Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

 Index 
 Texte intégral 
Compte rendu in extenso des débats
Jeudi 18 mai 2000 - Strasbourg Edition JO

Lutte contre la traite des femmes
MPphoto
 
 

  Turco (TDI). - (IT) Monsieur le Président, au nom des députés de la liste Bonino, je remercie Mme Sörensen pour son excellent rapport sur le problème dramatique de la traite des femmes. Nous sommes sûrs que ce rapport, extrêmement équilibré, sera approuvé par ce Parlement à une très large majorité. Nous en sommes sûrs parce que personne ne peut tolérer les violences commises aujourd'hui sur les femmes violées, dupées ou contraintes sous la menace à entrer sur le territoire de l'Union européenne pour se livrer à la prostitution forcée ou à tout autre travail forcé.

Nous connaissons tous les histoires effroyables de prostituées, souvent mineures, violées dans leur pays d'origine, forcées à entrer dans l'Union illégalement, violentées, menacées de représailles sur les membres de leur famille ou, peut-être même, assassinées si elles décident, avec courage, de dénoncer leurs souteneurs. Le rapport indique certaines solutions possibles, déjà appliquées avec succès, telles que l'octroi de permis de séjour, la protection et l'assistance sanitaire gratuite. Ces mesures, déjà appliquées avec succès dans certains États, doivent être étendues à tout le territoire de l'Union.

Je voudrais, néanmoins, attirer votre attention sur une question d'une extrême importance : ne sont-ce pas l'interdiction, directe et indirecte, de la prostitution et les lois restrictives en matière d'immigration qui sont à l'origine de la traite et de la prostitution forcée? Les victimes de la criminalité liées à la prostitution ne sont-elles pas contraintes d'exercer ce genre d'activité à cause de leur condition de clandestines, d'illégales, de personnes fragiles accablées par la violence de leurs souteneurs et la répression des forces de l'ordre? En d'autres termes, la prohibition ne rend-elle pas incontrôlable, dramatique et inhumain un phénomène qu'elle se proposait de contrôler ? Pourquoi les personnes qui désirent volontairement se livrer à la prostitution, bien que cette activité soit formellement légale dans de nombreux États membres, doivent-elles se heurter à la prohibition qui touche les activités connexes et aux escamotages qui criminalisent, dans les faits, l'exercice de la prostitution volontaire? La légalisation de la prostitution volontaire ne permettrait-elle pas aussi aux prostituées d'origine étrangère d'améliorer leur situation en sortant des conditions de clandestinité, illégalité et violence dans lesquelles elles se trouvent aujourd'hui?

C'est pourquoi, nous avons présenté deux amendements. Dans le premier, nous demandons l'élaboration d'une analyse coûts/bénéfices des différentes lois et politiques en vigueur et d'autres lois et politiques éventuelles ; dans le second, nous proposons des mesures visant à protéger de l'exploitation et de la violence de la criminalité les personnes adultes qui, sans y être contraintes directement ou indirectement, se livrent à la prostitution et à permettre des formes légales d'exercice de cette activité.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité