Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

 Index 
 Texte intégral 
Débats
Lundi 10 décembre 2007 - Strasbourg Edition JO

Dixième anniversaire de la Convention d'Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel (débat)
MPphoto
 
 

  Angelika Beer, au nom du groupe des Verts/ALE. – (DE) M. le Président, Madame le Commissaire, Mesdames et Messieurs, quel est le véritable sujet de ce débat aujourd’hui? Vendredi, nous, en tant que Parlement, souhaitons adopter une résolution dans laquelle nous soulignons tout d’abord que nous célèbrerons le 10e anniversaire de la Convention d’Ottawa avec une exposition à Strasbourg, mais dans laquelle nous déclarons aussi très clairement qu’il ne suffit pas d’interdire les mines antipersonnel, mais qu’il convient également d’inclure les mines anti-véhicule.

Les 10 années d’existence de la Convention d’Ottawa sont réellement importantes puisque, pour la première fois, un procès intenté par la société civile a mené à une interdiction internationale d’une arme de destruction massive, à savoir les mines antipersonnel. Le fait que le seul groupe à ne pas avoir appuyé ce consensus au Parlement ait disparu après le discours de M. Zappalà est révélateur. En 2005, par exemple, on a dénombré 100 accidents provoqués par des mines antipersonnel rien qu’en Afghanistan. Je voulais donc demander à M. Zappalà s’il avait déjà regardé dans les yeux un enfant infirme, victime de l’explosion d’un bus scolaire et s’il lui avait donné une raison pour laquelle il pense que les mines antipersonnel sont à proscrire, mais pas les mines anti-véhicule.

J’aimerais en fait que lui et son groupe me disent s’ils ont déjà regardé droit dans les yeux des soldats mutilés, ou les parents de victimes mutilées et tuées par des mines antipersonnel et comment ils justifient cette situation. Il n’existe aucune différence entre les bonnes et les mauvaises mines, il convient juste d’interdire également les mines anti-véhicule à l’échelle internationale.

J’aimerais ajouter une remarque sur le financement. L’instrument de stabilité est indispensable et utile, bien évidemment, pour l’application des mesures à court terme de déminage et, en tant que rapporteur, je continue de faire ce qui est en mon pouvoir pour y veiller. Nous savons toutefois également qu’une mesure à court terme, une stratégie de déminage à l’échelle mondiale, est insuffisante. 2009 approche à grands pas et nous demandons dès lors que soit rouvert le débat sur l’adoption d’une ligne budgétaire indépendante. Puisque nous parlons d’humanité, nous avons besoin de résolutions claires.

 
Avis juridique - Politique de confidentialité