Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Compte rendu in extenso des débats
Mardi 22 mai 2007 - Strasbourg Edition JO

14. Situation en Palestine (débat)
PV
MPphoto
 
 

  La Présidente. - Le procès-verbal d’hier a été distribué.

Y a-t-il des observations?

(Le procès-verbal de la séance précédente est approuvé)

L’ordre du jour appelle les déclarations du Conseil et de la Commission sur la situation en Palestine.

 
  
MPphoto
 
 

  Günter Gloser, président en exercice du Conseil. - (DE) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, Mesdames et Messieurs, nous avons assisté ces jours derniers à une montée préoccupante de la violence au Moyen-Orient, où le conflit entre factions palestiniennes a coûté la vie à plus de cinquante personnes.

C’est aussi à partir de la bande de Gaza que plus de 150 missiles Kassam ont été tirés la semaine dernière sur des villes israéliennes, tuant une Israélienne hier soir. Les interventions de l’armée israélienne ont déjà provoqué la mort de plus de trente Palestiniens et la situation risque de s’aggraver davantage. Le cessez-le-feu dans la bande de Gaza, conclu par les Palestiniens et les Israéliens en novembre, devient manifestement plus fragile et la réconciliation des deux tendances palestiniennes principales obtenue à La Mecque grâce à la médiation de l’Arabie Saoudite est menacée.

L’accord de La Mecque prévoyait aussi la fin de l’hégémonie du Hamas. Depuis le 18 mars, la Palestine est gouvernée par un nouveau gouvernement d’union nationale qui jouit du soutien et de la confiance de 83 des 86 députés du parlement - c’est-à-dire d’une écrasante majorité, y compris tous ceux appartenant au Hamas et au Fatah. Toutefois, il existe toujours un large consensus dans la communauté internationale selon lequel le gouvernement palestinien n’aurait pas encore entièrement passé le test décisif, à savoir qu’il ne satisferait pas complètement aux trois critères du Quartette.

Malgré cela, l’Union européenne a maintenu son aide humanitaire en faveur des Palestiniens. Je tiens à souligner que les 300 millions d’euros alloués par l’Union européenne représentent un montant supérieur à celui de toutes les années précédentes.

Les critères du Quartette restent cependant la base sur laquelle sera prise une décision sur toute normalisation complète de nos relations avec les Palestiniens. Ces critères exigent la reconnaissance de l’existence de l’État d’Israël et des accords existants entre Israël et l’OLP, ainsi qu’une renonciation générale à la violence, un aspect particulièrement négligé à ce jour. En ce moment notamment, nous attendons du gouvernement palestinien qu’il prenne des mesures efficaces pour mettre fin aux bombardements et pour libérer le soldat israélien Gilad Shalit toujours captif.

L’Union européenne a également saisi l’occasion que représente la fin de l’hégémonie du Hamas pour reconsidérer entièrement sa politique au Moyen-Orient. Ainsi, les ministres des affaires étrangères ont repris contact avec les membres du Cabinet qui acceptent les critères du Quartette. Le président Abbas mérite ainsi notre soutien total. L’UE est en contact étroit avec M. Fayyad, le ministre des finances, et aide celui-ci à mettre des institutions et des dispositifs transparents en place dans le domaine financier, car nous voulons tous voir la situation économique et financière du pays s’améliorer et le versement par Israël des droits et taxes de douane bloqués - ce à quoi l’Union européenne a appelé à maintes reprises - favoriserait la réalisation de ce but.

Depuis plusieurs mois maintenant, la présidence pousse à la réactivation du Quartette du Moyen-Orient et à une plus grande implication des partenaires arabes qui ont une position constructive. Forts de nos succès initiaux, notre préoccupation spécifique est désormais de maintenir l’impulsion donnée, ce qui signifie que nous devons nous consacrer avec plus d’énergie encore à aider toutes les parties intéressées à apporter une contribution décisive au processus de paix du Moyen-Orient.

Les réunions bilatérales entre le président Abbas et le Premier ministre Olmert n’ont abouti, jusqu’ici, à aucun résultat concret et il faudra faire quelque chose à ce sujet. Il faut qu’il y ait des améliorations notables en matière d’accès et de mobilité des Palestiniens, et il faut que les Israéliens réussissent, en fin de compte, à faire ce qu’ils ont entrepris de faire. Je prends acte de l’échec des Palestiniens à faire de la renonciation à la violence une réalité, et aussi du manque d’engagement en faveur de la libération du soldat israélien Gilad Shalit.

La Ligue arabe a renforcé l’initiative de paix de mars 2002, surtout grâce à l’engagement des Saoudiens. La dernière réunion du Conseil, le 14 mai, a été le cadre d’une réunion initiale fructueuse de la Ligue arabe et de l’Union européenne, organisée par nos soins. La Ligue s’est également entretenue avec le Quartette ainsi qu’avec Israël et, si cette implication ne peut représenter un substitut aux négociations bilatérales entre Palestiniens et Israéliens, l’initiative de paix peut créer pour celles-ci un environnement favorable, bien que ceci nécessite un soutien de la part de l’Union européenne notamment, et notre présidence travaille à l’organisation d’une autre réunion du Quartette dans les prochains jours.

Malgré notre scepticisme, et malgré la lenteur des progrès réalisés, nous ne devons pas sombrer dans la résignation. Au cours des derniers mois, l’Union européenne est devenue plus consciente de la pièce dans laquelle elle joue. Nous voulons assumer pleinement la responsabilité accrue qui par conséquent nous incombe.

 
  
MPphoto
 
 

  Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission. - (EN) Madame la Présidente, malheureusement le débat d’aujourd’hui a lieu à un moment de grande tension, alors que la situation dans toute la région se détériore, au Liban comme dans les Territoires palestiniens occupés, de même qu’en Israël. Les événements des trois derniers jours au Liban, qui ont coûté la vie à un grand nombre de personnes en très peu de temps - près de 100 morts - nous rappellent combien il importe d’œuvrer à une solution régionale à ce conflit. Comme vous le savez, Javier Solana est à Beyrouth aujourd’hui, dans cette période très difficile, et nous espérons que la situation peut être améliorée.

J’exhorte nos amis au Liban, toutes factions politiques et tous partis confondus, de continuer d’agir comme ils l’ont fait jusqu’à présent, d’appeler au calme et de ne pas avoir de geste susceptible de provoquer un conflit interne de grande ampleur. Une fois de plus l’unité nationale est en jeu.

La Commission note que toutes les factions, la majorité et l’opposition, ainsi que les organisations palestiniennes, ont condamné le Fatah al-Islam et j’espère que tous les dirigeants politiques continueront de faire preuve de maturité, de cette capacité d’envisager un meilleur avenir, et empêcheront le conflit de dégénérer en guerre fratricide libanaise. Le plus important à l’heure actuelle, c’est de trouver une solution pour faire baisser la tension à Tripoli et éviter une escalade dans le reste du pays. Il faut aussi aider la population des camps. Les ambulances et les convois humanitaires doivent y avoir accès. En définitive, nous savons tous qu’il faut trouver une solution régionale au conflit. Au vu de la situation, nous ne pouvons qu’exhorter toutes les parties, au Liban et dans les Territoires palestiniens, à s’abstenir de toute acte de violence et à éviter l’escalade.

J’en viens à présent aux Territoires occupés palestiniens. À l’instar du président en exercice, je suis profondément préoccupée par les heurts entre factions de la semaine dernière à Gaza, qui ont fait 55 morts et 280 blessés. Malheureusement, il semble qu’une menace de guerre civile plane sur Gaza. Les factions doivent cesser les hostilités immédiatement et concilier leurs divergences au sein du gouvernement d’unité nationale.

Je déplore également la reprise des tirs de roquettes Qassam depuis Gaza sur la ville israélienne de Sderot, qui ont causé hier la mort d’une Israélienne. Les frappes aériennes israéliennes en représailles ont ensuite coûté la vie à 35 Palestiniens, si bien qu’on se trouve une nouvelle fois dans un cercle vicieux. Aussi importe-t-il de rétablir le cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens et de l’étendre à la Cisjordanie.

Au cours de mon récent entretien avec le ministre palestinien des affaires étrangères, Ziad Abu Amr, nous avons abordé la question de la fragilité du gouvernement d’unité nationale, en particulier en matière de sécurité, mais également au niveau budgétaire. Les premières décisions prises par le gouvernement semblent aller dans la bonne direction. M. Abu Amr a déclaré que son gouvernement se considérait comme le cabinet du président Abbas. Ce gouvernement a un programme différent de celui de ses prédécesseurs et cette rencontre m’a donné de l’espoir. Je pense qu’il mérite notre ferme soutien. Le président Abbas a demandé notre soutien plein et entier, car sa survie politique pourrait bien en dépendre. J’espère que cette situation violente très difficile pourra être maîtrisée.

Dans le même temps, le ministre des finances, Salam Fayad, que j’ai rencontré après la formation du gouvernement, s’attaque à l’incroyable défi de remettre de l’ordre dans les finances publiques palestiniennes après une année de déclin institutionnel et une forte diminution des recettes. Contre toute attente, il a fait des progrès considérables et les modalités techniques qui doivent permettre le transfert du financement direct sont pratiquement en place.

Comme vous le savez, l’Autorité palestinienne dispose de trois sources de financement principales: les impôts intérieurs, les taxes et les droits de douane prélevés sur les importations, et l’aide étrangère. Les impôts intérieurs ont diminué en raison de la récession économique. Depuis les élections l’année dernière, Israël retient également les taxes et les droits de douane dus aux Palestiniens. Voilà la raison principale des difficultés financières de l’Autorité palestinienne. Sans compter que l’acheminement de l’aide étrangère est entravé par les restrictions imposées par les États-Unis aux transactions financières avec le gouvernement palestinien.

Nous contribuons à la résolution de ces problèmes de trois manières. Premièrement, notre mécanisme international temporaire représente désormais une source importante de financement des salaires, des frais de carburant et des produits de première nécessité. Depuis la formation du gouvernement d’unité nationale, nous gérons ce mécanisme en étroite coopération avec le ministère des finances de Salam Fayad.

Depuis sa mise en place en juin dernier, ce mécanisme nous a déjà permis de transférer plus de 300 millions d’euros. Je voudrais remercier le Parlement de soutenir la hausse de l’aide budgétaire apportée, condition pour que le mécanisme puisse être maintenu.

Deuxièmement, nous nous efforçons avec nos partenaires américains de faciliter l’acheminement de l’aide étrangère aux Palestiniens, notamment les fonds arabes promis à Riyad lors du récent sommet arabe.

Enfin et surtout, nous avons à de multiples reprises exhorté Israël à reprendre le transfert des taxes et des droits de douane palestiniens. Nous recourons en outre à tous les instruments à notre disposition, économiques comme politiques, mais la survie de ce gouvernement ne dépend pas que de nous. Seul le rétablissement de tous les transferts financiers vers l’Autorité palestinienne est susceptible de résoudre durablement la crise financière. Et les Palestiniens doivent jouer leur rôle et décider une fois pour toutes de mettre un terme à leurs combats et se concentrer sur la paix.

Nous pensons toujours qu’en dépit de la détresse qu’on observe dans les Territoires occupés et au Liban, nous devons profiter de la chance importante offerte par le processus de paix avant que celle-ci ne disparaisse une nouvelle fois. Il importe donc grandement que l’initiative allemande soit couronnée de succès. Il est également capital que la Ligue arabe relance son initiative de paix. Comme vous le savez, on a assisté à un suivi diplomatique déterminé au plus haut niveau du Conseil, de la Commission et du Parlement européen. Moi-même, j’ai assisté à plusieurs réunions avec le Comité de suivi à Charm-el-Cheikh, à Riyad, et, dernièrement, à la réunion du CAGRE (conseil affaires générales et relations extérieures) à Bruxelles.

Le secrétaire général Amr Moussa et d’autres ont évoqué l’urgence de la situation aujourd’hui plus grande que jamais et ont demandé notre aide pour amener les parties à la table des négociations. Côté israélien, je suis ravie que la ministre des affaires étrangères israélienne, Mme Livni, se soit rendue au Caire et attend dans les semaines à venir la visite de ses homologues jordanien et égyptien. Elle s’est également montrée disposée à s’engager davantage que par le passé et sera invitée par la présidence allemande à la prochaine réunion du CAGRE.

Parallèlement, je me félicite également des efforts de Condoleezza Rice, la ministre américaine des affaires étrangères, afin de réunir les parties et d’entamer les discussions sur l’avenir politique des Palestiniens. J’espère que ce sera possible, même si les événements des derniers temps ne présagent rien de bon. Il faut également reconnaître l’énergie et les efforts consentis par la Jordanie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite et d’autres.

La semaine prochaine, le Quartet se réunira. J’espère que cette réunion répondra aux efforts de la Ligue arabe, laquelle pourrait relancer le processus de paix, mais je suis aussi réaliste et je comprends ce que la présidence allemande a dit, à savoir que nous devons à tout le moins améliorer la situation.

 
  
MPphoto
 
 

  José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, au nom du groupe PPE-DE. - (ES) Madame la Présidente, nous sommes confrontés à une situation extrêmement difficile. Comme le représentant de la présidence en exercice du Conseil et la commissaire l’ont souligné, il s’agit d’une crise politique grave, avec des confrontations internes et des conflits armés entre les deux factions qui composent le gouvernement d’union nationale dans lequel tant d’espoirs avaient été placés; une crise économique, sociale et humanitaire extrêmement grave … les chiffres sont catastrophiques! Plus de 66 % de la population palestinienne vit sous le seuil de pauvreté, plus de 50 % des Palestiniens vivent dans l’insécurité alimentaire, plus d’un million de personnes n’ont eu aucun revenu fixe l’an dernier, une centaine de personnes ont trouvé la mort ces trois derniers jours au Liban et on déplore un grand nombre de morts dans la bande de Gaza.

Face à une telle situation, je pense que l’Union européenne doit sortir de sa léthargie et prendre les mesures qui s’imposent.

S’il y a une chose qui est bien faite, alors le crédit doit en être attribué à la Commission européenne qui, malgré d’innombrables difficultés, apporte un soulagement à la catastrophe humanitaire et sociale qui accable la région. Mais je pense que nous devons faire plus encore.

La commissaire nous a rappelé que le Haut représentant, Javier Solana, est actuellement dans la région. Monsieur le Président en exercice du Conseil, nous devons avoir le courage et la force d’essayer d’aller au-delà des belles paroles et l’Union européenne doit essayer d’opposer un peu de bon sens à la barbarie qui règne dans la région.

Il y a le cercle vicieux de la violence, il y a des tirs de missiles Kassam, il y a les représailles israéliennes et des attentats-suicides sont annoncés... Nous sommes face à une spirale de violence totalement suicidaire.

Nous devons essayer d’imposer un peu d’ordre, nous devons avoir confiance dans les efforts du Haut représentant, mobiliser autant que possible les forces diplomatiques de l’Union européenne et la Commission doit maintenir l’assistance économique et humanitaire fournie.

Je voudrais attirer l’attention de la présidence en exercice du Conseil sur une question que je considère cruciale, à savoir que pour reprendre la fourniture de l’aide directe à l’autorité nationale palestinienne, le Quartette a déclaré que non seulement la composition du gouvernement était décisive mais également les actions entreprises par le gouvernement.

La présidence en exercice du Conseil pourrait-elle expliquer son point de vue à cet égard et nous dire comment nous pouvons sortir de ce cercle vicieux de haine, de violence et de destruction?

 
  
MPphoto
 
 

  Pasqualina Napoletano, au nom du groupe PSE. - (IT) Madame la Présidente, Monsieur Gloser, Madame Ferrero-Waldner, Mesdames et Messieurs, la violence et la mort règnent une nouvelle fois sur Gaza, le Liban et Israël. En notre qualité de groupe socialiste au Parlement européen, nous insistons sur la nécessité urgente pour l’Union européenne d’un changement radical de politique au Moyen-Orient, incluant la reprise de l’aide financière aux institutions et au peuple palestiniens.

Les conflits de ces derniers jours sont l’aboutissement de l’exaspération et de l’impasse dans laquelle croupit la situation politique. Ils prouvent et confirment qu’Israël ne construira pas sa sécurité sur la mort de la Palestine et des Palestiniens. Les doubles standards de la démocratie européenne à l’égard du gouvernement d’union nationale doivent cesser, car la continuité politique de ce gouvernement représente l’unique espoir de reprendre le contrôle de la situation.

La décision de suspendre l’aide financière accordée aux institutions apparaît encore plus insensée depuis la formation du gouvernement d’union nationale. Le fait que le Conseil et la Commission aient décidé de ne pas rencontrer les représentants ministériels du Hamas et des indépendants ne fait rien pour la stabilité de cet organe exécutif, qui est actuellement la seule forme d’expression politique dont dispose le peuple palestinien.

L’accord de La Mecque, même s’il n’est pas la réplique parfaite des quatre points du Quartette, représente évidemment un pas dans la bonne direction, dans le sens de la reconnaissance mutuelle et de l’arrêt des violences. Nous devons travailler sur cette base pour faire en sorte que la situation évolue positivement. De plus, comme la commissaire l’a souligné, le ministre des affaires étrangères, Abu Amr, qui était ici à Bruxelles avec nous la semaine dernière, nous a donné toutes les garanties à cet égard.

Nous nous associons à la douleur et à la condamnation résultant des tirs de missiles sur Sderot et exprimons notre tristesse pour les personnes qui ont été tuées et blessées dans cette ville, mais en même temps nous voulons appeler les autorités palestiniennes et israéliennes à mettre fin à leurs représailles disproportionnées, excessives et illégales s’agissant de celles qui sont exercées contre les personnalités politiques et civiles palestiniennes. Une dynamique perverse s’est mise en marche et nous, les Européens, devons essayer d’appuyer les efforts entrepris pour y mettre fin.

Je voudrais vous rappeler que 78 personnes ont perdu la vie ces derniers jours au Liban, ce qui en dit long sur l’autre poudrière du conflit arabo-israélien toujours non résolu. Au Liban le conflit ouvert peut éclater de nouveau avec les 400 000 réfugiés palestiniens présents dans le pays. Nous avons déjà connu ce cauchemar, alors essayons de le prévenir, comme nous avons mis fin, en juillet dernier, à la guerre et à l’agression d’Israël contre le Liban.

 
  
MPphoto
 
 

  Chris Davies, au nom du groupe ALDE. - (EN) Madame la Présidente, le président en exercice a déclaré que le nouveau gouvernement d’unité des Palestiniens n’avait pas tout à fait réussi le test décisif. Très bien, mais les Israéliens n’ont pas tout à fait arrêté de construire le mur de sécurité ni de voler la terre et l’eau des Palestiniens. Les Israéliens n’ont pas tout à fait libéré les 10 000 prisonniers, dont un grand nombre est détenu sans inculpation ni condamnation. Les Israéliens n’ont pas tout à fait supprimé les points de contrôle - 589 selon les derniers chiffres de la Commission - qui imposent un embargo économique aux Palestiniens. Les Israéliens n’ont pas vraiment remboursé les recettes des Palestiniens qu’ils retiennent depuis un an, lesquelles pourraient s’élever à environ un milliard d’euros désormais. Ils n’ont pas tout à fait mis un terme à la partition et à la séparation au moyen de cartes d’identité, que le chef de mon propre parti, Paddy Ashdown, notre ancien représentant en Bosnie-et-Herzégovine, a qualifié pas plus tard que samedi dernier de racisme déguisé en mesure administrative.

Je dis tout cela au président en exercice parce que nous sommes considérés comme une Union européenne pratiquant le deux poids deux mesures: on considère que d’un côté nous ignorons l’illégalité des actes israéliens et que de l’autre nous attendons des Palestiniens qu’ils se comportent comme des saints. Lorsque la commissaire affirme que nous utilisons tous les instruments à notre disposition pour amener les Israéliens à respecter les accords internationaux et la loi, je ne pense pas que ce soit possible. Nous avons de nombreux instruments à notre disposition auxquels nous n’essayons même pas de recourir.

Par conséquent, que doit faire à présent le gouvernement d’unité palestinien? Il y a tout juste deux semaines, le Premier ministre Haniyeh a non seulement convaincu notre délégation, d’une manière qui nous satisfait tous, que le gouvernement d’unité était déterminé à respecter les trois principes du Quartet, et il pensait que c’était le cas, mais aussi qu’il rencontrerait les membres du Quartet sans réserve ni condition préalable à n’importe quel moment pour tenter de dissiper ces divergences. J’exhorte le président en exercice à accepter cette offre.

Permettez-moi également d’évoquer les propos du ministre norvégien des affaires étrangères hier, qui s’est interrogé sur ce qu’il arrivera, si nous ne soutenons pas ce gouvernement: ce serait tout bonnement le chaos et la crise.

C’est pourquoi, Monsieur le Président en exercice, la bonne nouvelle dans votre discours est que vous essayez d’organiser une réunion d’urgence pour procéder à une nouvelle analyse de la situation. C’est un pas en avant positif. Tout ce que je peux dire, c’est que nous avons souvent accusé les Palestiniens de rater les occasions et on a aussi souvent accusé les Israéliens de manquer des occasions. Il y a ici une occasion que nous ne devons pas manquer.

 
  
MPphoto
 
 

  Ryszard Czarnecki, au nom du groupe UEN. - (PL) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, Monsieur Gloser, Mesdames et Messieurs, la situation au Moyen-Orient représente un défi sérieux et permanent, non seulement pour les pays de la région, mais également pour le monde en général. Nous mettons en garde contre une approche partisane et émotionnelle de ce conflit qui dure depuis des décennies, et contre toute tentation de simplification et d’évaluation facile sur la base de nouvelles séquences télévisées: il s’agit d’une situation où personne n’est tout blanc ou tout noir. Dans certains milieux, il est peut-être de bon ton d’accuser Israël d’être l’agresseur et l’oppresseur, mais de telles affirmations sont inexactes et injustifiées.

La multiplication des positions radicales et les votes en faveur de groupes radicaux du style Hamas démontrent la quasi-impossibilité d’un dialogue dans ce domaine. Une autre difficulté majeure rarement évoquée, ce sont les profondes divisions et les violentes querelles internes conduisant au conflit armé au sein de la classe politique et de la société palestiniennes.

Certains experts ont attiré l’attention sur le système éducatif de l’Autorité palestinienne. Comme l’ont déclaré les participants à la conférence organisée la semaine dernière par M. Van Orden au Parlement européen, le système renforce les stéréotypes négatifs et antagonistes associant la guerre sainte ou Jihad à l’opposition structurelle à Israël et à une véritable haine pour ce pays. Par souci d’objectivité, il faut dire aussi que depuis la victoire du Hamas aux élections organisées par l’Autorité palestinienne, Israël a mis en œuvre un plan controversé en vertu duquel il refuse de transférer à l’Autorité palestinienne les droits de douane qui lui reviennent. Ceci aura nécessairement un grave impact sur les relations entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’Union européenne devrait réagir de manière réaliste et rationnelle. Elle ne doit pas se comporter comme un parent bienveillant mais peu perspicace fournissant généreusement de l’argent de poche sans se soucier de l’usage qui en est fait. L’Union ne doit pas devenir l’otage de l’une ou l’autre des parties au conflit.

 
  
MPphoto
 
 

  Caroline Lucas, au nom du groupe des Verts/ALE. - (EN) Madame la Présidente, je dois dire que je suis un peu en état de choc suite aux propos du représentant du Conseil. Je ne comprends pas comment il peut affirmer que le nouveau gouvernement d’unité ne respecte pas les critères du Quartet. Notre délégation vient de revenir de la région et nous avons tous estimé à l’unanimité qu’il les respectait.

C’est vrai qu’il y a encore des tirs de roquettes Qassam, et il faut les condamner. Mais pensez-vous vraiment qu’en refusant de s’engager pleinement aux côtés de ce gouvernement, l’Union européenne contribue à ramener la situation sous contrôle? Pensez-vous vraiment que ces tirs n’ont rien à voir avec l’étau économique et politique dans lequel Israël maintient Gaza?

Vous évoquez la détention du soldat Shalit - et il est clair qu’il doit être libéré - mais vous n’avez même pas évoqué les 41 membres du Conseil législatif palestinien toujours détenus par Israël; vous n’avez pas évoqué non plus les 10 000 prisonniers politiques palestiniens détenus par Israël, dont beaucoup sans condamnation. Alors, essayons d’équilibrer quelque peu ce débat.

Par son refus de reconnaître pleinement le nouveau gouvernement d’unité et sa décision d’acheminer l’aide via un mécanisme international temporaire plutôt que par l’intermédiaire de l’Autorité palestinienne, l’Union européenne sape activement l’autorité et l’appareil des institutions démocratiques palestiniennes. Et le pire dans tout cela, c’est que notre position encourage les factions à l’intérieur et à l’extérieur des Territoires palestiniens qui veulent que ce gouvernement échoue. Chaque jour qui passe à refuser de s’engager pleinement aux côtés de ce gouvernement est une occasion de plus pour les extrémistes d’affirmer: «Vous voyez, la démocratie ne fonctionne pas. On a fait tout ce que la communauté internationale exigeait, on a organisé des élections démocratiques, mis en place un nouveau gouvernement d’unité, respecté les conditions du Quartet et on est toujours soumis à un boycott politique et économique. Alors pourquoi diable participer à un gouvernement démocratique qui fait de son mieux pour préserver la paix?»

Est-ce vraiment ce que nous voulons? N’allez pas croire que l’alternative sera un gouvernement légèrement différent dont nous préférerons un peu plus les couleurs. L’alternative sera le chaos et une violence d’une ampleur inimaginable; toute la région sera déstabilisée et l’extrémisme se propagera encore plus rapidement à travers tout le Moyen-Orient.

Car, pendant que le Conseil fait preuve d’attentisme, dans l’attente des résultats du nouveau gouvernement, chaque jour qui passe compromet encore plus les résultats qu’il espère. Il est très probable que dans quelques années, on repensera à cette période et on se dira: «pourquoi diable n’avons-nous pas soutenu la démocratie palestinienne alors qu’on en avait la possibilité?»

J’implore donc le Conseil de nous redire ce que le gouvernement palestinien doit faire; quant à la Commission, je lui dis:» quand suspendrez-vous l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël?»

 
  
MPphoto
 
 

  Kyriacos Triantaphyllides, au nom du groupe GUE/NGL. - (EL) Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Madame la Commissaire, l’Union européenne porte sa part de responsabilité dans les événements dramatiques qui se déroulent actuellement en Palestine. Ceci parce qu’elle a négligé d’agir de manière décisive au bon moment et dans la bonne direction.

Il y a trois semaines, la délégation du Parlement pour les relations avec le conseil législatif palestinien a effectué une visite officielle en Palestine. Notre visite a eu lieu à un moment historique pour la Palestine, après la prestation de serment d’un nouveau gouvernement issu d’élections libres et démocratiques. Ce gouvernement, contesté par les États-Unis et l’Union européenne, alors qu’il bénéficie du soutien de 60 % du corps électoral, n’a pas hésité à partager le pouvoir avec d’autres forces politiques pour former un gouvernement d’union nationale dirigé par le leader incontestable de l’Autorité palestinienne, Abu Mazen, respectant ainsi pleinement les appels du conseil de la Ligue arabe.

C’est à ce gouvernement, qui représente par conséquent l’ensemble du peuple palestinien, que la délégation du Parlement a posé clairement des questions vitales concernant la question de la paix au Moyen-Orient et, comme mes collègues l’ont déclaré, nous avons reçu des réponses claires:

Ils nous ont dit qu’ils reconnaissent le droit d’Israël à exister à l’intérieur des frontières de 1967, tout ce qu’ils demandent étant qu’Israël reconnaisse leur droit à créer leur propre État à côté d’Israël.

Ils rejettent la violence. Ils reconnaissent tous les accords conclus entre Israël et l’OLP. Leurs priorités immédiates incluent la libération de M. Johnston. Ils travaillent à la libération de Saleet dans le cadre d’un échange de prisonniers.

Ils nous ont dit, toutefois, que pour pouvoir réaliser leurs objectifs, ils ont besoin de notre aide. L’embargo politique et économique doit être levé immédiatement.

C’est pourquoi je conclus par un appel à Israël et un appel aux Palestiniens:

- Israël doit mettre fin à ses tirs de missiles dirigés vers ses ennemis et libérer tous les représentants élus des Palestiniens;

- les Palestiniens doivent mettre fin à leurs attaques de missiles contre le territoire israélien.

J’appelle également le Conseil et la Commission à reconnaître immédiatement le nouveau gouvernement d’union nationale démocratiquement élu du président Abbas et à mettre fin dès maintenant à sa politique d’approche sélective de certains membres de ce gouvernement. À suspendre immédiatement l’embargo politique et économique. À s’impliquer activement dans un dialogue constructif avec l’ensemble du gouvernement d’unité nationale. À soutenir ce gouvernement pour qu’il puisse négocier la paix. Sinon, le chaos s’ensuivra et l’Union européenne portera sa part de responsabilité dans celui-ci.

 
  
MPphoto
 
 

  Paul Marie Coûteaux, au nom du groupe IND/DEM. - Madame la Présidente, la situation en Palestine confirme tristement ce que les souverainistes disent depuis des lustres au sujet du conflit proche-oriental, à savoir qu’il serait faux de croire que ce conflit puisse avoir pour grille de lecture la simple opposition entre Palestiniens et Israéliens et encore moins, bien entendu, entre musulmans et juifs.

La vraie ligne de fracture, de plus en plus béante d’ailleurs, oppose, d’un côté, les partisans de la conciliation, comme plusieurs hommes d’État israéliens en ont montré l’exemple - je ne peux manquer de citer ici le nom glorieux de Yitzhak Rabin -, mais aussi des hommes d’État palestiniens, comme Yasser Arafat et Mahmoud Abbas, et, de l’autre côté, les fanatiques, aussi bien les fanatiques musulmans que les fanatiques du grand Israël, dont les connivences, d’ailleurs, ne sont plus à démontrer puisque l’on sait que des mouvements extrémistes palestiniens ont été voulus, et même financés, par certains radicaux israéliens.

Il y a donc deux camps: d’un côté, le camp de la solution politique et, finalement, de la paix; de l’autre, celui de l’affrontement, de la haine et de la guerre sans fin. Le malheur a voulu que, malgré de bonnes paroles, les États-Unis jouent le jeu des faucons, celui des extrémistes israéliens et des intégristes musulmans, tandis que l’Europe, je veux dire les principaux États européens sont, pendant ce temps, restés muets. La seule voix européenne tant soit peu unie fut celle de la déclaration de Venise, en juin 1980, par laquelle les Européens se prononcèrent pour la création d’un État palestinien. Toutefois, nos divisions reprirent de plus belle et, désormais, l’Europe, une fois encore, ne peut parler d’une seule voix que pour ne rien dire.

Eh bien, il est temps de libérer la souveraineté des États d’Europe, pour qu’ils puissent de nouveau jouer leur jeu librement dans cette partie du monde, où se joue une bonne partie de leur avenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Philip Claeys, au nom du groupe ITS. - (NL) Madame la Présidente, tous ceux qui ont suivi le déroulement des événements survenus au Moyen-Orient ces jours derniers ne peuvent être que découragés. Mercredi dernier, lors de la conférence des présidents de notre Parlement, j’ai eu l’honneur d’assister à une réunion avec Amr Moussa, le secrétaire général de la Ligue arabe, et le ministre des affaires étrangères de l’Autorité palestinienne. Il m’est apparu clairement qu’ils veulent réellement travailler à un plan de paix pour la région, mais que plusieurs choses, disons certains problèmes structurels, restent en suspens.

Le Hamas, le plus important parti du gouvernement palestinien, reste bloqué sur son refus explicite de reconnaître Israël; il refuse toujours de renoncer au terrorisme et à la violence et de les condamner. Il n’est pas difficile de deviner, dans ces conditions, quels peuvent être les résultats des pourparlers de paix.

En fait, au cours des derniers jours, la violence s’est déchaînée entre les différentes factions palestiniennes, le président Mahmoud Abbas ayant même été la cible d’un attentat à la bombe qui a été déjoué. Selon moi, il ne fait aucun doute qu’Israël a le droit de se défendre contre la violence et la terreur, si nécessaire par des moyens militaires. Mais il faut mettre en garde Israël contre des actions visant des membres du parlement palestinien et, a fortiori, le Premier ministre palestinien: bien que certains aient manifesté l’avantage qu’il y aurait à choisir cette voie, s’ils devaient s’y engager, ils franchiraient un pas dangereux et rendraient inévitable une escalade subséquente et encore plus rapide de la violence.

 
  
MPphoto
 
 

  Jim Allister (NI) . - (EN) Madame la Présidente, la misère et la souffrance des Palestiniens sont vraiment atroces. Dans une large mesure les Palestiniens se les infligent eux-mêmes et cela n’en réduit pas les conséquences. Toutefois, ce fait contredit ceux qui veulent toujours tenir Israël pour responsable de toutes les tragédies de la région. Aujourd’hui, bien sûr, les suspects habituels de ce débat, M. Davies et Mme Lucas en l’occurrence, ont enfourché leur cheval de bataille habituel pour rejeter toute la faute sur Israël, se montrant ainsi d’une grande partialité. Nous avons une véritable guerre civile entre le Fatah et le Hamas, et les actions particulièrement agressives du Hamas nous démontrent que sa poursuite de la démocratie et son mandat démocratique n’ont aucunement atténué son adhésion au terrorisme. C’est cet attachement farouche au terrorisme qui rend le Hamas si incapable de gouverner. De la même façon, les agressions continues contre Israël que sont les incessants tirs de roquettes justifient entièrement la réaction défensive de Tel Aviv.

Je crains que tant que le Fatah et le Hamas pourront marchander les armes et les urnes, la démocratie et la paix qu’elle peut apporter ne l’emporteront pas dans cette entité agitée et en perdition qu’est Gaza. Toute initiative internationale qui n’aborde pas la suppression des armes des deux camps palestiniens sera vouée à l’échec.

 
  
MPphoto
 
 

  Edward McMillan-Scott (PPE-DE). - (EN) Madame la Présidente, nous discutons une fois de plus de la situation tragique des Palestiniens. Permettez-moi de dire d’emblée que nous condamnons tous le terrorisme, où qu’il sévisse. Je dois dire que les terroristes qui se sont faits exploser à Londres il y a deux ans venaient tous de ma circonscription. Cependant, ils tiraient leur motivation des événements au Moyen-Orient, de l’Irak et des Territoires palestiniens. Il faut donc tenir compte non seulement des conséquences des événements au Moyen-Orient sur les populations de là-bas, mais aussi des effets sur nos propres concitoyens.

Je disais toujours qu’Israël était la seule démocratie du Moyen-Orient. Mais il y a deux ans, j’ai présidé notre délégation aux élections du président Abbas, dont la communauté internationale s’est grandement réjouie. Toutefois, lorsqu’il est venu ici il y a quelques mois, il a dit que si nous, la communauté internationale, ne le soutenions pas, ce serait le chaos et la guerre civile dans son pays.

L’année dernière, j’ai présidé la mission d’observation électorale au Parlement palestinien, puis l’Union européenne a tourné le dos aux résultats. On semble être paralysé par la feuille de route. Or, selon moi la situation est désormais telle que l’Union doit tout bonnement changer d’approche. Les Territoires palestiniens sont au bord du gouffre sur le plan économique, politique et social. Nous risquons une nouvelle Algérie, où le mépris de l’Occident pour les résultats des élections en 1992 a fait 200 000 morts.

Je pense qu’il est temps à présent que l’Union européenne, si elle ne peut reconnaître le gouvernement d’unité nationale, coopère totalement avec lui au moins aux termes du projet de résolution dont certains d’entre nous ont débattu la semaine dernière. Deuxièmement, il est assurément grand temps que la commission des affaires étrangères du Parlement dispose d’un groupe de travail, et pas seulement sur les Nations unies ou sur les Balkans ou sur les cinq instruments de financement extérieur. Mettons en place un groupe de travail sur le Moyen-Orient!

 
  
MPphoto
 
 

  Véronique De Keyser (PSE). - Madame la Présidente, imaginons une ville plongée régulièrement dans l’obscurité. Imaginons une ville sans policiers. Imaginons des fonctionnaires privés de salaire depuis un an et demi. Imaginons des hôpitaux sans médicaments, des écoles sans fournitures scolaires. Imaginons une ville bouclée, livrée à elle-même, sans administration qui fonctionne. Et imaginons que de l’argent y circule, et des armes. Souvenons-nous qu’une nuit de panne électrique à New York a entraîné des pillages et des crimes, dans la plus grande démocratie du monde … Alors, que faut-il espérer aujourd’hui en Palestine?

Notre politique irresponsable a conduit à l’effondrement des administrations que nous avions mises en place, à l’affaiblissement du pouvoir en place, à l’extension de la pauvreté, à la résurgence de maladies qui avaient disparu - même la Banque mondiale en convient -, et ceci, malgré les efforts louables de la Commission. Aujourd’hui, on vient de grimper un échelon de plus dans le malheur: les Palestiniens s’entretuent! Mais mes chers collègues, le scénario était prévisible. Au lieu de rechercher l’unité des deux grandes factions palestiniennes, légitimées par des élections incontestées, au lieu de miser, dès le début, sur leur unité, nous avons décidé de jouer le jeu de sanctions qui les divisaient.

Alors que le Président Abbas essayait, au péril de sa vie, et jouait son va-tout en forçant la naissance d’un gouvernement d’unité nationale, basé sur une plateforme politique qui s’inspirait des principes du Quartette et qui respectait les engagements de paix passés antérieurement, nous nous croisions les bras à attendre. Nous n’avons pas su profiter de cette embellie et des espoirs de La Mecque.

Aujourd’hui, Javier Solana, parti en mission dans la région, déclare à juste titre: «Nous devons soutenir l’unité palestinienne». Mais ce n’est pas en envoyant de l’argent et des armes à une des deux parties que nous soutiendrons cette unité! Il n’y a qu’un moyen, vous le savez tous: il est politique. C’est pourquoi, avec certains de mes collègues, je vous dis ceci: il faut reconnaître d’urgence le gouvernement d’unité nationale! Il faut asseoir son autorité, il faut l’aider à asseoir son autorité et à assurer la subsistance de sa population

Qui sème le vent, récolte la tempête: je ne suis pas la première à le dire. Mais, si nous refusons encore de traiter avec les islamistes modérés, nous aurons sur les bras uniquement les radicaux et les extrémistes et ce n’est pas seulement en Palestine qu’ils feront entendre leur voix!

 
  
MPphoto
 
 

  Alexander Lambsdorff (ALDE). - (DE) Madame la Présidente, la situation est réellement dramatique. Jour après jour, des groupes de radicaux du Hamas bombardent la ville de Sderot de missiles Qassam; ces attaques ne sont pas le fruit du hasard mais représentent à ce jour la cinquième rupture du cessez-le-feu.

À l’évidence, il s’agit d’une nouvelle tentative de distraire l’attention portée au conflit interne entre Palestiniens, c’est-à-dire entre le Hamas et le Fatah. Dans ces combats 55 Palestiniens ont perdu la vie, tués par d’autres Palestiniens. Ils ont pensé que le temps était venu de détourner l’attention sur leur ennemi commun, Israël. Et comment Israël a-t-il réagi? Par la manière forte. L’actuel gouvernement israélien, dont la cote de confiance ne dépasse guère les 3 %, fait une faveur au Hamas en essayant d’éliminer par des moyens militaires la source des attaques. Nous devons ainsi déplorer la mort de nouvelles victimes civiles palestiniennes. Le Hamas a une nouvelle fois gagné du temps et peut ainsi remettre à plus tard les concessions politiques qui doivent être faites. Cependant, encore une fois, il semble que nous soyons paralysés. Après tout, les concessions ont été faites à La Mecque; bien sûr, il se peut qu’elles n’aient pas été suffisantes mais, malgré les faiblesses de La Mecque, ces concessions représentaient un pas important vers la paix. Cet accord est maintenant très gravement compromis par ce regain de violence.

En conséquence, je pense que, pour le moment, il est juste et approprié que l’Union européenne insiste sur le respect de toutes les conditions du Quartette et de l’accord de La Mecque avant de reprendre ses paiements au gouvernement d’union nationale. Ceci ne va en rien à l’encontre de l’appel de M. McMillan-Scott à une coopération pratique et dans tous les domaines, à mettre en œuvre où elle est réellement bénéfique pour la population.

Néanmoins, nous ne devrions pas abandonner cet outil important prématurément. Je voudrais encourager le Conseil, la Commission et la Ligue arabe à s’efforcer d’aller de l’avant et j’aimerais beaucoup les voir parvenir à un résultat positif le plus rapidement possible.

 
  
MPphoto
 
 

  Jan Tadeusz Masiel (UEN). - (PL) Madame la Présidente, Monsieur Gloser, Madame la Commissaire, l’Union européenne a réussi à sauvegarder sa crédibilité lors du récent sommet de Samara. M. Barroso, le président de la Commission, et Mme Merkel, la présidente du Conseil, n’ont pas hésité à exprimer des commentaires pertinents et directs sur le traitement inéquitable infligé à la Pologne, État membre de l’Union européenne, dans la question de la viande. M. Barroso et Mme Merkel ont également exprimé un avis identique concernant les droits de l’homme en Russie.

Ceci soulève la question de savoir pourquoi l’Union ne va pas plus loin, pourquoi elle ne met pas en lumière le sort des Palestiniens en Israël, ou celui de Chypre, occupée par les Turcs depuis 1974. Des injustices majeures continuent à être commises aux portes de l’Union en ce XXIe siècle, et nous continuons à ne pas faire grand-chose pour y mettre fin.

Est-ce que les gens ne mouraient pas en Palestine avant la création de l’État d’Israël? Combien de temps encore l’armée israélienne d’occupation restera-t-elle dans les Territoires palestiniens? Les Palestiniens n’ont-ils pas le droit d’avoir leur propre État? Comment le peuple juif, qui a si longtemps été privé d’un État, peut-il refuser ce droit aux autres? La réponse des Palestiniens à l’occupation actuelle, ce sont les attaques contre Israël. En comparaison des interventions des forces israéliennes, celles des Palestiniens ont une envergure d’amateur.

C’est Israël qui devrait prendre les mesures initiales pour faciliter la création d’un État palestinien. Ce serait le premier pas vers le recul de la violence et les progrès de la coexistence dans la région.

Il est du devoir de l’Union européenne d’être le gardien de la liberté dans le monde, surtout aujourd’hui que les États-Unis ont renoncé à ce rôle et pris parti pour Israël. Les événements du 11 septembre n’auraient peut-être pas eu lieu, si les États-Unis avaient persévéré dans leur rôle antérieur de gardien impartial du droit et de la justice dans le monde.

 
  
MPphoto
 
 

  Johannes Voggenhuber (Verts/ALE). - (DE) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, Monsieur le Président en exercice du Conseil, ayant déclaré dans notre dernier débat, après la victoire du Hamas, que l’Europe ne doit plus jamais permettre que l’existence d’Israël soit menacée, c’est avec une grande angoisse et une profonde tristesse que je reviens d’un voyage en Palestine. Ce que je veux dire, c’est que je voulais visiter la Palestine, mais que je ne l’ai trouvée nulle part. Ce que j’ai trouvé à la place, c’est un arrière-pays militarisé, démembré, divisé, une contrée où les habitants sont coupés de leurs familles et de leur lieu de travail, où les villes manquent d’eau et les peuplements de terres fertiles.

Tout ce que je peux vous dire, Monsieur le Président en exercice du Conseil, Madame la Commissaire, c’est que personne ne peut vivre dans de telles conditions. Le régime d’occupation du gouvernement israélien ne rend pas le pays plus sûr, il le met en danger en transformant la Palestine en un ferment de désespoir, de haine et de violence. Je peux vous dire, Madame la Commissaire, que la situation a empiré, qu’elle se dégradera certainement encore et que personne ne pourra ou ne devrait s’en étonner.

Il est toujours difficile pour un homme politique d’analyser les interventions militaires, mais je suis revenu de mon voyage avec une conviction fondamentale que je tiens à porter à votre connaissance, à savoir que ce régime d’occupation sert aussi, manifestement et indéniablement, d’autres fins: la protection des colonies illégales et les liaisons entre celles-ci. Il sert également à garder les ressources en eau du pays sous contrôle israélien et à mettre en place un système d’acquisition de terres grâce auquel les frontières d’Israël pourraient être repoussées plus loin. Ceci n’est pas un moyen de parvenir à la paix.

Ainsi que je l’ai dit précédemment, le droit d’Israël à exister ne doit plus jamais être menacé. Quelles que soient les critiques, quelles que soient les exigences que nous formulions à l’adresse d’Israël en vue d’aboutir à la paix. C’est pourquoi je tiens à dire clairement ce que nous demandons aujourd’hui: mettez fin à ce régime d’occupation et contribuez à la création d’un État palestinien viable!

 
  
MPphoto
 
 

  Luisa Morgantini (GUE/NGL). - (IT) Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, les Palestiniens continuent à mourir, alors que tant d’eux ont déjà perdu la vie. Une fois encore, ils subissent des représailles collectives. La réponse de l’armée israélienne vise un groupe de terroristes, qui doit en effet être combattu, mais c’est le peuple palestinien qui en fait une nouvelle fois les frais.

Il est de notre devoir et de notre responsabilité de reconnaître notre échec en tant que communautés internationales, partis et mouvements politiques: l’occupation militaire israélienne qui dure depuis quarante ans continue, et le mur revient à voler l’eau et les terres du futur État palestinien. La tragédie qui se joue sous nos yeux a été annoncée à de nombreuses reprises.

Depuis 1980, nous parlons de deux peuples et de deux États: un des État existe, mais non l’autre. Le peuple palestinien est privé de liberté, humilié, exproprié; il est l’otage de groupes extrémistes, qui ont pris non seulement le peuple mais aussi les leaders en otage. Cela ne suffit pas! Il ne suffit pas de promettre que nous fournirons davantage d’aide économique. La solution ne peut être que politique: fin de l’occupation militaire et de l’expansion des colonies, reconnaissance du gouvernement palestinien d’union nationale et travail pour parvenir à l’unité et non à la division de la Palestine.

Nous devons montrer que l’Union européenne croit en la légalité internationale et le faire savoir à Israël, qui viole celle-ci en permanence. En fait, le pays perd jour après jour son sens moral, comme le dit David Grossman. Nous devons agir vite! Agir vite, parce que les Palestiniens, les Israéliens et les Libanais paient le prix de notre incapacité et de nos doubles standards. Reconnaître le gouvernement palestinien et peut-être aussi déployer une force internationale des Nations unies à Gaza et en Cisjordanie, voilà qui est à mon avis indispensable.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Karatzaferis (IND/DEM). - (EL) Madame la Présidente, nous continuons à assister aux conséquences d’une erreur commise en 1947. S’il n’y avait pas eu de reconnaissance unilatérale d’Israël et si l’État de Palestine avait été reconnu à l’époque, nous aurions évité bon nombre d’effusions de sang. Un bureau de statistiques a calculé que tout le sang versé dans la région aurait suffi à sauver un million d’enfants au moyen de transfusions sanguines.

Toutes les tragédies qui sont survenues, les Twin Towers, à Londres, à Madrid et ailleurs sont le résultat de cette politique de 1947, que nous poursuivons encore aujourd’hui. Pourquoi entrer dans d’interminables détails? Aurons-nous le courage de reconnaître demain l’État de Palestine? Ceci représenterait un progrès certain.

Nous sifflons la fin du match alors que le score est de 90 à 10. Si l’arbitre donne le coup de sifflet final alors que le score est de 50 partout, tout le monde peut garder la tête haute. S’il le donne alors que le score est de 60 à 40, le match est terminé, mais s’il siffle la fin du match sur un score de 90 à 10, il déclenche un enfer dans les gradins et sur le terrain.

Nous sommes donc responsables de cet enfer, parce que nous avons donné le coup de sifflet final sur la marque de 90 à 10. Le monde va à la dérive et tous les jours au Parlement nous entendons parler des armes nucléaires iraniennes. Personne n’a jamais parlé des armes nucléaires d’Israël et c’est une erreur. Si nous voulons être équitables, si nous voulons croire nos citoyens et qu’ils nous fassent confiance, nous devons être justes et il n’y aura de justice qu’avec la reconnaissance de l’État de Palestine.

 
  
MPphoto
 
 

  Jean-Claude Martinez (ITS). - Madame le Président, Madame le Commissaire, le mur de Berlin a pu tomber, l’empire soviétique peut bien appartenir au passé, le monde s’est planétisé, mais, du moins, y a-t-il quelque chose d’immuable, comme un lieu où l’histoire s’est arrêtée, c’est la Palestine, cette Palestine qui devient le trou noir de l’humanité: Gaza, les camps, les roquettes, les intifadas, les attentats, une seule terre pour deux peuples, une guerre longue de soixante ans déjà. Qui plus est, une avalanche de mythes, avec des esplanades, des tombeaux, des patriarches, des temples, des mosquées, du monothéisme et du cynisme, un cynisme partagé, d’ailleurs, par les durs des deux côtés, côté Israël, la technologie, la force, l’élimination d’Arafat, du Fatah, l’étranglement économique, les prisonniers, bref, tout, mais surtout pas des négociations, plutôt l’Iran que l’Irak, plutôt le chiisme que le baasisme, et, côté palestinien, les durs ont évidemment le long terme démographique pour eux.

Entre-temps, trois générations sacrifiées déjà et nous, que faisons-nous? Eh bien, nous faisons des déclarations, des visites, des voyages - n’est-ce pas Monsieur Solana? -, de l’humanitaire. Voilà, c’est tout! Or, ce conflit est l’enfant lointain des conflits européens de 14-18 et de 39-45 et, nous, nous ne faisons pas ce qu’il faut, nous faisons du pharisaïsme. Nous savons pourtant qu’il faut aller au-delà de la réunion d’urgence, qu’il faut arrêter les embargos, qu’il faut s’investir, qu’il faut un Camp David européen, avec toutes les parties, Israël, la Palestine et son gouvernement d’unité, mais aussi la Syrie, mais aussi l’Iran, mais aussi le Liban, et nous savons aussi qu’il faut dire le droit, les deux droits, sans doute le droit de l’État d’Israël à la pérennité, mais aussi le droit de l’État palestinien à exister, à être reconnu.

 
  
MPphoto
 
 

  Charles Tannock (PPE-DE). - (EN) Madame la Présidente, la récente escalade de la violence intestine entre militants laïques du Fatah et islamistes du Hamas à Gaza est très préoccupante, car on observe désormais les conséquences de l’affaiblissement d’Israël suite à la guerre au Liban et de l’affaiblissement du président palestinien M. Abbas, qui a fort à faire avec les fondamentalistes religieux du Hamas, qui ont remporté les élections l’année dernière. Les membres du gouvernement d’unité issus du Hamas sont à l’évidence incapables de prendre le recul nécessaire vis-à-vis de positions intransigeantes qui se fondent sur une idéologie théocratique obscurantiste, leur interdiront toujours de reconnaître explicitement l’État d’Israël, continuent de justifier les attentats terroristes et les font se considérer comme non liés par les accords précédemment signés par feu le président Arafat.

Manifestement, ce gouvernement d’unité de l’Autorité palestinienne ne remplit pas les critères du Quartet et l’Union européenne ne peut lever l’embargo contre le Hamas pour l’instant, en raison de ses activités terroristes, ni financer directement l’Autorité palestinienne, par voie de conséquence, et doit donc compter sur le mécanisme international temporaire pour acheminer l’aide humanitaire, qui s’élève désormais à plus de 500 millions d’euros par an et a augmenté ces trois dernières années. Les Arabes reconnaissent de plus en plus l’opportunité d’une solution négociée, comme en attestent les récentes propositions de la Ligue arabe. Les Israéliens reconnaissent tous les préjudices que la persistance de la violence cause à l’économie israélienne et à la société, le Hamas ayant tiré récemment plus de 100 missiles Qassam sur des zones civiles. En réalité, il y a eu une mort la semaine dernière qui constitue, à mes yeux, un crime de guerre en vertu du droit international.

Il semble que seuls les extrémistes aient peur de la paix. Quelles que soient les origines du conflit au Moyen-Orient, les pays arabes reconnaissent de plus en plus qu’Israël est là pour de bon, tandis que les Juifs des quatre coins du monde peuvent voir que la meilleure façon de garantir la sécurité à long terme d’Israël est la reconnaissance des aspirations légitimes des Palestiniens à disposer de leur propre État sécurisé.

Mais l’Autorité palestinienne doit d’abord être en mesure de maintenir l’ordre sur son territoire, ce qu’elle ne parvient manifestement pas à faire à l’heure actuelle. L’obtention de la libération du journaliste de la BBC Alan Johnston et du soldat enlevé, le caporal Shalit, serait un bon départ et permettrait d’instaurer un climat propice à la relance de la feuille de route capitale des pourparlers de paix.

 
  
MPphoto
 
 

  Hannes Swoboda (PSE). - (DE) Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, je voudrais vous demander de m’excuser d’avoir à partir aussitôt après mon intervention, parce que je dois assurer une présidence. Je sais que c’est impoli, mais je vous prie de me comprendre et de partager ce genre d’inconvénient avec moi.

Il va de soi, bien sûr, qu’Israël a le droit de se défendre contre les missiles Kassam, car ces attaques contre des installations civiles et des personnes sont un crime. Il s’agit d’une provocation à l’adresse d’Israël, mais également à l’égard du gouvernement actuellement au pouvoir en Palestine. On pourrait même dire que c’est là le but principal de ces actions. Or, que fait l’Union européenne?

Je regrette d’avoir à dire à M. Gloser que la réponse qu’il a donnée - au nom de la présidence du Conseil, bien sûr - est totalement insatisfaisante, tout comme celle donnée lors du dernier débat.

Nous ne faisons rien pour soutenir les seules forces qui soient capables d’intervenir contre ces terroristes. Nos déclarations ne changeront rien, pas plus, malheureusement, que les représailles militaires d’Israël, aussi justifiées soient-elles dans certains cas, si l’Union européenne n’accorde pas une chance à ce gouvernement. Je dis «gouvernement», car décider quels ministres on rencontrera et quels autres on évitera procède du cynisme. J’ai signalé la dernière fois que la présidente du Conseil a rencontré le ministre israélien des affaires étrangères, mais quand il s’est agi de rencontrer son homologue palestinien, elle a prétendu qu’il n’était pas dans ses habitudes de rencontrer les ministres des affaires étrangères. Voilà une attitude typiquement contre-productive.

Je n’ai pas l’intention de compliquer la vie de la commissaire aux relations extérieures, mais elle a parlé en réalité de soutien au gouvernement et non à des ministre à titre individuel. Quand toutes deux nous disent que nous devons soutenir M. Abbas, en réalité ce n’est pas ce qu’elles font, en refusant de soutenir son gouvernement et en ne lui refusant les moyens d’agir contre le terrorisme et ceux qui le pratiquent.

Là est le problème. Si l’Europe ne s’engage pas à agir, toutes ces discussions n’auront servi à rien, puisque la paix ne peut être gagnée que de l’intérieur. Il n’y aura de paix en Palestine que si des forces puissantes se montrent capables d’imposer leur volonté grâce à l’appui qu’elles auront obtenu, politique, moral ou financier, de l’Union européenne pour combattre les terroristes. Ceci sera positif à la fois pour la Palestine et pour Israël. Permettez-moi de répéter que, si vous voulez aider Israël, vous devez donner une chance au gouvernement palestinien. Tout le reste relève de la farce!.

 
  
MPphoto
 
 

  Vittorio Prodi (ALDE). - (IT) Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, je voudrais remercier la présidence et la Commission de leur présence. Manifestement, le temps dont je dispose me permet de faire seulement quelques observations.

La Palestine est une question grave et urgente et nous devons essayer d’inverser l’actuelle spirale descendante des événements. Le gouvernement d’union nationale est notre seul interlocuteur: nous devons être réalistes, en prendre acte et essayer de gagner du temps en faisant un geste qui serait un gage d’espoir pour la Palestine. Nous pourrions également mettre en place une force d’interposition et avoir le courage, en tant qu’Union européenne, d’être le gardien commun de la sécurité d’Israël et de la Palestine dans le cadre d’une politique d’ouverture à l’égard du monde arabe, à commencer par l’ensemble du bassin méditerranéen, afin de ne pas isoler ce conflit du problème général des relations entre l’Islam et l’Occident.

J’ai fait un rêve: une Organisation des Nations unies réformée avait son siège à Jérusalem, pour que cet espoir puisse se concrétiser. Nous pouvons y travailler; je pense que nous serons capables d’atteindre ce but!

 
  
MPphoto
 
 

  Paul van Buitenen (Verts/ALE). - (EN) Madame la Présidente, la charte du Hamas est un texte sacré frappé trois sceaux islamistes. Contrairement à l’OLP, qui est laïque, le Hamas ne reconnaît pas la notion de paix. Si L’OLP désire la création de deux États, le Hamas désire la disparition d’Israël.

Que dit la charte du Hamas? L’article 7 évoque un ordre islamique mondial et la destruction de tous les Juifs. Les articles 22 et 28 déclarent que les Juifs sont à l’origine des Révolutions française et russe, des deux guerres mondiales, mais aussi des Nations unies, de l’abus de drogues et d’alcool et du contrôle des moyens de communication de masse. En vertu de l’article 32, ceux qui mettraient un terme au conflit avec Israël seraient coupables de haute trahison et maudits.

La coopération avec le Hamas rendrait l’Union européenne moralement responsable d’un processus de paix qui aboutirait à la destruction d’Israël. Nous devons aider les Palestiniens, mais pas en facilitant le programme du Hamas.

 
  
MPphoto
 
 

  Bastiaan Belder (IND/DEM). - (NL) Madame la Présidente, début février le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung publiait un rapport extrêmement sombre sur la mission de police de l’UE dans les Territoires palestiniens. Le chef actuel de la mission, un Britannique nommé MacGyver, ne mâchait ses mots, déclarant que «nous travaillons ici au milieu d’un bourbier de duperie et de corruption».

Des mois plus tard, l’escalade de la rivalité entre le Fatah et le Hamas n’a fait qu’aggraver les choses. Une question se pose nécessairement: quel sens le Conseil et la Commission donnent-ils à la poursuite de la mission de l’UE visant à constituer des forces de police civile en Cisjordanie et à Gaza? On n’a guère envie de porter une part de la responsabilité de l’anarchie généralisée qui règne dans cette zone.

Par ailleurs, l’agence Reuters a annoncé hier que l’Union européenne va prolonger d’un an sa mission d’assistance à la frontière au point de passage de Rafah, sous le slogan révélateur et immuable «Les Palestiniens sont responsables de la frontière». Leur police compte certainement mettre des bâtons dans les roues des contrebandiers d’armes, de drogue, d’argent et de personnes, d’après des palestiniens au courant de ce qu’il se passe vraiment. Mes sources. Je voudrais poser au Conseil et à la Commission la même question: comptez-vous assumer votre responsabilité dans cette affaire en restant les bras croisés?

 
  
MPphoto
 
 

  Günter Gloser, président en exercice du Conseil. - (DE) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, Mesdames et Messieurs, je demande votre indulgence pour le fait que je ne pourrai faire que quelques brefs commentaires pour l’instant, j’ai en effet une réunion avec votre commission des affaires étrangères à 18h00, dans le cadre de laquelle je vais examiner et évaluer la dernière réunion du Conseil «Affaires générales et relations extérieures».

Je peux certes comprendre tous les faits que vous avez décrits, en partie sur la base de vos voyages et de vos discussions, mais je voudrais vous demander également de prendre acte du fait que c’est l’Union européenne, notamment les présidences précédente et actuelle, qui ont réellement fait quelque chose pour réactiver le Quartette du Moyen-Orient et obtenir la mise en route d’une sorte de processus sans lequel l’initiative de l’Arabie Saoudite n’aurait pu être lancée. Je voudrais donc vous demander d’adopter un avis nuancé et de ne pas oublier que certaines choses ne sont pas seulement imputables au blocage de certains fonds. Après tout, il s’agit d’un conflit intra-palestinien. Naturellement, nous avons précisé dans nos discussions avec Israël - comme je l’ai dit clairement dans la déclaration au nom de la présidence - que les fonds revenant légalement aux Palestiniens sous la forme de droits et taxes de douane devaient leur être transférés, pour que diverses mesures d’infrastructure puissent être assurées. La commissaire a expliqué à plusieurs occasions, notamment devant le Conseil, comment l’Union européenne a apporté son soutien ces derniers mois. Le public peut parfois avoir l’impression que nous payons trop peu ou rien du tout, mais en fait c’est le contraire, car l’Union européenne a transféré, au cours d’une période particulièrement critique, plus de moyens financiers qu’elle ne l’avait fait précédemment dans d’autres conditions.

Je voudrais dire à M. Davis que nous ne voulons pas que les Palestiniens soient considérés pour ainsi dire comme des saints parce qu’ils attendent beaucoup. Une chose en tous cas est ressortie clairement de la conférence de La Mecque lors des tentatives pour composer un gouvernement d’union nationale, c’est que les conditions sur lesquelles le Quartette pour le Moyen-Orient a toujours insisté doivent être remplies, à savoir le droit d’Israël à exister, la renonciation à la violence et la reconnaissance des accords passés par le précédent gouvernement. Certaines choses bougent, mais jusqu’à présent on ne voit pas clairement si le règlement de la question s’engage sur la voie du respect de ces critères. Or, il n’y a absolument aucune raison pour nous de garder nos cartes maîtresses en main; le gouvernement d’union nationale pourrait bien faire ce pas et les conditions pourraient être créées pour y arriver. Après tout, nous ne traitons pas ceci comme une question marginale; chaque fois qu’il se réunit, le Conseil examine quels progrès peuvent être faits. Comme je l’ai déjà dit, la présidence essaie d’organiser dans un proche avenir une nouvelle réunion du Quartette pour le Moyen-Orient, puisque nous savons tout ce qui en dépend. Le Haut représentant, qui est actuellement plus au nord, à Beyrouth, sait que ceci ne concerne pas uniquement la Palestine et Israël, mais également la question de la sécurité du Liban et de son droit à l’autodétermination.

Je voudrais insister pour que nous allions au-delà des simples discussions et que nous essayions de mettre sur pied certaines initiatives visant non seulement à permettre l’ouverture d’un dialogue entre Israël et les Palestiniens, mais également pour qu’une aide financière soit fournie et que nous puissions - comme je viens à nouveau d’essayer de le faire - demander à Israël de faciliter la liberté de circulation des Palestiniens, afin qu’ils ne soient plus contraints comme ils le sont actuellement dans une situation qui ne peut satisfaire personne. Je demande l’indulgence de l’Assemblée, mais maintenant je dois vraiment me retirer.

 
  
MPphoto
 
 

  Jana Hybášková (PPE-DE). - (CS) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, merci de votre présence parmi nous aujourd’hui. Contrairement à nombre de mes collègues, je me suis rendue en Palestine plus d’une fois. Conformément à ce que chacun souhaitait ici, Israël a quitté Gaza pour remettre la région à un gouvernement librement et démocratiquement élu. Gaza n’est donc pas un quelconque avant-poste militaire, c’est un pays dévasté par l’extrémisme, le fondamentalisme, le terrorisme, la corruption et le cynisme des chefs de guerre palestiniens eux-mêmes.

Mesdames et Messieurs, sommes-nous assez naïfs pour penser qu’il suffit de verser encore plus de centaines de millions d’euros sans lignes directrices claires pour faire cesser les actes de violence du Jund Al-Islam ou d’un Mohamed Dahlan? Croyons-nous honnêtement que la légalisation de chefs de guerre et de terroristes comme Khaled Mashal ou Dahlan apportera la paix dans la région? Heureusement, le Conseil et la Commission ont choisi une attitude ferme et claire et je voudrais les en remercier. Je leur suis reconnaissante d’avoir adopté la bonne position dans cette question épineuse. Nous devons rejeter la violence et rendre hommage aux victimes de Gaza et de Cisjordanie. Nous devons déclarer clairement notre opposition au Hamas qui utilise son pouvoir au sein du gouvernement palestinien pour attaquer Israël et poursuivre ses intérêts effroyablement extrémistes. Je veux lancer une mise en garde contre tout travail avec le Hamas, y compris certains membres du gouvernement, car ceci est clairement proscrit, ou avec les nouvelles organisations du type Al-Qaïda, comme le Fatah Al-Islam et le Jund Al-Islam.

Nous appelons le gouvernement palestinien non seulement à reconnaître l’échange de lettres entre Rabin et Arafat, mais également à cesser de mentir sur le respect de la condition essentielle de la reconnaissance d’Israël. Nous appelons le gouvernement palestinien et tous les responsables politiques arabes, notamment les Saoudiens et les Égyptiens, à reconnaître toutes leurs responsabilités politiques et humaines et à prendre part immédiatement aux négociations de paix impliquant la pleine reconnaissance de l’État d’Israël dans le cadre de frontières internationales dûment reconnues. Nous appelons le Fatah à commencer à négocier sans délai avec le Hamas sur le partage du pouvoir au sein du cabinet du président. Ce n’est qu’en adoptant la bonne position et en ayant un point de vue clairement déclaré que nous pourrons réellement fournir une aide humanitaire et, surtout, soutenir l’émergence d’un État palestinien viable et démocratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Jamila Madeira (PSE). - (PT) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, comme les précédents orateurs l’ont dit, le Parlement était en Palestine au début du mois. C’était un moment de grande tension, mais aujourd’hui, deux semaines plus tard, cette tension n’a fait que croître et malheureusement les citoyens de la région comptent de moins en moins sur l’UE. Malgré les diverses sources de tension, le Parlement a essayé d’être présent sur le terrain. Il s’y trouvait effectivement et aujourd’hui, malgré la tension accrue, M. Solana est dans la région.

Nous avons vu la tragédie humaine que vous avez décrite, Madame la Commissaire, et qu’évidemment vous reconnaissez. Nous avons vu également un mur de 852 km de long qui pour combattre la violence et protéger les Israéliens contre les attaques des Arabes, a envahi 25 % de la Cisjordanie et annexé un territoire crucial pour tout accord de paix basé sur les prémisses de 1967. C’est un mur qui emprisonne les gens dans leurs propres maisons, qui empêche les enfants d’aller à l’école et les agriculteurs de cultiver leurs champs. C’est un mur qui a fait de Gaza la prison à ciel ouvert la plus célèbre du monde. C’est un mur que, conformément à une décision de la police israélienne datant du début de 2006, personne - ou rien, devrait-on dire - ne peut franchir pour entrer ou sortir.

Dans ce contexte, nous avons tous l’air stupéfait et nous nions toute implication. Aujourd’hui, nous espérons que les yeux et le cœur de M. Solana pourront transmettre de notre part quelque espoir à ces populations. Quand nous étions sur place, nous avons passé le message et reconnu le gouvernement que le Quartette avait appelé de ses vœux et nous appelons effectivement aujourd’hui à ce qu’il continue à en être ainsi. Que le Conseil et la Commission honorent leurs engagements, qu’ils remplissent leurs obligations et qu’ils soient prêts à travailler avec toutes les parties.

Ce que l’UE est réellement prête à faire doit être précisé en termes parfaitement clairs. Montrons au monde une fois encore que la paix ne peut être obtenue qu’en tendant la main à ceux qui en ont besoin et en mettant fin à leur désespoir.

 
  
MPphoto
 
 

  Hannu Takkula (ALDE). - (FI) Madame la Présidente, je voudrais dire tout d’abord qu’en écoutant ce débat, j’ai l’impression que le tableau général est quelque peu limité. Tout membre éduqué du public qui le suivrait pourrait penser que beaucoup de députés du Parlement européen ont une connaissance très limitée de l’histoire de la Palestine et d’Israël. Comment est né l’État d’Israël? Qu’est-ce que la déclaration Balfour et ainsi de suite? Quelle était la résolution de l’ONU à l’époque? Quelle était la base de la partition? Il est honteux que nous, les parlementaires, nous n’étudiions pas d’abord nos leçons avant de venir ici pour parler de manière très émotionnelle de choses que nous ne connaissons pas nécessairement. C’est pourquoi il serait bon de s’arrêter et d’examiner en quoi consiste réellement le problème dans cette région et d’en avoir un aperçu général au lieu d’y faire simplement allusion momentanément.

Nous, en tant qu’Européens, nous devons soutenir la démocratie et non le terrorisme. Nos valeurs sont les droits de l’homme, la liberté de pensée et l’État de droit. Nous devons les conserver. De plus, si telles sont nos valeurs, nous ne pouvons pas reconnaître le «gouvernement d’union nationale», qui est une organisation terroriste dirigée par le Hamas. Nous ne pouvons pas les reconnaître: en tant qu’Européens, nous devons nous en tenir à nos valeurs démocratiques.

 
  
MPphoto
 
 

  Frieda Brepoels (PPE-DE). - (NL) Madame la Présidente, Madame la Commissaire, Mesdames et Messieurs, suite à notre visite en Cisjordanie et à Gaza début mai, je ne peux que conclure que nous sommes plus éloignés que jamais d’une solution structurelle, malgré l’accord conclu il y a 40 ans.

D’innombrables peuplements illégaux sont en cours d’installation en Cisjordanie. Nous ne pouvons que constater que le nombre de points de contrôle augmente au lieu de diminuer. À Gaza, 87 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Quarante et un députés du parlement palestinien sont toujours incarcérés et absolument personne ne s’occupe de la question du retour des réfugiés. Le mur devient vraiment le plus long du monde, certainement de quoi être fier pour Israël.

Malgré tout cela, les Palestiniens ont droit à l’autodétermination et à une existence digne, et ils sont prêts à faire des sacrifices et des compromis. Ils ont montré explicitement et en plusieurs occasions qu’ils veulent la paix et la prospérité pour leur peuple.

Mais est-ce cela que la communauté internationale et l’Union européenne veulent encore réellement? Je me le demande parfois, surtout quand j’entends la commissaire dire aujourd’hui que, suite aux discussions avec le ministre, elle a entendu la demande de soutien du gouvernement d’union nationale et la même demande faite par M. Abbas. Alors pourquoi ne reconnaissez-vous pas le gouvernement? Qu’attendez-vous exactement? Quand donnerez-vous enfin un soutien direct à l’Autorité palestinienne?

J’ai entendu parler la présidence des exigences du Quartette, mais nous ne devons pas attendre une nouvelle réunion du Quartette. L’Union européenne pourrait prendre l’initiative dans cette affaire. Nous devons parler avec l’ensemble du gouvernement.

Enfin, Madame la Commissaire, vous prétendez que tous les instruments pour contraindre Israël à transférer ces taxes aux Palestiniens sont utilisés. Je ne vois pas de quels instruments vous parlez et je voudrais en savoir plus à leur sujet, car je pense qu’il n’y a désormais plus de temps à perdre.

 
  
  

PRÉSIDENCE DE M. DOS SANTOS
Vice-président

 
  
MPphoto
 
 

  Béatrice Patrie (PSE). - Monsieur le Président, une fois encore nous sommes aujourd’hui amenés à dresser la sinistre comptabilité du Proche-Orient. Depuis le 6 mai, trente-six Palestiniens, dont onze civils, ont péri dans les raids israéliens de Gaza. De l’autre côté, 146 tirs de roquettes ont été effectués sur la ville israélienne de Sdérot, faisant seize blessés. Les Palestiniens s’affrontent entre eux. Au Liban, les trente mille réfugiés palestiniens du camp de Nahr Al-Bared font les frais des combats entre l’armée libanaise et les extrémistes de Fatah-al-Islam. À cet égard, d’ailleurs, disons clairement qu’il n’y a jamais de bonne raison pour martyriser les populations civiles.

Plus globalement, nous devons appeler à un changement radical de la politique européenne au Proche-Orient. Il n’est plus acceptable de refuser de soutenir politiquement et financièrement, et sans exclusive, un gouvernement palestinien d’union nationale que nous avons appelé de nos vœux et qui, si l’on en croit le ministre des Affaires étrangères palestinien que nous avons reçu récemment, premièrement, respecte le pluralisme politique, deuxièmement, ne remet pas en cause l’État d’Israël, troisièmement, réclame la reconnaissance d’un État palestinien dans les frontières de 67, quatrièmement, renouvelle son attachement aux résolutions onusiennes et arabes, notamment sur la question des réfugiés.

Soyons lucides, l’initiative de paix scellée au sommet de Ryad n’a aucune chance d’aboutir si nous, Européens, ne travaillons pas à lever le siège politique et économique qui touche le gouvernement palestinien. Quinze mois de blocus, 70% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté, 50% de chômage constituent des conditions idéales pour la montée du fondamentalisme et du terrorisme mais n’offrent pas les meilleurs atouts à un gouvernement pour rétablir l’ordre et la loi. Puisque nous exigeons du gouvernement palestinien qu’il exerce ses responsabilités, exerçons les nôtres.

 
  
MPphoto
 
 

  Marios Matsakis (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, quand j’étais enfant, j’étais ravi de penser que tous les êtres humains étaient égaux. À l’adolescence, j’ai été très bouleversé de me rendre compte que je me trompais, et qu’il y avait en réalité deux types d’êtres humains, ceux dont la vie compte et ceux dont la vie ne compte pas. Je me suis ensuite engagé en politique et j’ai appris que ce qui importait vraiment n’était pas la vérité, mais ce qui rapporte des voix.

Aujourd’hui, en tant que député européen, je me suis enfin forgé une opinion. Aussi simple et cynique qu’elle puisse paraître à certains, je pense qu’il y a effectivement deux types d’êtres humains, ceux que le gouvernement américain apprécie et les autres. Ainsi, les Palestiniens peuvent bien être humiliés, privés de nourriture, détenus sans condamnation, torturés, exécutés, etc. Cela n’a pas vraiment d’importance, car le gouvernement américain et leurs serviteurs dociles, notamment les «Blairinos» de ce monde, considèrent les Palestiniens comme des sous-hommes.

Par conséquent, pourquoi perdre notre temps à débattre des Palestiniens, quand on sait que rien de significatif n’émergera? Si nous sommes vraiment préoccupés par cette question, nous devons diriger nos efforts vers le Grand Maître du monde, M. Bush, et tenter de le convaincre que les Palestiniens sont bel et bien des humains. Si nous y parvenons, ce dont je doute fortement, peut-être pourrons-nous contribuer de manière constructive à la résolution du problème palestinien.

 
  
MPphoto
 
 

  Filip Kaczmarek (PPE-DE). - (PL) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, nous désirons tous ardemment la paix au Moyen-Orient. Néanmoins, suggérer que l’Union européenne devrait reprendre la fourniture directe de la totalité de son paquet d’aide financière au gouvernement de l’Autorité palestinienne est décidément prématuré.

Organiser des élections démocratiques dans un pays ne suffit pas pour que se justifie l’attribution d’une aide européenne. Il y a certainement plusieurs pays démocratiques dans lesquels l’Union européenne refuse de dépenser l’argent de ses contribuables.

Je pense qu’il y a deux raisons fondamentales pour refuser ces dépenses. La première, c’est lorsque le pays concerné n’a tout bonnement pas besoin de notre aide. La deuxième, c’est lorsque le pays concerné ne reconnaît pas ou n’applique pas les principes fondamentaux qui sont cruciaux pour l’Union européenne.

C’est la deuxième raison qui s’applique à la Palestine. En fait, le désaccord sur le financement n’a rien à voir avec Israël ou la Palestine, il concerne nos propres principes. Le bénéficiaire potentiel refuse de reconnaître le droit du bailleur de fonds à appliquer certains principes fondamentaux.

Nous ne devrions pas consacrer du temps à débattre de la question de savoir s’il faut parler de terrorisme ou de lutte pour la liberté. Ce dont nous devrions plutôt discuter, c’est de la possibilité de soutenir une organisation dont le programme est centré sur la promotion de l’usage de la force contre les autres. Pouvons-nous soutenir ceux qui, en réalité, ne veulent pas la paix? La réponse à la question de savoir si nous devons financer des autorités qui ne souhaitent pas la paix est évidente, du moins c’est ce qu’il me semble. Nous ne devons pas. Les raisons pour lesquelles nous devons refuser notre aide n’ont rien à voir avec le chaos au sein de l’Autorité palestinienne, ni avec l’incertitude quant à la durée pendant laquelle le gouvernement d’union nationale sera capable de gouverner. Elles n’ont rien à voir avec la durée pendant laquelle ce gouvernement sera en mesure d’exercer un réel pouvoir. Elles n’ont rien à voir avec le fait que 50 Palestiniens ont été tués la semaine dernière dans les affrontements entre Hamas et Fatah, ni avec le fait que les programmes de télévision pour enfants diffusées par la chaîne Al-Aksa appellent les enfants palestiniens à aider à la destruction d’Israël et à participer à la guerre. La principale raison pour laquelle nous devons refuser notre aide est que nous devons rester fidèles à nos principes, à nos valeurs et à notre passé.

Il faut déclarer clairement que le choix entre la victoire et le martyre proposé par le Premier ministre Hanyieh est vicié et va à l’encontre des intérêts nationaux du peuple palestinien.

 
  
MPphoto
 
 

  David Martin (PSE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai été modérément encouragé par les propos de la commissaire et, franchement, totalement abattu par ceux du Conseil. C’est incroyable que le Conseil ne reconnaisse pas que la création d’un gouvernement d’unité nationale palestinien est un risque politique majeur pour le Fatah et le Hamas. La plate-forme du gouvernement d’unité est une plate-forme de négociations qui tente de parvenir à la paix, ce que le Conseil oublie de reconnaître.

J’estime - et je pense que la majorité des députés de cette Assemblée est désormais d’accord avec moi - que le moment est venu de mettre fin à toutes les restrictions imposées à nos relations avec l’Autorité palestinienne. La commissaire a dit aujourd’hui que les conditions de la reprise de l’aide directe sont presque respectées. Madame la Commissaire, n’attendons pas les garanties! Je vous exhorte à demander au Conseil «Affaires générales», lors de sa prochaine réunion, de reconnaître le gouvernement d’unité nationale de l’Autorité palestinienne. Et si le gouvernement palestinien ne respecte pas ses promesses, nous pourrons bien entendu mettre un terme à nos négociations et à nos engagements à leur égard, mais laissons-leur une chance!

Notre refus de coopérer avec le gouvernement palestinien n’aide en rien à mettre un terme au cycle de la violence et à la crise humanitaire grave que tant de mes collègues ont évoqués avec éloquence cette après-midi. Notre refus de coopérer avec le gouvernement palestinien n’incite aucunement Israël à mettre un terme à ses assauts financiers et militaires contre les Palestiniens. Aujourd’hui même, le vice-ministre israélien de la défense a prévenu que son pays pourrait exécuter sommairement le chef du Hamas, l’actuel Premier ministre palestinien Haniyeh. Qui croit vraiment que de telles actions contribuent au processus de paix?

 
  
MPphoto
 
 

  Sarah Ludford (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, le gouvernement Bush n’étant pas parvenu ces cinq dernières années à faire pression pour l’obtention d’un accord de paix entre les Israéliens et les Palestiniens, l’initiative de paix arabe est une lueur d’espoir relativement rare. La libération du caporal Shalit, d’Alan Johnston et de 40 parlementaires palestiniens serait un signe de bonne volonté qui fait cruellement défaut. Le fait que l’Union européenne et les États-Unis maintiennent des relations avec les ministres palestiniens des affaires étrangères et des finances démontre l’absence de boycott et de refus de s’engager, et les centaines de millions d’euros d’aide humanitaire prouvent que nous ne tournons pas le dos aux difficultés de la population.

Quoi qu’il en soit, il est très difficile de concevoir la reprise de l’aide budgétaire à l’Autorité palestinienne, alors que le gouvernement d’unité ne s’est pas conformé aux exigences du Quartet, même s’il affirme le contraire. Même si l’on n’attribue pas au Premier ministre palestinien Haniyeh les déclarations incessantes des porte-parole du Hamas, qui appellent à la destruction d’Israël, on ne peut ignorer qu’il a invoqué Dieu et le martyre pour rallier les Palestiniens pas plus tard qu’hier. Les collègues qui par pragmatisme ont souhaité faire valoir que le gouvernement d’unité est la meilleure solution possible devraient s’en tenir à cette justification pour dîner avec ses membres mais ne pas essayer de nous convaincre que quelque chose est arrivé alors que ce n’est pas le cas.

 
  
MPphoto
 
 

  John Bowis (PPE-DE). - (EN) Monsieur le Président, notre message à tous les Israéliens, à tous les Palestiniens, à tous les membres du Hamas et du Fatah est le suivant: au nom de votre dieu et par égard pour vos enfants, faites marche arrière!

Aujourd’hui, la porte-parole israélienne menace de tuer le Premier ministre palestinien, le Hamas menace de chercher à se venger, le Fatah et le Hamas sont en conflit perpétuel; l’assassinat d’une famille palestinienne sur une plage de Gaza a entraîné l’enlèvement du soldat Shalit, qui a entraîné des assauts et des contre-attaques... Il n’y a que représailles et ça ne s’arrête plus. Cessez! Réfléchissez! Négociez! Libérez le soldat Shalit, libérez Alan Johnston et libérez le porte-parole et les 40 membres du Parlement palestinien. Quant à l’Union européenne, il faut qu’elle s’engage auprès des gouvernements palestinien et israélien.

Deuxièmement, on dit qu’il faut trouver les moyens de s’attaquer aux causes de la violence, et la cause principale est la pauvreté. La pauvreté des Palestiniens est montée en flèche et est due à la retenue des taxes et des salaires des travailleurs et à l’embargo commercial et bancaire. Il est temps de mettre un terme à tout cela pour mettre un terme au cycle de la violence. Il est temps de mettre fin à la colonisation et de démanteler les colonies illégales. Il est temps de cesser la construction de ce mur horrible, cruel et immoral et de le détruire, et il est temps, Madame la Commissaire, de publier le document rédigé par les chefs de mission à Jérusalem et à Ramallah, un rapport sur la situation à Jérusalem-Est dans lequel ils concluent que les activités d’Israël à Jérusalem portent atteinte aux obligations inscrites dans la feuille de route ainsi qu’ au droit international.

Faisons apparaître cette situation au grand jour, négocions, et convainquons toutes les parties de penser à l’avenir de leurs enfants; mettons un terme à la violence et œuvrons en faveur de la paix!

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Libor Rouček (PSE). - (CS) La violence et les troubles se poursuivent dans les Territoires palestiniens. Les agences de presse du monde entier font état chaque jour du nombre des morts et des blessés. Malgré les déclarations répétées de cessez-le-feu entre le Fatah et le Hamas, le conflit armé entre les deux factions se poursuit. Le bombardement de la ville de Sderot à partir de la bande de Gaza et les représailles des Israéliens continuent également. Le personnel médical et les enseignants palestiniens sont en grève, les policiers et les autres employés des services publics palestiniens ne touchent plus leur salaire. Comme on l’a répété à de nombreuses reprises, la misère se répand rapidement. Plus de 80 % des Palestiniens de la bande de Gaza vivent avec moins de deux dollars par jour.

Le point essentiel, c’est que la Palestine et Israël ont besoin de notre aide parce qu’ils ne seront pas capables d’échapper au cycle de la violence par leurs propres moyens. Je fais partie des députés qui appellent à un soutien renforcé de l’UE. Je voudrais donc appeler la Commission, une fois encore, à faire tout ce qui est en son pouvoir pour mobiliser l’assistance internationale aussi rapidement et efficacement que possible. Je pense que si cela ne se fait pas, les probabilités d’un effondrement total de l’autonomie palestinienne et de l’éclatement d’une guerre civile acharnée augmenteront, avec des conséquences incalculables non seulement pour la Palestine, mais également pour l’ensemble du Moyen-Orient, ceci étant également valable pour le Liban.

 
  
MPphoto
 
 

  Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, le débat a été passionné et je comprends parfaitement pourquoi: comme je l’ai indiqué précédemment, nous ressentons tous une grande frustration. Mais vous devez comprendre que depuis ces 10 dernières années l’Union européenne tente vraiment de jouer un rôle important en faveur du processus de paix, non pour intensifier le conflit mais pour faire la paix ou y contribuer. En définitive, ce sont toujours les deux parties qui doivent y être disposées; nous, nous tentons de les y inciter. Nous étions donc très heureux d’être un membre important et influent du Quartet.

Toutefois, nous ne pouvons que servir de médiateur à la paix. Ce qui signifie que nous devons prêter attention aux deux côtés. Nous ne pouvons opter pour l’un d’eux uniquement. C’est pourquoi nous pensons avoir fait des trois principes du Quartet des principes de base importants. Ce n’est pas à la Commission mais au Conseil qu’il revient de reconnaître le gouvernement, c’est-à-dire aux 27 États membres. Je comprends que vous me demandiez de le faire, mais ce n’est pas à moi de prendre cette décision.

Je sais qu’il existe une solution que vous avez indirectement évoquée: l’abrogation ou la suspension de l’accord d’association avec Israël, mais pensez-vous vraiment que cela changera quelque chose? Je ne le pense pas. Nous perdrions notre rôle de médiateur, si bien que ce serait la mauvaise solution à ce stade.

L’instrument dont nous disposons, c’est d’un dialogue politique continu qui permet à l’ensemble des parties de collaborer avec toutes les autres, mais il est vrai qu’il y a d’autres membres du Quartet également, par exemple les États-Unis, comme on l’a indiqué. Il est très important que nous sentions une pression de leur côté également. Ces derniers mois, les États-Unis ont fait bien plus d’efforts, en particulier Condoleezza Rice. Nous nous en sommes tous réjouis et avons tenté de faire avancer les choses. La présidence allemande, et en particulier Mme Merkel, mais aussi le ministre des affaires étrangères, M. Steinmeier, ont vraiment tenté de faire avancer les choses.

La violence n’apportera jamais de solution politique. Malheureusement, elle est réapparue. Je promets que nous continuerons de nous engager auprès du gouvernement d’unité nationale, dans le cadre des compétences de la Commission. Mais comme nous l’avons dit, notre politique est un engagement progressif et nous ne pouvons tout faire. Même Salam Fayad m’a dit, lorsque je l’ai rencontré pour la première fois à la suite de la formation du gouvernement, qu’il faudrait du temps pour remettre de l’ordre au ministère des finances, et ce n’est toujours pas fait. Nous y sommes presque, les conditions techniques seraient réunies, mais vous savez aussi que le Conseil doit nous soutenir politiquement. Je veux que vous compreniez ces aspects.

Je pense que la situation est très grave, et j’espère que le Conseil comprendra que nous devons nous engager pour aider ce gouvernement d’unité nationale à poursuivre le processus de paix et les pourparlers au niveau politique. Nous savons que la situation est compliquée, ce qui m’a fait dire que je considère comme assez encourageant le fait que la ministre des affaires étrangères Livni assistera à la prochaine réunion du Conseil après la réunion très positive que nous avons eue avec la Ligue arabe. Mais sur le fond je conviens que la situation est très difficile. Par ailleurs, à côté de tout cela, ce sont aussi les factions et les divers groupes radicaux en dehors du gouvernement qui souhaiteraient compromettre tout le processus. C’est un cercle vicieux et j’admets que nous devons tenter d’y mettre un terme.

Un honorable député a indiqué que nous avons étendu notre mission au point de passage frontalier de Rafah. Nous l’avons fait parce que nous pensons que la libre circulation des biens et des personnes est très importante. Moi-même, je me suis penchée sur cette question avec le Premier ministre Olmert. Je me souviens, la dernière fois que je m’y suis rendue, lorsque j’ai évoqué le sujet vraiment dans les détails avec lui. Il n’en reste pas moins qu’il y a des problèmes de sécurité. Malheureusement, des terroristes traversent la frontière pour se faire exploser et une grande quantité de fonds fait l’objet de contrebande, il y a donc toujours deux points de vue dans ce conflit, mais nous pensons qu’il est important d’avoir prolongé cette mission au point de passage de Rafah, car seule l’Union européenne est susceptible de permettre l’ouverture des frontières.

Nous nous engageons, et nous collaborons avec le ministre des finances, non seulement au travers du mécanisme international temporaire (MIT), mais aussi au niveau du renforcement des institutions et de l’assistance technique, et nous les aidons en particulier dans les domaines douanier, fiscal et comptable. Salam Fayad nous l’a demandé, donc nous collaborons avec eux. J’ai dit que nous réfléchirons aussi à ce que l’on peut peut-être financer au travers du MIT concernant leurs souhaits particuliers, et donc pas uniquement ce que nous avons financé jusqu’à présent pour aider la population à survivre, mais davantage.

Voilà ce que je peux vous offrir dans cette situation délicate et difficile. Nous devons maintenir la pression sur les parties et les amener à s’entendre. J’espère qu’il est encore temps.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité