Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 13 mars 2001 - Strasbourg Edition JO

Sanctions imposées aux transporteurs acheminant dans l'Union des ressortissants des pays tiers démunis des documents nécessaires
MPphoto
 
 

  Turco (TDI). - (IT) Monsieur le Président, j'interviens au nom des députés élus de la liste Bonino pour annoncer que nous voterons contre le rapport Kirkhope et la proposition de la présidence française, car il s'agit d'une énième proposition répressive en termes d'immigration.

Il ne fait aucun doute que, à leur manière, les considérations exprimées par Mmes Cerdeira, Sörensen et Frahm, ainsi que par le dernier intervenant, sont fondés, mais pour entrer au cœur de ce rapport et de cette proposition, il convient de tenir compte d'une question de principe, à savoir que nous en sommes arrivés à la fragmentation en matière de politiques de l'immigration, parce que sans cela, nous devrions déclarer ou, plutôt, le Conseil devrait déclarer qu'il n'a pas été en mesure de gérer ce phénomène, ou de prévoir ce qui aurait pu se produire, qu'il n'a pas été capable de prendre les devants et qu'il n'est toujours pas capable de faire le nécessaire avec les propositions des gouvernements.

Nous sommes bombardés de propositions du Conseil et des États membres qui, d'une part, affirment vouloir mettre sur pied une politique de l'immigration commune et globale et, de l'autre, complètent et harmonisent des segments de droit répressif, sans définir en aucune manière les contenus et les critères qui serviront - ou plutôt, devraient servir - de base à la future politique européenne de l'immigration.

Nous ne croyons pas que ce rapport et cette proposition puissent, de quelque façon que ce soit, aider à déboucher sur une politique de l'immigration ; nous pensons, en revanche, que ce sont précisément ces propositions qui donnent lieur à des événements comme celui de Douvres, qui a fait des victimes. C'est de cette façon que l'on contribue à l'enrichissement des mafias.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité