Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Compte rendu in extenso des débats
Mercredi 11 octobre 2006 - Bruxelles Edition JO

18. Interventions d’une minute (Article 144 du Règlement PE)
Procès-verbal
MPphoto
 
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle les interventions d’une minute sur des questions politiques importantes.

 
  
MPphoto
 
 

  Czesław Adam Siekierski (PPE-DE). - (PL) Monsieur le Président, depuis quelques mois maintenant, les agriculteurs et les exportateurs de produits agricoles polonais ne peuvent plus exporter leurs produits vers la Fédération de Russie. Au mois de mars de cette année, l’Ukraine a été le dernier pays à interdire l’importation de viande et de produits à base de viande en provenance de Pologne. La décision a été prise sans aucune justification juridique. Il est étonnant que les discussions entre l’Union européenne et la Fédération de Russie n’aient produit aucun résultat. Il se peut que la Commission européenne n’attache pas l’importance requise aux problèmes commerciaux entre la Pologne et la Russie et donne la priorité à d’autres intérêts de l’Union européenne et d’autres pays. C’est pour cette raison que je demande à nouveau à la Commission européenne de faire tout ce qu’elle peut pour lever l’embargo qui pèse sur les produits agricoles polonais en Ukraine et en Russie. Ce problème relève de la compétence de la Commission européenne et de ses responsabilités.

 
  
MPphoto
 
 

  Mario Borghezio (NI). - (IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, il y a quelques heures, un site internet lié à Al-Qaïda a déclaré la guerre sainte par l’internet, invitant les pirates informatiques musulmans du monde entier à bombarder les sites internet chrétiens et notamment celui du pape. Il s’agit, selon moi, d’une affaire extrêmement grave et d’une atteinte au principe fondamental de liberté religieuse.

Si l’on s’en prend à la liberté de s’adresser au monde par des moyens de communication, notamment au plus haut niveau, en prenant pour cible une religion, c’est-à-dire un système entier de croyance, on s’attaque à l’une des valeurs fondamentales de l’Union européenne: le principe de liberté religieuse. L’Europe ne peut pas rester silencieuse face à cela. Nous sommes face à une intensification d’actions et d’initiatives dont le but est d’ébranler les principes fondamentaux de notre liberté. Nous devons nous défendre face à une telle arrogance et face à une telle escalade totalitaire de l’extrémisme fondamentaliste islamiste.

 
  
MPphoto
 
 

  Katalin Lévai (PSE). - (HU) En tant que députée européenne hongroise, je me dois de répondre au soudain intérêt international que suscite mon pays d’origine.

Je suis convaincue que la grande inquiétude du Parlement européen face aux luttes politiques internes est inutile. Mes collègues hongrois de l’opposition ont introduit une atmosphère digne de la politique de la Guerre froide au sein du Parlement. Nous n’avons pas été élus pour mettre sur la scène politique européenne les conflits qui animent nos partis nationaux. Cela ne fait qu’accroître la distance entre les institutions européennes et les citoyens de l’Union européenne. Il n’est dans l’intérêt de personne de présenter une image biaisée de la Hongrie et de détruire l’image positive du pays que nous avons édifiée avec tant d’ardeur.

Si nous voulons restaurer la confiance, actuellement sur le déclin, dans l’UE et ses institutions, nous devons dépasser ces conflits d’intérêts sans importance et nous engager dans une politique de style européen pour relever les défis non négligeables qui se présentent à nous. Le futur élargissement de l’Union, les violations des droits de l’homme, les effets négatifs de la mondialisation, la collecte et la dépense efficace des fonds européens pour le développement des régions défavorisées ne sont que quelques-uns d’entre eux. Nous avons beaucoup à faire.

 
  
MPphoto
 
 

  Marco Pannella (ALDE). - (IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, il y a à peine 24 heures, j’étais à Moscou et, à un moment, alors que je me trouvais parmi les milliers de personnes venues rendre un dernier hommage à Anna Politkovskaïa, je fus sur le point d’enfiler mon écharpe de député européen. Puis j’ai pensé que l’étalage de notre emblème pourrait offenser le regard de cette dame, même si elle ne pouvait pas me voir.

La journaliste Anna Politkovskaïa nous a montré ce que vous ne souhaitiez ni voir ni entendre. En page 6 de Le Monde d’aujourd’hui, on peut lire que des personnes ont été arrêtées à Moscou pour avoir dit: «Géorgiens, nous sommes à vos côtés!». Il s’agit bien des Géorgiens et non des Tchétchènes. De plus, les symboles affichés par ceux qui ont été arrêtés étaient ceux du parti radical transnational. En tant que radicaux et libéraux, nous fait venir dans cet hémicycle des membres du gouvernement tchétchène en exil, venus annoncer qu’ils avaient choisi la non-violence. Rien n’a été fait à ce sujet.

