2015[19];

F. considérant qu’un bon état chimique n’a été atteint que pour 38 % des eaux de surface, que 40 % seulement de ces eaux obtiennent un bon état ou un bon potentiel écologique, que l’état de 16 % de ces eaux est encore inconnu par manque de données, que l’état chimique de 81 % des eaux de surface serait bon si elles n’étaient pas polluées par des substances persistantes, bioaccumulables et toxiques ubiquistes, comme le mercure, que seul un des quatre indicateurs relatifs à l’eau douce prévus par la directive‑cadre sur l’eau analysés par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) a enregistré des progrès au cours des dix à quinze dernières années[20];

G. considérant que, conformément au principe «one out, all out» (principe du paramètre déclassant), l’état de l’eau n’est considéré comme bon que si tous les éléments évalués sont bons, que cela ne permet pas d’évaluer réellement l’amélioration partielle de la qualité de l’eau, et qu’un bon état dépend non seulement de mesures d’atténuation pour lutter contre les pressions actuelles, mais également de mesures de restauration pour remédier aux pressions du passé et de mesures de prévention à adopter en temps utile pour lutter contre les menaces émergentes[21];

H. considérant que l’efficacité de la directive-cadre sur l’eau et la réalisation de ses objectifs dépendent de sa mise en œuvre et de son application par les autorités compétentes des États membres, de la garantie d’un financement adéquat, y compris au moyen d’instruments financiers de l’Union, de la mise en œuvre d’autres actes législatifs de l’Union, ainsi que d’une meilleure intégration des objectifs liés à l’eau dans d’autres politiques, et que la participation des parties prenantes est la clé du succès de la mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau;

I. considérant que l’article 7, paragraphe 3, de la directive-cadre sur l’eau dispose que les États membres veillent à ce que les masses d’eau utilisées pour la production d’eau potable soient protégées afin de prévenir la détérioration de leur qualité, et que le bilan de qualité indique clairement que des progrès limités ont été accomplis en ce qui concerne les zones de protection d’eau potable;

J. considérant qu’il est crucial de s’attaquer, par priorité à la source, à la pollution chimique et aux autres causes de pollution des eaux souterraines et de surface, car cette stratégie est la plus durable, la plus efficace et présente le meilleur rapport coût‑efficacité, ainsi que de veiller dans le même temps à appliquer le principe du pollueur-payeur;

K. considérant que la directive-cadre sur l’eau souligne qu’il est nécessaire de protéger les eaux utilisées pour le captage d’eau potable, que les opérateurs du secteur de l’eau potable devraient pouvoir compter sur des ressources en eau de qualité élevée afin que les citoyens ne soient pas obligés de payer des traitements coûteux, et qu’il est par conséquent nécessaire de réduire la pollution à la source;

L. considérant que selon le rapport d’évaluation mondial de l’IPBES de 2019 sur la biodiversité et les services écosystémiques, la pollution de l’eau constitue une menace importante pour la biodiversité mondiale, que la biodiversité d’eau douce figure parmi celles qui sont le plus menacées en Europe, que la pollution de l’eau a une incidence négative sur la flore et la faune, que les zones humides européennes, qui servent de puits de carbone naturels, ont diminué de 50 % depuis 1970, et que les espèces d’eau douce ont connu une régression de 83 % depuis cette même date;

M. considérant que le changement climatique est une des principales menaces pour les ressources en eau dans le monde, tant du fait d’une trop grande que d’une trop faible quantité d’eau, et que les écosystèmes d’eau douce sains et résilients sont mieux à même d’atténuer les effets du changement climatique et de s’y adapter;

N. considérant que la directive-cadre sur l’eau ne comporte aucune disposition spécifique concernant la lutte contre les effets du changement climatique, que dans sa communication sur le pacte vert pour l’Europe, la Commission reconnaît cependant que les fonctions naturelles des eaux souterraines et de surface doivent être rétablies, et que le bilan de qualité a montré que la directive-cadre sur l’eau «est suffisamment contraignante à l’égard des pressions à traiter, tout en étant suffisamment souple pour permettre de renforcer sa mise en œuvre, le cas échéant, compte tenu des défis qui se font jour et qui ne sont pas mentionnés dans la directive, comme le changement climatique, la rareté de l’eau et les polluants émergents»;

O. considérant que les zones urbaines ne cessent de s’étendre et d’augmenter la pression sur les stations d’épuration des eaux résiduaires, que le rejet d’eaux résiduaires urbaines et/ou industrielles non traitées ou insuffisamment traitées est la principale source, et partiellement non réglementée, de pollution de l’eau dans l’Union, que la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires n’était pas conçue initialement pour traiter des rejets de substances chimiques, de résidus pharmaceutiques ou de microplastiques dans les masses d’eau, que la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires a permis de réduire efficacement des polluants ciblés dans les masses d’eau en diminuant les charges de demande biochimique d’oxygène, d’azote et de phosphore dans les eaux résiduaires traitées au sein de l’Union, qu’une plus grande attention devrait néanmoins être accordée tant aux sources de pollution existantes qu’émergentes, qu’une autre source principale diffuse de pollution de l’eau est l’agriculture, qui est à l’origine de rejets de nutriments, de pesticides, d’antibiotiques et d’autres polluants dans les bassins versants et les rivières, que les dispositions de la PAC actuelle relatives à l’eau sont insuffisantes pour contribuer à la réalisation des objectifs de la directive‑cadre sur l’eau, et que la pollution diffuse constitue un obstacle à la mise en œuvre du principe du pollueur‑payeur;

P. considérant qu’un tiers des pays européens souffrent de pénuries d’eau, c’est-à-dire qu’ils disposent annuellement de moins de 5 m3 d’eau par habitant[22], qu’en cas de conflits liés à l’allocation des ressources en eau, le respect du droit de l’homme à l’eau doit être la priorité, et que 13 États membres ont déclaré faire face à un risque de désertification lors de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification[23];

Q. considérant que le captage d’eau exerce une pression importante sur les sources d’eau dans l’Union; qu’environ un quart des eaux détournées de l’environnement naturel de l’Union est destiné à des usages agricoles, et qu’un accord a été conclu sur le nouveau règlement relatif aux exigences minimales requises pour la réutilisation de l’eau, ce qui facilitera l’utilisation des eaux urbaines résiduaires traitées aux fins de l’irrigation agricole;

R. considérant qu’il existe des situations dans lesquelles les entités qui gèrent les masses d’eau sont financées par des activités qui détériorent l’état chimique et écologique des masses d’eau et, partant, entravent la réalisation des objectifs de la directive‑cadre sur l’eau, et que dans ces situations, les conflits d’intérêts sont difficiles à éviter et maintiennent les entités qui gèrent les masses d’eau dans des cercles vicieux qui les rendent dépendantes d’activités qui détériorent les masses d’eau;

S. considérant que 60 % des bassins hydrographiques se situent dans des régions transnationales, ce qui rend essentielle une coopération transfrontalière efficace, que 20 pays européens dépendent d’autres pays, pour plus de 10 % de leurs ressources en eau, que parmi ceux-ci, 5 pays tirent plus de 75 % de leurs ressources en eau de rivières provenant de l’étranger, et que le non‑respect de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires dans les régions frontalières entraîne une dégradation des masses d’eau transfrontières couvertes par la directive‑cadre sur l’eau, ce qui empêche l’État membre destinataire d’atteindre les objectifs fixés par cette directive;

T. considérant que la connectivité entre les cours d’eau, des petits ruisseaux aux estuaires et aux deltas, est essentielle pour les espèces de poissons migrateurs, dont les stades de vie sont un élément clé des écosystèmes concernés et de la chaîne alimentaire, et qui voient leur valeur socioculturelle augmenter dans les communautés de pêcheurs;

U. considérant que la consommation globale d’énergie du secteur de l’eau dans l’Union est importante et doit devenir plus efficiente pour contribuer aux objectifs de l’accord de Paris, aux objectifs climatiques de l’Union à l’horizon 2030 et parvenir à son objectif de neutralité carbone d’ici à 2050;

V. considérant que l’énergie hydroélectrique présente un potentiel immense pour décarboner la production d’électricité et contribue par conséquent à la réalisation des objectifs climatiques et énergétiques de l’Union en vertu de l’accord de Paris, que, comparé à l’électricité éolienne ou solaire, l’énergie hydroélectrique est moins fluctuante et contribue par conséquent à maintenir la continuité de l’approvisionnement en électricité et la stabilité des réseaux, que l’accumulation hydraulique par pompage représente plus de 90 %[24] de la capacité de stockage de l’énergie de l’Union, et que l’Union européenne devrait s’engager dans des projets hydrauliques respectueux de l’environnement qui, dans le même temps, ne font pas peser de menace sur la santé des communautés locales;

W. considérant que les changements structurels apportés aux masses d’eau sont à l’origine des principales pressions exercées sur l’état de ces masses d’eau[25], que les pressions hydromorphologiques touchent 40 % des masses d’eau de surface et consistent en des altérations physiques (26 %), des barrages et des écluses (24 %), des altérations hydrologiques (7 %) ou d’autres altérations hydromorphologiques (7 %), qu’il existe actuellement plus de 21 000 centrales hydroélectriques en Europe, et que l’Union n’a engagé aucun plan d’action global pour supprimer les barrages et déversoirs vétustes, malgré les preuves qui montrent qu’une coordination européenne sur ce sujet apporterait une valeur ajoutée;

X. considérant que le droit fondamental à l’eau et à l’assainissement a été reconnu comme un droit de l’homme par l’Assemblée générale des Nations unies le 28 juillet 2010;

Y. considérant que la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et la convention relative aux droits de l’enfant, entre autres conventions et accords internationaux, reconnaissent explicitement le droit à l’eau et à l’assainissement et obligent les États parties à prendre des mesures appropriées à cet égard;

Z. considérant qu’en Europe, un million de personnes sont privées d’accès à l’eau et huit millions de personnes n’ont pas accès à l’assainissement[26], que 844 millions de personnes dans le monde n’ont pas d’accès sûr à l’eau potable[27] et qu’un tiers de la population mondiale ne dispose pas d’installations sanitaires élémentaires; que l’initiative citoyenne européenne «L’eau, un droit humain» (Right2Water) avait recueilli plus de 1,8 million de signatures en mars 2014; qu’elle demandait qu’il soit mis fin à la libéralisation des services liés à l’eau, que l’accès de tous, dans l’Union et dans le monde, à l’eau et à l’assainissement soit garanti, que l’accès à l’eau potable pour le public soit amélioré, que la transparence en ce qui concerne la qualité de l’eau soit accrue et que le droit à l’eau soit inscrit dans la législation de l’Union; que la Commission a adopté sa communication en réponse à l’initiative «Right2Water»[28]; que dans sa résolution du 8 septembre 2015  sur le suivi de l’initiative citoyenne européenne «L’eau, un droit humain» (Right2Water), le Parlement a reproché à la Commission de ne pas avoir répondu aux demandes exprimées dans l’initiative et l’a invitée à reconnaître l’accès universel et le droit humain à l’eau[29];

AA. considérant que des études montrent que l’analyse des eaux résiduaires peut servir de système d’alerte précoce pour prévoir ou localiser des foyers de COVID-19 et ainsi jouer un rôle important dans la lutte contre la pandémie;

1. se félicite du fait que la directive-cadre sur l’eau est parvenue à mettre en place un cadre de gouvernance adéquat aux fins de la gestion intégrée de l’eau ainsi qu’à améliorer la qualité de l’eau, ou dans certains cas au moins à ralentir la détérioration de la qualité de l’eau;

2. se réjouit du fait que la Commission ait déclaré, dans son évaluation, que la directive-cadre sur l’eau était adaptée à l’objectif poursuivi, mais relève que sa mise en œuvre doive être améliorée et accélérée en associant les autorités compétentes des États membres et en poursuivant l’intégration des objectifs de la directive-cadre dans les politiques sectorielles, en particulier dans les secteurs de l’agriculture, des transports et de l’énergie, pour faire en sorte que toutes les masses d’eau de surface et d’eau souterraine soient en bon état d’ici à 2027 au plus tard;

souligne qu’aucune révision de la directive-cadre sur l’eau n’est nécessaire; invite la Commission à déclarer que la directive-cadre sur l’eau ne sera pas révisée afin de lever l’insécurité juridique; demande à la Commission de continuer à proposer des mises à jour des annexes le cas échéant;

4. déplore vivement que la moitié des masses d’eau de l’Union ne soient toujours pas en bon état et que les objectifs de la directive-cadre sur l’eau n’aient pas encore été atteints, principalement en raison de financements insuffisants, d’une lenteur particulière dans la mise en œuvre, d’une application insuffisante, d’un manque d’application du principe de précaution et du principe du pollueur-payeur et d’un recours massif aux dérogations prévues par la directive dans de nombreux États membres, et regrette également l’intégration insuffisante des objectifs environnementaux dans les politiques sectorielles;

5. souligne la nécessité de restaurer et d’améliorer la qualité de l’eau; relève que, pour améliorer l’état des masses d’eau, il est crucial que tous les niveaux de gouvernement et d’autorité dans les États membres participent et coopèrent à l’intégration des objectifs de la directive-cadre sur l’eau dans les politiques, la législation et les mesures liées à la directive; rappelle le principe de non-dégradation, selon lequel les États membres sont tenus de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour empêcher la dégradation de l’état des masses d’eau; invite les États membres à prendre de toute urgence les mesures nécessaires pour garantir la mise en œuvre, l’application et le respect de la directive-cadre sur l’eau, notamment à travers les troisièmes plans de gestion de district hydrographique, qui doivent être adoptés par les États membres en 2021; demande instamment à l’Union et à ses États membres ainsi qu’aux autorités régionales de veiller à ce que les prochains plans de gestion de district hydrographique soient adoptés dans les délais, dans le respect des exigences liées à la consultation publique; invite la Commission à accroître la disponibilité des financements et à apporter le soutien nécessaire aux États membres dans la mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau;

6. attire l’attention sur l’étude de l’OCDE qui estime que 253 milliards d’euros supplémentaires doivent être investis dans le secteur européen de l’eau avant 2030 pour maintenir ou atteindre la pleine conformité avec la législation applicable dans le domaine de l’eau[30]; invite la Commission, le Conseil, les États membres et, le cas échéant, les autorités régionales, à repérer et à mobiliser les fonds nécessaires et les instruments financiers pour les infrastructures qui ne nuisent pas à l’environnement ou qui n’ont pas d’effets néfastes sur la santé publique, mais aussi à recenser les infrastructures présentant un mauvais fonctionnement et qui ne sont pas aux normes et à s’attaquer au problème des nouveaux contaminants préoccupants et aux autres défis sociétaux; souligne la nécessité de soutenir financièrement les méthodes innovantes durables et en particulier les solutions fondées sur la nature, telles que les infrastructures d’épuration neutres en carbone ou fonctionnant par lagunage, la restauration des zones humides et des plaines inondables et la réhumidification des tourbières drainées, tout en tenant dûment compte des partenariats public-privé; souligne qu’il importe d’ajuster les flux de financement existants liés à la gestion de l’eau et à d’autres utilisations des sols pertinentes telles que l’agriculture, y compris les subventions, afin de passer des mesures techniques traditionnelles à des solutions fondées sur la nature;

7. invite les États membres à prendre toutes les mesures nécessaires, y compris à mobiliser les fonds, les ressources humaines et les compétences techniques nécessaires, pour se conformer pleinement à la directive-cadre sur l’eau dans les meilleurs délais et, en tout état de cause, en 2027 au plus tard; invite la Commission à publier des recommandations à l’intention des États membres pour veiller au respect de l’échéance de 2027; demande à la Commission de soutenir les États membres dans la mise en œuvre des directives sur l’eau par une assistance technique, des formations adéquates, le partage de bonnes pratiques et de connaissances techniques pour veiller à la réalisation des objectifs de la directive-cadre sur l’eau et la promotion de programmes d’échange professionnel entre les États membres; invite la Commission à fournir des orientations sur les conséquences, pour la mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau, de l’arrêt de la Cour de justice dans l’affaire C-461/13; invite la Commission à présenter une orientation claire sur l’application des dérogations au titre de l’article 4, paragraphe 4, point c), après 2027;

8. invite les États membres à définir les mesures de mise en œuvre nécessaires pour faire en sorte que les masses d’eau soient en bon état et à concevoir les programmes de mesures en s’appuyant sur les meilleures données disponibles; invite les États membres et la Commission à rendre publics les programmes de mesures des États membres et les évaluations respectives de ces programmes afin de promouvoir l’échange de bonnes pratiques et de stratégies et d’améliorer l’accès du public à l’information;

9. estime que le principe selon lequel, si un indicateur est mauvais, l’état général est mauvais, devrait rester intact; invite la Commission à concevoir des méthodes d’information complémentaires (comme la distance par rapport à l’objectif, les mesures mises en œuvre et les progrès accomplis sur des paramètres particuliers) qui offrent la possibilité de mieux évaluer les progrès réalisés en vue de parvenir à un bon état de l’eau; souligne l’importance de la transparence et de la communication au public d’informations complètes sur la qualité et la quantité de l’eau dans l’Union;

10. déplore l’application de dérogations à plus de la moitié des masses d’eau de l’Union sans véritable justification; demande à la Commission et aux États membres de mettre à jour les documents d’orientation relatifs à l’application des dérogations afin de limiter cette pratique uniquement aux cas dûment justifiés, de façon à ce qu’elle n’entrave plus la réalisation des objectifs environnementaux de la directive-cadre sur l’eau; invite la Commission à engager rapidement et systématiquement des procédures d’infraction lorsque les dérogations ne sont pas justifiées;

11. déplore que le principe de récupération des coûts, qui prévoit une participation financière effective et proportionnée de tous les utilisateurs de l’eau à la récupération des coûts des services liés à l’utilisation de l’eau, soit peu ou pas appliqué dans plusieurs États membres, eu égard notamment aux ménages, à l’industrie et à l’agriculture; souligne que l’utilisation de l’eau dans certaines régions de l’Union menace l’état quantitatif des masses d’eau et dépasse le niveau permettant un maintien du débit écologique; invite les États membres et leurs autorités régionales à mettre en œuvre des politiques adéquates en matière de tarification de l’eau et à appliquer pleinement le principe de récupération des coûts, tant pour l’environnement et que pour les ressources, conformément à la directive-cadre sur l’eau, ainsi qu’à appliquer le principe du pollueur-payeur; rappelle que le principe de récupération des coûts peut être appliqué au regard de ses effets sociaux, environnementaux et économiques, ainsi que des conditions géographiques et climatiques des régions concernées; invite la Commission à faire appliquer ce principe; insiste toutefois sur le fait que le droit à l’eau et à l’assainissement doit être garanti et que chacun doit avoir accès à des services liés à l’utilisation de l’eau abordables et de bonne qualité;

12. invite la Commission à prendre promptement des mesures strictes visant à poursuivre les infractions des États membres pour veiller à ce que tous les États membres respectent pleinement la législation sur l’eau, et en particulier la directive-cadre sur l’eau, dès que possible et d’ici 2027 au plus tard; demande instamment à la Commission de prendre rapidement des mesures strictes en ce qui concerne également les procédures d’infraction ouvertes pour violations systémiques de la législation de l’Union sur l’eau; demande à la Commission de renforcer ses ressources liées aux procédures d’infraction en général, et à la législation environnementale de l’Union en particulier;

13. constate que le changement climatique a et continuera d’avoir des répercussions considérables sur les sources d’eau douce, avec des sécheresses entraînant un épuisement des cours d’eau et des concentrations de polluants accrues, notamment dans les zones d’eau «fermées» ainsi que de fortes précipitations entraînant une augmentation du ruissellement d’origine urbaine et agricole; rappelle que la fréquence accrue des phénomènes climatiques extrêmes comme les cyclones et les tempêtes entraîne une augmentation de la salinité des eaux douces et littorales; souligne que la hausse des températures entraîne celle du stress hydrique, ce qui a une incidence sur l’environnement, sur plusieurs secteurs économiques qui dépendent du captage et de la consommation de grandes quantités d’eau, ainsi que sur la qualité de vie; fait valoir que la résilience des écosystèmes aquatiques, les inondations, la rareté de l’eau et leur incidence sur la production alimentaire devraient être dûment prises en compte dans la stratégie de l’Union à venir en matière d’adaptation au changement climatique, conformément à l’article 2, paragraphe 1, point b), de l’accord de Paris, ainsi que dans le processus de mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau (plans de gestion de district hydrographique);

14. propose que la Commission aide les États membres à partager et à promouvoir les connaissances et les bonnes pratiques en ce qui concerne les différents efforts d’adaptation au changement climatique déployés à l’échelle régionale et locale dans l’Union;

15. souligne que les rivières et les zones humides sont les zones les plus menacées bien qu’elles soient considérées comme les plus grands fournisseurs de services écosystémiques; rappelle que les zones humides, tout comme les écosystèmes marins et côtiers, jouent un rôle fondamental dans la régulation de l’eau et du climat, et fournissent des services à travers leurs écosystèmes naturels, leurs ressources et le développement d’activités économiques ou culturelles, qui dépendent tous d’un bon état écologique des ressources hydriques; souligne que les zones humides sont des puits de carbone, qu’elles permettent de stabiliser le climat au niveau mondial, qu’elles jouent un rôle important dans l’atténuation des inondations et des sécheresses, qu’elles fournissent de l’eau propre, qu’elles protègent les côtes, qu’elles rechargent les aquifères souterrains, qu’elles favorisent une grande diversité géologique, qu’elles jouent un rôle essentiel dans le paysage et qu’elles fournissent des services récréatifs et culturels à la société; demande donc instamment à la Commission et aux États membres d’adopter des mesures pour réduire l’exploitation des aquifères, de faire en sorte que le développement urbain se déroule hors des plaines inondables et de respecter la biodiversité des rivières et des zones humides;

16. souligne que l’utilisation efficace de l’eau est une contribution importante aux objectifs climatiques de l’Union, car elle permet d’économiser l’énergie utilisée pour le pompage de l’eau, de diminuer la quantité de produits chimiques intervenant dans son traitement et de réduire le stress hydrique; constate que certains États membres affichent des taux élevés de fuite de canalisations, qui ne sont pas acceptables au regard des objectifs climatiques et des efforts consentis pour parvenir à une utilisation efficace des ressources; se réjouit du fait que, dans le cadre de la nouvelle directive relative à l’eau potable, la Commission évaluera les taux de fuite et fixera des valeurs limites qui inciteront les États membres concernés à adopter des mesures; se réjouit également de la nouvelle obligation pour les fournisseurs d’eau à grande échelle d’assurer la transparence de leurs services en ce qui concerne les taux de fuite;

17. constate que dans toute l’Union, les masses d’eau utilisées pour la production d’eau potable subissent des pressions nouvelles et anciennes qui nécessitent des efforts de traitement et de purification accrus de la part des fournisseurs d’eau; invite les États membres à mettre pleinement en œuvre l’article 7, paragraphe 3, de la directive-cadre sur l’eau et à prendre toutes les mesures nécessaires afin de mettre un terme à la détérioration des masses d’eau utilisées pour le captage d’eau destinée à la consommation humaine;

18. accueille favorablement les preuves tendant à démontrer que les directives ont entraîné une réduction de la pollution chimique dans les eaux de l’Union; estime toutefois qu’il existe un besoin urgent d’amélioration dans le domaine des produits chimiques; constate que la Commission a relevé des différences inattendues entre les États membres, principalement en ce qui concerne la façon de mettre à jour la liste des substances prioritaires et de prendre en compte les effets combinés des mélanges; relève en outre que jusqu’ici, la directive sur les substances prioritaires inclut à peine les substances pertinentes pour l’approvisionnement en eau potable; fait observer que des différences considérables entre les approches en matière de classification, d’évaluation et de méthodes de notification rendent difficiles les comparaisons et les analyses à l’échelle de l’Union;

19. invite la Commission à prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre un bon état chimique et à agir résolument au niveau de l’Union lorsque les États membres ne respectent pas les normes de qualité environnementale pour les substances prioritaires qui relèvent du champ d’application de la législation de l’Union; souligne que les substances pertinentes pour la production d’eau potable, telles que les substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) et les produits pharmaceutiques pertinents, devraient être ajoutées à la liste des substances prioritaires; estime que les polluants émergents et la toxicité des mélanges peuvent et doivent être traités dans le cadre de la directive-cadre sur l’eau et de ses directives «filles» spécifiques; invite la Commission à mettre à jour et à compléter la liste des substances concernées annexée à la directive sur les substances prioritaires et à la directive sur la protection des eaux souterraines, afin de permettre la réalisation des objectifs de la directive-cadre sur l’eau et de mieux protéger les ressources en eau potable; invite la Commission à aligner la mise en œuvre de la législation sur l’eau avec la stratégie pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques et la stratégie en faveur de la biodiversité afin que les masses d’eau douce et les écosystèmes qu’elles abritent bénéficient d’une protection adéquate, à fixer un délai pour l’élimination progressive de toutes les utilisations non indispensables de PFAS et d’encourager la mise au point de solutions de remplacement sûres et non persistantes pour toutes les utilisations de PFAS; demande instamment à la Commission de financer la recherche et le développement de stratégies pour lutter contre les substances persistantes, bioaccumulables et toxiques ubiquistes afin d’améliorer la qualité des masses d’eau et de réduire les risques pour la santé animale et humaine et l’environnement; recommande d’élaborer de nouvelles lignes directrices afin d’améliorer les méthodes de surveillance des mélanges chimiques et des effets cocktails ainsi que l’élaboration de rapports en la matière; demande qu’une plus grande utilisation soit faite de la liste de surveillance pour contrôler les polluants potentiels de l’eau et déterminer le risque qu’ils représentent pour l’environnement aquatique; invite la Commission à accélérer son travail d’élaboration de méthodes d’évaluation et de gestion des mélanges chimiques et à compléter son travail par l’introduction d’un facteur d’évaluation des mélanges;

20. relève qu’il est estimé que les microplastiques restent dans l’eau douce pendant des siècles et que les stations d’épuration des eaux existantes ne filtrent pas complètement ces particules; salue par conséquent la décision d’élaborer une méthode de suivi des microplastiques et l’établissement d’une liste de vigilance dans la version révisée de la directive relative à l’eau potable; demande instamment à la Commission et aux États membres de renforcer les mesures des risques à la source afin de parvenir à un environnement non toxique et à une économie circulaire; souligne que la réduction des émissions à la source soulagerait la pression sur les écosystèmes et diminuerait le coût du traitement de l’eau; demande que des mesures décisives soient prises au niveau de l’Union, des États membres et des régions pour lutter contre les polluants émergents, tels que les PFAS, les microplastiques, les perturbateurs endocriniens et les produits pharmaceutiques, selon une approche holistique, commençant par des mesures de contrôle à la source et se terminant, en dernier recours, par des solutions complémentaires en aval; invite la Commission et les États membres à suivre pleinement une approche axée sur le cycle de vie des polluants, tout en appliquant le principe du pollueur-payeur, y compris par l’intermédiaire d’instruments innovants tels que des régimes de responsabilité élargie des producteurs afin de financer les solutions de traitement;

21. souligne qu’il importe d’intensifier les mesures de lutte contre l’eutrophisation des eaux douces et salées due à l’azote et au phosphore provenant de toutes les sources, notamment de l’agriculture et des eaux résiduaires non traitées ou insuffisamment traitées; rappelle que l’eutrophisation détériore l’état environnemental des masses d’eau et les rend plus vulnérables aux espèces exotiques envahissantes; demande instamment à tous les agriculteurs d’utiliser l’outil de gestion des nutriments pour une agriculture durable, qui favorise une meilleure gestion et réduit les fuites de nutriments dans les eaux souterraines et de surface; demande aux États membres de déterminer de manière appropriée les zones vulnérables à la pollution par les nitrates ainsi que de mettre pleinement en œuvre et de faire respecter les mesures adoptées dans le cadre de la directive sur les nitrates;

22. souligne que la crise actuelle de la biodiversité devrait être pleinement prise en compte par les États membres dans le cadre de la mise en œuvre des politiques de l’eau, en limitant les facteurs de stress pour les écosystèmes aquatiques et en restaurant les écosystèmes dégradés; souligne l’importance de la nouvelle stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030; rappelle que dans le cadre de la mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau, il convient de veiller à sa pleine conformité avec la nouvelle stratégie en faveur de la biodiversité, les directives relatives aux oiseaux et aux habitats naturels et les autres législations environnementales;

23. se félicite de l’engagement pris par la Commission, dans le cadre de sa stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030, de restaurer 25 000 km de cours d’eau à courant libre dans l’Union par la suppression des barrières et le rétablissement des plaines d’inondation, et de créer une méthodologie et prendre des dispositions à l’échelle de l’Union pour cartographier et évaluer l’état des écosystèmes et veiller à ce qu’ils soient en bon état; relève qu’il existe actuellement 21 000 centrales hydroélectriques dans l’Union et que l’hydroélectricité et les petites centrales hydrauliques représentent la plus grande part d’énergie renouvelable dans l’Union; prend note des avancées réalisées dans le domaine de l’énergie hydroélectrique à faible incidence; souligne toutefois que la construction de barrages peut avoir des effets négatifs sur les habitats et entraîner de fortes pressions sur les eaux de surface; rappelle que la directive-cadre sur l’eau impose des critères stricts en matière de protection des conditions hydromorphologiques; invite la Commission et les États membres à veiller à une évaluation rigoureuse de l’incidence des altérations qui en résultent sur la qualité de l’eau, sa quantité et les écosystèmes et à ce que tous les projets existants et les nouveaux projets potentiels de centrale hydroélectrique respectent les objectifs de la directive-cadre sur l’eau; demande donc instamment à la Commission de consulter toutes les directions générales, y compris la direction générale de l’énergie, lorsqu’elle évalue l’incidence environnementale des centrales hydroélectriques et de tenir compte de leurs recommandations;

24. invite les États membres et la Commission à prendre toutes les mesures nécessaires pour limiter les pressions exercées sur les masses d’eau de surface, afin de restaurer les fonctions naturelles des cours d’eau et de protéger les écosystèmes; invite les États membres à s’abstenir de construire des centrales hydroélectriques et d’éviter les autres projets de construction qui entraîneraient d’importantes pressions hydromorphologiques dans des zones protégées; estime que des subventions européennes et des financements publics pour des projets situés dans des zones non protégées ne devraient être accordés qu’aux nouvelles centrales hydroélectriques dont les bénéfices dépassent largement les incidences négatives globales;

25. salue le fait que, selon le dixième rapport biennal sur la mise en œuvre par les États membres de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires[31], la collecte et le traitement des eaux urbaines résiduaires se soient améliorés ces dix dernières années dans l’Union, et que la directive ait permis de réduire les charges polluantes, contribuant ainsi à l’amélioration de la qualité de l’eau; déplore néanmoins que la directive en question ne soit toujours pas pleinement appliquée, certains États membres étant encore très loin de leurs objectifs; partage l’avis de la Commission selon lequel davantage d’efforts sont nécessaires pour traiter la pollution restante, les nouveaux contaminants préoccupants, l’utilisation d’énergie et la gestion des boues ainsi que les questions de gouvernance; regrette toutefois que lors de l’évaluation de la directive, son efficacité en ce qui concerne les rejets des eaux résiduaires industrielles dans les systèmes de collecte et les stations d’épuration des eaux urbaines résiduaires n’ait pas été analysée;

26. invite la Commission à tenir compte de ces éléments lors de sa révision de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires; demande instamment à la Commission d’aider les États membres à mettre en œuvre la directive en promouvant un financement durable de l’eau et en incitant au développement et au déploiement de technologies innovantes de traitement des eaux résiduaires; invite la Commission à analyser attentivement comment les exigences de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires concernant la construction et l’élargissement des stations d’épuration à toutes les étapes du développement technique interagissent avec l’obligation de non-dégradation définie par la directive-cadre sur l’eau, afin de garantir la cohérence entre ces deux textes législatifs et le traitement des eaux urbaines résiduaires tout en conservant toutes les incitations à l’adoption de mesures techniques de traitement adaptées; encourage la Commission à prendre si nécessaire des mesures législatives; souligne que pour lutter contre les polluants émergents, il est essentiel de prendre des mesures visant avant tout à remédier au problème à la source; souligne que toute future révision de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires devrait aussi tenir compte des nouvelles difficultés posées par ces polluants;

27. souligne que la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires et la directive-cadre sur l’eau ne traitent pas de manière adéquate les problèmes découlant du changement climatique, tels que les surcharges dues aux pluies d’orage, les ruissellements urbains et les inondations dans les agglomérations, ni les incidences d’un traitement insuffisant des eaux résiduaires sur la masse d’eau qui les reçoit; estime que l’Union, ses États membres et les autorités régionales devraient renforcer la surveillance et le contrôle des effets de l’augmentation des surcharges dues aux pluies d’orage et du ruissellement urbain, car ces derniers polluent de manière significative les masses d’eau souterraines et de surface;

28. insiste sur la nécessité d’une approche globale dans le cadre de l’évaluation de l’incidence environnementale des installations hydroélectriques, en incluant les bénéfices sociétaux de produire de l’électricité sans émission et de garantir l’approvisionnement énergétique par l’hydroélectricité et l’accumulation hydraulique par pompage; souligne à cet égard la contribution remarquable de l’électricité générée par les centrales hydroélectriques à la réalisation des objectifs climatiques et énergétiques de l’Union et aux engagements de l’Union en vertu de l’accord de Paris; souligne qu’il existe des méthodes et des technologies permettant de réduire l’incidence sur l’environnement et la faune aquatique; souligne que les centrales hydroélectriques existantes présentent un fort potentiel d’amélioration de leur efficacité;

29. note que le passage du transport routier de marchandises aux voies navigables intérieures devrait être pleinement compatible avec le principe de non-dégradation de la directive-cadre sur l’eau, ainsi qu’avec les autres dispositions législatives environnementales, y compris les directives «Oiseaux» et «Habitats», et devrait aller de pair avec le soutien à des carburants et technologies durables de substitution et à la navigation intérieure, tels que le branchement à quai des navires, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’autres polluants et d’éviter une détérioration de l’état écologique et chimique des masses d’eau et une dégradation de la qualité de l’air, ainsi que d’éviter tout stress pour les écosystèmes aquatiques, de préserver la biodiversité et de tendre vers un environnement sans pollution;

30. note la forte consommation énergétique du secteur de l’eau; invite la Commission à réfléchir à des mesures en faveur de l’efficacité énergétique du secteur et à la possibilité d’utiliser les eaux résiduaires traitées comme une source d’énergie renouvelable «sur site»; invite la Commission à encourager les améliorations en matière d’efficacité énergétique dans les stations d’épuration des eaux résiduaires afin de reconnaître et d’exploiter le potentiel d’économie d’énergie du secteur; souligne que d’après l’évaluation par la Commission de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, les économies d’énergie potentielles se situent entre 5 500 GWh et 13 000 GWh par an;

31. constate que le captage d’eau en Europe a diminué de plus de 20 % au cours de ces 15 dernières années; observe néanmoins que huit pays peuvent être considérés comme souffrant de stress hydrique[32], ce qui représente 46 % de la population européenne, que le nombre de pays en situation de stress hydrique ne cesse d’augmenter et qu’environ un quart de l’eau détournée de son environnement naturel au sein de l’Union est utilisée à des fins agricoles[33]; note le potentiel de la réutilisation de l’eau pour la création d’une économie circulaire des ressources en eau et la réduction des prélèvements directs sur les masses d’eau et les eaux souterraines; salue l’accord concernant le nouveau règlement du Parlement européen et du Conseil relatif aux exigences minimales applicables à la réutilisation de l’eau, qui facilitera l’utilisation des eaux urbaines résiduaires traitées aux fins de l’irrigation agricole; soutient la modernisation constante des infrastructures d’irrigation par l’innovation et les nouvelles technologies;

32. souligne qu’il importe de trouver des synergies entre l’évaluation des risques d’inondation et la planification de la prévention des catastrophes et de la préparation préalable dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’Union; invite la Commission, les États membres et, le cas échéant, les autorités régionales à élaborer des stratégies de gestion de la sécheresse, notamment en vue de garantir l’approvisionnement en eau potable et la production alimentaire, dans le cadre des plans de gestion des bassins hydrographiques et des plans de gestion des risques d’inondation, et d’y intégrer des systèmes numérisés de surveillance, de contrôle et d’alerte précoce pour l’état de la végétation et sa réaction à la sécheresse qui viendraient appuyer une prise de décisions efficace et fondée sur des données sur les mesures de protection, de réaction et de communication; invite la Commission et les États membres à placer la restauration des plaines inondables et des zones humides ainsi que la protection des masses d’eau souterraines au cœur de ces plans, des masses d’eau et des écosystèmes en bon état étant essentiels pour réduire l’incidence négative des sécheresses comme des inondations;

33. note qu’un domaine dans lequel la directive-cadre sur l’eau a été jugée inefficace par les parties prenantes est la gestion des effets des inondations[34]; invite les États membres à consacrer davantage d’efforts à la lutte contre le changement climatique et les nouveaux problèmes de captage (excessif) qui pourraient se poser dans les bassins hydrographiques, y compris ceux qui ne sont pas traditionnellement confrontés à des problèmes de captage1 bis; note qu’une approche globale de la gestion de l’eau et de l’adaptation au changement climatique permettrait d’apporter une réponse plus efficace aux phénomènes extrêmes et de réduire leur incidence; demande une pleine intégration des questions liées au changement climatique dans la mise en œuvre de la directive et souligne par ailleurs à cet égard le potentiel des solutions fondées sur la nature: réaffirme qu’il convient de veiller à ce que des dépenses publiques suffisantes soient consacrées aux objectifs de la directive-cadre sur l’eau et aux adaptations requises;

34. suggère de remédier aux sécheresses et à la rareté de l’eau en donnant la priorité au captage d’eau pour la production d’eau potable par rapport à d’autres utilisations, afin de garantir le respect du droit fondamental à l’eau, et en mettant en œuvre des solutions pour collecter l’eau de pluie et les vagues d’inondation en vue d’une utilisation ultérieure, y compris, entre autres, des projets de collecte des eaux de pluie dans la conception de bâtiments et d’infrastructures, des bassins de stockage souterrain, des systèmes doubles de distribution d’eau dans les habitations et des projets de réutilisation de carrières désaffectées, le cas échéant; encourage la recherche et l’investissement dans les mesures qui contribuent à lutter contre la sécheresse et la rareté de l’eau;

35. souligne qu’il importe d’aligner la politique agricole commune (PAC), la directive relative à l’eau potable, la directive sur les nitrates, le règlement sur les produits phytopharmaceutiques, la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires et le règlement REACH sur la directive-cadre sur l’eau en ce qui concerne la nécessité de renforcer les mesures de protection des eaux et d’utiliser plus efficacement l’eau dans l’agriculture; souligne la nécessité d’augmenter considérablement le financement des mesures en faveur de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique dans les deux piliers de la PAC, ainsi que d’accorder un financement supplémentaire à des mesures écologiques ciblées dans le cadre de la révision de la PAC, afin de garantir une gestion durable de l’eau et d’améliorer la qualité des sols; invite instamment les États membres à intégrer et à mettre en œuvre dans leurs plans stratégiques relevant de la PAC une réduction de l’utilisation des engrais ainsi que de l’utilisation et des risques des pesticides, et à intégrer des éléments liés à l’eau dans leurs systèmes de conditionnalité; invite la Commission à définir la pollution des eaux douces et le captage excessif comme des sujets prioritaires dans les recommandations aux États membres liées à la PAC; demande, pour finir, à la Commission de veiller à ce que la politique de cohésion (le règlement portant dispositions communes[35], le Fonds européen de développement régional/le Fonds de cohésion[36]) assure aussi la mise en œuvre de la directive-cadre sur l’eau, dans le cadre également de l’objectif politique n° 2 du RPDC;

36. se félicite des objectifs de réduction de 50 % de l’utilisation et des risques des pesticides d’ici à 2030 et de réduction de la perte de nutriments due aux engrais, énoncés dans les stratégies «De la ferme à la table» et en faveur de la biodiversité, de la décision de réviser la directive sur l’utilisation durable des pesticides et de l’intégration d’une meilleure gestion des nutriments dans les objectifs des nouveaux plans stratégiques relevant de la PAC et des deux stratégies; demande que soient traduits dans la législation les cibles et objectifs susmentionnés, ainsi que le prochain plan d’action «zéro pollution»; souligne la nécessité de réduire de toute urgence l’incidence des pesticides sur les ressources en eau potable en traitant pleinement la question de la protection de ces ressources dans le cadre des processus d’approbation (ou de renouvellement) des substances actives et d’autorisation (ou de renouvellement) des pesticides;

37. invite la Commission à réviser les normes de qualité de la directive sur les eaux souterraines, à améliorer l’homogénéisation des normes et à réduire le large éventail de seuils dans les États membres;

38. encourage la Commission et les États membres à mieux intégrer la directive sur la gestion des risques d’inondation dans les politiques visant à donner la priorité à des solutions fondées sur la nature, et à ajuster les flux de financement en conséquence; souligne qu’il importe de gérer les bassins hydrographiques de manière intégrée et globale;

39. demande à la Commission et aux États membres de mettre en place une approche intégrée entre la directive-cadre sur l’eau et la directive-cadre «stratégie pour le milieu marin», étant donné que 97,3 % des ressources hydriques sur terre proviennent des océans, et que les eaux souterraines, continentales, de transition, côtières et marines sont liées par le cycle de l’eau et le lien terre-mer;

40. demande un renforcement des mesures et un financement suffisant pour améliorer la migration des poissons dans l’ensemble de l’Union; invite à inclure, lorsque cela s’y prête, la connectivité entre les cours d’eau dans les critères techniques de sélection définis dans le cadre de la taxinomie verte de l’Union pour les activités durables, et à considérer comme durables les projets liés à l’énergie et aux transports uniquement lorsque ceux-ci comprennent des passes migratoires semi-naturelles;

41. note que «l’utilisation durable et la protection des ressources hydrologiques et marines» est l’un des six objectifs environnementaux de la taxinomie de l’Union pour une finance durable; encourage par conséquent à le prendre en compte pour évaluer les investissements publics et privés en vue de la protection des masses d’eau;

42. demande à la Commission et aux États membres d’adopter, au cours du prochain cycle de planification hydrologique, toutes les mesures nécessaires pour faciliter la préservation et la restauration des écosystèmes aquatiques, de promouvoir des solutions fondées sur la nature, de faire participer le secteur financier au moyen d’investissements durables et de favoriser la formation et l’éducation sur la croissance verte;

43. invite la Commission à aider et à soutenir les États membres dans la coordination transfrontière des masses d’eau couvertes par la directive-cadre sur l’eau; invite les États membres à donner la priorité aux mesures issues de la directive-cadre sur l’eau et à la mise en œuvre de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires dans les régions transfrontalières et à améliorer leur coopération dans les districts hydrographiques internationaux;

44. invite instamment la Commission à rationaliser et à améliorer les systèmes de surveillance de la qualité de l’eau et des polluants environnementaux, en recueillant, entre autres, des données sur les principales sources d’émission de substances dangereuses, y compris les résidus radioactifs et de pesticides et les métabolites, les biocides, les résidus pharmaceutiques, les substances chimiques préoccupantes (telles que les substances perfluoroalkylées) et les microplastiques, ainsi que d’autres polluants émergents dans les masses d’eau de l’Union, et à recourir aux techniques disponibles les plus récentes et les plus efficaces; demande instamment à la Commission d’adopter des lignes directrices pour l’harmonisation des réseaux de mesure et des déclarations de données; invite la Commission, dans le cadre de son plan d’action «zéro pollution», à faciliter l’utilisation de méthodes de surveillance et d’indicateurs biologiques non invasifs afin de réduire autant que possible l’exposition des humains et de la faune à des polluants dans l’air, le sol et l’eau; demande instamment aux États membres d’avoir recours à leurs réseaux de surveillance complets lorsqu’ils transmettent des données à la Commission;

45. invite la Commission, les États membres et les fournisseurs d’eau à généraliser la numérisation et à promouvoir l’utilisation des données de gestion et des compteurs dans la prise de décisions fondée sur des données probantes tant au niveau réglementaire qu’au niveau de la consommation; appelle de ses vœux des technologies numérisées liées à l’eau afin de permettre une surveillance et une communication d’informations à distance sur la qualité de l’eau, les fuites, les utilisations de l’eau et les ressources en eau;

46. note le potentiel de la numérisation et de l’intelligence artificielle pour améliorer la gestion et la surveillance des masses d’eau, créer de meilleures données et anlyser les informations pour soutenir les décideurs, étant donné qu’elles pourraient grandement contribuer à la détection rapide de petits changements dans la qualité de l’eau qui pourraient représenter une menace pour les masses d’eau, à l’évaluation des bonnes pratiques et à la définition des mesures les plus rentables;

47. invite les États membres à créer des cadres juridiques pour empêcher des situations dans lesquelles les entités gérant les masses d’eau sont financées par des activités qui détériorent leur état chimique et écologique; invite les États membres à séparer clairement les entités chargées de la gestion des masses d’eau et celles chargées de l’évaluation de leur état;

48. souligne la nécessité d’harmoniser les données sur l’eau et de créer des normes obligatoires de déclaration pour les États membres afin d’accroître la transparence des données; invite la Commission à continuer d’améliorer le système européen d’information sur l’eau pour en faire un outil convivial pour tous les citoyens de l’Union donnant des informations sur la quantité, la qualité et la disponibilité des ressources en eau, en plus de comparer la gestion des masses d’eau;

49. note que, selon le bilan de qualité, il est possible d’améliorer encore tant l’accessibilité des informations sur les politiques dans le domaine de l’eau et la qualité de l’eau que leur niveau de détail; invite les États membres et la Commission à remédier à cette situation et à fournir aux résidents de l’Union européenne des informations claires, exhaustives et facilement accessibles en la matière; demande en outre une plus grande transparence et, par conséquent, une amélioration significative de la consultation publique, de la sensibilisation et de l’éducation du public à l’eau et aux liens entre l’eau, les écosystèmes, l’assainissement, la santé, l’innocuité des aliments, la sécurité alimentaire et la prévention des catastrophes, un encouragement du dialogue intersectoriel entre les opérateurs économiques, les fournisseurs d’eau, le grand public, les autorités et les organisations de la société civile, ainsi que la garantie de l’accès à la justice au titre de la directive sur l’évaluation des incidences sur l’environnement (EIE) et de la directive-cadre sur l’eau, conformément à la jurisprudence de la Cour de justice;

50. se félicite que l’Union ait partiellement répondu à l’initiative «Right2Water» dans la refonte de la directive 98/83/CE[37] du Conseil relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine en insérant un nouvel article sur l’accès à l’eau et une plus grande transparence sur sa qualité afin d’améliorer la santé et l’environnement; invite les États membres à mettre en œuvre et appliquer pleinement la directive-cadre sur l’eau afin de garantir l’accès de tous à l’eau et de répondre pleinement à l’initiative «Right2Water»;

51. invite les États membres et les fournisseurs d’eau à utiliser systématiquement les tests de dépistage de la COVID-19 dans les eaux résiduaires comme système d’alerte précoce pour soutenir la lutte contre la pandémie;

52. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission.

 

 

[1] JO L 327 du 22.12.2000, p. 1.

[2] JO L 135 du 30.5.1991, p. 40.

[3] JO L 372 du 27.12.2006, p. 19.

[4] JO L 288 du 6.11.2007, p. 27.

[5] JO L 375 du 31.12.1991, p. 1.

[6] JO L 348 du 24.12.2008, p. 84.

[7] JO L 177 du 5.6.2020, p. 32.

[8] JO L 164 du 25.6.2008, p. 19.

[9]  JO L 396 du 30.12.2006, p.1.

[10] JO L 334 du 17.12.2010, p. 17.

[11] Textes adoptés de cette date, P9_TA(2019)0078.

[12] Communication de la Commission du 20 mai 2020 intitulée «Stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 – Ramener la nature dans nos vies» (COM(2020)0380).

[13] Communication de la Commission du 20 mai 2020 intitulée «Une stratégie "De la ferme à la table" pour un système alimentaire équitable, sain et respectueux de l’environnement» (COM(2020)0381).

[14] Décision nº 1386/2013/UE du Parlement européen et du Conseil du 20 novembre 2013 relative à un programme d’action général de l’Union pour l’environnement à l’horizon 2020 «Bien vivre, dans les limites de notre planète» (JO L 354 du 28.12.2013, p. 171).

[16] Énoncés dans la résolution 70/1 de l’Assemblée générale des Nations unies du 25 septembre 2015 intitulée «Transformer notre monde: le Programme de développement durable à l’horizon 2030».

[17] JO C 324 du 1.10.2020, p. 28.

[18] JO C 110 du 22.3.2019, p. 94.

[20] Rapport de l’Agence européenne pour l’environnement du 4 décembre 2019 intitulé «The European environment – state and outlook 2020: knowledge for transition to a sustainable Europe» (L’environnement en Europe – État et perspectives 2020: une analyse au service de la transition vers une Europe durable).

[21] Synthèse de la Commission du 10 décembre 2019 sur le bilan de qualité de la directive-cadre sur l’eau et de la directive «Inondations».

[23] Document d’information de la Cour des comptes de juin 2018 intitulé «Désertification dans l’UE».

[24] Étude de la Commission de mars 2020 sur le stockage de l’énergie – Contribution à la sécurité de l’approvisionnement en électricité en Europe, p. 20.

[27] Organisation mondiale de la santé et Fonds des Nations unies pour l’enfance, Progrès en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène: mise à jour 2017 et évaluation des ODD, Organisation mondiale de la santé et Fonds des Nations unies pour l’enfance, Genève, 2017, p. 3.

[28] Communication de la Commission du 19 mars 2014 sur l’initiative citoyenne européenne «L’eau et l’assainissement sont un droit humain! L’eau est un bien public, pas une marchandise!» COM(2014)0177.

[31] Dixième rapport de la Commission du 10 septembre 2020 sur l’état de mise en œuvre et les programmes de mise en œuvre (COM(2020)0492).

[34] Bilan de qualité de la directive-cadre sur l’eau et de la directive «Inondations», pp. 66 et 199.

[35] Règlement (UE) no 1303/2013 du Parlement européen et du Conseil du 17 décembre 2013 portant dispositions communes relatives au Fonds européen de développement régional, au Fonds social européen, au Fonds de cohésion, au Fonds européen agricole pour le développement rural et au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, portant dispositions générales applicables au Fonds européen de développement régional, au Fonds social européen, au Fonds de cohésion et au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche, et abrogeant le règlement (CE) no 1083/2006 du Conseil (JO L 347 du 20.12.2013, p. 320).

[36] Proposition de la Commission concernant un règlement du Parlement européen et du Conseil relatif au Fonds européen de développement régional et au Fonds de cohésion (COM(2018)0372).

[37] Directive 98/83/CE du Conseil du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (JO L 330 du 5.12.1998, p. 32).

Dernière mise à jour: 15 décembre 2020Avis juridique - Politique de confidentialité