Monsieur le Président, permettez-moi de faire une suggestion: arrêtons d’appeler nos bâtiments «Schuman» ou «Adenauer»; appelons-les plutôt «Daladier» et «Ollenhauer». Abandonnons ces noms que nous n’avons aucun droit d’utiliser [...]

(Le président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 
 

  Kartika Tamara Liotard (GUE/NGL). - (NL) Monsieur le Président, je souhaite attirer votre attention sur le scandale d’empoisonnement impliquant le Probo Koala en Côte d’Ivoire, il y a quelques semaines, dont les répercussions sont jusqu’à présent incalculables. Le navire a, ou aura bientôt, l’autorisation de quitter l’Estonie. De nombreuses incertitudes demeurent quant au sort réservé au poison et à l’équipage contaminé. Mon observateur, qui s’est rendu en Estonie à ma demande, est totalement d’accord avec le commissaire Dimas lorsqu’il dit qu’il ne s’agit que de la partie visible de l’iceberg. Un poison de ce type n’aurait jamais dû quitter l’UE dans un premier temps. Il s’agit d’une violation du droit européen et international. Malgré une permission antérieure, on m’a finalement interdit, à plusieurs reprises, de rencontrer l’équipage du Probo Koala et je ne peux qu’en conclure que les différentes autorités jouent un jeu bien sournois avec des vies humaines, jeu qui est loin d’être terminé. Le Probo Emoe apparaît déjà à l’horizon.

 
  
MPphoto
 
 

  Kinga Gál (PPE-DE). - (HU) Comme je l’ai dit la semaine dernière lors de la réunion de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, la plus grande et la plus tangible des réalisations de l’État de droit est précisément l’exercice volontaire par les citoyens de leurs droits politiques. Ceux-ci, bien sûr, ne doivent pas être confondus avec des actes de violence inacceptables.

C’est pour cette raison que je souhaite attirer l’attention du Parlement sur les enquêtes et les délits nécessitant une enquête qui ont eu lieu à Budapest dans la nuit du 19 au 20 septembre, dont nous ressentons encore les conséquences aujourd’hui et qui remettent en question la réalité de l’État de droit en Hongrie. Selon les plaintes, la police a fait un usage excessif de la force au cours de ces deux jours et a pris des mesures sévères et disproportionnées non seulement contre les manifestants, mais aussi contre des jeunes, y compris quelques personnes de nationalité étrangère, qui se trouvaient dans la rue. Parmi ceux qui ont été arrêtés, punis collectivement et, dans certains cas, sont toujours détenus, se trouvaient des personnes qui n’avaient absolument rien à voir avec les évènements violents.

Il est important que l’on ne fasse usage de la force pour restreindre les droits humains fondamentaux et, en particulier, la liberté individuelle - telles que l’arrestation et la détention initiales - que dans les cas où l’on est absolument convaincu qu’elle est vraiment nécessaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Antonio De Blasio (PPE-DE). - (HU) Monsieur le Président, l’esprit européen est menacé en Hongrie. Nous nous éloignons de l’Europe. Le ministre socialiste du gouvernement local et du développement régional a promis aux membres de sa coalition, samedi dernier, qu’il introduirait les amendements législatifs appropriés pour assurer, à l’avenir, que les Fonds structurels de l’Union européenne soient distribués en fonction de considérations partisanes.

Si cela se réalise, ce ne seront plus des organes élus qui décideront de l’utilisation des fonds provenant du budget de l’UE, mais plutôt les intentions des partis politiques qui dicteront le cap, fournissant ainsi un terrain fertile pour une dépense peu transparente et non vérifiable. Cette déclaration met en danger non seulement la crédibilité de la Hongrie au sein de l’Union européenne, mais aussi l’émergence d’un esprit européen en Hongrie, qui requiert que les Fonds européens servent la cohésion et l’unité entre les citoyens hongrois, fondées sur les principes fondamentaux de la démocratie.

Les remarques du ministre socialiste démontrent sans ambiguïté que l’utilisation des Fonds européens a pour but d’enrichir l’élite du parti socialiste hongrois.

 
  
MPphoto
 
 

  Gyula Hegyi (PSE). - (EN) Monsieur le Président, vendredi dernier, le gouvernement hongrois a obtenu une solide majorité au Parlement hongrois lors d’un vote de confiance. Il en a résulté un renforcement de notre monnaie nationale, une amélioration des perspectives économiques et un retour à la vie normale en Hongrie. Il n’y a pas de crise générale à Budapest. Seul le premier parti de l’opposition, Fidesz, est en crise. Les membres élus du parlement national ont mené des manifestations antidémocratiques dans les rues au lieu de s’opposer au gouvernement au sein du parlement. Pour autant que je sache, les députés élus devraient travailler au parlement, et non dans la rue, où les malfaiteurs d’extrême-droite, qui manifestaient aussi, ont mis le feu à un immeuble abritant une chaîne de télévision.

Il serait judicieux que le groupe PPE-DE dise à ces membres hongrois que la démocratie parlementaire signifie le respect du parlement, le respect des élections législatives et des frontières strictes entre une politique démocratique et l’extrémisme non parlementaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Marios Matsakis (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, un récent rapport publié par l’Office des droits de l’homme des Nations unies pour l’Irak déclare que les corps déposés à la morgue de Bagdad portent souvent les traces d’horribles tortures, notamment des brûlures d’acide, l’excision des yeux et des dents et des blessures provoquées par des trépans et des clous. Les organisations de défense des droits de l’homme révèlent constamment des actes de torture dans les prisons tenues par les forces américaines et britanniques et le ministre irakien de la justice et de la défense ainsi que dans les prisons contrôlées par différentes factions militaires. Selon l’Office des droits de l’homme des Nations unies, le niveau actuel de torture en Irak est pire que pendant le règne de la terreur imposé par Saddam Hussein.

L’UE, et en particulier le Parlement, ont l’obligation de répondre comme il se doit à ce rapport de l’ONU. Je vous demande, ainsi qu’au président de la Commission et à la présidence finlandaise, de faire une déclaration claire sur le sujet aussi vite que possible.

 
  
MPphoto
 
 

  Bogusław Rogalski (IND/DEM). - (PL) Monsieur le Président, l’année dernière, lors de la séance confidentielle de la commission des affaires étrangères sur un nouvel accord de partenariat avec la Russie, l’APC, M. Brok, président de la commission, s’est comporté de façon scandaleuse. M. Brok a réagi avec rudesse à ma question à M. Mingarelli, dont la mission était de rassurer les nouveaux États membres sur le fait que l’accord prévu avec la Russie n’affecterait pas leur sécurité énergétique et que l’accord ne serait pas conclu de la même façon que l’accord sur la construction du gazoduc septentrional, en d’autres termes, qu’il ne protégerait pas exclusivement les intérêts allemands. Il s’est emporté et a répondu que ce genre de question pourrait être posé lors d’un meeting électoral dans son pays et l’a rejeté sans laisser à l’orateur l’occasion de répondre. Hormis le fait que sa réaction était en elle-même très arrogante et dédaigneuse, M. Brok s’est permis de bafouer les principes de la démocratie parlementaire fondée sur le pluralisme des opinions et la liberté d’expression des députés. Son comportement a montré la tendance extrême, dans le fonctionnement de la commission, à protéger le caractère sacré des relations germano-russes.

Je demande au président de réagir et d’expliquer le comportement discriminatoire de M. Brok envers les députés des nouveaux États membres.

 
  
MPphoto
 
 

  Marie Anne Isler Béguin (Verts/ALE). - Monsieur le Président, un événement chasse l’autre. Néanmoins nous vivons en direct l’escalade des violations des règles du droit international perpétrées par la Russie contre la Géorgie: octroi de la citoyenneté russe aux populations sud-ossète et abkhaze, refus du plan de paix proposé par la Géorgie pour régler les conflits avec les régions séparatistes, fermeture des deux points de passage de la frontière. La tension est encore montée à la suite de l’arrestation d’espions russes par la Géorgie, avec les représailles de Moscou qui fait la chasse aux Géorgiens et qui tente d’étouffer économiquement son voisin en lançant, de manière unilatérale, un blocus sur les échanges entre la Russie et la Géorgie. Enfin, en laissant entendre que la Russie reconnaîtrait les régions séparatistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie si le Kosovo obtenait son indépendance, M. Poutine nous éloigne encore de la résolution des conflits. La liste est longue et l’exaspération géorgienne compréhensive.

Devant cette situation au bord de l’explosion, l’Union européenne a un rôle crucial à jouer en ramenant les partenaires, et tout particulièrement la Russie à l’occasion des négociations Union/Russie, à la table des négociations pour trouver une solution et mettre fin à ce conflit larvé dans le Caucase du Sud. La politique de voisinage nous le permet; une action militaire serait un échec total de nos politiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Carlo Fatuzzo (PPE-DE). - (IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 10 milliards d’euros, c’est la somme que le gouvernement italien a dissimulée et rayée de ses dettes lors de la présentation du budget national de 2007. Je vous remercie chaleureusement de m’avoir donné la parole pour faire savoir, par l’intermédiaire de ce Parlement, notamment à la Commission, qu’il manque dans le budget qui vous a été transmis par le gouvernement italien une inscription au débit de 10 milliards d’euros.

À quoi est dû ce débit? Aux retraités italiens qui ont travaillé en Suisse et attendent ce paiement de 10 milliards d’euros que le gouvernement italien n’a pas l’intention de payer et - ce qui est pire - qu’il a effacés du budget. Personne ne sait qu’il y a un article en débit de 10 milliards d’euros dans le budget national italien. J’espère qu’à partir de maintenant, cela sera connu de tous.

 
  
MPphoto
 
 

  Toomas Savi (ALDE). - (ET) Monsieur le Président, samedi dernier, la Russie a de nouveau été le théâtre d’un assassinat politique. Les premières années du XXIe siècle démontrent clairement qu’en Russie le droit de dire la vérité est un tabou et que les personnes qui le transgressent doivent trop souvent en payer de leur vie.

Cet ignoble jeu politique fait partie du quotidien en Russie et, malheureusement, nous devons, nous aussi, l’accepter. Le combat d’Anna Politkovskaïa pour la démocratie, les droits de l’homme et la liberté d’expression est la meilleure chose qui pouvait être faite dans l’intérêt de la Russie de demain et d’une Europe meilleure.

Mesdames et Messieurs, je crois et j’espère sincèrement que le Parlement et les rencontres informelles des chefs d’État ou de gouvernement lors du dîner qui doit se tenir à Lahti, le 20 octobre, permettront d’exercer une pression suffisante sur le président Poutine pour assurer que la vérité soit faite aussi vite que possible sur cette terrible injustice et que tous ceux qui y ont participé soient traduits en justice.

 
  
MPphoto
 
 

  Leopold Józef Rutowicz (NI). - (PL) Monsieur le Président, je souhaite soulever le problème du manque d’eau qui est devenu un sujet important pour de nombreux citoyens d’Europe.

L’eau est nécessaire à la vie et à l’activité économique. Malheureusement, l’augmentation constante des températures dans les 25 États membres (de 0,2 oC sur 10 ans) et la baisse des précipitations dans de nombreuses régions ont rendu l’accès à l’eau de plus en plus difficile pour de nombreux citoyens, conduisant à des pertes agricoles et des problèmes dans les usines. La situation de l’eau se détériore rapidement alors que les investissements visant à renouveler les ressources en eau et à économiser l’eau sont coûteux et de long terme. Cela rend nécessaire l’organisation de formations et l’échange d’expérience ainsi que la vulgarisation des meilleures pratiques et méthodes d’utilisation rationnelle et d’économies d’eau. Les activités économiques devraient aussi s’orienter vers une utilisation rationalisée de l’eau dans tous les domaines de l’économie. Les pénuries d’eau pourraient entraver la production agricole, notamment la production de matières premières pour les biocarburants, dont la fourniture n’est pas un problème. La situation de l’eau doit être constamment contrôlée et le Parlement doit être régulièrement tenu informé […]

(Le président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 
 

  Danutė Budreikaitė (ALDE). - (LT) Alors qu’elles se rendaient aux championnats internationaux de basket féminin, les joueuses lituaniennes, en chemin vers le Brésil, sont restées coincées en Guyane française et dans l’impossibilité de repartir pendant quatre jours. Le Brésil a refusé d’admettre toute personne qui ne serait pas vaccinée contre la fièvre jaune.

À la suite de la vaccination et de l’assurance verbale du ministre brésilien de la santé que tout allait rentrer dans l’ordre, l’équipe lituanienne a finalement atteint Belém au Brésil par avion charter. Elle a cependant été contrainte par la force de remonter dans l’avion par les fonctionnaires du service d’immigration et renvoyée à Cayenne.

Seules les basketteuses lituaniennes ont subi un tel traitement. Les autres Européennes, qui ont été vaccinées au même moment, ont été admises à Belém. Les fonctionnaires brésiliens ont dit clairement que les joueuses allemandes ne seraient confrontées à aucun problème dans cette situation.

Pourquoi la Lituanie fait-elle les frais de cette dualité des normes, comme si elle n’était pas un État membre de l’Union européenne? Il semble nécessaire d’accorder davantage de fonds pour faire connaître les nouveaux pays de l’UE, non seulement au sein de l’UE, mais aussi à l’étranger.

 
  
MPphoto
 
 

  Laima Liucija Andrikienė (PPE-DE). - (LT) Une souris peut-elle vraiment effrayer un éléphant? Il semblerait bien, et la crise actuelle des relations entre la Russie et la Géorgie en est la preuve.

L’Union européenne a le choix de sa réaction face aux évènements qui se produisent dans son voisinage. Elle peut juste faire une déclaration ou s’investir activement dans le règlement pacifique de ce conflit.

Je me félicite de la participation de M. De Gucht, le ministre belge des affaires étrangères, à la restitution des officiers russes à la Russie et de la déclaration qu’il a faite au nom de l’UE. Toutefois, cela ne suffit pas.

Je crois que si la Russie envisage la possibilité d’une action militaire pour résoudre le conflit avec la Géorgie, l’Union européenne doit déployer tous les efforts nécessaires pour faire cesser immédiatement la déportation de Géorgiens de Russie et l’établissement de listes d’élèves d’écoles moscovites ayant des noms géorgiens. Cela nous rappelle la politique du régime nazi en Allemagne et la déportation des citoyens de nationalité juive.

Au cours des déportations qui ont suivi l’occupation soviétique, mes parents ont été transportés en Sibérie dans des wagons à bestiaux. Aujourd’hui, les modes de transport ont changé. Les Géorgiens sont déportés de Moscou par avion-cargo. Nous ne pouvons pas permettre la poursuite de tels actes et d’une telle politique.

 
  
MPphoto
 
 

  Lidia Joanna Geringer de Oedenberg (PSE). - (PL) Monsieur le Président, en mai de cette année, nous avons adopté en deuxième lecture le règlement du Parlement européen et du Conseil concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées. Selon ce dernier, à partir du 1er janvier 2007, les producteurs seront responsables de l’indication d’informations précises concernant les propriétés des produits alimentaires sur les emballages. En pratique, cela signifie que tous les effets bénéfiques de ces produits pour la santé doivent être confirmés par des laboratoires indépendants.

Malheureusement, ces règles ne bénéficient que très superficiellement aux consommateurs. Il se peut, de plus, que le règlement de l’UE élimine les produits des petites et moyennes entreprises qui ne pourront pas se permettre des tests de même qualité que les groupes européens les plus riches. En fait, les consommateurs auront de moins en moins le choix et ne seront pas en mesure de faire des achats en connaissance de cause. Ils ne sauront toujours pas ce qu’ils achètent vraiment. L’effet destructeur d’un tel mécanisme concurrentiel pourrait être réduit par l’autorisation de lancer des symboles recommandant les produits sains et la création d’un système uniforme de reconnaissance des produits bénéfiques pour la santé. Il est également essentiel de soutenir tout spécialement les petites et moyennes entreprises, dont les produits sont souvent de meilleure qualité que les produits des grands groupes sur notre marché commun.

 
  
MPphoto
 
 

  Andrzej Tomasz Zapałowski (IND/DEM). - (PL) Monsieur le Président, cela fait à peine plus d’une décennie que la République de Lituanie a gagné son indépendance. Toute l’Europe démocratique a célébré cet avènement. La Lituanie a immédiatement commencé à introduire des réformes sociales et économiques dont le but était d’éliminer les vestiges de l’occupation soviétique. L’importante minorité polonaise (10 % de la population totale), qui habite depuis des siècles les régions autour de la capitale Vilnius, a joué un rôle déterminant dans l’obtention de cette indépendance. Cependant, bien que de nombreuses années soient passées depuis la fin de la domination soviétique, les autorités lituaniennes n’ont toujours pas rendu aux Polonais les terres qui leur avaient été confisquées par les forces d’occupation. Malgré de nombreux accords, la Lituanie refuse que les noms polonais soient écrits selon l’orthographe polonaise, insistant pour qu’ils soient écrits en lituanien. Ces agissements constituent une violation flagrante de la législation européenne sur les minorités nationales et ethniques dans les États membres de l’UE.

 
  
MPphoto
 
 

  Oldřich Vlasák (PPE-DE). - (CS) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, je souhaiterais, si je puis me permettre, attirer l’attention de l’Assemblée sur un problème sérieux auquel est confrontée la République tchèque pour faire financer, par les Fonds de cohésion, la modernisation de son secteur des eaux usées. Afin d’honorer les obligations qui nous incombent, en vertu de la directive sur le traitement des eaux usées, nous devrons investir plus de 4 millions d’euros d’ici 2010, c’est-à-dire plus de 10 % de notre budget national annuel. Il est évident, bien sûr, que cela ne pourra se faire sans subventions de l’UE. C’est pourquoi je n’arrive pas à comprendre qu’il soit possible que des projets, visant à approvisionner les villes tchèques en eau propre, dorment à la Commission depuis un an et demi. Ces projets, présentés par nos compagnies des eaux, sont fondés sur un modèle opérationnel conforme à la législation communautaire. Pourtant, les fonctionnaires de la Commission refusent, par caprice, de les autoriser et tentent, à la place, de nous dicter, nous les représentants élus de ces villes, le type de contrats que nous devrions signer et la façon dont nous devrions résoudre les problèmes du secteur de l’eau. N’oublions pas que la République tchèque se situe au cœur de l’Europe et que les principaux fleuves européens prennent leur source ici, avant de traverser les pays voisins. Ce n’est donc pas seulement un problème tchèque, c’est aussi un problème européen.

 
  
MPphoto
 
 

  Marco Cappato (ALDE). - (IT) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, j’ai insisté sur le caractère inopportun de la déclaration de M. Barroso, président de la Commission, intervenue avant le vote au Parlement du rapport Eurlings sur la Turquie, car M. Barroso a influencé le vote par ses remarques négatives visant à écarter la perspective d’une adhésion de la Turquie. De plus, à la suite des commentaires de M. Rehn et M. Verheugen, on peut penser que M. Barroso a manqué de prévoyance non seulement en ce qui concerne notre Parlement, mais aussi la Commission elle-même.

Je souhaite exprimer mon soutien total à la déclaration de M. Verheugen, qui confirme l’objectif d’une pleine adhésion de la Turquie à l’Union européenne et souligne qu’il est dans notre intérêt que la Turquie soit bien ancrée à l’ouest: c’est-à-dire une Turquie démocratique régie par l’état de droit, qui respecte les droits de l’homme et protège les droits des minorités. Selon moi, c’est l’objectif que nous devons garder à l’esprit: une Union européenne capable de promouvoir la démocratie et l’État de droit et - permettez-moi de dire ceci, Monsieur le Président - une Union européenne qui aurait dû avoir le courage d’envoyer des représentants du Parlement, de la Commission et du Conseil aux funérailles d’Anna Politkovskaïa, ce qu’en l’occurrence elle n’a pas fait.

 
  
MPphoto
 
 

  Nils Lundgren (IND/DEM). - (SV) Monsieur le Président, vous avez récemment prétendu que la dimension historique du siège strasbourgeois de l’UE ne pouvait pas être comprise de la même façon par des pays nordiques qui n’avaient pas participé à la Seconde Guerre mondiale. La population de la région nordique n’a pas assez souffert, pendant la Seconde Guerre mondiale, pour être capable de comprendre la valeur symbolique du siège strasbourgeois du Parlement européen, balayant de la sorte les critiques des pays nordiques à l’égard de la coûteuse navette du Parlement européen vers Strasbourg.

D’un point de vue historique, votre jugement est bien sûr totalement erroné. La Finlande, la Norvège et le Danemark ont effectivement été impliqués dans la Seconde Guerre mondiale. Il est également remarquable à un autre égard. En effet, le président du Parlement européen est on ne peut plus sérieux lorsqu’il dit que nous ne devrions pas écouter les opinions concernant les lieux où siège le Parlement européen si elles émanent de citoyens ou de députés de pays qui n’ont pas pris part à la Seconde Guerre mondiale. C’est une idée grotesque dont le seul mérite est, qu’en conséquence, nous n’avons pas besoin d’écouter le président non plus, puisque l’Espagne n’était pas un pays combattant dans la Seconde Guerre mondiale. Ce type de pensée n’est pas raisonnable. Les citoyens d’Irlande, du Portugal, d’Espagne et de Suède aujourd’hui ont, tout autant que ceux des autres pays, le droit d’être entendus dans le débat actuel. Il est scandaleux que la personne à qui nous avons confié la fonction de président du Parlement européen puisse avoir aussi peu de jugement pour se considérer habilitée à nous dire qui nous devrions écouter et qui nous devrions tenter de réduire au silence.

(Le président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - Je vous remercie beaucoup, Monsieur Lundgren. Je me demande si vous avez eu le temps de lire la lettre que j’ai écrite en réponse à celle qui m’avait été adressée par plusieurs députés et que vous avez dû recevoir. L’avez-vous lue? Si c’est le cas, je ne comprends pas votre question. Vous continuez à affirmer des choses totalement fausses.

Dans cette lettre, j’ai expliqué à tous ce que j’ai dit. Je n’ai rien dit de ce que vous prétendez. Dans cette lettre, j’explique clairement que j’ai simplement souligné que certains pays pouvaient être influencés dans leurs opinions par le fait, qu’au cours de leur histoire, ils n’avaient pas participé à la guerre mondiale. Je n’ai aucunement voulu insinuer que certains pays n’avaient pas le droit d’exprimer une opinion. Cela ne signifie pas que leur opinion ne doit pas être entendue. J’ai simplement dit qu’ils avaient des opinions différentes et que l’une des raisons à cela venait peut-être du fait qu’ils avaient des histoires différentes.

Pourquoi dites-vous que le président du Parlement refuse à tout le monde le droit d’exprimer une opinion? Pensez-vous que je suis assez stupide pour nier le droit des citoyens européens à exprimer leur opinion en raison de l’histoire de leur pays?

Il est évident que chacun a le droit de s’exprimer J’ai simplement dit que les opinions pouvaient varier pour différentes raisons historiques. Franchement, je ne comprends pas pourquoi nous menons une discussion aussi absurde sur une mauvaise interprétation de mes propos dans laquelle, je suis au regret de le dire, vous persistez.

 
  
MPphoto
 
 

  Árpád Duka-Zólyomi (PPE-DE). - (HU) Il est regrettable que la question du conflit entre la Géorgie et la Russie et qu’un débat sur ces tensions exceptionnellement inquiétantes ne soient pas à l’ordre du jour. Ce serait une période très opportune pour une telle discussion.

Ce qui se passe dans le Caucase peut paraître étonnant à première vue, mais en vérité, c’est la conséquence logique d’une décennie et demi de relations russo-géorgiennes. Les représailles et les sanctions qui ont suivi la découverte d’un groupe d’espions russes reflètent une situation belliqueuse. Il est inacceptable que les Russes puissent expulser des citoyens géorgiens du pays en raison de leur identité ethnique. Il s’agit d’une atteinte aux droits de l’homme et aux libertés civiles. Il est évident que la Fédération de Russie n’accepte pas d’avoir perdu son influence sur la République de Géorgie. C’est difficile à supporter, car elle sent que son identité de grande puissance est menacée.

Le Conseil, la Commission et le Parlement portent une lourde responsabilité. Ils doivent intervenir avec plus de fermeté et négocier avec les Russes. Tout d’abord, nous devons établir ce que signifie l’intégrité territoriale de la Géorgie, car actuellement elle est comprise de plusieurs manières différentes. Une solution ne pourra être trouvée que par des moyens pacifiques. Nous devons éviter le déclenchement d’un autre conflit armé dans la région.

 
  
MPphoto
 
 

  Marian Harkin (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, je souhaite mettre en évidence la perspective européenne du rachat proposé d’Aer Lingus par Ryanair. Jusqu’à récemment, Aer Lingus était la compagnie aérienne nationale irlandaise et appartenait à l’État. Elle était économiquement saine, mais devait augmenter sa capacité de financement pour renouveler sa flotte. Le gouvernement irlandais a dit que l’UE n’autoriserait aucun investissement étatique dans cette compagnie aérienne. Ceci est nouveau pour moi. J’avais compris, en effet, qu’un État pouvait investir dans des compagnies aériennes si celles-ci se trouvent dans une position économique saine, comme l’était Aer Lingus. C’est un nouvel exemple de cette mentalité visant à «rejeter la faute sur Bruxelles» afin de permettre à un gouvernement national d’expliquer ses propres actions en disant que «l’UE ne le permettra pas» alors que ce n’est pas nécessairement le cas. Cependant, c’est de l’histoire ancienne et Aer Lingus est maintenant pris pour cible dans une offre publique d’achat par son principal rival, Ryanair.

D’une certaine façon, c’est ironique, d’un côté, d’accuser l’UE de la situation actuelle alors qu’en fait elle n’est nullement coupable et, de l’autre, d’aller indubitablement plaider notre cause à la DG «Concurrence» de la Commission afin d’empêcher ce rachat, nous sauver de nos propres agissements et nous protéger des conséquences de ces actions.

 
  
MPphoto
 
 

  Pedro Guerreiro (GUE/NGL). - (PT) Monsieur le Président, je souhaite profiter de l’occasion pour saluer les travailleurs portugais et leur confédération syndicale, le CGT-IN, qui organisera une journée générale de protestation demain, 12 octobre, contre les politiques de droite poursuivies au Portugal. Entre autres choses, les travailleurs portugais luttent contre les propositions du gouvernement sur la sécurité sociale, qui visent à augmenter l’âge de la retraite et à réduire les pensions. Ils se battent pour protéger et accroître la production intérieure, pour créer des emplois assortis de droits, défendre des services publics et une administration publique au service des citoyens. Ils se battent aussi pour le droit de bénéficier de conventions collectives, de salaires plus élevés et d’une juste répartition de la richesse.

Je souhaite dire un dernier mot, Monsieur le Président, sur le récent arrêt de la Cour de justice européenne sur l’affaire Cadman, concernant le congé de maternité/paternité et le calcul du salaire. Selon moi, il est totalement inacceptable que cela puisse être considéré ainsi et utilisé dans le but de remettre en question le principe selon lequel «à travail égal, salaire égal», qui est inscrit dans l’article 59 de la constitution de la République portugaise.

 
  
MPphoto
 
 

  Milan Gaľa (PPE-DE). - (SK) En juin dernier, la Commission européenne a présenté une proposition envisageant de réduire la part des vignobles dans les zones rurales de l’Union européenne. Les pertes et les conséquences résultant de cette réduction seront compensées par un ensemble d’aides directes à l’agriculture d’un montant total de 2,4 milliards d’euros. Cette proposition touche quasiment 12 % de la surface totale des vignobles, en d’autres termes, environ 4 000 hectares, entretenus par un million et demi de viticulteurs. Cette mesure pourrait complètement ébranler la production vinicole en Slovaquie, qui connaît une croissance substantielle ces dernières années, notamment en ce qui concerne la qualité des vins. De plus, elle arrive à un moment où les vins slovaques deviennent de plus en plus compétitifs sur les marchés de l’Union européenne.

La proposition de la Commission interdit aussi l’ajout de sucre dans la production de certains types de vin, alors que dans mon pays, c’est un procédé traditionnel, car les vignes cultivées en Slovaquie se caractérisent par une acidité élevée, qui est typique de la région. Je ne remets pas en question la nécessité d’une réforme du marché européen du vin, mais je crois que nous devrions examiner d’autres solutions.

 
  
MPphoto
 
 

  Gerard Batten (IND/DEM). - (EN) Monsieur le Président, la semaine prochaine une délégation de la commission LIBE se rendra en Algérie. Cependant, l’une des exigences requises pour l’obtention du visa algérien est l’absence de tampon israélien sur le passeport. M. Gaubert a remarqué cela et a été, à juste titre, consterné par cet antisémitisme criant. Il a demandé une explication. L’affaire vous a été soumise, Monsieur le Président, et il vous a été demandé d’adresser une protestation officielle aux Algériens. Je comprends que vous ayez refusé de le faire indiquant que ce problème concernait individuellement chaque député. M. Gaubert a donc logiquement refusé de faire ce voyage.

Cette démarche soulève deux problèmes importants. Premièrement, pourquoi l’Union européenne a-t-elle envoyé presque un milliard d’euros en Algérie depuis 1996, alors que ce pays applique une politique ouvertement antisémite? L’UE devrait immédiatement cesser ces paiements.

Le deuxième problème concerne l’évident manquement à votre devoir, Monsieur le Président, alors que vous auriez pu prendre une position contre l’antisémitisme algérien qui aurait été relayée par le poids de votre fonction. Je vous prie de bien vouloir réexaminer et rectifier cette situation.

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - La vérité est que je ne sais pas ce à quoi vous faîtes allusion, Monsieur Batten, mais je vous invite à clarifier ce que vous venez de me dire. Si vous aviez l’obligeance de me donner des détails, je serais en mesure de vérifier si j’ai agi correctement ou non et, si nécessaire, de rectifier les choses.

Je vous invite donc à expliquer davantage votre affaire.

 
  
MPphoto
 
 

  Witold Tomczak (IND/DEM). - (PL) Monsieur le Président, le débat d’aujourd’hui sur le secteur des fruits à baies permet d’espérer que les deux années de tentatives visant à réformer l’organisation du marché des fruits et légumes commencent maintenant à produire des effets. N’est-il pas étonnant que l’État membre qui fournit 90 % des fraises congelées de l’UE ait dû attendre si longtemps une décision introduisant des tarifs douaniers protecteurs? De nombreux agriculteurs polonais ont subi de lourdes pertes, ces dernières années, dans l’attente de la fin du dumping chinois sur le marché. Personne ne compensera ces pertes. Quoi qu’il en soit, le marché des fruits et des légumes ne se limite pas aux fraises. Les 18 principaux types de produits introduits par les nouveaux États membres constituent un problème qui n’est pas encore réglé. Il concerne avant tout les pommes à cuire. Les producteurs de pommes polonais protesteront bientôt contre les bas prix proposés par les industries de transformation.

Le Parlement a mis deux ans pour tenter de réglementer le secteur du marché des fruits et légumes, sans résultat jusqu’à présent. Je me contenterai de dire que les pommes sont le principal fruit récolté de l’Union européenne (elles représentent 32 % de tous les fruits récoltés) et que l’UE en est également un importateur majeur. Combien de temps devrons-nous encore attendre pour que ce marché et d’autres segments du marché des fruits et légumes soient réglementés comme cela a été promis dans la résolution du Parlement européen sur la simplification de l’organisation commune du marché des fruits et légumes du 11 mai 2005? Ce vote sera-t-il honoré par la Commission européenne?

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - Un membre du secrétariat va s’entretenir avec M. Batten afin qu’il puisse développer le problème qu’il a exposé concernant les relations avec l’Algérie et le respect des obligations du président.

Le débat est clos.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE M. COCILOVO
Vice-président

 
Avis juridique - Politique de confidentialité